Classe Delta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Delta
Image illustrative de l'article Classe Delta
Un Delta IV en surface

Histoire
A servi dans Naval Ensign of the Soviet Union.svg Marine soviétique
Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Lancement 1985 (Delta IV)
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin nucléaire lanceur d'engins
Longueur 167 m
Maître-bau 12 m
Tirant d'eau 8,7 m
Déplacement 10 800 t en surface,
12 600 t en plongée
Propulsion 2 réacteurs à eau pressurisée
Puissance 37 400 ch
Vitesse 24 nœuds (44 km/h) en plongée
Caractéristiques militaires
Armement 4 tubes torpilles de 533mm, 16 missiles stratégique nucléaires Makeyev RSM-54 (SS-N-23)
Autres caractéristiques
Équipage 130 hommes

Le sous-marin nucléaire lanceur d'engins russe de la classe Delta équipant la marine soviétique puis russe est classifié en quatre types dont l'apparence est relativement semblable mais dont l'équipement diffère. Le code OTAN les regroupe dans la classe Delta, mais le système russe effectue la distinction entre trois types de sous-marins, traitant le Delta II comme une évolution du Delta I.

Types[modifier | modifier le code]

Delta I - Projet 667B « Murena »[modifier | modifier le code]

Les sous-marins de la classe Delta pouvaient se déployer en patrouilles dans les glaces des mers marginales du littoral arctique soviétique, dans la mer de Norvège et la mer de Barents. Ainsi, contrairement à leurs prédécesseurs, ils n'avaient plus besoin de passer à travers le réseau sonar américain SOSUS pour atteindre leurs cibles potentielles. Pour améliorer la précision de leurs missiles, les sous-marins de la classe Delta I sont équipés de systèmes de navigation Tobol-B et du système de navigation par satellite Cyclone-B.

Après avoir reçu l'autorisation pour le développement de la classe en 1965, le premier Delta-I, le K-279, est commissionné dans la Flotte du Nord le 22 décembre 1972. Un total de 18 sous-marins de cette classe seront construits, tous serviront dans la Marine soviétique, sous la désignation de Projet 667B « Murena ».

En 1991, neuf sous-marins de la classe Delta-I étaient en service actif. Le retrait commencera à partir de 1994, avec le démontage des compartiments des missiles prévu pour 1997. Tous les sous-marins de la classe avaient été retirés du service en 1998 et avaient été démantelés en 2005.

Delta II - Projet 667BD « Murena-M »[modifier | modifier le code]

Les sous-marins de la classe Delta-II sont des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins conçus pour remédier aux défauts des sous-marins de la classe Delta-I. Les plans sont relativement similaires, cependant la coque est allongée au niveau des 4e et 5e compartiments de 16 mètres pour permettre l'installation de quatre silo de missiles supplémentaires. Les sous-marins ayant ce type de spécification reçurent également des dispositifs supplémentaires pour accroître leur furtivité ses turbines à vapeur sont montées sur des amortisseurs de chocs, ses canalisations et systèmes hydrauliques sont séparées de la coque au moyen d'isolations en caoutchouc et la coque est recouverte de tuiles anéchoïques.

Le code OTAN, Delta-II indique que ces sous-marins présentaient des caractéristiques visibles à l’œil permettant de les distinguer des modèles précédents. La désignation soviétique, projet 667BD « Murena-M » indique que ces sous-marin sont une version améliorée des sous-marins du Projet 667B « Murena ».

Seuls quatre sous-marins seront construits d'après cette spécification et seront rapidement supplantés par les sous-marins de la classe Delta-III, tous les Delta-II avaient été retirés du service en 1996.

Delta III - Projet 667BDR « Kalmar »[modifier | modifier le code]

Ils furent construits à quatorze exemplaires à partir de 1976, six sont en service en 2005 et devraient être retirés d'ici quelques années et remplacés par des unités de types Delta IV et Oscar II. Très similaire au Delta IV, il a été durant une longue période le principal SNLE russe, mais la situation économique de l'ex-URSS rend difficile l'entretien d'une flotte aussi importante (environ 60 unités dans les années 1970) et en vertu des accords START I et II, la marine russe a commencé à les retirer du service.

Delta IV - Projet 667BDRM « Del'Phin »[modifier | modifier le code]

Le K-114 Toula en 2011.

En raison de leur forme la marine russe a baptisé cette classe « Del'Phin ». Le Del'Phin (Delta IV) est la classe russe la plus aboutie, héritière des Classes Delta I, II (Murena et Murena M) et Delta III (Kalmar). Ils bénéficient des dernières avancées technologiques, dont une coque métallique non magnétique et transportent des missiles balistiques SS-N-23.

La classe Delta IV fut prévue initialement pour permettre une frappe en cas d'échec des Typhoons. Ils permettent aujourd'hui la mise en retraite (future) des Typhoons. Malgré la chute du régime en 1990, tous les bâtiments furent lancés.

Depuis 1999, la marine remet à niveau ses Delta IV pour les rendre encore opérationnels pour 10 ans et leur permettre un meilleur taux de disponibilité dû au fait que les SNLE russes sont rendus moins nombreux.

Deux nouveaux bâtiments sont actuellement en chantier[Quand ?]. La marine était supposée reprendre possession d'un de ces sous-marins à la fin de 2005, mais en raison de difficultés de paiement la livraison par le chantier naval a été reportée.

Une étude américaine de 1998 déclare qu'une attaque contre les États-Unis impliquant les 64 ogives embarqué sur un Delta IV ferait 6 838 000 victimes sur le coup[1].

Liste de navires[modifier | modifier le code]

  • K-18
  • K-51
  • K-64
  • K-84
  • K-114
  • K-117
  • K-407

Accidents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Projected US Casualties and Destruction of US Medical Services From Attacks by Russian Nuclear Forces », Medicine & Global Survival, vol. 7, no 2,‎ , p. 69 (lire en ligne)
  2. « Sous-marin russe: la réparation prendra un an (chantiers navals) », sur fr.rian.ru, RIA Novosti,‎ 30 décembre 2011 (consulté en 1er janvier 2012)
  3. « Le SNLE russe Yekaterinburg sera remis en service en 2014 », sur Le portail des sous-marins,‎ 24 avril 2012 (consulté en )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]