Champagné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champagné (homonymie).
Champagné
L'église Saint-Désiré.
L'église Saint-Désiré.
Blason de Champagné
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Changé
Intercommunalité Le Mans Métropole
Maire
Mandat
Catherine Chevalier
2015-2020
Code postal 72470
Code commune 72054
Démographie
Gentilé Champagnéen
Population
municipale
3 828 hab. (2013)
Densité 275 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 22″ Nord 0° 19′ 58″ Est / 48.022778, 0.332778
Altitude Min. 52 m – Max. 126 m
Superficie 13,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Champagné

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Champagné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champagné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champagné
Liens
Site web www.ville-champagne.fr

Champagné est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 3 828 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par le service de transport de la SETRAM par la ligne de bus no 25.

La commune dispose d'une gare ferroviaire, située sur la ligne de Paris-Montparnasse à Brest.

Communes limitrophes de Champagné
Fatines
Yvré-l'Évêque Champagné Saint-Mars-la-Brière
Changé

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le gentilé est Champagnéen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971[1] mars 1983 Jean-Claude Laude PCF Instituteur
mars 1983 mars 1989 Aimée Prilleux PS  
mars 1989[1] novembre 2010[2] Jean-Claude Laude PCF Instituteur
novembre 2010 mars 2014 Catherine Chevalier[3] PCF  
mars 2014 janvier 2015 Patrick Desmazières[4] DVD Chef de projet qualité
Conseiller départemental (depuis 2015)
10 janvier 2015 en cours Catherine Chevalier[5] PCF  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 3 828 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Champagné[6]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
674 745 732 744 845 875 867 819 857
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
804 781 817 870 871 849 709 749 883
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 041 1 147 1 188 1 124 1 079 1 157 1 659 1 642 2 024
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
2 047 2 234 2 757 3 333 3 307 3 294 3 565 3 628 3 757
2013 - - - - - - - -
3 828 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Plus de 140 entreprises dont :

  • LBC (Luissier Bordeau Chesnel), industrie alimentaire fabricant entre autres les rillettes Bordeau Chesnel.
  • Socamaine : trois centrales d'achats (alimentaires, liquide, fruits et légumes).
  • Vals.
  • Peintures productions ouest.
  • Plastigom qui fabrique et commercialise ses produits sous la marque La Vague depuis 1928.
  • Souriau Sarthe et Maroc : industrie à forte valeur ajoutée, produisant des connecteurs électriques et optiques pour environnement sévère.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Église Saint-Désiré des XVIe et XVIIe siècles, bâtie sur les fondations d'un église romane de l'an 800. Statues de la Vierge et d'Élisabeth en terre cuite peinte du XVIIe siècle. Retable du XVIe siècle avec des tableaux représentant l'Adoration des bergers (XIXe siècle), l'Éducation de la Vierge enfant (XVIIe siècle). Le retable du maître-autel (XVIe siècle) est encadré par les statues en terre cuite de sainte Marguerite et sainte Barbe et, au-dessus, par celles du Christ accompagné de saint Didier et de saint Désiré. Une toile centrale représente l'Annonciation.
  • Vestiges de fortifications.
  • Chapelle du cimetière du XVIe avec une pietà en terre cuite polychrome dans une niche décorée d'une coquille Saint-Jacques.
  • Maisons anciennes.
  • Maison « la Bretèche » du XIIe siècle, avec une cheminée style Renaissance.
  • Château de Réveillon de 1300, restauré en 1905.
  • Château des Aubry (1914-1918).
  • Moulins du XIXe siècle.
  • La gare de Champagné.
  • Pont métallique style Eiffel de 1891.
  • Mosaïque géante sur le mur du collège.
  • Statue et fontaine (place de la Mairie).
  • Monument commémoratif des combats de 1871.
  • Cimetière militaire belge.
  • Bois, étangs.
  • Circuits balisés de randonnée.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Fête des Lances[modifier | modifier le code]

Champagné a su garder la coutume ancestrale de la « Fête des Lances », qui date de 1530 environ et qui a lieu le jour des rameaux.

Il est fort probable que ce sont les moines du prieuré de Saint-Désiré à Champagné qui ont contribué à établir cette fête essentiellement religieuse, qui reproduit les cérémonies du dimanche des Rameaux organisés à cette époque au Mans.

Le matin, un grand christ en croix, hissé sur un brancard porté par quatre hommes, est apporté de la chapelle du cimetière jusqu'à l'église. Il est escorté par douze lanciers à cheval et suivi par Judas, le traître. La messe de la Passion est célébrée à l'issue de la procession.

L'après-midi a lieu le bris des lances effectué par les lanciers : il s'agit de ficher la pointe ferrée de la lance dans le poteau de « quintaine » comme cela se faisait couramment au Moyen Âge pour tester la force et l'adresse des écuyers et des chevaliers.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le maire sortant Jean-Claude Laude a présenté sa liste », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 21 novembre 2015)
  2. « Ouest-france.fr - Le maire de Champagné démissionne » (consulté le 13 novembre 2010)
  3. « Le Mans.maville.com (Ouest-France) - Catherine Chevalier nouveau maire de Champagné » (consulté le 19 novembre 2010)
  4. « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre,‎ (consulté le 29 mars 2014).
  5. « Ouest-France - Après l'annulation du vote. Catherine Chevallier revient en mairie » (consulté le 14 janvier 2015)
  6. Date du prochain recensement à Champagné, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  9. « Champagné. Nathalie Mauclair reçoit la médaille de la Ville », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 2 octobre 2014)