Type 092

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Type 092
Image illustrative de l'article Type 092
Dessin du type 092
Caractéristiques techniques
Type sous-marin nucléaire lanceur d'engins
Longueur 120
Maître-bau 10
Tirant d'eau 8
Déplacement 6 000 t en surface
7 000 t en plongée
Propulsion réacteur à eau pressurisée de 90 MW
1 hélice
Puissance 15 000 ch (11 025 kW)
Vitesse 22 nœuds en plongée
Profondeur ~ 300 m
Caractéristiques militaires
Armement 6 tubes lances-torpilles de 533 mm
12 mer-sol-balistique-stratégique Ju Lang-1
Autres caractéristiques
Électronique 1 radar Snoop Tray
1 sonar Type H/SQ2-262B
1 détecteur 921-A
Équipage 104 hommes
Histoire
Constructeurs Huludao
A servi dans Naval Ensign of the People's Republic of China.svg Marine de l'armée populaire de libération
Période de
construction
1978- 1982
Période de service 1987 - actuel
Navires construits 2
Navires en activité 1
Navires perdus 1
Navires retirés du service 1
type 094 Suivant

Le Type 092 (Désignation du Département de la Défense des États-Unis : Classe Xia, désignation chinoise : 09-II) est la première classe de sous-marin nucléaire lanceur d'engins mis en service par la marine de l'armée populaire de libération de la république populaire de Chine.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette classe fut construite à deux exemplaires dans les chantiers navals d'Huludao situés dans la province de Liaoning à 200 km au nord-est de Pékin mais un seul exemplaire est en service[1].

Le premier, le 406 Changzheng, fut sur cale en 1978, lancé le 30 mars 1981 et entra en service en 1987 dans les forces nucléaires de la Chine, la deuxième unité porte le même numéro de coque 406. Au sein de la marine chinoise, ils ne sont pas appelés par leur numéro de coque mais par le nom de code "Grande Muraille 6" et "Grande Muraille 7". Certains rapportent que le deuxième exemplaire lancé en 1982 a été perdu dans un accident en 1985.

C'est en fait une copie d'un classe Delta III soviétique modifié, il a été refondu entre 1995 et 2001.

Son port d'attache est la base navale de Jianggezhuang à 25 km de Qingdao.

Il n'est pas considéré comme opérationnel par la Defense Intelligence Agency[2] et n’a jamais réalisé de mission de patrouille militaire, se limitant à des tests et des exercices militaires. Ce navire qui présente de nombreuses lacunes techniques, a servi principalement de plate-forme expérimentale qui a permis aux forces chinoise d’acquérir une expérience supplémentaire des manœuvres en mer[3].

Dans les années 2000, la marine chinoise développe une nouvelle génération de SNLE, le type 094.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Croquis des MSBS JL-1 et JL-2.

Il jauge 7 000 tonnes, fait 120 mètres de long sur 10 mètres de large et 8 mètres de haut avec un équipage de 104 hommes. Il dispose d'une seule hélice propulsé par un réacteur à eau pressurisée de 90 MW et peut plonger aux environs de 300 mètres [4].

Il peut emporter 12 missiles mer-sol-balistique-stratégique Ju Lang-1 (code OTAN CSS-N-3) dont le premier tir d'essai a eu lieu le 10 novembre 1982 et ayant, selon des sources divergentes, une portée de 2 150 km[5] à 3 600 km et emportant une ogive de 250 kilotonnes à 2 mégatonnes. Il dispose de 6 tubes lance-torpilles de 533 mm.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Marchand, Quand la Chine veut vaincre, Fayard, p. 224.
  2. Voir dossier de Global Security
  3. Vassili Kachine, « Comment la Chine gère son arsenal nucléaire », sur La Voix de la Russie,‎ 25 novembre 2013 (consulté le 27 novembre 2013)
  4. Flottes de combat 2002, page 246
  5. (en) Fiche sur Missile Threat

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]