Sargé-lès-le-Mans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sargé-lès-le-Mans
Sargé-lès-le-Mans
L'église Saint-Aubin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Le Mans
Intercommunalité Le Mans Métropole
Maire
Mandat
Marcel Mortreau
2020-2026
Code postal 72190
Code commune 72328
Démographie
Gentilé Sargéen
Population
municipale
3 650 hab. (2018 en diminution de 0,22 % par rapport à 2013)
Densité 264 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 01″ nord, 0° 14′ 25″ est
Altitude Min. 59 m
Max. 126 m
Superficie 13,85 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Le Mans
(banlieue)
Aire d'attraction Le Mans
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Changé
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Sargé-lès-le-Mans
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Sargé-lès-le-Mans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sargé-lès-le-Mans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sargé-lès-le-Mans
Liens
Site web www.sargeleslemans.fr

Sargé-lès-le-Mans est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 3 650 habitants[Note 1] (les Sargéens).

La commune fait partie de la province historique du Maine, et se situe dans le Haut-Maine (Maine roux).

Géographie[modifier | modifier le code]

L’autoroute A11, traverse la commune de Sargé-lès-le-Mans. Une aire d’autoroute est située sur la commune, au kilomètre 139, à quelques kilomètres de l'échangeur A28 et A11, à proximité des bourgs de Sargé-lès-le-Mans et de La Trugalle. Elle se compose d'un restaurant et d'une station service.

La ville est desservie par le service de transport de la Setram par la ligne de bus 22.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sargé-lès-le-Mans est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine du Mans, une agglomération intra-départementale regroupant 20 communes[5] et 219 080 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Mans dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 144 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes de Cerviaco au IXe siècle et de Cergiaco au XIIe. Le toponyme est issu d'un anthroponyme latin tel que Cervius ou Servius, adjoint du suffixe -acum[10].

En 1933, Sargé devient officiellement Sargé-lès-le-Mans[11], indiquant la proximité du Mans par la vieille préposition lès, devenue d'usage exclusif des toponymes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le cahier de doléances de la paroisse de Sargé est rédigé le .

La commune abrite des soldats de bataillons mobiles pendant la guerre de 1870.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le château de la Blanchardière est occupé par les troupes allemandes. En 1944, les résistants parviennent à éviter la destruction de l'agglomération de Sargé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sargé-lès-le-Mans Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1945 mars 1959 Gustave Blondeau    
mars 1959 1980 Roger Caffieri    
1980 mars 1989 Bernard Bruneau    
mars 1989 mars 2001[12] Loïc Martin   Inspecteur de la DDE retraité
mars 2001[12] mars 2008 Albert Romanier DVD  
mars 2008[13] avril 2010
(décès)
Thierry Dujardin DVD Administrateur de société retraité
juin 2010[14] En cours Marcel Mortreau[15] DVD Directeur de groupement postal retraité, 10e vice-président de la communauté urbaine Le Mans Métropole
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Le conseil municipal est composé de vingt-sept membres dont le maire et sept adjoints[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2018, la commune comptait 3 650 habitants[Note 4], en diminution de 0,22 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0209681 0081 4661 3821 3591 3571 1571 170
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1461 1201 0961 0311 0291 0131 0351 0401 039
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0181 0039918628418618719691 010
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 0571 0311 9362 4182 8703 4813 5673 5093 575
2018 - - - - - - - -
3 650--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sargé-lès-le-Mans possède un monument aux morts, fleuri lors des commémorations.

L'église Saint-Aubin des XIe, XIVe, XVIe, XVIIIe et XIXe siècles aurait été fondée au IVe siècle par saint Julien, premier évêque du Mans. Le chœur circulaire date de 1150, de même qu'un ancien autel en calcaire coquillier réemployé[19].

Au pignon ouest, un clocher en grès du XIVe siècle est surmonté d'une flèche couverte en ardoise. Une chapelle du transept date de 1583, l'autre de 1731. Sur le côté sud de la nef, la « porte des morts » qui s'ouvrait autrefois sur le cimetière, est condamnée.

Le retable de la chapelle de la Vierge du XVIIe siècle doté d'un bas-relief et de quatre statues est classé à titre d'objet aux Monuments historiques[20], demême qu'une statue de sainte Anne du XVIIIe[21].

Activité, label et manifestations[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

L'Espace Scélia est aussi un grand établissement qui propose plusieurs activités, spectacles, réceptions, réunions.

Label[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (une fleur) au concours des villes et villages fleuris[22].

Sports[modifier | modifier le code]

Le Judo Club de Sargé est placé 2e au classement départemental 2010.

L'Union athlétique sargéenne (UAS), club d'athlétisme, est le premier au niveau départemental et dans le top 3 au niveau régional. Il est le 25e club français.

Le territoire est doté d'un golf 18 trous, appelé golf de Sargé.

L'Amicale sportive sargéenne fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[23].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sargé-lès-le-Mans est jumelée avec :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Lambert, rendu célèbre par l'affaire Grégory, vécut sa retraite à Sargé jusqu'à sa mort le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 du Le Mans », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Mans », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 3 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 3 avril 2021).
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. a et b « Albert Romanier élu à la tête de la municipalité », sur municipales2001.ouestfrance.fr, Ouest-France (consulté le 7 décembre 2014).
  13. « Un premier mandat d'élu et de maire pour Thierry Dujardin », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 7 décembre 2014).
  14. « Ouest-france.fr - Marcel Mortreau, nouveau maire de Sargé-lès-le-Mans » (consulté le 16 août 2010).
  15. a et b Réélection 2020 : « Municipales à Sargé-lès-Le-Mans. Nouveau mandat pour Marcel Mortreau », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 mars 2021).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « site officiel de la mairie », sur sargeleslemans.fr (consulté en 12-nov 2017).
  20. « Retable de la chapelle de la Vierge, bas-relief, 4 statues : Vierge, Sainte Madeleine, Saint François de Sales, Saint Aubin, Louis XIV, Louis XIII, Henri IV », notice no PM72000929, base Palissy, ministère français de la Culture.
  21. « Statue : Sainte Anne », notice no PM72001360, base Palissy, ministère français de la Culture.
  22. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 décembre 2014).
  23. « Site officiel de la Ligue du Maine – Am. S. Sargéenne » (consulté le 7 décembre 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :