Jean-Michel Lambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lambert.
Jean-Michel Lambert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
Le MansVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean-Michel Lambert, surnommé « le petit juge », né le à Jarnac et mort le au Mans, est un magistrat et écrivain français connu principalement pour avoir été le premier à instruire l'affaire Grégory, et cela d'une manière très contestable, si l'on en croit la plupart des auteurs qui ont traité du sujet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Après une enfance passée en Charente, à Jarnac, où son père dirige une entreprise de publicité, il étudie le droit à l'université de Picardie, puis entre à l’École nationale de la magistrature. Il fait son service militaire en 1977 à l’École des élèves officiers de réserve de Coëtquidan, où il a comme camarades François Hollande, Jean-Pierre Jouyet et Michel Sapin[1]. À l'âge de 27 ans, le 1er février 1980, il est nommé juge d'instruction dans la juridiction d’Épinal (Vosges), en raison du rang plus que médiocre de son classement de sortie de l’École de la magistrature[1].

Vie de famille[modifier | modifier le code]

Après avoir été en poste à Épinal puis à Bourg-en-Bresse, il a terminé sa carrière au Mans, où il vivait dans un immeuble du quartier Prémartine, un endroit résidentiel, avec son épouse Nicole, dont il avait fait la connaissance en 1986 à Remiremont[1] et qui était, à l'époque, institutrice[2]. Le couple a eu une fille, prénommée Pauline[1].

Carrière et vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Il a été le premier juge d'instruction de l'affaire Grégory, qui l'a occupé d'octobre 1984 à septembre 1986[3]. Chargé d'enquêter sur le meurtre d'un enfant qui va attirer dans une petite vallée des Vosges une foule de pigistes, fait-diversiers, envoyés spéciaux, photographes et cameramen français et étrangers, il se trouve presque du jour au lendemain propulsé sous les projecteurs. Après deux inculpations et incarcérations infructueuses, celles de Bernard Laroche puis de Christine Villemin, les critiques suscitées par son instruction erratique vont se multiplier. Le magistrat, d'un caractère fâcheusement narcissique et, de ce fait, facilement manipulable, se laisse happer par la pression médiatique[4], quitte à violer de manière répétée le secret de l'instruction en révélant par exemple aux journalistes la teneur des déclarations de la jeune Muriel Bolle et l'identité de l'intéressée[5]. Par ailleurs, sa mauvaise maîtrise de la procédure et un manque de rigueur qui ne pouvait que nuire à la gestion d'une affaire criminelle beaucoup plus complexe que ce qu'il avait sans doute imaginé au départ[6] vont entraîner l'annulation de nombreuses pièces importantes du dossier[7],[8]. Tout en admettant avoir « parfois failli », comme il l'écrira dans la lettre envoyée avant son suicide à Christophe Golbin[9], il n'hésite pas à invoquer pour sa défense les 229 dossiers qu'il devait gérer en parallèle, puisqu'il était en 1984 le seul juge d'instruction de la préfecture des Vosges[4]. En 1987, le dossier sera repris par Maurice Simon, président de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon[10]. Pour Régis de Castelnau, dont l'avis est partagé par la plupart de ceux qui se sont exprimés sur le sujet en connaissance de cause, la « procédure a été proprement saccagée par un magistrat incompétent, désinvolte et finalement profondément déplaisant »[10].

Jean-Michel Lambert prend un congé sabbatique en 1987 et se raconte dans Le Petit juge, paru la même année chez Albin Michel. Ce témoignage sur son parcours, où il mentionne sans trop s'y attarder l'affaire Grégory, a été durement critiqué par une bonne partie de la presse. Si le magistrat n'y révèle rien qui n'ait été dit précédemment par d'autres, il ne craint pas d'y évoquer son « asthénie sexuelle » pendant l'« affaire » ou encore d'évoquer « le charme étrange, indescriptible » d'une future inculpée. Nombreux sont ceux qui estiment que l'ouvrage, qui semble s'être bien vendu, ne respecte pas l'obligation morale de réserve d'un juge[11]. À la suite de cette publication, lui qui, pour son plus grand plaisir, avait déjà eu l'occasion d'être en rapports avec Marguerite Duras, que l'affaire Grégory fascinait[4], se trouve convié à la célèbre émission de télévision Apostrophes, animée par un Bernard Pivot que certains passages du livre ont visiblement étonné et qui ne cache pas sa perplexité face aux réponses que lui fournit d'un ton jovial son invité, et qui suscitent les réflexions ironiques de Philippe Labro, l'un des autres invités[12]

Il devient ensuite juge d'instance à Bourg-en-Bresse de 1988 à 2003, puis vice-président du tribunal de grande instance du Mans jusqu'au [4], date de son départ en retraite. Il publie en 2014 De combien d'injustices suis-je coupable ?, livre dans lequel il affirme péremptoirement être persuadé de l’innocence de Bernard Laroche[13]. Par ailleurs, il est l'auteur de romans policiers.

Mort[modifier | modifier le code]

Le le corps de Jean-Michel Lambert est découvert par une voisine qui avait les clefs de son domicile du Mans et avait été alertée la veille par l’épouse du magistrat, laquelle n’avait plus de nouvelles de lui[14]. Appelés vers 19 heures, les secours trouvent à leur arrivée son corps inanimé avec, sur la tête, un sac en plastique noué à l'aide d'une cravate[15],[16],[17]. D'après les premières constatations, aucune trace d'effraction ou de lutte n'a été relevée dans l'appartement. Seule une bouteille d'alcool presque vide se trouve près du corps de l'ancien magistrat[9]. La police judiciaire d'Angers a été saisie et le parquet du Mans, qui a ouvert une enquête pour établir les causes du décès, ordonne une autopsie[18]. Celle-ci confirme qu'il s'agit d'un suicide[19], ce qui ne surprend qu'à moitié. En effet, le , avait paru dans Libération un article intitulé « Jean-Michel Lambert : jugement dernier », qui faisait état des pensées suicidaires « par flashes » du magistrat : « J’avais repéré l’endroit où ça se passerait. Je savais à quelle rampe de l’escalier du tribunal j’accrocherais la corde »[20].

Interviewé par France 2 dans l'émission 13 h 15, le samedi du 17 juin 2017, l'ancien juge d'instruction avait dénoncé ce qu'il considérait comme une forme d'acharnement à son encontre : « On a cherché à faire de moi le bouc émissaire. J'assume effectivement certaines [sic] erreurs de procédure, mais j’aurais aimé que tous en fassent autant, et ce n’est pas le cas »[21].

Par une étrange coïncidence, il se donne la mort le jour même où BFM TV révèle quelques passages des carnets intimes du juge Maurice Simon[22], qui écrivait à son sujet, d'une façon peu amène mais non sans raisons :

« On reste confondu devant les carences, les irrégularités, les fautes, les dissimulations de preuves ou le désordre intellectuel et peut-être simplement matériel du juge Lambert, je suis en présence de l'erreur judiciaire dans toute son horreur, celle qui peut conduire un innocent ou une innocente à la plus épouvantable condamnation. L'erreur judiciaire, cela existe. Je le sais maintenant[23]. »

— Maurice Simon, 14 septembre 1988

On a d'abord pensé que Jean-Michel Lambert n'avait pas laissé de lettre d'adieu. Mais Jean-Marc Le Nestour, son ancien avocat et ami très proche, a expliqué par la suite que le jour de sa mort, l'ancien juge avait déposé dans la boîte à lettres d'une voisine[24] une enveloppe adressée à sa femme et contenant deux lettres à cette dernière, l'une intime et l'autre concernant ses obsèques, une lettre à sa fille Pauline, une à sa mère, une à son éditeur et une dernière à Christophe Gobin, un journaliste de L'Est républicain avec qui il avait noué une relation de confiance[25],[26]. Dans cette lettre de trois pages publiée en ligne le 19 juillet 2017 par L'Est républicain, selon la volonté du défunt et avec l'accord de sa famille, malgré une réquisition de la police enjoignant au quotidien de ne pas la faire paraître[9], il évoque l'affaire du petit Grégory et écrit :

« [...] Ce énième « rebondissement » est infâme. Il repose sur une construction intellectuelle fondée en partie sur un logiciel [allusion au logiciel Anacrim]. La machine à broyer s’est mise en marche pour détruire ou abîmer la vie de plusieurs innocents, pour répondre au désir de revanche de quelques esprits blessés dans leur orgueil ou dans l’honneur de leur corps. Certains de mes confrères ont emboîté le pas avec une mauvaise foi abominable. [...] Car, dès novembre 1984, j’ai pu démontrer [sic] que si Murielle Bolle n’était pas dans le car de ramassage scolaire, ce n’était pas le mardi 16 octobre mais le mardi 23 octobre, semaine où elle est rentrée chez elle à cause de la grippe. Les preuves sont au dossier (registre du collège et surtout témoignage du chauffeur de car, Monsieur Galmiche, que j’ai piégé après la remise d’un certificat médical, je crois par la mère de Murielle Bolle, et les auditions d’autres collégiennes qui avaient parfois des repères précis mais qui se sont pourtant trompées d’une semaine). [...] Les événements depuis juin dernier sont voués normalement à l’échec. Et pour cause… Pour ne pas perdre la face, on cherchera alors un bouc émissaire. Autant dire qu’il est tout trouvé… Je refuse de jouer ce rôle. Si j’ai parfois [sic] failli, j’ai cependant la conscience parfaitement tranquille quant aux décisions que j’ai été amené à prendre. »

— Jean-Michel Lambert

Après avoir affirmé une dernière fois sa certitude concernant l'innocence de Bernard Laroche, il laisse entendre insidieusement, sans tenir le moindre compte du non-lieu pour absence de charges dont a bénéficié Christine Villemin en 1993, que, pour lui, le crime a bel et bien été commis par la mère de Grégory[27] et conclut par ces mots : « Je préfère sonner la fin de la partie pour moi. L’âge étant là, je n’ai plus la force de me battre. J’ai accompli mon Destin [la majuscule est de lui]. »

Il venait de remettre à son éditeur le manuscrit de son onzième roman, à paraître en octobre. Un personnage auquel il s'est manifestement identifié s'y suicide de la même manière : « Le professeur Chabert », qui lui ressemble trait pour trait, « se donne la mort pour sauver son honneur et son corps est découvert par un confrère, la tête recouverte d'un sac plastique, une bouteille de whisky vide au pied du fauteuil »[28].

Ses obsèques ont célébrées le 20 juillet 2017 en la cathédrale Saint-Julien du Mans[29] et sa dépouille incinérée dans l'intimité familiale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Petit juge, Paris, Albin Michel, , 407 p. (ISBN 2-226-02982-6).
  • Regards innocents : contes cruels (ill. Joël Montigny), Lyon, Éd. de la Tour, , 157 p. (ISBN 2-87802-087-1).
  • Le Non-lieu, Monaco, Éd. du Rocher, coll. « Littérature », , 223 p. (ISBN 2-268-01496-7).
  • Confession fatale, La Tour-d'Aigues, Éd. de l'Aube, coll. « L'Aube noire », , 275 p. (ISBN 2-87678-486-6).
  • Purgatoire, La Tour-d'Aigues, Éd. de l'Aube, coll. « L'Aube noire », , 270 p. (ISBN 2-87678-590-0). Prix Polar du meilleur roman francophone 2001.
  • La Photo de mariage : chronique de la vie provinciales [sic] (ill. Joël Montigny), Coudray-Macouard, Cheminements, coll. « Collection singulière », 2001, 151 p. (ISBN 2-914474-29-6).
  • Scrupules, Paris, Éd. Hors commerce, coll. « Hors noir » (no 30), , 167 p. (ISBN 2-910599-93-0).
  • Regards innocents (ill. Joël Montigny), Mâcon, JPM, , 125 p. (ISBN 2-84786-018-5).
  • Mère Teresa et les petits sauvageons : roman, Mâcon, A contrario, coll. « Polar », , 249 p. (ISBN 2-7534-0003-2).
  • Retour à Mauthausen : récit, Paris, Jean-Claude Gawsewitch, , 213 p. (ISBN 2-35013-023-1).
  • De combien d'injustices suis-je coupable ?, Paris, Le Cherche Midi, coll. « Documents : témoignage », , 209 p. (ISBN 978-2-7491-4025-4).
  • Témoins à charge, Clermont-Ferrand, Éd. de Borée, coll. « Marge noire », , 342 p. (ISBN 978-2812921544).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Pauline Delassus, « Le juge Lambert n'avait plus la force de se battre », Paris Match, 20 juillet 2017.
  2. François Coulaud, « Mort du juge Lambert : qui était sa femme ? », Télé Star, 12 juillet 2017.
  3. Caroline Piquet, « Le "petit juge" Lambert part à la retraite », Le Figaro, 9 septembre 2014.
  4. a b c et d Faure 2014.
  5. Affaire Grégory. Portrait du juge Lambert, décédé mardi soir, Challenges, 12 juillet 2017.
  6. Voici ce qu'écrit à son propos Étienne Sesmat, le capitaine de gendarmerie qui a enquêté le premier sur l'affaire : « Tous les gendarmes le connaissent bien, en particulier ceux de la brigade de recherches d'Épinal, qui ont souvent eu l'occasion de travailler avec lui. Disons-le d'emblée, il ne jouit pas d'une bonne réputation professionnelle. Certes, l'homme se montre affable et souriant, mais il passe pour manquer d'assiduité à l'ouvrage. On le sait pusillanime et influençable. "Avec lui, c'est toujours le dernier qui a parlé qui a raison", dira l'un des gradés qui l'a "pratiqué". Les enquêteurs de la gendarmerie, comme ceux de la police, l'ont d'ailleurs surnommé le "juge des non-lieux". Les Deux affaires Grégory, nouveau tirage, Paris, Éd. Points, 2015, p. 189.
  7. Pour plus de détails, on consultera en priorité Laurence Lacour, Le Bûcher des innocents : l'affaire Villemin : coulisses, portraits, preuves, engrenages,correspondances, choses vues, Paris, Plon, , 677 p. (ISBN 2-259-02035-6).
  8. Affaire Grégory. Les carnets secrets du juge Simon, BFMTV, 11 juillet 2017.
  9. a b et c Éric Nicolas, « La lettre du juge Lambert adressée à "L'Est républicain" avant son suicide », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  10. a et b Régis de Castelnau, « L’affaire Grégory est d’abord une catastrophe judiciaire », Causeur, 21 juin 2017.
  11. Georges 1987.
  12. Émission diffusée le 10 avril 1987 et conservée dans les archives de l'INA. Elle est disponible sur Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=_7AtXSn61gY).
  13. Voir à ce sujet Pierrick Baudais, « Affaire Grégory. "L'ouvrage du juge Lambert est une infamie" », sur Ouest-France, .
  14. « Affaire Grégory. L’ex-juge Lambert retrouvé mort à son domicile », Le Monde, 11 juillet 2017.
  15. Amélie James, « Affaire Grégory. L'ancien juge Jean-Michel Lambert retrouvé mort », RTL, 11 juillet 2017.
  16. « Affaire Grégory. Le juge Jean-Michel Lambert retrouvé mort à son domicile », Europe 1, 11 juillet 2017.
  17. « Le Mans. Le juge Lambert habitait dans le quartier Prémartine », Ouest-France,‎ (lire en ligne). L'article rapporte le témoignage d'un voisin : «  Mon père connaissait le couple. La femme du juge lui a dit qu'il ne dormait plus depuis plusieurs nuits.»
  18. « Décès du juge Lambert : ce que l’on sait du nouveau drame de l’affaire Grégory », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  19. « L'autopsie du juge Jean-Michel Lambert confirme qu'il s'est suicidé », 20 minutes, 13 juillet 2017.
  20. Sonya Faure, « Jean-Michel Lambert : jugement dernier »,Libération, 1er septembre 2014.
  21. « Affaire Grégory. Le juge Jean-Michel Lambert, chargé de l'enquête en 1984, retrouvé mort à son domicile », France TV Info, 11 juillet 2017.
  22. « Affaire Grégory. Des extraits des carnets secrets du juge Simon dévoilés », BFM TV, 11 juillet 2017.
  23. Stéphane Durand-Souffland, « Grégory. Ce que le juge Simon reprochait à son prédécesseur Lambert dans ses carnets secrets », Le Figaro, 12 juillet 2017.
  24. Cette personne, qui a découvert le corps, n'a trouvé l'enveloppe que le jeudi, car elle n'avait pas osé se rendre plus tôt à sa boîte à lettres, compte tenu de la présence de nombreux journalistes devant l'immeuble.
  25. Christophe Gobin, « Le juge Lambert, une personnalité complexe », L'Est républicain, 20 juillet 2017.
  26. Hélène Duvigneau, « Affaire Grégory. Un dernier hommage émouvant rendu à l'ex-juge Lambert », La Voix du Nord, 20 juillet 2017.
  27. Ce qui n'a pas échappé par exemple à l'ancien journaliste de Libération Denis Robert, qui avait eu l'occasion de s'entretenir avec le « petit juge » au moment de l'affaire et éprouvait pour lui une certaine sympathie. Voir les réflexions plutôt acerbes mais tout à fait légitimes que lui inspire cette lettre aux p. 422-424 de son livre J'ai tué le fils du chef : affaire Grégory : le roman de la Vologne, 1984-2018, Paris, Hugo, 2018. Cf. aussi Patricia Tourancheau, Grégory : la machination familiale, Paris, Éd. du Seuil, 2018, p. 69.
  28. http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/décès-du-juge-lambert-un-troublant-manuscrit/ar-BBEiSIy.
  29. Voir l'avis de décès publié sur le site Dans nos cœurs [1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sonya Faure, « Jean-Michel Lambert : jugement dernier », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Serge Garde (préface de Frédéric Pottecher), Affaire Grégory : autopsie d'une enquête, Paris, Messidor, , 285 p. (ISBN 2-209-06291-8) [ouvrage retiré de la vente suite à une plainte déposée par les époux Villemin. Par ailleurs S. Garde, qui avait couvert l'affaire pour L'Humanité-Dimanche, a été condamné par la justice à leur verser des dommages et intérêts pour n'avoir pas respecté la présomption d'innocence de Christine Villemin].
  • Pierre Georges, « Le Petit juge, de Jean-Michel Lambert : le magistrat nu », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Laurence Lacour, Le Bûcher des innocents : l'affaire Villemin : coulisses, portraits, preuves, engrenages, correspondances, choses vues, Paris, Plon, , 677 p. (ISBN 2-259-02035-6) [ouvrage reposant sur une connaissance de première main de toute la documentation que cette ancienne journaliste d'Europe 1 a réussi à rassembler (articles de presse et émissions de radio, interviews, procès-verbaux judiciaires, etc., dont l'auteur prend toujours soin de fournir en note la référence exacte)].
  • Laurence Lacour, Le Bûcher des innocents, Paris, Les Arènes, , 652 p. (ISBN 2-35204-011-6) [nouvelle édition entièrement refondue de l'ouvrage précédent. Réimpression en 2016].
  • Denis Robert, Au cœur de l'affaire Villemin : mémoires d'un rat, Paris, Hugo, , 439 p. (ISBN 2-7556-0112-4) [ouvrage retiré de la vente à la suite d'une plainte déposée par Paul Prompt, l'un des avocats de Bernard Laroche].
  • Denis Robert, J'ai tué le fils du chef : affaire Grégory : le roman de la Vologne, 1984-2018, Paris, Hugo, , 424 p. (ISBN 978-2-7556-3640-6, présentation en ligne) [version mise à jour et augmentée de l'ouvrage précédent].
  • Étienne Sesmat, Les Deux affaires Grégory, Paris, Belfond, , 435 p. (ISBN 2-7144-4252-8).
  • Patricia Tourancheau, Grégory : la machination familiale, Paris, Éd. du Seuil, , 245 p. (ISBN 2-0213-8956-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]