Sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le K-186 Omsk en 1994, un sous-marin de classe Oscar.

Les sous-marins nucléaires lanceurs de missiles de croisière sont désignés selon le code OTAN par le sigle SSGN pour Ship Submersible Guided missile Nuclear.

Missions[modifier | modifier le code]

La terminologie française ne les distingue pas des sous-marins nucléaires d'attaque (SNA), d'autant que tous les SNA (comme de nombreux sous-marins classiques), sont lanceurs de missiles aérodynamiques à changement de milieu (lancement en plongée).

Du reste leurs missions sont, comme pour les SNA, la protection de forces navales, la lutte anti-navires et la projection de puissance (action contre la terre).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'USS Tunny (SSG-282) tirant un missile de croisière SSM-N-8 Regulus.

La marine soviétique a inauguré cette nouvelle classe de navires en mettant en service des sous-marins capables de lancer des salves de missiles anti-navires devant saturer les défenses antiaériennes des task forces de l'OTAN, en particulier les groupes aéronavals en cas de conflit.

Le USS Halibut, le seul SSGN américain durant la guerre froide.

Aux États-Unis, quatre sous-marins à propulsion classique furent équipés de missiles de croisière SSM-N-8 Regulus à tête nucléaire destinés à la dissuasion avant la mise en service des SNLE équipé des missiles balistiques Polaris entre 1955 et 1964. Le premier bateau classifié comme SSGN selon le code des immatriculations des navires de l'US Navy fut le USS Halibut entré en service en 1960.

L'existence actuelle de cette catégorie intermédiaire aux États-Unis est la conséquence de la fin de la guerre froide et des accords START de 1986. En effet, ces accords qui ont plafonné le nombre d'ogives nucléaires ont obligé les États-Unis et l'Union soviétique à procéder au démantèlement d'une partie de leur force de frappe nucléaire.

Débarrassés des leurs charges nucléaires, quatre SNLE de la classe Ohio ont été réemployés sur des missions de SNA avec une possibilité d’emport de 154 missiles de croisière Tomahawks et de plus de 60 commandos. Ce sont ces sous-marins qui constituent la catégorie des sous-marins nucléaires lanceurs de missiles de croisière.

Dès lors il n'est pas étonnant que seules les forces américaines et russes, parties à l'accord START, détiennent des exemplaires de cette catégorie. Enfin, le caractère sui generis de cette dernière la condamne à disparaître avec la mise à la retraite des exemplaires encore en activité.

Exemplaires[modifier | modifier le code]

La marine soviétique puis russe a disposé des premiers sous-marins de cette catégorie avec notamment la classe Oscar.

Dans les marines de l'OTAN, actuellement, seuls 4 bâtiments de la classe Ohio, des SNLE reconvertis sont dans cette catégorie avec une possibilité de lancement de 154 missiles.

Les missiles utilisés sont :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]