Société psychanalytique de Vienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Créée autour de Sigmund Freud en 1902 et à la suite de la Société psychologique du Mercredi, la Wiener psychoanalytische Vereinigung a été la première organisation psychanalytique et son activité s'est poursuivie dès 1908 jusqu'en 1938.

Histoire[modifier | modifier le code]

Salle d'attente du cabinet de consultation du Bergasse 19, où avaient lieu les premières réunions.

Le premier président était Alfred Adler qui quitte la Société en 1911 pour créer la sienne. Freud lui a succédé jusqu'à son départ pour Londres en 1938. C'est essentiellement autour de lui qu'ont été géré les orientations théoriques, les négociations, les admissions et les exclusions. Comme pour la Société du Mercredi, les premières réunions ont eu lieu au cabinet de Freud au n° 19 Berggasse mais depuis 1910, elles se sont tenues au 19 Rothenturmstrasse puis, en 1911 au Quai Franz Josef. La Première Guerre mondiale a ralenti les activités de la Société qui ont repris activement après.

Première guerre[modifier | modifier le code]

Pendant le conflit, Victor Tausk bien que mobilisé, revient à Vienne pour participer aux réunions et y faire, sur un thème d’actualité, une conférence intitulée « Sur la psychanalyse des expériences de guerre »[1]. Il fera paraître une publication : « Considérations diagnostiques concernant la symptomatologie de ce qu’on appelle les psychoses de guerre » dans laquelle il présente une pathologie qu’il a identifié : la « paranoïa cum melancolia »[2]

Première génération[modifier | modifier le code]

La WPV était composée d'analystes de la toute première génération (Otto Rank, Eduard Hirstchmann, etc.) et de ceux de la deuxième génération (Richard Sterba, Wilhelm Reich, Anna Freud, Hélène Deutsch, Otto Fenichel, etc.) C'est à l'arrivée de ces derniers que la formation de psychanalyste s'est de plus en plus structurée. Un centre de consultation s'est ouvert sous la direction de Hirstchmann et de Reich. La Internationaler Psychoanalytischer Verlag, la plus importante maison d'édition psychanalytique de l'époque, est aussi née en 1919 et dans cette mouvance.

1933[modifier | modifier le code]

Dès 1933 de nombreux analystes allemands fuyant le nazisme sont venus s'installer à Vienne et augmenter le nombre d'adhérents. Freud était déjà malade et se faisait représenter notamment par sa fille Anna et par ses proches, Jeanne Lampl-de-Groot, Marie Bonaparte, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Tréhel. Victor Tausk (1879-1919) et la médecine militaire. L’Information Psychiatrique, 2006, n°3, p. 239-247
  2. Gilles Tréhel. Victor Tausk (1879-1919) : une théorisation sur les psychoses de guerre. Perspectives Psy, 2011, n°2, p. 162-175

Le site[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]