Paul-André Linteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul-André Linteau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Linteau.

Paul-André Linteau (1946 -) est un historien et un universitaire québécois.


Biographie[modifier | modifier le code]

Spécialiste de l'histoire du Québec et l'histoire de Montréal postérieure à la Confédération (1867 à nos jours), il enseigne l'histoire à l'UQAM. Il pratique l'histoire économique et sociale et l'histoire urbaine. À la suite de sa thèse de doctorat sur la ville de Maisonneuve, Paul-André Linteau a concentré ses recherches sur l'étude de la ville, en particulier de Montréal, et il est depuis 1975 l'un des directeurs du Groupe de recherche sur l'histoire de Montréal. Linteau cherche notamment à comprendre et expliquer le phénomène de l'urbanisation ainsi que les conditions qui permettent le développement de la ville, l'organisation de l'espace urbain, les caractéristiques sociales et culturelles des populations qui l'habitent et les rapports de pouvoir[1].

Il s'intéresse depuis une vingtaine d'années à l'immigration et à la diversité ethnique au Québec. Il travaille actuellement à la rédaction d'un portrait d'ensemble de ce double phénomène à travers l'histoire du Québec, un portrait qui mettra en « lumière les principales phases et leurs caractéristiques, non seulement sur le plan démographique, mais aussi sur les plans socio-économique et politique »[1].

Il est considéré comme l'un des fondateurs de l'histoire contemporaine du Québec[2],[3].

Il est également l'un des conseillers littéraires aux Éditions du Boréal, et plus spécifiquement, directeur des collections d'histoire depuis 1971[4].

Au milieu des années 1990, l'historien Ronald Rudin a qualifié de révisionniste l'école historique dirigée par Linteau, Jean-Claude Robert, René Durocher, Pierre Harvey et Gérard Bouchard. Ces historiens auraient eu tendance à minimiser l'influence du libéralisme nord-américain et de la religion catholique dans le Québec d'avant 1960[5]. Linteau a répondu vigoureusement à la critique[6]. Ce débat est certainement l'un des plus importants à avoir secoué l'historiographie québécoise ces dernières années.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • 1971 : Le Retard du Québec et l'infériorité économique des Canadiens français
  • 1981 : Maisonneuve ou comment des promoteurs fabriquent une ville, 1883-1918
  • 1989 : Histoire du Québec contemporain - Volume 1; De la Confédération à la crise (1867-1929)
  • 1989 : Histoire du Québec contemporain - Volume 2; Le Québec depuis 1930
  • 1992 : Histoire de Montréal depuis la Confédération (réédité en 2000)
  • 1992 : Clés pour l'histoire de Montréal
  • 1992 : Brève histoire de Montréal (réédité en 2007 avec l'ajout de nouveaux chapitres)
  • 1994 : Histoire du Canada, (réédité en 2014)
  • 1998 : Barcelona-Montréal. Desarollo urbano comparado/Développement urbain comparé, essai (en collaboration avec Horacio Capel)
  • 2009 : Investir/construire/habiter le monde, essai (en collaboration avec Sarah Marchand)
  • 2010: La rue Sainte-Catherine. Au cœur de la vie montréalaise.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]