Saint-Mars-d'Outillé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Mars-d'Outillé
Saint-Mars-d'Outillé
La vue sud de l'église Saint-Médard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Le Mans
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Est du Pays Manceau
Maire
Mandat
Laurent Taupin
2020-2026
Code postal 72220
Code commune 72299
Démographie
Gentilé Saint-Martien
Population
municipale
2 439 hab. (2019 en augmentation de 4,01 % par rapport à 2013)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 52′ 15″ nord, 0° 19′ 56″ est
Altitude Min. 74 m
Max. 168 m
Superficie 38,04 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Le Mans
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Changé
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Mars-d'Outillé
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Saint-Mars-d'Outillé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Mars-d'Outillé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Mars-d'Outillé
Liens
Site web www.stmarsdoutille.fr

Saint-Mars-d'Outillé est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 2 439 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Haut-Maine (Maine blanc).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au cœur du Haut-Maine, à l'est du Belin. Son bourg est à 7 km au nord-est d'Écommoy, à 8 km au sud de Parigné-l'Évêque, à 12 km à l'ouest du Grand-Lucé et à 20 km au sud-est du Mans[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Mars-d'Outillé est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Mans, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 144 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (50,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (51,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (47 %), prairies (24,8 %), terres arables (15,4 %), zones agricoles hétérogènes (9,2 %), zones urbanisées (2,7 %), cultures permanentes (0,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia Sancti Medardi de Hostillé en 1186 et Saint Maarz en 1273[11]. La paroisse était dédiée à Médard de Noyon[12], appelé également Mars, évêque du VIe siècle.

Le gentilé est Saint-Martien.

Histoire[modifier | modifier le code]

La trace la plus ancienne d'occupation du territoire de la commune de Saint-Mars-d'Outillé relevée à ce jour date du Néolithique final soit vers 2200 avant notre ère. Ces traces d'occupation ont été découvertes en 1996 lors de fouilles archéologiques préventives en amont de la construction de l'autoroute A28 passant à l'ouest de la commune. Elles ont été découvertes au lieu-dit "les Feux", au sud-ouest du territoire communal. Ces fouilles n'ont cependant pas permis de déduire quelle était la nature de cette occupation, ni sa pérennité[13].

Durant l'Antiquité, le vilage d'Outillé, nommé Ostiliacus, se voit réputé pour sa fabrication de "petits outils de fer", desquels il tire son nom selon le site de la mairie, qui ne cite cependant pas de sources.

Au Moyen-Age les villages d'Outillé et de Saint-Mars sont deux bourgades distinctes, le village d'Outillé disposant de son propre château en celui de "La Fontaine", aujourd'hui disparu, il se trouvait proche du lieu-dit actuel "Outillé", situé sur la D140. Le village de Saint-Mars lui avait pour souverains les seigneurs de Segrais. Mais en l'an 1098, Hélie de la Flèche, comte du Maine alors en guerre contre les anglais installés en Normandie, fit incendier le village et le château d'Outillé dans la continuité de sa politique de la terre brûlée contre ses ennemis. C'est vraisemblablement à la suite de cet incendie que les deux villages fusionnèrent, sur l'emplacement du bourg actuel, puisque c'est à cette époque que l'on voit l'apparition d'une église à Saint-Mars. De plus, en 1218, les offrandes occupant la désormais "chapelle" d'Outillé, sont offertes aux chanoines qui occupent l'église de Saint-Mars, et ce sont eux qui perçoivent désormais la dîme de la paroisse.[14]. Le site de la mairie explique, toujours sans citer de sources, que durant la guerre de Cent Ans, le village fut longtemps occupé par les troupes Anglaises, à l'époque moderne le château de Segrais fut détruit lors des guerres de Religion.

Nombres de sites d'amateurs d'histoire mais aussi celui de la mairie, font état d'une attaque, voire d'une occupation, du village par les Chouans de Rochecotte vers la fin janvier, début février 1796. Cependant, aucun de ces site ne donne de sources quant à cette affirmation et il nous a été impossible d'en trouver une par nous-mêmes : les comptes-rendus de conseils municipaux de la commune sont absent des archives pour la période allant de 1793 à l'an 1800. Qui plus est, les mémoires du comte de Rochecotte[15], prétendu chef de cette attaque, ne font nullement mention de cette dernière, évoquant, aux environs de janvier 1796, une "attaque du château de Brette" (commune voisine au nord de Saint-Mars-d'Outillé) mais pas de combats dans Saint-Mars-d'Outillé.

Enfin pour la période contemporaine, sous l'occupation allemande, un évènement vînt troubler le calme du village. Dans la nuit du 14 avril 1943, deux bombardiers de la Royal Air Force, revenant d'un raid aérien sur l'Italie s'écrasèrent sur le territoire de la commune sur les lieux-dits de "La Grassinière" et "La Bretonnière". Le conseil municipal, réunit le lendemain en session extraordinaire rendit compte de la catastrophe et présentât ses condoléances aux 10 victimes dénombrées (tous aviateurs anglais) ainsi qu'à la RAF[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1947 mars 1959 Auguste Bouhoux   Cultivateur
mars 1959 mars 1965 Félix Luce   Cultivateur
mars 1965 juin 1995 Max Blouère   Cultivateur
juin 1995 mars 2008 Luc Lemarchand DVD  
mars 2008[17] juin 2011[18] Serge Soualle DVD Chargé d'affaires
septembre 2011[19] En cours Laurent Taupin[20] DVD technicien territorial
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et quatre adjoints[20].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2019, la commune comptait 2 439 habitants[Note 4], en augmentation de 4,01 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,46 %, France hors Mayotte : +2,17 %). Saint-Mars-d'Outillé a compté jusqu'à 2 415 habitants en 1851.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5611 6051 9951 9452 0462 2252 2932 3292 415
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3892 3252 2532 0932 0661 9451 9621 9561 915
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8001 8121 7781 6611 6781 5711 4861 4931 522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 5541 6682 0251 7701 7391 8342 1492 1752 250
2015 2019 - - - - - - -
2 3892 439-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Segrais, demeure reconstruite aux XVIIIe et XIXe siècles.
  • Château de Grammont, du XVIIIe siècle, et vestiges du prieuré de Grandmont, du XIIe siècle, en Bercé.
  • Château (ancien) de la Fontaine à Outillé, dont il ne reste aujourd'hui que quelques bâtiments des communs et un pigeonnier. Le château avait été reconstruit aux XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Maison seigneuriale de Haut Baigneux, dont il reste un pigeonnier.
  • Maison seigneuriale du Paradis, au bourg (face à la mairie), encore visible.
  • Maison seigneuriale du Houx, au bourg (face à l'église), aujourd'hui détruite.
  • Maison seigneuriale de la Vivancière, encore visible en partie.
  • Maison seigneuriale de la Grassinière, aujourd'hui détruite.
  • Autres maisons d'importance : relais de poste au Pont Outillé, du XVe siècle ; maison de la Croix du Bourg au carrefour des routes de Marigné et du Grand Lucé, du XVe siècle, aujourd'hui détruite ; maison de la Fouas, du XIXe siècle ; maison de la Gonterie, du XVIIIe siècle ; maison Royau, rue Gambetta, du XVIIIe siècle ; maison du Docteur Poix, au Bourg, rue Nationale, du XIXe siècle ; maison Lair, à la Vivancière, du XIXe siècle ; presbytère, à proximité ouest de l'église, probablement du XVIIIe siècle ; école des Sœurs de la Charité, derrière l'église, du XIXe siècle ; maison Cornilleau, rue Nationale, probablement du XVIIIe siècle ; maison Fleureau, route d'Écommoy, du XXe siècle ; la Grand-Maison, au bourg, du XIXe siècle ; maison Cazeau, rue Nationale, du XIXe siècle ; maison Rouzé, rue Jules Lambert, du XIXe siècle.
  • Moulins sur le Rhonne : Billerbault, GrêlePoix, Coulevé, la Chesnaie, Rouillon, Outillé.
  • Moulins sur le Narais : Grammont (détruit), la Sinetterie.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Médard, bâtie aux XIe et XIIe siècles, et agrandie aux XVIIe et XVIIIe siècles. Elle abrite plusieurs œuvres classées Monuments historiques au titre d'objets[25].
  • Chapelle du château de Segrais, avec retable de Mathurin Ribailler.
  • Chapelle de Grammont, vestige du prieuré (ancien) Saint-Étienne-de-Bercey, ou des Bons-Hommes de Grandmont, appartenant à l'Ordre de Grandmont.
  • Chapelle à la Ratelière, aujourd'hui détruite, elle faisait partie d'une maison de maître propriété des dames Ursulines du Mans et vendue comme bien national à la Révolution.
  • Chapelle d'Outillé, reconstruite à la fin du XVe siècle, aujourd'hui détruite (elle fut démolie vers 1900).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Foucher (1798-1866), maître de pension et instituteur à Saint-Mars-d'Outillé, il est mort à Saint-Mars-d'Outillé.
  • Magloire Tournesac (1805-1875), abbé, professeur d'archéologie au séminaire du Mans, a collaboré à la construction de l'église Saint-Joseph-de-Sainte-Croix au Mans, il est né à Saint-Mars-d'Outillé d'un père cordonnier.
  • Clément Maudet (1829-1863), sous-lieutenant du capitaine Danjou mort à la bataille de Camerone au Mexique en 1863, il est né à Saint-Mars-d'Outillé d'un père sacristain.
  • Léon Gerbe (1902-1985), écrivain et auteur de Saint Mars en Pays d'Outillé en 1971, L'Hommedaire en 1972, Histoire du Canton d'Ecommoy en 1977, et Le Pâtou en 1978, Il a vécu à la fin de sa vie à Saint-Mars-d'Outillé.
  • Gaston Chevereau (1909-2003), instituteur et auteur de Une enfance à la campagne en 1985, de De l'étable au tableau en 1989 et a collaboré au tome 2 de Parler sarthois en 1987, il est né à Saint-Mars-d'Outillé.
  • André Fefeu (1938-), ancien footballeur professionnel né à Saint-Mars-d'Outillé.
  • Sylvain Boulay (1955-), pilote de sport automobile français né à Saint-Mars-d'Outillé.
  • Aurélie Claudel (1980-), mannequin née le à Saint-Mars-d'Outillé.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Léon Gerbe, Saint-Mars en Pays d'Outillé, Le Mans : Association sarthoise pour la protection des sites et du patrimoine régional d'art et d'archéologie, 1971
  • Léon Gerbe, Histoire du Canton d'Ecommoy, Le Mans, 1971
  • Le Patrimoine des communes de la Sarthe, éditions Flohic
  • J. R. Pesche, Dictionnaire topographique historique et statistique de la Sarthe
  • Registres paroissiaux et d'état-civil de Saint-Mars-d'Outillé
  • Archives de Saint-Mars-d'Outillé

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2019.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 3, , p. 423
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Mans », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, (lire en ligne), p. 1559.
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  13. https://www.persee.fr/docAsPDF/rao_0767-709x_2004_num_21_1_1171.pdf
  14. La province du Maine : feuille hebdomadaire, , 428 p. (lire en ligne), p. 372.
  15. (en) « Mémoires du comte Fortuné Guyon de Rochecotte ... en 1795-96-97 et 98; rédigés sur ses papiers et sur les notes de ses principaux officiers : Rochecotte, Fortuné Guyon, comte de, 1769-1798 : Free Download, Borrow, and Streaming : Internet Archive », sur Internet Archive (consulté le ).
  16. http://archives.sarthe.fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php?arko=YTo1OntzOjEwOiJ0eXBlX2ZvbmRzIjtzOjExOiJmYWNldHRlc19lcyI7czo0OiJyZWYxIjtpOjE7czo0OiJyZWYyIjtzOjU6IjNfNTA5IjtzOjQ6InJlZjMiO3M6MToiNSI7czo5OiJzb3J0QXJyYXkiO2E6Mzp7aTowO2Q6MjEuNTgzMjkwMDAwMDAwMDAyO2k6MTtzOjIxOiJTYWludC1NYXJzLWQnT3V0aWxsw6kiO2k6MjtzOjIzOiJtb3RldXJnbG9iYWxfYWQ3MiMzXzUwOSI7fX0%3D&altoInput=saint%20mars%20d%27outill%C3%A9#uielem_move=0%2C0&uielem_rotate=F&uielem_islocked=0&uielem_zoom=31
  17. « Premier conseil pour Serge Soualle, élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  18. « Ouest-france.fr - Décès de Serge Soualle, maire de Saint-Mars-d'Outillé - Parigné-l'Évêque » (consulté le ).
  19. « Le nouveau maire Laurent Taupin poursuivra les projets en cours - Saint-Mars-d'Outillé » (consulté le ).
  20. a et b Réélection 2020 : « Municipales à Saint-Mars-d’Outillé. Laurent Taupin réélu maire avec les mêmes adjoints », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. « Œuvres mobilières à Saint-Mars-d'Outillé », base Palissy, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]