Montcresson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montcresson
Le Loing à Montcresson
Le Loing à Montcresson
Blason de Montcresson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Châtillon-Coligny
Intercommunalité Communauté de communes de Châtillon-Coligny
Maire
Mandat
Alain Germain
2014-2020
Code postal 45700
Code commune 45212
Démographie
Gentilé Montcressonnais
Population
municipale
1 299 hab. (2011)
Densité 62 hab./km2
Population
aire urbaine
68 488 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 22″ N 2° 48′ 26″ E / 47.906045, 2.807296 ()47° 54′ 22″ Nord 2° 48′ 26″ Est / 47.906045, 2.807296 ()  
Altitude Min. 112 m
Superficie 21,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Montcresson

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Montcresson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montcresson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montcresson
Liens
Site web http://montcresson.com/

Montcresson est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre. L'origine de la ville vient du nom gallo-romain : Mons Cressionis, la colline de Cressius, a donné Monte Cresione puis Montcresson.

La prononciation du nom de cette commune est sujette à discussion. Le parler gâtinais n'emploie pas « moncrèsson » mais en général un mi-terme entre « moncresson » et « moncrésson » (é « marqué »), vestige de l'ancienne prononciation du « e » non muet dans ce terroir.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'aire urbaine de Montargis, dans le Gâtinais. Elle est desservie par la ligne 15 du réseau Ulys. Montcresson est bordée par le canal de Briare et le canal du Loing.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

B

C

D

F

  • Les Fontaines, rte des Fontaines
  • Les Fontaines, rte de Solterre (D 117)
  • La Foquerie*, rte de Château-Renard (D 117)
  • La Forêt ou La Forest (château de -)*, rte de Château-Renard (D 117)
  • La Forêt Cochereau, rte des Fontaines
  • Le Fourneau, rte de Montbouy (D 93)
  • Le Petit Fourneau, rte de Montbouy (D 93)

H

  • Les Harles, chemin des Harles
  • L'Harmenault, rte de Château-Renard (D 117)

M

O

P

Q

  • Les Quatre Écluses*, rte de Montargis (D 93)

R

S

  • Les Sables de la Route*, rte de Montargis (D 93)
  • Les Sources de l'Étang, rte des Fontaines

Note : il y a deux hameaux Les Fontaines sur la commune, à ne pas confondre ensemble et avec le hameau Les Fontaines également sur la D 117 mais sur la commune voisine de Cortrat.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Conflans-sur-Loing
Cortrat
Conflans-sur-Loing, Gy-les-Nonains Gy-les-Nonains Rose des vents
Cortrat N Gy-les-Nonains
O    Montcresson    E
S
Cortrat Pressigny-les-Pins, Montbouy Montbouy

Économie[modifier | modifier le code]

Elle accueille un camping situé sur les bords du Loing.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette localité a une origine incertaine, on a retrouvé deux traces d'occupation ancienne: une pierre percée et un tumulus. Elle est située non loin de l'ancienne cité gallo-romaine d'Aquis Segeste (Sceaux-du-Gâtinais).

Plusieurs bâtiments ont été construits au XIIIe siècle : le château, l'église et l'ancien couvent dit « de la Fleur de Lys ». Ce dernier communiquait avec l'église par un souterrain dont il existe encore un caveau.

Deux anciennes piscines avoisinent l'autel. On voit, à l'église, les traces du style ogival du XIIIe siècle dans le portail à colonnettes et les baies. Sur un vitrail, on lit une inscription qui nous apprend que le château de la Forest, propriété de Mac Mahon, colonel du 180° de ligne, au Havre, a été bâti par Saint Louis et qu'il a été donné par un de ses fils à la famille de Machault, qui a conservé sur Montcresson des droits de justice seigneuriale jusqu'à la Révolution. Il a été restauré au XVe siècle.

La famille de Castries en devint propriétaire après la Révolution. Il passa ensuite par mariage à Patrice de Mac Mahon, duc de Magenta, qui y mourut 17 octobre 1893, et fut enterré aux frais de l'État. Avant sa mort, il s'était allié à la maison royale de France en faisant épouser à son fils une des filles du duc de Chartres, la princesse Marguerite d'Orléans, née en 1860.

Quand, en 1896, l'évêque d'Orléans, Mgr Touchet, baptisa les deux cloches neuves de la paroisse, les jeunes époux tinrent l'une d'elles sur les fonts baptismaux, tandis que l'autre eut pour marraine la marquise douairière avec Richard maire de la commune.

Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 2 800 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent dans le Loiret. Devant l'insuffisance des structures d'accueil d’Orléans, 46 centres d’accueil ruraux sont ouverts[1], dont un à Montcresson[2]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le Sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, et le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[3]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, ceux préférant rester sont regroupés au camp de la verrerie des Aydes, à Fleury-les-Aubrais[2].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loiret.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montcresson

Les armes de Montcresson se blasonnent ainsi :

D'or au chevron d'azur, accompagné en chef de deux têtes de corbeau arrachées de sable et en pointe d'un lion léopardé de gueules[4]

On peut aussi trouver : D'or à la fasce d'azur accompagnée de deux têtes de corbeau de sable arrachées et d'un lion passant de gueules armé, lampassé, et vilainé d'azur[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Chantal Angevin    

Services[modifier | modifier le code]

La commune possède un bureau de poste et une salle polyvalente.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école maternelle et une école primaire rassemblées. Le collège le plus proche est le collège Henri Becquerel à Chatillon-Coligny.

Culture[modifier | modifier le code]

La commune possède une bibliothèque.

Il y a aussi un parc avec mini-golf.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède un club de pétanque et un terrain de foot qui sert aussi pour des brocantes. Un skate park est également présent. Ainsi qu’un terrain de tennis situé à côté du terrain de foot.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Montcresson.

En 2010, la commune comptait 1 299 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 613 581 674 735 717 701 759 753
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
804 853 937 906 983 965 974 1 021 946
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
887 848 812 664 704 680 690 705 695
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
654 610 652 883 1 161 1 266 1 303 1 314 1 299
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Léger[8] remonte à la fin du XIIe siècle. Le clocher, endommagé par l’incendie lors de la Fronde en 1652, fut reconstruit en 1661. Bâtie sur un plan rectangulaire, elle se termine par un chevet plat droit percé de trois fenêtres. Les vitraux ont été offerts par la famille Mac Mahon à la fin du XIXe siècle. Cette église simple, haute sous nef, possède un clocher carré au toit à quatre pentes.

La fontaine Saint-Genou de Breuzey est située en bordure du Loing, dans le hameau de Breuzy. Cette fontaine fut pendant des siècles le but d’un pèlerinage très fréquenté. On croyait que se tremper dans ses eaux pouvait amener la guérison de paralysie, rhumatisme et autres douleurs. Il subsiste un édifice où se trouve le bassin encadré de deux pièces permettant aux pèlerins de se déshabiller séparément. Devant la fontaine se dresse une colonne torse de pierre portant un écusson. La chapelle du prieuré de Breuzy, qui dépendait de Ferrières, fut détruite pendant la Révolution.

La motte féodale : au lieu-dit et dans le hameau de la Motte subsiste une motte féodale du Xe ou XIe siècle, très bien conservée, avec son fossé de forme annulaire caractéristique.

Le manoir-ferme de la Brosse : ce manoir fortifié a été reconstruit à la fin du XVIe siècle après les guerres de religion. Le bâtiment d’habitation est enclos dans une cour rectangulaire flanquée de tours aux angles.

Le château de la Forest, reconstruit au XVIIe siècle par la famille de Boileau sur les ruines d’un édifice plus ancien. La famille De Machau en devint propriétaire en 1627 et le conserva près de deux siècles. La famille de Castries l’acheta en 1842 et il passa par alliance au maréchal de Mac Mahon, président de la République de 1873 à 1879. C’est dans ce château qu’il mourut en 1893.

Les cinq écluses du Chesnoy : vestiges de l’ancien canal de Briare construit entre 1604 et 1642, elles ont été abandonnées lors de la réfection du canal il y a un siècle.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  2. a et b Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  4. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2008.
  5. Le blason de la commune sur Conseil général du Loiret et HéraldiqueGenWeb. Adoptées par le conseil municipal du 20 septembre 2004. Consultation : mars 2008.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  8. « Église Saint-Léger », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :