Classe Slava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Slava
Image illustrative de l'article Classe Slava
Le Slava
Projet 1164
Caractéristiques techniques
Type croiseur lance-missile
Longueur 186 m
Maître-bau 20,8 m
Tirant d'eau 8,4 m
Déplacement 9 300 tonnes
Port en lourd 11 300 tonnes (à pleine charge)
Propulsion
  • 2 turbines à gaz M-8KF 120 000ch
  • 2 turbines à gaz M-70 20 000ch et entraînant 2 hélices
Puissance 180 000 ch
Vitesse 32 nœuds
Caractéristiques militaires
Aéronefs 1 Ka-25 ou Ka-27
Rayon d’action 7 500 miles nautiques à 18 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 66 officiers, 419 sous-officiers et matelots
Histoire
Constructeurs 61 Kommounard Nikolaïev
A servi dans Naval Ensign of the Soviet Union.svg Marine soviétique
Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Commanditaire Politburo du Parti communiste de l'Union soviétique
Date début commande 1974
Période de
construction
1976 - 1991
Période de service 1983 - en cours
Navires construits 4
Navires prévus 7
Navires annulés 3
Navires en activité 3
Navires perdus 0
Navires désarmés 0
Navires démolis 0
Précédent Classe Kirov

Les navires de la classe Slava/Atlant (Атлант) ou projet 1164 furent les derniers croiseurs lance-missile soviétiques (CG, selon la liste des codes des immatriculations des navires de l'US Navy). Cette classe est née dans la lignée de la Classe Kirov pour faire face aux porte-avions.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fin de la Seconde Guerre mondiale marqua le crépuscule du cuirassé. Ces monstres d'acier qui semblaient devoir dominer à jamais les océans sombrèrent dans les flots tumultueux de l'histoire au profit des porte-avions, les nouveaux maîtres des océans. Pourtant quand les chantiers navals Chantiers de la Baltique lancèrent le Kirov en 1977, les experts navals crurent rêver[Quoi ?] en voyant ce mastodonte de 28 000 tonnes, de 248 m de long et à la puissance de feu digne des cuirassés de la Seconde Guerre mondiale.

La construction de ces croiseurs lourds lance-missiles était un moyen pour les Soviétiques de pallier l'absence de porte-avions conventionnels pour des raisons techniques et politiques. Les missiles mer-mer P-700 Granit (SS-N-19 « Shipwreck »), avec leur portée (600 km) et leur vitesse (Mach 2,5), devaient tenter de se substituer à l'aviation embarquée (même si cela n'était pas la solution idéale, l'étude des porte-avions avait d'ailleurs repris durant la construction des Kirov).

Pourtant, malgré les moyens disponibles, les Soviétiques comprirent qu'ils ne pourraient pas s'équiper d'autant de Kirov qu'ils le souhaitaient (7 étaient prévus mais 4 seulement furent achevés avant la chute de l'URSS) et cherchèrent une solution moins coûteuse. Ils reprirent donc comme base les croiseurs de classe Kara (7 exemplaires en service) qu'ils améliorèrent et dotèrent d'armes plus modernes comme le missile P-500 Bazalt (SS-N-12 « SandBox ») donnant naissance aux croiseurs lance-missiles de classe Slava.

Les Slava (Projet 1164 « Atlant ») sont des croiseurs lance-missiles dédiés prioritairement à la lutte anti-navire, avec pour cibles principales les porte-avions de l’OTAN durant la Guerre froide, mais ils disposent aussi de capacités antiaériennes et anti sous-marins en faisant les navires les plus lourdement armés de la Marine Soviétique après les classe Kirov (Projet 1144).

Développement du projet 1164[modifier | modifier le code]

La vulnérabilité de la marine soviétique face aux porte-avions américains et le retard de son propre programme de porte-avions sont donc à l'origine du Projet 1164 Atlant approuvé par les autorités le 21 août 1974. Ce furent les ingénieurs A.K. Perkov puis V.I. Moutikhine qui dirigèrent le développement des nouveaux croiseurs au sein du PKB Severniy.

Armement[modifier | modifier le code]

Vue des P-500 Bazalt du Moskva

L’armement principal d’un Slava comprend 16 missiles anti-navires SS-N-12 Sandbox (P-500 Bazalt de 550 km de portée) dans 8 lanceurs doubles situés de chaque côté des superstructures. Ce qui lui donne une silhouette très caractéristique. La défense antiaérienne du bâtiments est assurée par 8 systèmes SA-N-6 à longue portée (93 km), 2 SA-N-4 à courte portée (12 km) et 6 canons multitubes AK-630 de 30 mm. S’y ajoutent une tourelle canon bitube AK-130 de 130 mm, des lance torpilles et des lance-roquettes anti sous-marins. Un hélicoptère Ka-25 ou Ka-27 peut décoller et apponter depuis une plateforme arrière et rejoindre son hangar en contrebas via une rampe inclinée. Il est notamment utilisé pour la reconnaissance et la désignation de cibles.

Les navires[modifier | modifier le code]

Les trois premiers croiseurs Slava ont été mis en service entre 1983 et 1989 tandis qu’un quatrième est resté en construction en Ukraine après la chute de l’URSS. Les unités suivantes, d’une classe qui aurait du en compter 7, ont été annulées. La Russie a maintenu en service ses 3 Slava dans les années 1990 et 2000 malgré quelques difficultés à financer leurs coûteux entretiens. L’Ukraine n’a jamais pu financer seule l’achèvement de la quatrième unité dont elle voulait un temps faire son navire amiral. Mise sur cale en 1984 et achevée à 96 % aujourd’hui, elle n’a pas trouvé non plus preneur en Russie ou à l’export et son sort reste indéterminé pour le moment.

Classe Slava - Projet 1164
Nom Chantier naval Mise en chantier Lancement Mise en service Commentaires
Slava Chantiers de Nikolaïev 5 novembre 1976 27 juillet 1979 30 décembre 1982 Renommé en Moskva
Marchal Oustinov Chantiers de Nikolaïev 5 octobre 1978 25 février 1982 19 septembre 1986
Tchervona Oukraïna Chantiers de Nikolaïev 31 juillet 1979 28 août 1983 25 décembre 1989 Renommé en Varyag
Admiral Lobov Chantiers de Nikolaïev 29 août 1984 11 août 1990 Jamais entré en service Renommé en Ukraina
Le Tchervona Oukraïna (Ukraine rouge) en 1990

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :