Université de Hearst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hearst.
Université de Hearst
Histoire et statut
Fondation
Type
Régime linguistique
Fondateur
Président
Guy Rheault
Recteur
Luc Bussières
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de l’Ontario
voir sur la carte de l’Ontario
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
104
Divers
Devise
Comme nulle part ailleurs
Site web

L’Université de Hearst, autrefois Séminaire de Hearst, Collège de Hearst et Collège universitaire de Hearst, est une université de langue française du Nord de l'Ontario. Elle compte trois campus, soit à Hearst, Timmins et Kapuskasing. Elle est la seule université entièrement de langue française en Ontario[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1952, Louis Levesque est nommé évêque du diocèse de Hearst. Il constate l'absence d'établissements d'enseignement de niveau secondaire en langue française dans le Nord de l'Ontario, la loi ontarienne interdisant l’existence d’écoles secondaires bilingues ou françaises. Pour poursuivre leurs études secondaires dans leur langue, les jeunes Franco-Ontariens doivent alors s'exiler vers les grandes villes ontariennes où quelques écoles secondaires bilingues financées par l’Église catholique, ou au Québec. En 1953, il fonde le Petit Séminaire de Hearst dans le but de rendre les études secondaires accessibles en français dans la région[2]. Maurice Sauliner est nommé le directeur de la nouvelle institution[3]. En 1957, la construction de l'immeuble abritant l'établissement d'enseignement, est financée par la population du diocèse[4].

L'établissement d'enseignement devient affilié à l’Université de Sudbury en 1957 et à l’Université Laurentienne en 1963. Le Séminaire de Hearst est incorporé sous le nom de Collège de Hearst en 1959 afin de permettre la prestation d’études universitaires. La première promotion survient en 1961[5]. Le diocèse de Hearst dirige et finance l'institution jusqu'en 1971[6]. Le Collège de Hearst est reconnu par le gouvernement de l’Ontario comme établissement universitaire public la même année et devient le Collège universitaire de Hearst en 1972. L'établissement cesse alors l’enseignement secondaire, devenu accessible dans la région avec la création des écoles secondaires de langue française[5].

En 1976, l'institution commence à offrir des cours à Kapuskasing. En 1988, l'Université offre des cours et programmes à Timmins dans des locaux loués. Jusqu’en 1996, il est possible de poursuivre des études à plein temps à Hearst ou à temps partiel dans toutes les communautés de la région qui va de Longlac/Geraldton jusqu’à Timmins. Depuis septembre 1996, on peut également s’inscrire à plein temps dans les programmes qu’offre l’Université de Hearst sur les campus de Kapuskasing et de Timmins[5].

En 2013, l'Université de Hearst est devenue la première université désignée sous la Loi sur les services en français de l'Ontario[7]. L'Université a décerné plus de 1 150 diplômes[5].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'Université de Hearst offre des programmes de formation de premier cycle[7]. Elle se spécialise dans la formation en sciences humaines et sociales ainsi qu'en administration des affaires. Elle offre la possibilité de compléter un baccalauréat ès arts (B.A.) (90 ou 120 crédits, 3 ou 4 ans), une majeure (en) et une mineure (en) en étude des enjeux humains et sociaux[8],[9], un baccalauréat ès arts (B.A.), une majeure ou une mineure en psychologie[10], un baccalauréat spécialisé (B.A.A.) en administration des affaires de 120 crédits (4 ans), un baccalauréat ès arts (B.A.) en gestion et un programme court en administration des affaires et gestion[11]. Cette dernière discipline est offerte seulement à Hearst et à Kapuskasing. L'Université offre également des programmes de baccalauréat en service social et en traduction[1]. Les étudiants au baccalauréat peuvent inclure une mineure en français, géographie, histoire, psychologie ou sociologie. Les étudiants peuvent également compléter un baccalauréat comme deuxième grade[9].

Les cours se donnent successivement en blocs de trois semaines plutôt que sur une durée de quinze semaines étalées sur tout un trimestre. Les programmes favorisent un apprentissage par une approche multidisciplinaire. L’apprentissage se fait entre autres par l’approche de expérience au moyen de sorties sur le terrain, visites d’entreprises, expériences culturelles, conférences et voyages d'études. Le stage en milieu de travail permet aux étudiants d’appliquer en situations concrètes de travail des éléments théoriques vus en classe, d’explorer de possibles choix de carrière et de développer des compétences essentielles pour le marché du travail[12]. La petite taille des groupes permet une approche personnalisée, axée entre autres sur le coaching et le tutorat, l’initiation aux méthodes de recherche, l’aide à la rédaction universitaire et l’assistance informatique[13]. Outre l'éducation personnalisée, l'Université de Hearst mise sur l'attrait d'une petite communauté, l`échelle humaine, le grand air et la présence de la communauté franco-ontarienne pour consolider et diversifier sa clientèle, notamment auprès des étrangers[14].

La prestation des cours est assurée selon quatre groupes. Le Groupe I - Humanités comprend les disciplines suivantes : anglais (langue seconde), anglais, espagnol, études amérindiennes, études cinématographiques, études classiques, études interdisciplinaires, français, méthodologie du travail intellectuel, musique, philosophie, sciences religieuses. Le Groupe II - Sciences sociales comporte les disciplines suivantes : anthropologie, droit et justice, études de la santé, études interdisciplinaires, géographie, histoire, méthodologie du travail intellectuel, psychologie, science économique, science politique, sociologie. Le Groupe III - Sciences inclut les disciplines de la biologie, informatique et mathématiques. Le Groupe IV - Écoles professionnelles regroupe l'administration des affaires, l'administration des coopératives, le service social et la traduction[9].

Recherche[modifier | modifier le code]

Les activités de recherche de l'Université de Hearst s'inscrivent dans les orientations de sa mission axée d'une part sur la région du Nord ontarien : franco-canadienne, exiguë, nordique et amérindienne, d'autre part sur le développement durable social et économique et la rétention des jeunes dans la région. Les axes de recherche sont : l'innovation en pédagogie; l'économie sociale et le développement durable, notamment avec son Centre régional de recherche et d'intervention en développement économique et communautaire; la santé mentale et le bien-être, notamment dans le cadre de son Centre d'évaluation et d'intervention psychosociale; les littératures et cultures de la marge, notamment la littérature franco-ontarienne et la culture franco-ontarienne, en s'appuyant entre autres sur le Centre d'archives de la Grande Zone argileuse et la Collection Dionne-Poulin[7]. Cette dernière compte 12 000 documents ^portant sur les littératures franco-ontarienne et québécoise ainsi que sur l’histoire du Canada français, légués par le professeur René Dionne et l’écrivaine Gabrielle Poulin[15].

Partenariats[modifier | modifier le code]

L'Université de Hearst est membre de l'Association des collèges et universités de la francophonie canadienne et du Consortium des universités de la francophonie ontarienne[1]. Elle tisse de nombreux liens avec des organismes communautaires et des entreprises locales et régionales afin de partager son savoir et de s'engager activement dans le développement des collectivités qu'elle dessert.

Immeubles[modifier | modifier le code]

Le campus principal se situe à Hearst au 60, 9e Rue. Construit en 1957 par le diocèse, il est acheté par l'Université en 1972[5]. Ce bâtiment comporte un amphithéâtre, un gymnase, une cafétéria (le pub Notre place) et une résidence étudiante[16]. La bibliothèque Maurice-Saulnier y contient un grand choix de livres et des périodiques en français et en anglais, ainsi qu'un laboratoire d'ordinateurs. Les campus satellites se trouvent au 7, avenue Aurora à Kapuskasing et au 395, boulevard Thériault à Timmins[12]. Au campus de Kapuskasing, les services sont offerts dans des installations louées. Les étudiants peuvent y vivre en résidence[16]. Le campus de Timmins est installé dans un bâtiment construit en 2010 et partagé avec le Collège Boréal[5].

Perspectives[modifier | modifier le code]

L'Université de Hearst vise à développer son offre d'enseignement en ajoutant entre autres des programmes en sciences et en santé. Les règles de financement du ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l'Ontario pénalisent la région du Grand Nord ontarien qui représente 9,6 % de la population franco-ontarienne contre 2,3 % du financement universitaire[17]. L'Université compte également développer un programme de maîtrise interdisciplinaire en sciences humaines et sociales[7]. L'Université considère la recherche en agriculture nordique, incluant l'élevage bovin, les grandes cultures et le maraîcher, et l'établissement d'une chaire de recherche en horticulture dans le Nord[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Consortium des universités de la francophonie ontarienne, « Nos universités : Université de Hearst » (consulté le 3 avril 2017).
  2. Danielle Coulombe, « Le rêve en couleur de Mgr Levesque », Université de Hearst, Centre d'archives de la Grande Zone argileuse,‎ .
  3. Johanne Morin Corbeil, « Maurice Saulnier, de l’ homme de devoir à l’homme libre », Centre d'archives de la Grande Zone argileuse,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2017).
  4. Université de Hearst, « Mgr Louis Levesque et sa souscription… 60 ans plus tard », Centre d'archives de la Grande Zone argileuse,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2017).
  5. a b c d e et f Université de Hearst, « Mission et historique », (consulté le 4 avril 2017).
  6. Université de Hearst, Plan stratégique : 2009-2020, Hearst, , 45 p. (lire en ligne).
  7. a b c et d Université de Hearst, Plan stratégique de recherche : 2014-2017, Hearst, , 5 p. (lire en ligne).
  8. Université de Hearst, « Programme en étude des enjeux humains et sociaux » (consulté le 3 avril 2017).
  9. a b et c Université de Hearst, « Grades universitaires » (consulté le 3 avril 2017).
  10. Université de Hearst, « Programme en psychologie » (consulté le 3 avril 2017).
  11. Université de Hearst, « Programme en administration des affaires et gestion » (consulté le 3 avril 2017).
  12. a et b « Université de Hearst - affiliée à l'Université Laurentienne », sur eInfo (consulté le 3 avril 2017).
  13. Centre de demande d'admission aux universités de l'Ontario, « 101 - Université de Hearst », sur eInfo (consulté le 3 avril 2017).
  14. a. « L'Université de Hearst courtise les étudiants étrangers », Radio-Canada,‎ (lire en ligne, consulté le 4 avril 2017).
    b. « Université de Hearst », sur Avantage Ontario, (consulté en 4 avril 2017 4).
  15. Université de Hearst, « Collection Dionne-Poulin », (consulté le 4 avril 2017).
  16. a et b Université de Hearst, « Campus de Hearst » (consulté le 4 avril 2017).
  17. Pierre Ouellette, « Hearst et le débat sur une université française en Ontario », Le Droit,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2017).
  18. Marc Dumont, « Une chaire de recherche agricole à l’Université de Hearst », Agricom, vol. 34, no 1,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]