Rouillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rouillon
Rouillon
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Le Mans
Intercommunalité Le Mans Métropole
Maire
Mandat
Laurent Paris
2020-2026
Code postal 72700
Code commune 72257
Démographie
Gentilé Rouillonnais
Population
municipale
2 281 hab. (2018 en diminution de 0,61 % par rapport à 2013)
Densité 249 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 27″ nord, 0° 08′ 10″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 127 m
Superficie 9,15 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Le Mans
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Mans-1
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Rouillon
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Rouillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouillon
Liens
Site web www.ville-rouillon.fr

Rouillon est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 2 281 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Haut-Maine (Maine roux).

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rouillon est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Mans, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 144 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (86,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (29,9 %), zones agricoles hétérogènes (28,3 %), terres arables (22,2 %), zones urbanisées (12,2 %), forêts (6,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ad Ruillione[10] puis Ruivilione en 616[10], apud Roillon[10] puis ad Roillum vers 1175[10] et Roillon en 1180[10]. Le toponyme semble issu de l'anthroponyme latin[11] ou roman[10] Rupilius.

Le gentilé est Rouillonnais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1898 ? Comte de Chasteignier    
Les données manquantes sont à compléter.
? juin 1995 Raymond Mareau   Agriculteur
Réélu en 1977, 1983 et 1989
juin 1995 mars 2001 Michel Bertin MGP Journaliste retraité
mars 2001 mars 2008 Thérèse Frey    
mars 2008[12] mars 2014 Daniel Lecroc   Architecte
mars 2014[13] mai 2020 Gilles Josselin DVD Gérant d'entreprise
mai 2020[14] En cours Laurent Paris SE Pilote amélioration qualité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 2 281 habitants[Note 4], en diminution de 0,61 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
536596627662714738733730746
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
703713692670630602642609603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
575620612627586550567670755
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6746848641 4501 5922 1012 1502 1452 266
2017 2018 - - - - - - -
2 2592 281-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Rouillon est une commune périurbaine dont les habitants ont généralement des emplois au Mans.

La commune possède un centre commercial comprenant un Intermarché, un salon de coiffure, une boulangerie, une auto-école, un cabinet de médecins et une pharmacie. Une infirmière et une kinésithérapeute y ont également leur cabinet. Une fleuriste s'y installe à partir de .

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Rouillon possède de nombreux chemins de randonnées.

Le domaine de Vaujoubert est aujourd'hui un lieu d'accueil associatif et loué aux particuliers pour des repas de familles. C'est un ancien carmel à l'architecture du XXe siècle. Sur le domaine, il existe toujours une statue de la Vierge, l'emplacement de l'ancien cimetière et une croix en granite dans le patio qui sont le témoignage du passé religieux de cet endroit.

Le domaine est en partie rénové en 2017 en créant un espace complètement destiné au centre de loisirs et une autre partie destinée aux activités des associations.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Des associations culturelles et sportives proposent leurs activités : Activités loisirs, Familles rurales de Rouillon, Gymnastique pour tous, les Aînés ruraux… L'Étoile de la Germinière de Rouillon présente une section de football, une section de tennis et une section de basket. La section football fait évoluer une équipe de football en ligue du Maine et deux autres en divisions de district[19].

Chaque année, une brocante est organisée par des bénévoles de l'association Familles Rurales de Rouillon.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Abbé Charles Morancé : écrivain et artiste, aumônier d'un régiment de l'Armée de la Loire (le 33e Mobile), il a raconté l'épopée de cette armée qui s'est battue en 1870 (général Chanzy) contre l'armée allemande dans la Sarthe. Sa tombe se trouve au cimetière de Rouillon et une plaque dans l'église rappelle son souvenir (Récits d'un aumônier militaire en temps de guerre et en temps de paix par l'abbé Charles Morancé, ancien aumônier du 33e mobile et de la garnison du Mans, chevalier de la Légion d'honneur 2 tomes, imprimés au Mans par Edmond Monnoyer en 1884).
  • Fortuné Guyon, comte de Rochecotte : instigateur de la seconde chouannerie dans le Maine. Il a séjourné à Rouillon et plus particulièrement au château de Rouillon, hébergé par les dames Nepveu de Rouillon et dans plusieurs fermes alentour (ferme de l'Épine…). Né près de Langeais au château de Rochecotte, racheté ensuite par la duchesse de Dino, il a terminé sa vie, fusillé par le Directoire, sur le Champ-de-Mars, à Paris.
  • Abbé Edmond-Marie Guimier, né en 1875 au Grand-Lucé, mort à Rouillon, en . Curé de la paroisse de Rouillon de 1907 jusqu’à sa mort, l’abbé Guimier était un photographe ayant rapporté des clichés pris à Salonique en 1917, mais aussi à Barcelone, à Marseille, au Havre, et surtout dans la campagne sarthoise et dans sa paroisse, à Rouillon. C'est le photographe Georges Quaglia (1935-2015) qui a retrouvé, égarées au milieu d’un bric-à-brac chez les compagnons d’Emmaüs, les plaques photographiques datant du début du XXe siècle de l'abbé Guimier[21].
  • Stéphane Le Foll est professeur d'économie de 1983 à 1988 au lycée agricole de Rouillon. Il a participé aux gouvernements de Manuel Valls, de Bernard Cazeneuve. Il a été réélu député en .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 2, , p. 1409
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Mans », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 12 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a b c d e et f Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 1 : Formations préceltique, celtiques, romanes, Genève, (lire en ligne), p. 679.
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  12. « L'écharpe tricolore revient à Daniel Lecroc », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 juillet 2014).
  13. « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre, (consulté le 30 mars 2014).
  14. a et b « Municipales à Rouillon. Laurent Paris élu au gymnase », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 21 février 2021).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « Ét. de la Germinière », sur Site officiel de la Ligue du Maine (consulté le 24 août 2014).
  20. « Signature du jumelage le 28 avril 2012 », sur le site communal ville-rouillon.fr (consulté le 19 juillet 2014).
  21. « La Sarthe des années 1910 vue par l'abbé Guimier. », sur www.ouest-france.fr.