Saint-Ouen-en-Belin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Ouen-en-Belin
Saint-Ouen-en-Belin
Le manoir de la Poissonnière.
Blason de Saint-Ouen-en-Belin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Le Mans
Intercommunalité Communauté de communes d'Orée de Bercé - Bélinois
Maire
Mandat
Florence Février
2020-2026
Code postal 72220
Code commune 72306
Démographie
Gentilé Audonien
Population
municipale
1 312 hab. (2018 en diminution de 0,53 % par rapport à 2013)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 01″ nord, 0° 12′ 38″ est
Altitude Min. 46 m
Max. 112 m
Superficie 15,14 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Le Mans
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Écommoy
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Ouen-en-Belin
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Saint-Ouen-en-Belin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ouen-en-Belin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ouen-en-Belin

Saint-Ouen-en-Belin est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 1 312 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Haut-Maine (Maine blanc).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Ouen-en-Belin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Mans, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 144 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (80,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (45,7 %), prairies (24,4 %), forêts (17,9 %), zones urbanisées (6,3 %), terres arables (5,8 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia Sancti Audoeni in Belino avant l047, Saint Oain en l284[9].

Belin : nom qui désignait au Moyen Âge un mouton, un bélier, mais qui était aussi un nom de personne[10].

Le gentilé est Audonien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981   Jean Fromont[11] DVG  
1995[12] mai 2020 Olivier Pannier[13] SE Cadre SNCF
mai 2020[14] En cours Florence Février SE Secrétaire générale de mairie
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2018, la commune comptait 1 312 habitants[Note 4], en diminution de 0,53 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8218678469539551 1021 0451 1001 102
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1241 1161 1241 0611 0991 0541 0961 0731 101
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0961 0741 002883844791748780787
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7857608797858981 0501 2291 3241 304
2018 - - - - - - - -
1 312--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Ouen[modifier | modifier le code]

Église néo-romane reconstruite en 1901, après l'incendie de la précédente causé par la foudre le . Cette nouvelle église conserve les cendres et la plaque funéraire des seigneurs de Belin, Adrien d'Averton († 1329) et de son épouse Isabeau de Brainville (†1344). La plaque funéraire est toujours visible dans le chœur de l'église et classée monument historique au titre d'objet[19]. Cette plaque existe encore aujourd'hui grâce à l'ordonnance de Mgr Louis-André de Grimaldi des princes de Monaco, évêque du Mans le .

Une des rares églises de la région à posséder toutes ses fenêtres illustrées de vitraux ; quand vient le soleil couchant, c'est un feu d'artifice qui enflamme les pierres blanches de sa construction.

Ses 28 fenêtres, d'après l'estimation de Vitrailfrance, l'atelier manceau de restauration, sont une dernière réalisation de l'atelier du XIXe siècle de la fabrique du carmel du Mans qui continua sous la direction d'Eugène Hucher et de son fils Ferdinand.

Église consacrée le par Mgr Marie-Prosper Bonfils, évêque du Mans. Étaient présents MM Geslin et Lefebvre, vicaires généraux ; chanoine Nail, curé ; M. Jamin, maire ; M. Bruneau, président de la fabrique ; M. Bellanger, chanoine aumônier du lycée ; M. Klébert, doyen ; M. Lelièvre, aumônier de Béthanie ; Vérité, architecte ; des dignitaires ecclésiastiques, des prêtres des environs et de nombreux fidèles.

L'année jubilaire 2000, le , cérémonie anniversaire du centenaire de l'église en présence de Mgr Jacques Faivre, évêque du Mans ; M. Olivier Pannier, maire ; M. Maurice Bedouet, curé de la paroisse ; Mmes, MM les membres de l'EAP « équipe d'animation pastorale » (ex fabrique) ; prêtres et aumôniers du canton d'Écommoy, des responsables des communautés des Frères des Écoles chrétiennes communauté du Rancher Teloché, des sœurs dominicaines de Béthanie Fontenaille, des sœurs d'Évron (maison de retraite d'Écommoy).

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Parrainage avec Stânca (ro), un village de Roumanie dans l'estuaire du Danube.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Ouen-en-Belin Blason
Écartelé: aux 1er et 4e de gueules à six burelles d'argent, aux 2e et 3e parti, au I d'azur à la croix d'or, au II d'argent au lion de gueules.
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 3, , p. 469
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Mans », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France : Formations dialectales - Page 1567
  10. Étymologie bélier (belin) sur le site CNRTL [1].
  11. https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000850614
  12. « Olivier Pannier, maire sortant, conduira la liste « Agir pour Saint-Ouen » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  13. Réélection 2014 : « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre, (consulté le ).
  14. « Saint-Ouen-en-Belin. Florence Février a été élue maire à l’unanimité », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. - Fiche Base Pallisy
  20. « Manoir de la Poissonnière », notice no PA00109952, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :