Poche de La Rochelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poche de La Rochelle
Description de cette image, également commentée ci-après
Base sous marine du port de La Pallice
Informations générales
Date -
Lieu La Rochelle - île de Ré - Nord de l'île d'Oléron
Issue Reddition allemande à la suite de la capitulation du 8 mai 1945
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemandDrapeau de la France FFI-FTP devenus FFSO, puis DAA
Commandants
Drapeau de l'Allemagne Contre-amiral SchirlitzDrapeau de la France Général de Larminat - Colonel Adeline puis Colonel Chêne - Commandant de marine Meyer
Forces en présence
Drapeau de l'Allemagne 15 000Drapeau de la France 8 000

Seconde Guerre mondiale
Libération de la France

La poche de La Rochelle est une zone de résistance allemande à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La poche est constituée de la ville de La Rochelle, de la base sous-marine de La Pallice, de l'île de Ré et de la majeure partie de l'île d'Oléron (le sud de l'île faisant partie de la poche de Royan).

Présentation de la forteresse[modifier | modifier le code]

Dans l'île de Ré, on trouve 2 sites de batteries de marine, la première appelée « Kora » composée de 4 pièces d'un calibre de 220 mm d'une portée de 25 km, la seconde « Karola » composée de 4 pièces d'un calibre de 203 mm[1].

Dans l'île d'Oléron, on trouve une dizaine d'ouvrages d'artillerie[1].

Le dispositif défensif terrestre était constitué, notamment à une dizaine de kilomètres de La Rochelle, d'une bande minée s'appuyant au nord et au sud sur de vastes étendues inondées, doublée d'un profond fossé antichar en arrière duquel étaient dissimulés les nids de résistance[2].

Une seconde ligne de défense, 8 kilomètres en avant de la première, constituée d'un fossé antichar, de champs de mines et de nids de résistance s'étendait sur une longueur de 30 km[2].

Au total, la poche était constituée d'environ 200 pièces d'artillerie fixes ou mobiles d'un calibre supérieur à 75, de 100 canons fixes affectés à la défense du littoral et autant pour la défense aérienne[3].

Les forces françaises devant la poche[modifier | modifier le code]

Le général de Gaulle se rend à Saintes le pour rencontrer les principaux responsables des unités militaires issues de la Résistance, et engagées dans la libération du pays, dont le colonel Adeline, ancien responsable des FFI de Dordogne[4].

Deux semaines après sa venue à Saintes, il nomme le colonel Adeline commandant des opérations du secteur de la Rochelle et du secteur de Royan - Pointe de Grave[4].

Le sont créées les Forces françaises du Sud-Ouest (FFSO)[5], qui deviendront plus tard détachement d'armée de l'Atlantique (DAA), dirigées par le général de Larminat, alors sur le front de l'Allemagne avec la 1re armée de de Lattre, secondé par le général d'Anselme (sl)[4].

Le colonel Adeline, secondé du commandant de marine Meyer, obtenaient, au cours de pourparlers avec les Allemands, que ceux-ci reconnaissent que les hommes portant un brassard sur la manche soient traités comme des combattants ordinaires et qu'en cas de capture ils soient traités comme des prisonniers de guerre[6].

Puis Larminat désigne un commandant par secteur. Adeline devient commandant du secteur de Royan et le colonel Chêne, ancien chef de maquis de la Vienne, commandant du secteur de La Rochelle, toujours secondé par le commandant de marine Meyer[6].

Les opérations militaires[modifier | modifier le code]

Christiane Gachignard parle d'« originalité rochelaise »[7], en effet, c'est la seule poche à avoir conservé une population nombreuse, à avoir été épargnée par les combats, à être sortie sans dommages de la tourmente, à avoir négocié avec l'occupant un modus vivendi et, enfin, à n'avoir été libérée que par des troupes françaises[8].

Après diverses rencontres menées par le commandant Meyer avec le contre-amiral Schirlitz, une convention temporaire est signée avec l'accord du général Adeline, commandant des forces françaises du Sud-Ouest[9].

« Dans le but d'éviter la destruction des installations portuaires et urbaines du port de La Rochelle-La Pallice, il a été convenu ce qui suit :

1. Les zones désignées ci-après ne peuvent faire l'objet d'attaques ni par terre, mer ou air de la part des troupes.
a. Zone interdite à l'action des troupes françaises : l'île de Ré et une portion de terre ferme limitée du côté de la terre par la ligne indiquée en rouge sur le plan joint.
b. Zone interdite à l'action des troupes allemandes : les régions situées à l'est de la ligne figurée en bleu telle qu'elle est indiquée sur le plan joint.
2. Dans la zone indiquée au paragraphe 1a, le commandant allemand s'engage à s'abstenir de toute destruction des installations portuaires et urbaines.
3. Dans la zone indiqué au paragraphe 1b, le commandant français s'engage à ne pas fomenter ou appuyer des mouvements de résistance et des actes de sabotage de la part de la population.
4. Dans la zone comprise entre les lignes rouge et bleue indiquées ci-dessus, les deux parties contractantes se réservent pleine liberté d'action. [...]
8. Le présent accord entre en vigueur, le 20 octobre à 20 h[10]. »

— Convention du entre le général Adeline et l'amiral Schirlitz

La ligne rouge part de Villedoux jusqu'à la pointe de Châtelaillon en passant par Longèves, Sainte-Soulle et La Jarrie.
La ligne bleue part de Marans jusqu'à la pointe de la Fumée en passant par Courçon, Bouhet, Forges, Ciré-d'Aunis, Breuil-Magné et Fouras[11].

Les deux négociateurs étaient parvenus à un compromis : la diplomatie l'emportait sur la force, la raison sur l'entêtement[10].

Cet arrangement n'empêchait pas les bataillons d'engagés volontaires FFI de poursuivre le siège de forteresse et de faire face aux coups de main allemands (raids sur Marans, Aigrefeuille d'Aunis, Saint-Jean-de-Liversay)[12].

En avril 1945, le général de Larminat fait parvenir au contre-amiral Schirlitz un courrier dans lequel il fait connaître son intention de dénoncer la convention du délimitant la zone de combats. Il ajoute que la destruction des installations portuaires et urbaines de La Rochelle serait considérée comme un crime de guerre. En revanche, en cas de respect du patrimoine existant, la garnison allemande pourrait bénéficier d'une certaine mansuétude de la part des vainqueurs. Sitôt la convention dénoncée, les troupes françaises avancent, sans atteindre cependant la ligne rouge[13].

La reddition[modifier | modifier le code]

Mémorial de la poche de La Rochelle 1944-1945, près de Saint-Sauveur-d'Aunis.

Le 7 mai, après avoir appris par la radio la capitulation du Reich, le contre-amiral allemand négociait sa propre reddition, alors que les troupes françaises entraient dans la ville pavoisée[13].

Après des préliminaires menées au château de Buzay à La Jarne, la cérémonie se déroule le 8 mai au matin, avec la remise par le contre-amiral Schirlitz de ses pouvoirs au colonel Chêne, suivie de l'entrée des troupes françaises dans la cité. Tôt le 9 mai au matin, Schirlitz signe l'acte officiel de capitulation et remet ses armes au commandant de marine Meyer[14].

Après cette dernière rencontre, un régiment de zouaves débarque sur l'île de Ré et capture le commandant de la garnison et la Marine nationale prend possession de la base sous-marine intacte de La Pallice[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]