Classe Vanguard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vanguard.
Classe Vanguard
Image illustrative de l'article Classe Vanguard
L'HMS Vanguard

Histoire
A servi dans Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Lancement mars 1992 (HMS Vanguard)
Armé août 1993 (HMS Vanguard)
Statut En service
Caractéristiques techniques
Type SNLE
Longueur 149,9 m
Maître-bau 12,8 m
Tirant d'eau 12 m
Déplacement n/c t en surface, 15 680 t en plongée
Propulsion 1 x réacteur à eau pressurisée Rolls-Royce PWR2
2 x turbines GEC
1 x hydrojet de 20,5 MW
2 x moteurs auxiliaires rétractables
2 x turboréducteurs WH Allen de 6 MW
1 x moteur électrique alimentée par 2 diesel-alternateurs Paxman de 20,5 MW
Puissance n/c
Vitesse 25 nœuds en plongée ou 46,3 km/h
Profondeur n/c
Caractéristiques militaires
Armement 4 x tubes lance-torpilles de 533 mm pour BAe Systems Spearfish
16 x MSBS missiles Trident D5
Rayon d'action illimité
Autres caractéristiques
Équipage 14 officiers mariniers, 121 marins
Chantier naval Vickers Shipbuilding and Engineering Ltd (Barrow-in-Furness)

La classe Vanguard est une classe de 4 sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de nouvelle génération de la Royal Navy, commissionnés de 1994 à 1999. Ils sont, de loin, les plus gros SNLE en service dans la Royal Navy, déplaçant presque le double de leurs prédécesseurs de la classe Resolution.

Pouvant emporter 16 missiles Trident D5, ils sont l'unique vecteur de l'arsenal nucléaire du Royaume-Uni depuis le retrait des bombes nucléaires larguées par bombardiers en 1998. Leur base sous-marine est la Her Majesty's Naval Base Clyde dans la région d'Argyll and Bute dans l'ouest de l'Écosse.

Le premier tir d'essai remonte au , le second le et la première patrouille opérationnelle en décembre de la même année.

Navires[modifier | modifier le code]

Bien qu'ils aient, à l'instar de la marine nationale française et américaine, 2 équipages par sous-marin, un seul Vanguard est en permanence en patrouille.


Nom Mise sur cale Lancement Entré en service Test de lancement 1 Test de lancement 2 1re patrouille Indisponibilité Périodique pour Entretien et Réparations
HMS Vanguard (S28) 3 septembre 1986[1] 4 mars 1992[1] 14 août 1993[1] 26 mai 1994[1] 20 juin 1994 décembre 1994 février 2002 – juin 2004[1]
HMS Victorious (S29) 3 décembre 1987[1] 29 septembre 1993[1] 7 janvier 1995[1] 24 juillet 1995 22 août 1995 décembre 1995 juin 2004 – 2006[1]
HMS Vigilant (S30) 16 février 1991[1] 14 octobre 1995[1] 2 novembre 1996[1] 10 octobre 1997 juin 1998 mai 2009[2] - mars 2012[3]
HMS Vengeance (S31) 1er février 1993[1] 19 septembre 1998[1] 27 novembre 1999[1] 21 septembre 2000 février 2001 mars 2012 - 2014[4]

Armement stratégique[modifier | modifier le code]

Le HMS Vanguard à Faslane.

En 2008, 160 ogives des 225 ogives nucléaires britanniques sont immédiatement opérationnelles à bord des 58 missiles balistiques Trident D5[5] pouvant être emporté par ces bateaux[6].

En juin 2011, Le nombre de têtes nucléaires embarquées sur chaque sous-marin nucléaire lanceur d’engins britannique a été réduit de 48 à 40; Le nombre de missiles opérationnels Trident D5 embarqués sur chaque sous-marin de la classe Vanguard sera réduit à 8, et le nombre total de têtes nucléaires opérationnelles passera de 160 à 120 d’ici 2015[7].

Remplacement[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni maintient une force de dissuasion nucléaire depuis 1956. Depuis 1969, il y a toujours eu au moins un SNLE britannique à la mer. Bien que le Premier ministre Tony Blair ait déclaré le la continuité de la dissuasion nucléaire jusqu'en 2020[8], la Chambre des communes comme le National Audit Office s'inquiètent de la validité de cet engagement et s'interroge sur la prolongation de la vie opérationnelle des Vanguard jusqu'en 2024, date de l'entrée en service de leurs successeurs[9],[10]. En tout état de cause, estime la Cour des comptes britannique, une décision en ce sens devrait être prise au plus tard en septembre 2009. Par ailleurs, une source majeure d’inquiétude est le maintien des compétences pour le développement et la construction des sous-marins : l’une des principales raisons des retards connus par les sous-marins nucléaires d'attaque de classe Astute est que la Royal Navy n’a pas commandé de sous-marin pendant de nombreuses années. L'US Navy se trouve dans une situation similaire, ayant accéléré la construction des SNA de classe Virginia au détriment de ses sous-marins nucléaires lanceurs d'engins. Aussi, le calendrier de remplacement des SNLE britanniques comme américains devrait être calé sur 2019, avec construction d'équipements en commun[11].

Le gouvernement britannique a décidé en 2011 le remplacement des SNLE de classe Vanguard et a initié avec BAE Systems, sous l’appellation de programme Successor, un certain nombre d'études à cette fin. Après deux contrats de respectivement 389 et 373 millions d'euros, BAE Systems a signé un troisième contrat de 89 millions d'euros en décembre 2013 pour poursuivre les études préalables. Le désigne et les spécificités définitives devraient être arrêtés en 2016, pour une mise à disposition opérationnelle en 2028[12].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Jane's Fighting Ships, 2004–2005. Jane's Information Group. p. 794. (ISBN 0-7106-2623-1)
  2. [1] Defense Industry Daily, 4 May 2009
  3. (en) « HMS Vigilant: Torpoint Ferry suspended for submarine departure », BBC.co.uk,‎ 2012-03-27 (consulté en 2012-03-27)
  4. [2] Naval Technology, 26 March 2012
  5. (en) Dive bombers, The Times, 20 janvier 2008
  6. (fr) La Grande-Bretagne limite à 225 son stock de têtes nucléaires, L'Express, 26 mai 2010
  7. (en) « Nuclear warhead cuts under way »,‎ 29 juin 2011 (consulté le 2 juillet 2011)
  8. (en) « The Future of the United Kingdom’s Nuclear Deterrent », sur mod.uk, Ministère de la Défense britannique,‎ (consulté le )
  9. (en) The United Kingdom's Future Nuclear Deterrent Capability, Chambre des communes,‎ 2008 (ISBN 978-0-215-52917-6, lire en ligne)
  10. (en) Tom McDonald, Gareth Tuck, Helen Mullinger, James Fraser, Tim Banfield, The United Kingdom’s Future Nuclear Deterrent Capability, National Audit Office,‎ 2008 (ISBN 978-0-102-95436-4, lire en ligne)
  11. (en) Bill Sweetman, « Baby Boomers », sur aviationweek.com, Aviation Week & Space Technology,‎ (consulté le )
  12. Le futur SNLE britannique dévoilé, Mer et marine.com, 17 décembre 2013. Consulté le 26 décembre 2013.