Classe Boreï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borée (homonymie).
Classe Boreï
Projet 935/955
Image illustrative de l'article Classe Boreï
Dimitri Medvedev devant le Iouri Dolgorouki
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin nucléaire lanceur d'engins
Longueur 170 m
Maître-bau 13,5 m
Tirant d'eau 10 m
Déplacement 14 700 t (surface)
24 000 t (plongée)
Propulsion 1 réacteur à eau pressurisée OK-650B
Puissance 200 MW
Vitesse 15 nœuds (en surface)
29 nœuds (plongée)
Profondeur 450 m
Caractéristiques militaires
Armement 16 tubes de lancement verticaux pour missile mer-sol balistiques stratégiques intercontinentaux R-30 Boulava à 10 têtes à trajectoires indépendantes[1]
6 tubes de 533 mm pour missiles de croisière RPK-2 Viyuga
Autres caractéristiques
Équipage 107 officiers, officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots
Histoire
A servi dans Naval Ensign of Russia.svg Marine russe
Période de
construction
1996 - …
Navires construits 3 (en 2014)
Navires prévus 8
Précédent classe Delta

La classe Boreï, du mot russe « Борей » signifiant Borée, est le code OTAN pour la classe de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de 4e génération de la Flotte maritime militaire de Russie. Il s'agit du premier SNLE développé par la Russie depuis la chute de l'Union soviétique. Ce programme, tout d'abord dénommé « Projekt 935 » jusqu'à son gel dans les années 1990, sera ensuite remanié et portera le code « Projekt 955 ». La tête de classe, le Iouri Dolgorouki (nommé d'après le fondateur de Moscou), entame ses essais en mer le 19 juin 2009[2] pour une livraison dans le courant de l'année [3],[4].

Ces sous-marins sont construits par Sevmash (en russe : ОАО « ПО" Севмаш " », Севмаш, СМП), entreprise de construction navale basée à Severodvinsk , une ville portuaire sur la Russie de la mer Blanche

Historique[modifier | modifier le code]

Maquette de la première version de la classe Boreï (pré-1998)
Diagramme d'un sous-marin de classe Boreï

La classe Boreï est destinée à remplacer les bâtiments de classe Typhoon et devait initialement être lancée en 2001 pour une mise en service en 2004. Un total de 8 exemplaires est annoncé. L'échec des 3 tirs du MSBS R-39M Grom (dérivé du R-39 Rif qui équipe alors les Typhoon) menés à partir de 1996 puis son abandon retardent la construction du premier sous-marin, le Iouri Dolgorouki [5]. Début 1999, il apparaît que la construction du Iouri Dolgorouki est interrompue et que le lancement est reporté à 2005 avec une mise en service entre 2007 et 2010, selon le déblocage des financements adéquats. Ces derniers le sont en décembre 2000, alors que la construction du Iouri Dolgorouki est terminée à 47 %. Le choix du Boulava comme MSBS est entériné mais le design du bâtiment avait déjà été modifié en conséquence dès 1998. Cependant, si le Iouri Dolgorouki est lancé le 15 avril 2007 (alors qu'il est à 82 % d'achèvement), les problèmes récurrents du Boulava devraient retarder la mise en service des sous-marins de classe Boreï, puisque 7 SNLE de classe Delta IV seront désarmés jusqu’au milieu des années 2010[6]. Pour la marine russe, la classe Boreï est moins le moyen d'assurer la pérennité de la dissuasion nucléaire (assurée par les missiles balistiques intercontinentaux mobiles des troupes des missiles stratégiques) que de prouver son utilité stratégique (et ses budgets), alors que sa modernisation récente donne la priorité au combat littoral (avec la mise en service de nouvelles corvettes) au détriment de la haute mer[5].

Les sous-marins de ce type sont équipés d’une cellule de sauvetage capable de prendre à bord la totalité de l’équipage[7].

En 2014, une nouvelle série d'essais du Boulava est programmée. Si elle est un succès, les deux premiers bateaux équipés seront le Iouri Dolgorouki et le Alexandre Nevski dont l'entrée en service est programmée en 2013[8].

Un troisième sous-marin SNLE le Vladimir Monomakh, en phase de tests terminale[9], sera remis à la Marine russe le 19 décembre 2014[10]..

Navires[modifier | modifier le code]

Le K-535 durant ses essais en mer.

En 2013, le Iouri Dolgorouki a été remis à la Flotte du Nord et le Alexandre Nevski à la Flotte du Pacifique.

Nom no  de coque Mise sur cale Lancement Entrée en service
Iouri Dolgorouki[11] Projet 955. K-535[12] 1996[13] 2008[14] 10 janvier 2013[15]
Alexandre Nevski (en)[11],[16] Projet 955. K-550[13] 2004[13] 2010[14] 21 décembre 2013[17]
Vladimir Monomaque (en)[11],[18] Projet 955. 2006[13] 2011 19 décembre 2014
Kniaz Vladimir (en) [13] Projet 955A 2009[13] 2015 ?
Kniaz Oleg [11] Projet 955A 19 juillet 2014 2017 ?

La Marine russe a prévu de disposer de huit sous-marins lanceurs d’engins du Projet 955 de la classe Borée, à l’horizon 2020, ainsi que de cinq bâtiments du Projet 955A, une évolution du précédent[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 12 seulement pour le Iouri Dolgorouki.
  2. (en) Nabi Abdullaev, « Russia Starts Tests for Strategic Nuke-Powered Sub », sur defensenews.com, Defense News,‎ 24 juin 2009 (consulté le 25 juin 2009)
  3. « Sous-marin Iouri Dolgorouki: première plongée d'ici fin 2008 », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 20 novembre 2008 (consulté le 21)
  4. « Défense: lancement du réacteur nucléaire à bord du plus récent des sous-marins russes », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 21 novembre 2008 (consulté le 21 novembre 2008)
  5. a et b Joseph Henrotin, « Le développement des SLBM soviéto-russes », Technologie et Armement, no 9,‎ décembre 2007-janvier 2008, p. 68-73 (ISSN 1953-5953)
  6. (en) Ilia Kramnik, « Bulava missile test: insistent mistake making? », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 14 novembre 2008 (consulté le 21 novembre 2008)
  7. (en) « New SSBN to be laid down at Sevmash in December », RusNavy.com,‎ 25 novembre 2010 (consulté le 21 décembre 2010)
  8. (en) « Bulava production numbers », sur Russian strategic nuclear forces,‎ 25 janvier 2014 (consulté le 2 février 2014)
  9. « Boulava: les deux derniers tirs de 2014 prévus pour octobre et novembre », sur ruvr.ru, La Voix de la Russie,‎ 20 octobre 2014 (consulté le 28 novembre 2014)
  10. « Bréves », sur Le portail des forces navales de la Fédération de Russie,‎ 22 novembre 2014 (consulté le 10 décembre 2014).
  11. a, b, c et d Fait partie du plan d'armement 2007-2015 de 4 900 milliards de roubles (140 milliards d'euros), dont un quart est destiné au renouvellement de la flotte
  12. a et b Jean-Stéphane Betton, « La Russie investit dans la dissuasion nucléaire », Aujourd'hui le Monde,‎ 9 juillet 2012 (consulté le 14 juillet 2012)
  13. a, b, c, d, e et f Ilia Kramnik, « Le Nevsky et le Novomoskovsk : deux SNLE pour le premier ministre », RIA Novosti,‎ 15 décembre 2010 (consulté le 17 décembre 2010)
  14. a et b Alexey Kudenko, « Un nouveau sous-marin nucléaire russe mis à l'eau », RIA Novosti,‎ 30 novembre 2010 (consulté le 17 décembre 2010)
  15. (en) Finally flying colors: Yury Dolgoruky nuclear sub joins Russian Navy, rt.com
  16. Commission prévue en 2009
  17. New Russian Ballistic Missile Sub To Join Fleet
  18. Commission inconnue

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :