Siège de Dunkerque (1944)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Dunkerque.
Siège de Dunkerque
Description de cette image, également commentée ci-après

Des soldats tchécoslovaques à La Panne (Belgique), près de Dunkerque, à la fin de la guerre en 1945.

Informations générales
Date du au
Lieu Dunkerque, France
Issue Reddition allemande à la suite de la capitulation du 8 mai 1945
Belligérants
Drapeau du Canada Canada
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Résistance belge
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Commandants
Flag of the Czech Republic.svg Alois Liška
Flag of the United Kingdom.svg Robert Peel Waller
Flag of France.svg Raoul Lehagre
Flag of the NSDAP (1920–1945).svg Wolfgang von Kluge
Flag of the NSDAP (1920–1945).svg Friedrich Frisius
Forces en présence
Flag of the Czech Republic.svg 4 620 hommes
Flag of France.svg 4 500 hommes
Flag of the NSDAP (1920–1945).svg13 à 14 000 hommes
Pertes
Drapeau de la Tchécoslovaquie 167 tués, 461 blessés et 40 disparus
Drapeau de la France 117 tués et 26 disparus
Drapeau de l'Allemagne nazie 1000 tués ou disparus, 542 blessés et 12 811 prisonniers dont 372 officiers

Seconde Guerre mondiale
Libération de la France

Batailles

2e campagne de France
Corse · Limousin · Ain et Haut-Jura · Les Glières · Ascq · Mont Mouchet · Opérations SAS en Bretagne · Bataille de Normandie · Guéret · 1er Tulle · 2e Tulle · Argenton-sur-Creuse · Oradour-sur-Glane · 1er Ussel · Saint-Marcel · Saffré · Mont Gargan · Vercors · Penguerec · Lioran · Égletons · 2e Ussel · Débarquement de Provence · Port-Cros · La Ciotat · Toulon · Martigues · Marseille · Nice · Rennes · Saint-Malo · Brest · Paris · Montélimar · Maillé · Écueillé · La Saulx · Meximieux · Nancy · Reddition de la colonne Elster · Dunkerque · Arracourt · Saint-Nazaire · Lorient · Metz · Royan et de la pointe de Grave · Campagne de Lorraine · Colmar


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise
Coordonnées 51° 02′ 18″ nord, 2° 22′ 39″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Siège de Dunkerque

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Siège de Dunkerque

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Siège de Dunkerque

Le siège de Dunkerque commence en septembre 1944, au cours de la Seconde Guerre mondiale, lorsque des unités de la 2e division d'infanterie canadienne encerclent la place forte de Dunkerque et son port, pour durer près de huit mois.

Compte tenu de la résistance des unités allemandes aux premières attaques et de la nécessité absolue de reprendre le port d'Anvers, Dunkerque fut « oubliée » par les Alliés (notamment la 1re brigade blindée tchécoslovaque) et laissée à l'arrière de l'armée canadienne. La garnison allemande restera à Dunkerque jusqu'à la capitulation générale allemande en mai 1945. De ce fait, la garnison empêcha les alliés d'utiliser le port, dont les infrastructures avaient été détruites.

Finalement, la « forteresse », commandée par l'amiral Friedrich Frisius, fut libérée le à la suite de la capitulation sans conditions allemande acceptée par le général de brigade Alois Liška, commandant de la 1re brigade blindée tchécoslovaque.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Libération de la France.

La 1re Armée canadienne fut positionnée à la gauche de la ligne d'avance du 21e Groupe d'armées britannique, et le maréchal Montgomery ordonna de libérer les ports de la Manche avant de continuer vers les Pays-Bas. Cependant, la majorité de ces ports étaient fortement défendus et, malgré la faible qualité des garnisons allemandes, leurs libérations nécessitaient un assaut à grande échelle.

Les ports étaient nécessaires au ravitaillement des armées alliées progressant sur le territoire français, alors que le manque d'infrastructures ralentissait voire stoppait leurs grandes offensives. Montgomery estima que les ports de la Manche répondraient à ces besoins, point de vue qui fut maintenu jusqu'à la mi-septembre. Mais sous la pression du général Eisenhower, Montgomery modifia ses instructions pour le commandant canadien, Harry Crerar, le  : « L'utilisation d'Anvers est si urgente que je suis prêt à renoncer aux opérations à Calais et à Dunkerque » et le lendemain : « Dunkerque sera laissée pour être traitée plus tard, pour le moment elle sera simplement délaissée ».

Les actions à Calais continuèrent en grande partie en raison du besoin de réduire au silence la lourde artillerie proche de la ville. Les forces qui auraient pu être utilisées pour reprendre Dunkerque furent déplacées pour aider les alliés lors de la bataille de l'Escaut et ainsi ouvrir l'accès au port presque intact d'Anvers. Au lieu de cela, des forces alliées plus restreintes furent mobilisées pour maintenir un périmètre autour de la ville, ce qui permit aux Allemands de résister.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Dans les premières semaines du siège, alors que les forces alliées furent déployées sur l'Escaut, plusieurs unités firent des courtes missions. La 2e division canadienne fut relevée par la 4e brigade de services spéciaux. Elle-même fut relevée par la 154e brigade d'infanterie britannique. La majorité du siège fut assurée par la 1re brigade blindée tchécoslovaque du début octobre 1944 jusqu'à la reddition finale.

La garnison était composée d'unités très variées, comprenant du personnel de la marine et de l'aviation, ainsi que des unités de l'armée et des fortifications. Il y avait aussi un fort détachement de deux mille Waffen-SS. L'effectif total dépassait les 10 000 hommes. Beaucoup d'entre eux provenaient de cinq divisions écrasées pendant la bataille de Normandie qui avaient reculé jusqu'à Dunkerque. La ville elle-même était bien fortifiée, et équipée pour soutenir un long siège.

Forces alliées[modifier | modifier le code]

Forces allemandes[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Les premières offensives[modifier | modifier le code]

Les Canadiens approchèrent de Dunkerque par le sud-ouest. Le , la 5e Brigade d'infanterie canadienne libéra Bourbourg, située à 13 kilomètres de la place forte. Le périmètre allemand, variant entre 7 et 12 kilomètres, englobait les villes de Mardyck, Loon-Plage, Spycker, Bergues et Bray-Dunes.

Le , les Calgary Highlanders, en attaquant Loon-Plage, se heurtèrent à une vive résistance et subirent de lourdes pertes, trente soldats. Le village fut pris le 9 septembre lorsque les Allemands se retirèrent. Peu à peu, les unités canadiennes réduisirent le périmètre allemand en prenant Craywick le 9 et Mardyck le 17, à l'ouest de Dunkerque. Le 15 septembre, les Alliés reprirent Bergues ainsi que les villes belges de Furnes, Nieuport et La Panne, aidés par la Résistance intérieure belge. Le même jour, Bray-Dunes et Ghyvelde, à l'est de Dunkerque, tombèrent grâce à l'aviation qui apporta un soutien à l'infanterie après une première tentative infructueuse.

Mais il devint clair que la garnison allemande ne se rendrait pas sans un assaut majeur. En raison de la nécessité de reprendre l'Escaut et Anvers, et compte tenu de la forte probabilité que le port serait inutilisable à la suite de sa démolition, la plupart des unités canadiennes furent redéployées. À proximité de Dunkerque, la ville d'Ostende fut reprise facilement à la suite de la retraite des unités allemandes et, dès le 28 septembre, son port fut utilisé comme port de ravitaillement. Dunkerque ne valait plus l'effort de sa capture, d'autant moins qu'elle s'était déjà largement vidée de sa population.

Le siège de la ville[modifier | modifier le code]

Les forces alliées autour de Dunkerque étaient destinées à contenir les soldats allemands et minimiser leur volonté de se battre en effectuant des reconnaissances agressives, des bombardements aériens, des tirs d'artilleries et en diffusant de la propagande. Les voies de ravitaillement par vedettes rapides ("Schnellboot") ou par avion devaient également être coupées.

De toutes les forteresses allemandes le long de la Manche, Dunkerque fut celle qui offrit le plus de résistance. La garnison avait repoussé les premiers assauts canadiens avec assez de hargne pour dissuader le commandement de réaliser un assaut à grande échelle pour prendre la ville. Grâce au report de l'assaut de la ville, les soldats allemands réussirent à conserver leur périmètre au prix de contre-attaques agressives.

Durant la nuit du 26 au , les Allemands tentèrent de tirer avantage de la méconnaissance des lieux de la 154e Brigade d'infanterie britannique. Deux importantes attaques furent portées, l'une contre le 7e Black Watch à Ghyvelde, et l'autre sur la plage de Bray-Dunes contre le 7e Argyll. Les deux attaques furent contenues, non sans que le quartier-général des Argylls n'ait été partiellement occupé et des maisons de Ghyvelde détruites.

Le , à l'initiative de la Croix-Rouge, une trêve de 36 heures fut instaurée afin de permettre l'évacuation de 18 000 civils français ainsi que des soldats des deux camps. Il n'y eut aucun incident durant celle-ci, et la trêve fut même prolongée afin de permettre aux Allemands de reformer leurs défenses qui avaient été retirées pour permettre l'évacuation.

Une fois déployées, les forces tchécoslovaques effectuèrent fréquemment des raids dans la banlieue est de Dunkerque, afin de saper le moral des Allemands et de faire des prisonniers. Le novembre 1944 vit de nombreuses attaques et contre-attaques, en particulier sur le flanc oriental de la ville. Les conditions de vie furent difficiles pour les deux camps pendant l'hiver. Les polders autour de la ville furent noyés, afin de servir de défenses. La boue qui en résulta gêna les mouvements et détériora la situation des armées. Les artilleurs canadiens indiquaient que les emplacements d'artillerie s'effondraient et les transports s'embourbaient. Les assiégés souffrirent de la mauvaise nourriture, de conditions sanitaires dégradées et d'une discipline sévère.

La capitulation[modifier | modifier le code]

Après la capitulation générale allemande, le vice-amiral Frisius se rend au quartier-général de la brigade tchèque à Wormhout, le 9 mai 1945, pour y signer à 9h20, l'acte de reddition de la garnison de Dunkerque, devant Général Liška, commandant local des forces alliées. Assistent à cette signature, pour les Britanniques le général Waller, commandant l'artillerie alliée, et le colonel Bleecker commandant le 22e état-major de liaison, pour les Français le lieutenant-colonel Lehagre et le capitaine de corvette Acloque, qui représentent respectivement l'armée de Terre et la Marine nationale, pour les Tchèques le général Liška, qui accepte la capitulation sans conditions de la garnison allemande. Vingt et une tonnes de provision (soit trois mois de subsistance pour la garnison), 410 véhicules automobiles, 731 hippomobiles, 998 chevaux, 85 pièces d'artillerie d'un calibre allant du 75 au 200 mm, 97 canons antichar, 98520 grenades à main, 133 000 munitions diverses et de très nombreuses armes individuelles appartenant à l'armée allemande seront retrouvés dans la ville par les troupes alliées.

Dernière ville française libérée, Dunkerque sort du conflit dévastée aux neuf dixièmes, avec une tâche gigantesque de déminage à entreprendre, un port à débarrasser de ses épaves et à reconstruire, et une vaste partie de sa population à rapatrier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Siege of Dunkirk (1944–45) » (voir la liste des auteurs).
  • Rémy Desquesnes, Les poches de résistance allemandes sur le littoral français : août 1944 - mai 1945, Rennes, Éd. Ouest-France, coll. « Histoire », (ISBN 978-2-7373-4685-9)
  • Patrick Oddone, Dunkerque 1944-1945 : Sur les chemins de la libération, Presses Universitaires du Septentrion, , 336 p. (ISBN 2859398821)
  • Liste des unités combattantes ayant participé aux opérations de la poche de Dunkerque pour la période du 4 septembre 1944 au 8 mai 1945, coll. « Bulletin officiel des armées », , 2 p.
  • (en) Paul Williams, Hitler's Atlantic Wall : Pas de Calais, Casemate Publishers, coll. « Battleground Normandy », , 176 p. (ISBN 184884817X)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]