R-30 Boulava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
R-30 Boulava
Image illustrative de l'article R-30 Boulava
Présentation
Fonction MSBS
Constructeur Institut moscovite de technologie thermique
Caractéristiques
Moteur 3 étages ; carburant solide-solide-liquide
Masse au lancement 36,8 t
Longueur 11,5 m ; 12,1 m (container de lancement)
Diamètre 2 m (missile) ; 2,1 m (container de lancement)
Portée supérieure à 8 000 km
Charge 6 à 10 ogives (estimation) de 100 à 150 kilotonnes, charge utile de 1 150 kg
Guidage inertielle, GLONASS
Plateforme de lancement Classe Boreï
Classe Typhoon

Le missile Boulava (en russe Р-30 3М30 Булава, du nom d'une antique arme russe de type masse d'arme), code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) est un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) de 4e génération qui a été développé jusqu'en 2010. Il pourrait devenir l'arme principale des forces stratégiques navales russes. Il s'agit d'un missile à trois étages à propergol solide, d'une portée supérieure à 8 000 km[1]. Il peut être équipé de dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kilotonnes à trajectoire indépendante. La production en série a débuté en 2008[2] dans une usine de Votkinsk[3] pour équiper les SNLE classe Boreï de la marine de guerre russe[4].

Historique[modifier | modifier le code]

L'Union soviétique, au sortir de sa 3e génération de MSBS (R-39 Taifun et R-39M Grom), connait des problèmes de propulsion, de guidage et de précision (qui stagne depuis 1989 à 500 mètres d'écart circulaire probable[5]). La solution pour réacquérir un savoir-faire apparaît être le R-39M Grom, premier MSBS conçu en Russie sans l'aide des bureaux d'études situés dans les anciennes républiques soviétiques. Après l'échec des trois premiers tirs menés à partir de 1996, le R-39M Grom est abandonné au profit du Boulava[6]. La décision de développer ce dernier est prise en 1998 malgré trois tests ratés.

Il est difficile de dire qui fut l'initiateur de ce programme, mais la liste des responsables cités à ce propos dans la presse se limite généralement aux personnes suivantes : Youry Solomonov, directeur de l'Institut thermotechnique de Moscou (MIT) — traduit également par Institut moscovite de technologie thermique — ; le général-major Vladimir Dvorkine, directeur du 4e Institut central de recherche du ministère de la Défense ; l'amiral de la Flotte Vladimir Kouroïedov, chef d'état-major de la marine russe ; le maréchal Igor Sergueïev, ministre de la Défense ; Yakov Ourinson, ministre de l'Économie et Viktor Tchernomyrdine, premier ministre de la Fédération de Russie[7].

L'Institut moscovite de technologie thermique, qui n'a jamais conçu de MSBS, est le maître d'œuvre pour la conception et la réalisation de cet armement. Selon certains experts, « le transfert du développement des missiles navals à l'Institut moscovite de technologie thermique a été une erreur. L’avantage douteux d’une standardisation avec les missiles Topol-M (SS-27) de l’armée de terre, qui est en fait impossible que ce soit en taille, en poids ou en aspect, a retardé le développement de plusieurs années et conduit à des dépenses importantes, dont on n’est même pas sûr qu’elles produisent un effet significatif »[8],[9],[10].

Les tirs d'essai à partir du sous-marin modifié de classe Typhoon Dmitri Donskoï des 28 juin 2007, 27 septembre 2005[11], 21 décembre 2005 et 18 septembre 2008[12] sont des succès. Les trois tests suivants des 7 septembre 2006, 25 octobre 2006 et 24 décembre 2006 sont des échecs, dont la cause n'a pas été révélée. Le dernier vol réussi en date du Boulava remonte au 28 novembre 2008[13]. Le tir du 23 décembre 2008[2],[14] est également un échec, ainsi que celui du 9 décembre 2009. Ceux-ci mettent en péril le programme des Forces armées de la fédération de Russie pour le renouvellement des armements stratégiques lourds (de 10-12 ogives) obsolètes par ceux plus légers (Topol-M et Boulava), à la trajectoire de vol plus sophistiquée, appelés à maintenir une parité stratégique d'environ 2 000 ogives avec les États-Unis à la suite du Traité de réduction des arsenaux nucléaires stratégiques. Les défauts du missile (qui sont apparus aussi bien de quelques minutes après le lancement jusqu’au moment de la dispersion des têtes) peuvent probablement être corrigés, mais cela prendrait jusqu’à trois ans et de 12 à 14 lancements d’essai. Cela retarderait par conséquent la mise en service des sous-marins de classe Boreï, puisque sept SNLE de classe Delta IV seront désarmés jusqu’au milieu des années 2010. Cependant, on apprenait fin 2008 que 16 tirs seraient finalement effectués, dont au moins 5 courant 2009, certains depuis le Iouri Dolgorouki, de classe Boreï[13]. Des analystes ont cependant proposé de renoncer au Boulava et de poursuivre la modernisation du MSBS de 3e génération R-29RMU Sineva[15],[16].

À la suite de l'échec du tir du 15 juillet 2009, le concepteur général du missile, Iouri Solomonov, a présenté sa démission[17].

Le 12e test du missile (sans compter celui de la maquette), lancé depuis un sous-marin, le mercredi 9 décembre 2009 est un nouvel échec dû à la défaillance du 3e étage[18]. Celui-ci, qui a eu lieu avant 8 heures (heure locale)[19], près de la ville de Tromsø, a pu être observé dans une large partie du nord de la Norvège. Les habitants de cette zone ont pu observer durant deux minutes une spirale géante dans le ciel[20]. L'Institut météorologique norvégien a alors été bombardé d'appels, mais ce dernier ne put alors donner d'explication au phénomène[21].

Afin d'assurer la sécurité du test balistique, une zone d'exclusion, interdite à la navigation, avait été mise en place en mer Blanche centrale via un Navtex émis depuis Arkhangelsk le 3 décembre précédent[22].

Le 7 octobre 2010, le 13e tir d'essai depuis le Dmitri Donskoï se trouvant dans la mer Blanche a atteint ses cibles dans le polygone de Koura, au Kamtchatka[23].

En janvier 2014, on comptabilise entre 19 et 20 tirs d'essais. 5 des 27 missiles restant doivent recevoir des équipements de télémétrie et être utilisés pour des essais à partir de mai/juin 2014[24]. Si ces essais sont des succès[25], ils équiperont deux des SNLE de la classe Boreï en service[26].

Liste des tirs d'essais[modifier | modifier le code]

Carte soulignant la zone d'exclusion en mer Blanche lors du tir d'essai du 9 décembre 2009, ainsi que Tromsø en Norvège.
N° du test Date du test Type de test Commentaires
1 11/12/2003 Test d'épreuve d'une maquette du missile. Succès
2 23/09/2004 Test d'épreuve du missile. Succès
3 27/09/2005 Premier vol de test. Lancement depuis un sous-marin en surface. On rapporte une défaillance du troisième étage. Succès (?)
4 21/12/2005 Premier lancement depuis un sous-marin en plongée. Succès
5 07/09/2006 Lancement depuis un sous-marins en plongée. Le premier étage s'éteint peu après le tir. Échec
6 25/10/2006 Lancement depuis un sous-marin en plongée. Défaillance du premier étage. Échec
7 24/12/2006 Lancement depuis un sous-marin en surface. Problèmes avec le troisième étage. Échec
8 28/06/2007 Rumeurs non-confirmées de problèmes avec une des ogives. Succès
9 18/09/2008 Lancement depuis un sous-marin en plongée à 18h45, les ogives atteignent la cible à 19h05[27],[28]. Succès (?)
10 28/11/2008 Lancement depuis un sous-marin en plongée. Les premiers rapports suggèrent un succès[13]. Succès
11 23/12/2008 Lancement depuis un sous-marin en plongée. Défaillance du 2e étage[29]. Échec
12 15/07/2009 Lancement depuis un sous-marin en plongée. Défaillance du 1er étage[30] et explosion en vol. Échec
13 09/12/2009 Lancement depuis un sous-marin en plongée. Défaillance du 3e étage et explosion en vol[31]. Échec
14 07/10/2010 Lancement depuis le sous-marin en plongée Dmitri Donskoï[32]. Succès
14 bis 29/10/2010 Lancement depuis un sous-marin en plongée, ses ogives ont détruit une cible conventionnelle dans le polygone de Koura au Kamtchatka[33]. Succès
15 28/06/2011 Lancement depuis le sous-marin en plongée Iouri Dolgorouki[34]. Succès
16 23/12/2011 Lancement de 2 missiles depuis le sous-marin en plongée. Iouri Dolgorouki[35]. Succès

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://warfare.ru/?linkid=1715&catid=265
  2. a et b (en) « Bulava Missiles in Mass Production », sur kommersant.com, Kommersant,‎ 1er décembre 2008 (consulté le 2 décembre 2008)
  3. « Missile russe Boulava: la production en série lancée il y a quatre ans (usine) », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 27 septembre 2008)
  4. (en) « Russian Navy to adopt new Bulava ballistic missile in 2009 », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 19 septembre 2008 (consulté le 15 novembre 2008)
  5. Quand le Trident II (D5) américain atteint 120 mètres et le M45 français 200 mètres.
  6. (fr)Joseph Henrotin, « Le développement des SLBM soviéto-russes », Technologie et Armement, no 9,‎ décembre 2007-janvier 2008, p. 68-73 (ISSN 1953-5953).
  7. (fr) Ilia Kramnik, « Drame pour le Boulava : échecs en série », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 10 décembre 2009 (consulté le 15 décembre 2009).
  8. (en) Ilia Kramnik, « Bulava missile test: insistent mistake making? », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 14 novembre 2008 (consulté le 15 novembre 2008)
  9. (fr) Nikita Petrov, « Missile Boulava : l'espoir de la Marine de guerre russe », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 26 septembre 2008 (consulté le 27 novembre 2008)
  10. (en) Stuart Williams, « Russia Re-Evaluates Missile Program After Failure », sur defensenews.com, Agence France-Presse,‎ 17 juillet 2009 (consulté le 18 juillet 2009)
  11. Des sources font cependant état d'une défaillance du 3e étage
  12. Le missile vole au-dessus de la quasi-totalité du territoire du pays, mais la performance de la charge utile est remise en cause
  13. a, b et c (fr) « Un missile intercontinental russe Boulava atteint sa cible », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 28 novembre 2008 (consulté le 29 novembre 2008)
  14. (fr) « Échec du tir d'un missile russe Boulava : Les causes ne sont pas connues », sur 20min.ch, 20 minutes,‎ 25 décembre 2008 (consulté le 26 décembre 2008).
  15. (fr) « La Russie poursuivra les essais du missile balistique Boulava », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 4 janvier 2009 (consulté le 5 janvier 2009)
  16. (fr) Ilia Kramnik, « Le sort incertain du missile balistique Boulava », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 2 mars 2009 (consulté le 3 mars 2009)
  17. (fr) « Missile Boulava : démission du concepteur », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 22 juillet 2009 (consulté le 29 juillet 2009)
  18. (en) « 3rd stage engine failed during Bulava missile test - Ministry  », sur http://www.itar-tass.com, Itar-Tass,‎ 10 décembre 2009 (consulté le 10 décembre 2009)
  19. La flotte russe du Nord n'est pas au courant du lancement de la fusée. VG Nett, 9 décembre 2009.
  20. (en)Spiral UFO puts Norway in a spin, The Sun, 9 décembre 2009.
  21. (en) It's not a UFO, just an intercontinental missile blowing up, Times Online, 11 décembre 2009.
  22. Worlwide NAVTEX messages. Station F - F Archangelsk, 8 décembre 2009.
  23. (fr) « Défense: le 13e tir réussi d'un missile stratégique Boulava », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 7 octobre 2010 (consulté le 27 octobre 2010)
  24. « La Russie reprendra les essais de Boulava », sur ruvr.ru, La Voix de la Russie,‎ 25 janvier 2014 (consulté le 28 novembre 2014)
  25. « Le sous-marin nucléaire Iouri Dolgorouki effectue un lancement d'un missile Boulava », sur ruvr.ru, La Voix de la Russie,‎ 30 octobre 2014 (consulté le 28 novembre 2014)
  26. (en) « Bulava production numbers », sur Russian strategic nuclear forces,‎ 25 janvier 2014 (consulté le 2 février 2014)
  27. (en) « Russia successfully test launches Bulava missile from submarine », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 18 septembre 2008 (consulté le 2 décembre 2008)
  28. (en) « Bulava test was not quite successful », sur russianforces.org, Russian Forces,‎ 22 septembre 2008 (consulté le 2 décembre 2008)
  29. et explosion en vol
  30. (fr) « Boulava: nouvel échec lors d'un tir d'essai », sur rian.ru, RIA Novosti,‎ 16 juillet 2009 (consulté le 17 juillet 2009)
  31. (fr) Benoît Finck, « Nouvelle défaillance d'un missile russe, étrange lueur céleste en Norvège », Agence France-Presse,‎ 10 décembre 2009 (consulté le 10 décembre 2009)
  32. « Le 13e tir réussi d'un missile stratégique Boulava », RIA Novosti,‎ 7 octobre 2010 (consulté le 6 juillet 2011)
  33. http://fr.rian.ru/defense/20101029/187740727.html
  34. Sergei Guneev, « Boulava : tir réussi depuis un sous-marin », RIA Novosti,‎ 26 juin 2011 (consulté le 6 juillet 2011)
  35. Ivan Drago, « Boulava : tir réussi depuis un sous-marin », RIA Novosti,‎ 23 décembre 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]