Classe Iassen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Iassen
Projet 885
Image illustrative de l'article Classe Iassen
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin nucléaire d'attaque
Longueur 119[1] m
Maître-bau 12 m (estimé)
Tirant d'eau 9,4[1] m
Déplacement 8 600 t (surface)
13 800[1] t (plongée)
Propulsion 1 réacteur à eau pressurisée OK-650
Puissance 200 MW
Vitesse 20 nœuds (surface)
35[1] nœuds (plongée)
Profondeur 600[1] m
Caractéristiques militaires
Armement 8 x tubes de lancement verticaux pour missiles de croisière 3K-10 Granat
4 x tubes de 533 mm pour 24 torpilles Chkval ou missile antinavire RPK-7 Vorobei
4 x tubes de 650 mm pour 24 missiles de croisière P-800 Oniks
Rayon d’action ?, endurance de 100 jours
Autres caractéristiques
Équipage 24 officiers, 26 officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots ou 30 officiers, 50-55 officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots
Histoire
Constructeurs Sevmash (Severodvinsk)
A servi dans Pavillon de la marine russe Marine russe
Période de
construction
28 décembre 1993
Période de service Prévu 2011 (Severodvinsk)[2]
Navires construits 2
Navires prévus 6[1]
Précédent Classe Akoula

La classe Iassen, du mot russe « Ясень » signifiant frêne, est le code OTAN pour la classe de sous-marins nucléaires d'attaque de 4e génération de la Marine russe. La dénomination russe est « Projekt 885 ». La tête de classe de deux bâtiments[3], le Severodvinsk (du nom de la ville où il a été construit), sera livrée en 2010[4]. Polyvalente[5] et furtive, la classe Iassen égalerait les SNA américains de classe Seawolf. Son armement (plusieurs types de missiles de croisière et de torpilles) lui permettra de mener une vaste gamme de missions, dont le combat littoral.

Historique[modifier | modifier le code]

La classe Iassen est dérivée des sous-marins nucléaires d'attaque de classes Akoula et Alfa et bénéficie des études des projets 705A et 705D. Le développement du Iassen a été lancée en vue de remplacer les SNA de type Victor III (projet 671RTM)[6]. La construction des SNA de classe Iassen commence au début des années 1990. La découpe de la première tôle du Severodvinsk débute en 1992 puis, en raison de problèmes financiers, la fabrication est stoppée de 1996 à 1999 (voire 2001), date à laquelle certaines sources le disent achevé à seulement 10 %. D'autres sources affirment en 2008 qu'entre un et trois navires de ce type auraient été mis en chantier[7]. En 2003, Sevmash aurait reçu des financements supplémentaires pour accélérer la fin de la construction du Severodvinsk. Dès lors, le coût de la construction a dû être révisé et en 2008, les financements totalisent 4 milliards de roubles (115 millions d'euros). La classe Iassen fait partie du plan d'armement 2007-2015 de 4 900 milliards de roubles (140 milliards d'euros), dont un quart est destiné au renouvellement de la flotte. Finalement le lancement du Severodvinsk a eu lieu le 15 juin 2010 alors que le navire n'était achevé qu'à 80 %, sa mise en service étant alors prévue pour 2011[6]. Un second exemplaire, le Kazan, a été mis sur cale le 26 juillet 2009 en vue d’une mise en service en 2014[6].

Le Severodvinsk sous-marin, en phase de tests dans la ville de Severodvinsk fin 2011 rencontre des problèmes majeurs avec son système de missiles. Le navire ne sera pas prêt avant 2013. Le système de missiles livré par les sous-traitants serait « de fabrication et de finition médiocre » et est aussi qualifié d'incomplet. Il s'agit en l'occurrence du système de missiles Calibre (nouveau modèle) et du P-800 Onyx son ainé (NPO Mashinostroyenia). Le système de combat lui, semble satisfaire au cahier des charges mais serait en l'état incompatible avec le système de missiles livré.

Le temps de tests en mer supplémentaires requis pour revalider les systèmes et leur interaction sera - après travail en amont - de 180 jours. Soit, six mois en mer.

Initialement, la marine russe tablait sur la production d’une trentaine d'unités mais en 2010, l’objectif vise désormais la mise en service de six exemplaires[6].

Navires[modifier | modifier le code]

  • Severodvinsk (K-329)[8]
  • Kazan[8] sous la dénomination de Yasen-M. Il devrait bénéficier d’améliorations substantielles par rapport au Severodvinsk.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « New Russian nuclear submarine Severodvinsk », RIANovosti,‎ 2010 (consulté le 9 août 2010)
  2. (fr) « Le nouveau sous-marin russe multirôles », sur http://www.ttu.fr/, TTU Online,‎ 3 octobre 2008 (consulté le 29 avril 2010)
  3. Sur 7 initialement prévus
  4. (en) « Russian Navy to receive Severodvinsk nuclear submarine in 2010 », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 19 novembre 2008 (consulté le 20 novembre 2008)
  5. (fr) « La marine russe se dotera d'un groupe de sous-marins de 4e génération », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 25 juillet 2008 (consulté le 20 novembre 2008)
  6. a, b, c et d « Projet 885 Yasen », red-stars.org,‎ août 2010 (consulté le 9 août 2010)
  7. (en) Ilia Kramnik, « Quel avenir pour la flotte sous-marine russe? », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 3 octobre 2008 (consulté le 20 novembre 2008)
  8. a et b Fait partie du plan d'armement 2007-2015 de 4 900 milliards de roubles (140 milliards d'euros), dont un quart est destiné au renouvellement de la flotte