SOS Méditerranée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
SOS MEDITERRANEE
Logo de l’association
Cadre
But Sauvetage en haute mer
Zone d’influence Mer Méditerranée
Fondation
Fondation Mai 2015
Fondateur Klaus Vogel
Sophie Beau
Identité
Siège Marseille (France)
Structure Association civile et européenne
Présidents Francis Vallat (2016-2019), François Thomas (2019-)[1]
Site web

www.sosmediterranee.fr

www.sosmediterranee.ch

SOS MEDITERRANEE est une association civile et européenne de recherche et sauvetage en haute mer, créée le , par des citoyens voulant agir pour mettre fin aux naufrages en Méditerranée centrale[2]. Le réseau européen est constitué de quatre associations localisées en France, en Allemagne, en Italie et, depuis , en Suisse.

L'association poursuit trois missions principales : sauver des vies, protéger les rescapés et témoigner de la situation en mer. Ses fondements s'appuient sur les droits fondamentaux de la personne, le droit maritime et le principe d'assistance à personne en danger au delà des politiques réglementaires internationales et nationales.

L'association s'allie à Médecins sans Frontières pour organiser des opérations de sauvetage en affrétant les navires Aquarius (jusqu'en ) puis Ocean Viking (à partir de 2019).

Histoire de l'association[modifier | modifier le code]

Les fondateurs de l'association sont Klaus Vogel, capitaine de marine marchande allemand[3],[4], et Sophie Beau[5], une française responsable de programmes sociaux et humanitaires[6],[7],[8],[9],[10],[11].

SOS Méditerranée est créée en réaction à l'arrêt de l'opération Mare Nostrum, opération militaro-humanitaire lancée à la suite du naufrage du 3 octobre 2013 à Lampedusa et qui consiste du au à secourir en mer les bateaux de réfugiés en perdition. À partir de , il n'y a donc plus d'opérations de sauvetage. L'opération Triton qui est mise en place est une opération de police aux frontières qui laisse les bateaux en détresse sans solution en mer Méditerranée. Considérant que la société civile se doit d'agir là où les États sont défaillants, des citoyens européens créent alors l'association SOS Méditerranée afin de secourir les personnes en détresse en mer[12].

En septembre-, SOS Méditerranée finance sa création et l'acquisition d'un navire par une première opération de financement participatif via la plate-forme participative Ulule[13],[14],[15],[16]. Des donateurs dans 42 pays ont réuni 300 000 $[17], auxquels se sont ajoutés 325 000  notamment de la Ville de Paris et BNP Paribas[18] et la contribution d'un mécène allemand anonyme. L'opération permet de mettre en service le navire Aquarius[19].

En France[modifier | modifier le code]

SOS MEDITERRANEE France est présidée jusqu’en 2019 par Francis Vallat[20], qui devient ensuite président d'honneur[21]. Début 2019 l'association emploie 19 permanents, et utilise environ 4 millions d’euros par an (collectés par son réseau européen) pour ses opérations[22]. L’association française compterait sur plus de 250 bénévoles actifs à travers des actions de sensibilisation et de collecte[23].

Financement[modifier | modifier le code]

En 2016, seize députés français, principalement issus du Parti socialiste et du Parti radical de gauche, donnent une partie de leur réserve parlementaire à SOS Méditerranée et financent ainsi une semaine d'intervention d'autorité sur des fonds publics [24].

En 2017, l'association était financée à 93% par des dons privés (75 % de dons de particuliers, et 18 % de fonds privés), et à 7 % par des subventions institutionnelles ou concours publics[25],[26].

L'association a reçu des subventions de nombreuses collectivités locales: les département du Finistère[27], des Pyrénées orientales[28], d'Ille-et-Vilaine[29], les municipalités de Saint Nazaire[30] et de Paris[31]etc. Le 21 janvier 2021, 28 collectivités publiaient une tribune sur France Info en vue d'apporter un soutien moral et financier à SOS Méditerranée[32].

En 2017, la parquet de Catlane a lancé "une enquête préliminaire – sans mise en examen ni chef d’accusation – sur l’origine des financements qui permettent aux ONG de mener à bien leurs opérations de secours en mer" en réponse à un article du Financial Times qui faisait allusion à un rapport de Frontex. Le procureur de Catane Camerlo Zuccaro s'est ouvertement exprimé en se positionnant pour la culpabilité des ONG[33],[34].

Cette affaire a été récupérée par la classe politique italienne, ce qui a alimenté les polémiques internationales. De nombreuses prises de paroles ont été faites par Luigi Di Maio. Au fil de l'enquête les preuves se sont avérées inexistantes, le seul élément concret fut le rapport de Frontex qui faisait état d'un embarquement de deux migrants sur une embarcation libyenne. L'enquête n'a donc pas pu affirmer un quelconque financement obscur[34].

Sensibilisation scolaire[modifier | modifier le code]

L'association intervient dans les classes, étant agréée pour cela au titre des associations éducatives complémentaires de l'enseignement public[35]. Depuis , les bénévoles de SOS MEDITERRANEE France sensibilisant les élèves, au cours de séances d’une heure, sur la tragédie des naufrages, le devoir de porter assistance en mer, la nécessaire mobilisation des citoyens, le déroulement et l’efficacité des opérations de sauvetage[réf. nécessaire]. D'après l'association, 17 655 élèves ont ainsi été sensibilisés entre fin 2015 et [36].

Événementiel[modifier | modifier le code]

Les antennes bénévoles de SOS MEDITERRANEE France organisent régulièrement de grands concerts de soutien, projections de films et documentaires, expos photos, débats... à travers toute la France. SOS MEDITERRANEE France participe notamment à Solidays, au Festival d’Aix-en-Provence, à Charlie Jazz et Montpellier Danse, aux Escales de St-Nazaire, au Festival au bout du Monde en Bretagne, à Rock en Scène à Paris, au festival du livre à Mouans-Sartoux ...[réf. nécessaire]

L'association est dédicataire par l'artiste Saype d'un ensemble de fresques éphémères, Beyond walls, représentant des mains entrelacées sur le champ de Mars à Paris en [37].

Incidents à Marseille en 2018[modifier | modifier le code]

Le , 22 militants de Génération identitaire sont placés en garde à vue pour « violences volontaires et séquestration en réunion » après qu'ils ont mis à la porte de leurs locaux marseillais les militants de l'association SOS Méditerranée[38],[39],[40]. Selon un porte parole de la Direction départementale de la sécurité publique aucune personne n'a été blessée et les individus ont été interpellés sans incident très rapidement après le début de leur action[41]. SOS Méditerranée entreprend des poursuites contre ses agresseurs et les personnes qui ont fait l’apologie de cette attaque ou repris les messages qu'elle considère diffamatoires, l'accusant d’être complice des réseaux de passeurs ou de trafic d’êtres humains[42],[43]. L'association porte plainte pour diffamation publique contre Stéphane Ravier et Nadine Morano, pour avoir déclaré en réaction à l'attaque à Marseille que SOS Méditerranée était « complice des trafiquants d’être humains »[44]. Le , cinquante-six personnalités de droite et d’extrême droite (principalement de LR, RN, Ligue du Sud, PCD) publient une tribune dans Valeurs actuelles pour réclamer l'abandon des charges de « violence en réunion » et « séquestration » qui pèsent contre Génération identitaire, qu'ils qualifient d'imaginaires et de décision politique venue du ministère de l'Intérieur, et la mise sous séquestre de l'Aquarius[45],[43]. Les agresseurs sont mis en examen par le juge d’instruction marseillais Karim Badène pour « violences volontaires en réunion », « participation à un groupe formé en vue de la préparation de violences, de destructions ou de dégradations de biens » et « séquestration », et interrogés en [46]. Le , Anaïs Lignier, porte parole de Génération Identitaire, est mise en examen et placée sous contrôle judiciaire, accusée de complicité de violences pour avoir enregistré et diffusé les images de l'action[47].

La Vague Orange[modifier | modifier le code]

Une partie de l'équipage de l'Aquarius à Marseille, le 6 octobre 2018.

Le , SOS Méditerranée lance une pétition « Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer »[48],[49]. Elle appelle à des rassemblements citoyens le 2018 dans plusieurs villes d’Europe afin de promouvoir sa cause. Elle demande à tous les États d'Europe, de prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de mener sa mission de sauvetage ; elle leur demande d’assumer leurs responsabilités en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée et de faire respecter le devoir d'assistance aux personnes en détresse en mer. Cette pétition recueille plus de 200 000 signatures[50].

Le , des milliers de personnes défilent dans une trentaine de villes françaises mais également dans de nombreuses villes en Europe pour appeler les États européens à cesser toute entrave au sauvetage en mer et permettre à l’Aquarius de repartir sauver des vies en mer dans les plus brefs délais[51],[52],[53].

Sauvetage en mer[modifier | modifier le code]

L’association développe son expertise de sauvetage de masse en haute mer dans la stricte observance de la réglementation maritime internationale.

L'Aquarius (2016-2018)[modifier | modifier le code]

L'Aquarius en 2012, dans le port de Cuxhaven.

L'association a affrété un navire de 77 mètres, l’Aquarius, surnommé le « bateau citoyen », qui a sillonné les eaux internationales au large des côtes libyennes entre et . Il appartient et est géré par la compagnie maritime allemande Jasmund Shipping[54],[55]. Le contrat d'affrètement a débuté en , pour un lancement de mission fin , en partenariat avec Médecins du monde jusqu'en , puis avec Médecins sans frontières (section Amsterdam) de à [56]. Le , Gibraltar annonce vouloir retirer son pavillon au navire au plus tard le [57]. L'armateur repavillonne son navire auprès de l'autorité maritime du Panama. Un mois plus tard, le , le Panama lui retire son pavillon à la suite de pressions italiennes[58],[59]. Le , le parquet de Catane demandera la saisie préventive de l’Aquarius[60]. Une nouvelle étape est franchie dans la criminalisation de l’aide humanitaire en mer, selon l'association[61]. Le navire est toujours immobilisé à Marseille. Le , MSF et SOS Méditerranée annoncent mettre un terme aux activités de l'Aquarius[62]. En 34 mois, les équipes de recherche et de sauvetage de SOS MEDITERRANEE, en collaboration avec Médecins Sans Frontières, partenaire médical à bord, ont ainsi pu secourir, recueillir et soigner 29 523 hommes, femmes et enfants en mer Méditerranée[62],[63].

L'Ocean Viking (2019-)[modifier | modifier le code]

L'Ocean Viking

SOS Méditerranée annonce le une nouvelle campagne de sauvetage au large des côtes libyennes, à l'aide d'un cargo, l'Ocean Viking[64]. La démarche est soutenue par les autorités norvégiennes, qui ont donné un pavillon au navire[65]. L’opération coûte 14 000  par jour[66]. Le navire de 69 m de long sur 15 m de large a été construit en 1986 pour servir de navire d’assistance aux plateformes pétrolières en Mer du nord. Il est manœuvré par une trentaine de personnes (neuf membres d'équipage, une équipe de recherches et secours et du personnel médical)[67] et peut embarquer jusqu'à 200 rescapés[68]. Il est plus rapide et mieux équipé que l’Aquarius[69]. Des micros et caméras embarqués permettront d'enregistrer tout ce qui se passe à bord et autour du bateau, pour pouvoir prouver éventuellement que le travail a été effectué dans un cadre légal[70],[71]. Le navire, qui respectera[72] l’interdiction de débarquer des migrants dans les ports italiens[73],[74], est même interdit de ravitaillement à Malte[75].

Il effectue ses quatre premières missions de sauvetage les 9, 10 et , pendant sa première sortie[76].

L'association se félicite initialement de la décision italienne, due au nouveau gouvernement de Giuseppe Conte, de rouvrir les ports italiens[77],[78]. Le , un début d'accord est trouvé entre la France, l’Allemagne, l’Italie et Malte, qui doit permettre d’éviter les blocages en mer de bateaux humanitaires[79],[80]. Après trois mois d’arrêt dû à la pandémie de Covid-19, il retourne en Méditerranée, mais sans Médecins sans frontières qui a pris ses distances en en raison de divergences stratégiques[56].

Mais le navire est ensuite bloqué plusieurs fois en Italie pour des raisons administratives et politiques. Après cinq mois d'immobilisation et qu'un certain nombre d'équipements supplémentaires ont été ajoutés, le navire reprend ses opérations en [81],[82] en embarquant des journalistes de Mediapart[83],[84].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Prix du Citoyen européen[85],[86],[87]
  • 2017 : Prix franco-allemand du journalisme[88],[89]
  • 2017 : Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix de l'UNESCO avec Giusi Nicolini[90]
  • 2017 : Label Grande-Cause Nationale 2017 par le gouvernement français[91],[92]
  • 2018 : L'association fait partie des nominés pour le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit[93], ainsi que 10 autres ONG de recherche & sauvetage en mer.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

En 2018 deux compositrices suisses, Heike Fiedler et Marie Schwab, créent un opéra inspiré par l'Aquarius, en se servant d'extraits du journal suisse Le Courrier. Les bénéfices de la représentation du sont reversés à l'association SOS Méditerranée, qui affrète le navire[94].

François-Xavier Roth dirige en 2019 la première d'un « oratorio moderne autour des voyages et de la migration [qui inclura] des textes, des témoignages, voire une participation directe de personnes qui ont séjourné sur l’Aquarius »[95].

En 2018, Mercy est le titre de la chanson choisie pour représenter la France au concours de l'Eurovision, laquelle termine à la 13e place du concours. Ce titre, écrit et interprété par le duo Madame Monsieur, fait référence à la naissance d'un bébé, une petite fille prénommée Mercy, à bord de l'Aquarius, lors d'une opération de sauvetage[96]. En , on estimait à 36 le nombre de bébés nés à bord de bateaux de sauvetage de migrants en Méditerranée[97].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « [COMMUNIQUÉ] Changement de présidence chez SOS Méditerranée », sur www.sosmediterranee.fr (consulté le )
  2. (en) « Missing Migrants Project », sur missingmigrants.iom.int, (consulté le )
  3. « Qui est Klaus Vogel, l'homme qui sauve les migrants en Méditerranée ? », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Klaus Vogel, cœur en stock », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. « Pour SOS Méditerranée, il est « cynique » de déléguer à la Libye le sauvetage des migrants », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « François Gemenne et Sophie Beau », France Inter,‎ (lire en ligne)
  7. « Qui est vraiment Sophie Beau, cofondatrice de SOS Méditerranée ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « SOS Méditerranée : Sophie Beau, la reine des mers », sur lindependant.fr, (consulté le )
  9. (en-US) archyde, « Who is Sophie Beau, co-founder of SOS Méditerranée? », sur Archyde, (consulté le )
  10. « Qui est Sophie Beau, co-fondatrice de SOS Méditerranée? », sur France News Live, (consulté le )
  11. « Une main tendue en Méditerranée », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le )
  12. « SOS Méditerranée, l'ONG qui veut sauver les migrants en mer, lance sa première mission en février », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  13. « Une collecte participative a lancé SOS Méditerranée », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  14. « Un appel au don est lancé pour acquérir un bateau et sauver les migrants », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  15. « Les internautes appelés à financer un navire pour sauver les migrants en Méditerranée », sur France 24, (consulté le )
  16. « Réfugiés : nous collectons des fonds pour financer un bateau de sauvetage. Il y a urgence », leplus.nouvelobs.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Aquarius, Lifeline, Sea-Watch... : que sait-on des bateaux qui viennent en aide aux migrants ? », sur Europe 1 (consulté le )
  18. « L'ONG qui veut sauver les migrants en mer lance sa première mission en février », sur Le Huffington Post, (consulté le )
  19. Paris Match, « Sauvetage en haute mer - SOS Méditerranée et MDM au secours des migrants », sur parismatch.com (consulté le )
  20. « Francis Vallat, président de SOS Méditerranée : « La question du sauvetage est d’une simplicité lumineuse » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « Francis Vallat, président d'honneur de l’ONG "SOS MÉDITERRANÉE" : "Si ces gens coulent, notre âme coule avec." », sur France Culture (consulté le )
  22. Stéphanie Germain, « Francis Vallat, président de SOS Méditerranée : « Nous repartirons en mer, c’est sûr » », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  23. « Rapport d’activité 2017 », sur www.sosmediterranee.fr (consulté le )
  24. « SOS Méditerranée : ils piochent dans leur réserve parlementaire pour aider les migrants », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. Cédric Mathiot, Emma Donada, « Tout ce que vous avez voulu savoir sur l’«Aquarius» », sur liberation.fr, Libération, (consulté le )
  26. « Qui est SOS-Méditerranée, cette ONG qui affrète l'Aquarius ? », sur FIGARO, (consulté le )
  27. « Finistère. Une subvention de 50 000 € allouée à SOS Méditerranée », sur Ouest France,
  28. « Pyrénées-Orientales : le Département au soutien de SOS Méditerranée », sur lindependant.fr (consulté le )
  29. « Ille-et-Vilaine. 50 000 € du Département pour SOS Méditerranée », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  30. Simon Mauviel, « Saint-Nazaire va verser 5 000 € pour le Liban et 10 000 € par an à SOS Méditerranée », actu.fr,‎ (lire en ligne)
  31. « Migrants : deux capitaines du "Sea Watch 3" vont être décorées par la Ville de Paris », sur Franceinfo, (consulté le )
  32. « "Nous, élus, avons décidé de soutenir SOS Méditerranée" : l’appel de 28 collectivités pour "l’inconditionnalité du sauvetage en mer"" », France Info,‎ (lire en ligne)
  33. « En Italie, un procureur enquête sur le financement des ONG qui viennent en aide aux migrants en mer Méditerranée », sur Franceinfo, (consulté le )
  34. a et b « Italie. Mais d’où viennent tous ces soupçons sur les ONG ? », sur Courrier international, (consulté le )
  35. Arrêté du 23 novembre 2018 accordant l'agrément national au titre des associations éducatives complémentaires de l'enseignement public à l'association « SOS Méditerranée »
  36. « Sensibilisation Scolaire : se rencontrer pour mieux comprendre les réalités de la migration », sur www.sosmediterranee.fr (consulté le )
  37. « "Beyond Walls" : une gigantesque fresque sur le Champ de Mars offre une main tendue aux migrants », sur Franceinfo, (consulté le )
  38. « Le siège de SOS Méditerranée occupé par des militants identitaires », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  39. « VIDEO. «Aquarius»: Des militants de Génération Identitaire délogent de force SOS Méditerranée de son siège à Marseille », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  40. « Réfugiés: la gauche s’oppose aux identitaires », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  41. « Aquarius : des militants de Génération Identitaire ont envahi les locaux de SOS Méditerranée Marseille », sur midilibre.fr (consulté le )
  42. « [COMMUNIQUE] SOS MEDITERRANEE annonce des poursuites judiciaires contre ses agresseurs et leurs soutiens à la suite de l’attaque de son siège à Marseille », www.sosmediterranee.fr,‎ (lire en ligne)
  43. a et b « SOS Méditerranée : 56 personnalités de droite et d’extrême droite demandent l’abandon des poursuites contre Génération identitaire », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  44. « Migrants : l’ONG SOS Méditerranée attaque Nadine Morano et Stéphane Ravier », sur www.lefigaro.fr, (consulté le )
  45. « Locaux de SOS Méditerranée envahis : 56 personnalités demandent l'abandon des poursuites contre Génération Identitaire », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « Qui sont les militants de Génération identitaire partis à l’assaut des locaux de SOS Méditerranée ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. « Nouvelle mise en examen chez les identitaires après l'action de GI contre SOS Méditerranée », sur francesoir.fr,
  48. « Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer », sur you.wemove.eu (consulté le )
  49. « Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer ! », sur L'Humanité, (consulté le )
  50. « Manifestations dans toute l'Europe en faveur du navire Aquarius », sur rts.ch, (consulté le )
  51. http://www.sosmediterranee.fr/medias/sosmeddossierpresse.pdf
  52. « Des milliers de manifestants en soutien à l'"Aquarius" », sur Franceinfo, (consulté le )
  53. « Manifestations dans toute l'Europe en faveur du navire Aquarius », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. « Migrants : qui finance l’Aquarius, le navire de l’ONG SOS Méditerranée ? », sur leparisien.fr, 2018-08-14cest13:24:30+02:00 (consulté le )
  55. « Est-ce que l'Aquarius est affrété par l'Open Society de Georges Soros ? », sur Libération, (consulté le )
  56. a et b Le Point magazine, « Migrants: l'Ocean Viking reprend ses sauvetages en Méditerranée après trois mois d'arrêt », sur Le Point, (consulté le )
  57. « L'Aquarius met le cap sur Marseille pour "clarifier" la situation à propos de son pavillon », sur Le Huffington Post, (consulté le )
  58. « AQUARIUS 2” ex “AQUARIUS », sur www.amp.gob.pa (consulté le )
  59. BFMTV, « Sous pression italienne, le Panama veut retirer son pavillon à l'Aquarius », sur BFMTV (consulté le )
  60. « Aquarius : l’Italie demande sa saisie préventive », sur Mer et Marine, (consulté le )
  61. « [COMMUNIQUE] SOS MEDITERRANEE condamne fermement cette nouvelle tentative de criminalisation de l’aide humanitaire en mer et la demande de saisie préventive de l'Aquarius », sur www.sosmediterranee.fr (consulté le )
  62. a et b « MSF et SOS Méditerranée mettent un terme aux opérations de sauvetage de l’« Aquarius » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  63. « Une année tempétueuse pour l'Aquarius » [audio], sur France Inter (consulté le )
  64. « Migrants : l'ONG SOS-Méditerranée annonce une nouvelle campagne au large de la Libye », sur FIGARO, (consulté le )
  65. Julia Pascual, « SOS Méditerranée et MSF annoncent une nouvelle campagne de secours des migrants en mer », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  66. « Les migrants secourus par le navire "Ocean Viking" ont dérivé 48 heures et sont "dans un état d'extrême fatigue" », sur Franceinfo, (consulté le )
  67. AFP, « L’ONG SOS Méditerranée annonce une nouvelle campagne de secours en mer », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  68. « MSF reprend ses opérations de secours en mer face à la détérioration de la situation en Libye et à l'inaction européenne », sur Médecins sans frontières (consulté le )
  69. Thibault Lefèvre, « À bord de l'Ocean Viking, le nouveau navire de sauvetage de SOS Méditerranée », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  70. « A Marseille, le navire humanitaire « Ocean-Viking » se prépare à partir en Méditerranée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  71. « Migrants: l'Ocean Viking joue la transparence pour déminer les polémiques », sur LExpress.fr, (consulté le )
  72. « SOS Méditerranée : “S’il nous est interdit d’entrer dans les eaux italiennes, nous n’irons pas” », sur Les Inrocks (consulté le )
  73. « L’Italie adopte un décret antimigrants, avec des amendes records pour ceux qui leur viennent en aide », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  74. « Migrants : la justice italienne désavoue Salvini et ouvre ses bras à l’Open Arms », sur www.lefigaro.fr, (consulté le )
  75. « L’« Ocean-Viking », qui vient en aide aux migrants en Méditerranée, interdit de ravitaillement à Malte », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  76. « 85 migrants secourus par l’« Ocean Viking » au large de la Libye », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  77. « Le navire humanitaire « Ocean Viking » débarque 182 migrants en Sicile », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  78. AFP, « Migrants : la réouverture des ports italiens, « un tournant positif », se félicite SOS Méditerranée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  79. « Menacée par des garde-côtes libyens, l’ONG Sea-Eye sauve 90 migrants en Méditerranée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  80. Ouest-France, « Migrants. Italie, France, Allemagne et Malte s’accordent pour une répartition automatique », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  81. « Reprise des opérations de l’Ocean Viking : “Il y a urgence à repartir, il n’y a plus aucun navire humanitaire sur place” (SOS Méditerranée) », sur Franceinfo, (consulté le )
  82. AFP, « Secours aux migrants : l’Ocean Viking n’est plus bloqué en Italie », sur leparisien.fr, (consulté le )
  83. Nejma Brahim, « Sauvetages en Méditerranée: l’«Ocean Viking» reprend la mer », sur Mediapart (consulté le )
  84. Nejma Brahim, « «Ocean Viking»: en Libye, les violences sexuelles détruisent les femmes migrantes », sur Mediapart, (consulté le )
  85. « SOS MEDITERRANEE reçoit le Prix du Citoyen européen 2016 », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le )
  86. « Civi europaeo premium » [PDF], sur www.europarl.europa.eu (consulté le )
  87. « SOS Méditerranée | Association Européenne de Sauvetage en Mer Méditerranée | SOS MEDITERRANEE reçoit le Prix du Citoyen européen 2016 », sur www.sosmediterranee.fr (consulté le )
  88. « Lauréats 2017 — » (version du 13 avril 2017 sur l'Internet Archive), sur www.pfaj.eu
  89. « SOS Méditerranée | Association Européenne de Sauvetage en Mer Méditerranée | SOS MEDITERRANEE distinguée du Grand Prix Franco-Allemand des Médias 2017 », sur www.sosmediterranee.fr (consulté le )
  90. « Giuseppina Nicolini, maire de Lampedusa, et SOS Méditerranée lauréats du Prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix », sur UNESCO (consulté le )
  91. « Label Grande cause nationale 2017 : deux associations de sauvetage en mer désignées », sur Gouvernement.fr (consulté le )
  92. « SOS Méditerranée | Association Européenne de Sauvetage en Mer Méditerranée | SOS MEDITERRANEE reçoit le label Grande Cause nationale 2017 dédié au sauvetage en mer », sur www.sosmediterranee.fr (consulté le )
  93. « Prix Sakharov 2018 : Et les nominés sont... | Actualité | Parlement européen », sur www.europarl.europa.eu, (consulté le )
  94. Florian Royer, « Un opéra inspiré du navire Aquarius », sur France Musique, (consulté le )
  95. « Orchestres : François-Xavier Roth, baguette à trois têtes », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  96. « Le duo Madame Monsieur représentera la France au concours de l’Eurovision », sur Le Monde.fr (consulté le )
  97. BFMTV, « Un bébé prénommé Miracle est né en mer sur un navire affrété pour venir en aide aux migrants », sur BFMTV (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]