André Robert (météorologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir André Robert.

Le docteur André J. Robert ( - ) était le premier météorologue canadien à développer avec succès un modèle de prévision numérique de la circulation atmosphérique terrestre.

Carrière[modifier | modifier le code]

Né à New York en 1928, la famille de Robert déménage à Grand-Mère, Québec, en mai 1937. Il a reçu son baccalauréat en sciences de l’Université Laval en 1952 et sa maîtrise de l’Université de Toronto en 1953. Il est engagé en 1952 par le Service météorologique du Canada (SMC) comme un prévisionniste en météorologie[1].

En 1959, il se tourne vers la recherche dans des modèles atmosphériques pour la prévision numérique du temps à courte et moyen terme en obtenant un poste de chercheur au SMC Centre météorologique canadien à Montréal. Il obtient son doctorat en 1965 de l’Université McGill grâce à ses recherches sur le modèle Mesoscale Compressible Community (MC2) tout en continuant de travailler pour le SMC,[2]. Le MC2 est le premier modèle numérique efficace aux équations entièrement élastiques non-hydrostatiques utilisables à toutes échelles pour résoudre les équations primitives atmosphériques par un traitement aux dérivées partielles temporelles tout en conservant la résolution spatiale des données[1]. Ceci était en contraste avec les autres chercheurs qui travaillaient surtout sur ce dernier aspect. Ce modèle est maintenant utilisé dans plusieurs centres de recherche au Canada[1].

Entre 1963 et 1970, André Robert a combiné avec succès sa méthodologie avec des techniques lagrangienne existantes pour produire un modèle spectral. Les méthodes qu'il a développées sont maintenant largement utilisées dans des modèles pour la climatologie et la prévision météorologique[1],[2]. En 1970-71, il a été brièvement professeur au département de météorologie de l'Université McGill mais devient ensuite le directeur de la recherche en prévision numérique, puis directeur du Centre météorologique canadien en 1973[1].

En 1987, il prend sa retraite du service public et devient professeur au département de physique de l'Université du Québec à Montréal où restera jusqu'à ce que la maladie l'emporte en novembre 1993[3].

Rayonnement international[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière, André Robert a occupé plusieurs fonctions dans des organismes nationaux et internatinonaux divers[1]. En 1968-69, il a été professeur invité au centre de formation des météorologues américains à Washington, D.C.. De 1968 à 1972, il a été membre du sous-comité en métérology et sciences atmosphériques au Conseil national de recherches Canada. De 1970 à 1976, le docteur Robert a été membre du groupe de travail sur la prévision numérique de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et devint le président en 1973. De 1972 à 1976, il a été l'éditeur des publications de l’OMM dans ce domaine.

En 1972-1973, il a été président de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie. En même temps, il était président du groupe pour l'organisation d'une conférence sur la paramétrisation sous-maille à Leningrad (URSS) pour l'OMM et une autre sur la modélisation à Tallahassee (Floride).

En 1974, il préside l’International Symposium on Spectral Methods in Numerical Weather Prediction à Copenhague, Danemark. En 1975, il est membre de la délégation canadienne au septième congrès de l’Organisation météorologique mondiale. De 1980 à 1983, il est membre du comité de sélection pour les bourses en météorologie, aéronomie et astronomie du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada

Honneurs[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (fr)(en) Charles Lin, « Curriculum Vitæ of André J. Robert », Atmosphere-Ocean, Société canadienne de météorologie et d'océanographie,‎ (DOI 10.1080/07055900.1997.9687338, lire en ligne)
  2. a et b (en) « André Robert », Science.ca (consulté le 21 octobre 2013)
  3. Charles Lin, René Laprise et Harold Ritchie, « The André J. Robert Memorial Volume », Numerical Methods in Atmospheric and Oceanic Modelling (consulté le 21 octobre 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]