Savigné-l'Évêque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Savigné-l'Évêque
Savigné-l'Évêque
L'église Saint-Germain.
Blason de Savigné-l'Évêque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Intercommunalité Communauté de communes Le Gesnois Bilurien
Maire
Mandat
Isabelle Lemeunier
2020-2026
Code postal 72460
Code commune 72329
Démographie
Gentilé Savignéen
Population
municipale
4 030 hab. (2018 en diminution de 0,84 % par rapport à 2013)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 35″ nord, 0° 17′ 49″ est
Altitude Min. 53 m
Max. 126 m
Superficie 28,48 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Le Mans
(banlieue)
Aire d'attraction Le Mans
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Savigné-l'Évêque
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Savigné-l'Évêque
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Savigné-l'Évêque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Savigné-l'Évêque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Savigné-l'Évêque
Liens
Site web www.savigneleveque.com

Savigné-l’Évêque est une commune française, située dans le département de la Sarthe, en région Pays de la Loire, peuplée de 4 030 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Haut-Maine (Maine roux).

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Savigné-l'Évêque est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine du Mans, une agglomération intra-départementale regroupant 20 communes[5] et 219 080 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Mans dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 144 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,4 %), prairies (29,6 %), zones urbanisées (10 %), zones agricoles hétérogènes (7,9 %), forêts (4,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine de son nom viendrait de Villarem Saviniacum qui signifie « villa de Savinius ». Située sur la voie romaine Le Mans - Évreux, Villarem Saviniacum est évangélisée au IVe siècle par saint Julien, premier évêque du Mans.

Ses successeurs obtiennent la seigneurie de Savigné :

  • Parrochia de Savigneio Episcopi (1254) ;
  • puis Savigni l'Evesque (1314).

Les évêques du Mans y possédaient le manoir de Touvoie, chef-lieu de leur temporalité féodale, d'où Savigné-l’Évêque.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Savigné-lès-le-Mans[12].

Le gentilé est Savignéens[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une voie antique prend le titre de route royale en 1734. Un relais de poste est établi dans le bourg. Une borne royale est toujours présente dans le centre de la commune. Sur cette route, dans la traversée du bourg, le carrosse de monsieur de Montesson fut renversé par les Savignéens à la Révolution.

En 1790, Savigné devient chef-lieu de canton en 1793.

De nombreux manoirs témoignent d'un riche passé.

Patrie du cheval, Savigné doit sa renommée depuis près d'un siècle au haras du Mesnil. Le haras du Mesnil reçut la visite de la reine du Royaume-Uni en 1967 pour avoir hébergé son cheval.

Savigné subit trois occupations : en 1815, puis en 1870 et 1940[Qui ?]. En 1871, la bataille du Mans a lieu aux portes de Savigné.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Savigné est libérée par les Américains le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1815 1853 René Narcisse Campeau de Saint    
1898 1923 Léopold Paignard    
1923 1939 Octave Poussin    
avril 1939 mars 1946 Henri Véron    
mars 1946 décembre 1978
(démission)
André Burel    
janvier 1979 mars 1983 Robert Drapeau    
mars 1983 juin 1995 Louis Guy    
juin 1995 mars 2001 Marcel Langlais PS Retraité de l'enseignement
mars 2001 juillet 2020 Philippe Métivier[14] UMP-LR Responsable à l'Association pour la formation des professions immobilières
juillet 2020[15] En cours Isabelle Lemeunier DVG Secrétaire médicale, conseillère départementale

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis 1990, Savigné-l’Évêque est jumelé avec Caistor, petite ville du Lincolnshire, en Angleterre. Le jumelage est animé par une association. Des échanges ont lieu au niveau familial, à raison d'un voyage par an, depuis cette date.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2018, la commune comptait 4 030 habitants[Note 4], en diminution de 0,84 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3402 0062 4132 5462 7342 7052 6142 6142 633
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6162 6112 5052 3702 4232 3312 3192 2962 118
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1452 0852 0851 8771 8521 8801 8731 9421 979
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 9111 9332 2693 0763 5763 7214 0034 0434 009
2017 2018 - - - - - - -
3 9984 030-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations et évènements[modifier | modifier le code]

  • De son passé, Savigné a hérité d'une fête populaire : la Pot-Bouille, encore vivement fêtée chaque année le dimanche précédant les Rameaux.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Photo prise en 1967 au château du Mesnil : réception de la reine d'Angleterre Elisabeth II par Élisabeth Couturié.
  • Le haras du Mesnil a été établi en 1908 sur le domaine du château du Mesnil. Après la victoire du cheval Right Royal au Prix du Jockey Club en 1961 et sa deuxième place au Prix de l'Arc de Triomphe la même année, la reine Élisabeth II, grande amatrice de courses hippiques, rendit visite à Mme Couturié au château du Mesnil.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Germain, en grande partie du XVIIe siècle, possède une nativité en terre cuite du XVIIe siècle ainsi qu'un mur datant de l'époque gallo-romaine. Elle abrite notamment un retable, des stalles et une voûte lattée.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le poète Pierre de Ronsard reçut la tonsure de René du Bellay au manoir de Touvoie.
  • Alphonse Lavallée (1791 à Savigné-l'Évêque - 1873) fondateur de l’École centrale de Paris.
  • Jo-Wilfried Tsonga (né en 1985), joueur de tennis international, a pratiqué le football au club de Savigné-l'Évêque.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Savigné-l'Évêque Blason
D'or au pal-champagne de sinople chargé en chef d'une fleur de lis d'or, adextré d'une crosse de sinople soutenue de cinq petits tourteaux de gueules ordonnés en demi-cercle, senestré d'un fer à cheval renversé de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 3, , p. 55
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 du Le Mans », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Mans », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Nom des habitants de la commune sur le site « habitants.fr », consulté le 11 août 2016.
  14. Réélection 2014 : « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre, (consulté le ).
  15. « Savigné-l'Évêque. Isabelle Lemeunier est officiellement élue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.