Saint-Simeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec Saint-Simon, village des gabariers, plus en aval sur la Charente.

Saint-Simeux
Saint-Simeux
Vue de Saint-Simeux depuis le pont sur la Charente.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cognac
Maire
Mandat
Pierre Berton
2014-2020
Code postal 16120
Code commune 16351
Démographie
Gentilé Saint-Simeusiens
Population
municipale
610 hab. (2016 en augmentation de 7,02 % par rapport à 2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 43″ nord, 0° 01′ 30″ ouest
Altitude Min. 16 m
Max. 99 m
Superficie 9,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Simeux

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Simeux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Simeux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Simeux
Liens
Site web www.saint-simeux.fr

Saint-Simeux est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Saint-Simeusiens et les Saint-Simeusiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saint-Simeux est une commune située à 4 km au nord-est de Châteauneuf-sur-Charente et 14 km à l'ouest d'Angoulême, sur la rive droite de la Charente.

Le bourg de Saint-Simeux est aussi à 5 km au sud-ouest d'Hiersac, 6 km à l'ouest de Nersac et Trois-Palis, 13 km à l'est de Jarnac et 24 km à l'est de Cognac[2].

À l'écart des grandes routes, la commune est traversée du sud au nord par la D 14, route de Châteauneuf à Hiersac, qui passe 1 km à l'ouest du bourg. Celui-ci est desservi par la D.84 qui longe la Charente et passe en contrebas de l'église. La D 72, route d'Angoulême à Vibrac par Trois-Palis, traverse le nord de la commune d'est en ouest et passe aussi à 1 km du bourg. La D 22, route de Châteauneuf à Jarnac par la rive droite et Vibrac, traverse le sud-ouest de la commune. Enfin, un pont franchissant le fleuve relie la commune et le bourg à Mosnac[3].

La gare la plus proche est celle de Châteauneuf, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Cognac, Saintes et Royan.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune comporte quelques hameaux : Plançon et Tourtron à l'ouest, les Coupeaux sur la limite sud, les Corbeaux au sud du bourg en vis-à-vis, et au nord-est tout un groupe comprenant les Miots, le Bois de Vog, la Forgerie, les Pellières et Chez Touchard[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Simeux
Vibrac Moulidars
Angeac-Charente Saint-Simeux Champmillon
Châteauneuf-sur-Charente Mosnac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune occupe un plateau calcaire qui appartient au Bassin aquitain comme les trois quarts ouest du département de la Charente, et se trouve sur la limite entre le Jurassique qui occupe la moitié nord du département et le Crétacé qui commence à Moulidars.

Le Portlandien (Jurassique supérieur) occupe une minuscule zone à l'est de la commune, en limite avec Champmillon. Un fin ruban de Purbeckien, marne riche en argile et en gypse de la fin du Jurassique, longe la vallée de la Charente au pied du plateau, et occupe les altitudes comprises entre 25 et 45 m environ, ainsi qu'en limite nord-ouest de la commune au pied de Plançon.

Enfin le plateau, occupant la grande partie centrale de la commune, est composé de Cénomanien (Crétacé supérieur).

La vallée de la Charente est occupée par des alluvions récentes du Quaternaire[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Saint-Simeux est sur la rive droite de la Charente. La commune occupe l'intérieur d'un large méandre du fleuve dont la partie sud traverse la commune de Châteauneuf. Le plateau composant une grande partie de la commune est à une altitude moyenne de 80 m.

Le village de Saint-Simeux est construit en haut de la rive concave qui borde un autre méandre, celui de Mosnac, et le village est en surplomb d'où le nom de rempart donné à ce lieu escarpé.

Le point culminant de la commune est à une altitude de 99 mètres, situé sur la limite septentrionale. Le point le plus bas est à 16 m, situé le long de la Charente à l'ouest au pied de Tourtron. Le bourg s'étage entre 25 et 60 mètres d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée au sud-est et à l'ouest par la Charente entre Angoulême et Jarnac, fleuve qui borde la commune au sud-est et au sud-ouest.

Le Ris, ruisseau temporaire affluent de la Charente à Vibrac, limite la commune au nord-ouest. Un autre petit ruisseau naît au pied du bourg et du Maine Michaud pour se jeter dans la Charente au bout de 200 mètres. On trouve aussi quelques lavoirs et fontaines[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous la forme ancienne Sanctus Simeon vers 1300[7].

Siméon Ce lien renvoie vers une page d'homonymie est le nom de plusieurs saints, dont Siméon le Stylite, anachorète en Cilicie, mort en 459, connu pour avoir prêché jusqu'à la fin de sa vie en haut d'une colonne (d'où son nom)[8]. C'est lui qui serait le patron de la paroisse[9].

La carte de Cassini, au XVIIIe siècle, indique encore St.Simeon, nom de la paroisse[10]. La commune a été créée Saint-Simeux en 1793[11].

Pendant la Révolution, Saint-Simeux s'est appelé Simeux-Charente[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y aurait eu une forteresse du XIIIe siècle appelée la tour de Montmedou, dont on ignore la localisation, mais elle était « située non loin du bourg, en haut du chemin de Châteauneuf et dominait la Charente ». Elle aurait été détruite pendant la guerre de Cent Ans[13] et remplaçait peut-être le logis seigneurial qui semblait faire défaut au bourg[14].

Au XVe siècle, Tourteron (actuellement Tourtron) a été divisé en deux seigneuries. Le Grand Tourteron était une dépendance de la seigneurie du Fa. Ce sont les Saint-Hermine, seigneurs du Fa, qui firent construire le logis actuel au XVIe siècle. Charles d'Orléans, père de François Ier et comte d'Angoulême, acquit la seconde seigneurie, située plus au nord-est en direction de Plançon, dite le Petit Tourteron et dont il ne reste pas de trace du logis[15].

Le Petit Tourteron fut donc terre royale au XVIe siècle, mais fut vendue par Henri IV en 1593 avec la terre de Bouteville à Bernard de Béon de Massès, lieutenant-général d'Angoumois, Aunis et Saintonge, qui la revendit deux ans plus tard à Mathurin Gillibert, conseiller du roi. Tourteron passera ainsi entre les mains de nombreuses familles : Faligon, Gelinard, Regnauld, Dassier, Barbarin, de Terrasson...

La seigneurie d'Étaule était moins importante, mais elle s'étendait sur sept paroisses, dont Châteauneuf. Son logis était situé au lieu-dit éponyme, dominant la Charente et au sud de Tourteron.

Le logis du Maine-Michaud est un fief mentionné en 1622. Les bâtiments actuels ont été construits aux XVIIIe et XIXe siècles. Juste avant la Révolution, la famille de Terrasson possédait le Petit Tourteron, Étaule et le Maine-Michaud[14].

Les moulins de Saint-Simeux[modifier | modifier le code]

Traditionnellement l'économie de Saint-Simeux reposait sur les moulins et sur le transport fluvial.

Au lieu dit des Corbeaux, sur le barrage situé sur la Charente, il existe sept vannes destinées à recevoir des roues à aubes (la chute d'eau trop faible pour recevoir une turbine). Des moulins à blé et à huile ont été édifiés au XVIIIe siècle à l'emplacement d'anciens moulins mentionnés en 1331[Note 1]. En 1898, il ne reste plus que trois moulins, qui s'arrêtent dans la seconde moitié du XXe siècle[16].

Cinq de ces roues entraînaient des meules de pierre pour écraser les céréales. À partir de 1920 environ, il ne restait qu'une paire de meules écrasant de l'orge pour le bétail, qui s'est arrêtée vers 1962. Les trois autres vannes ont abandonné l'usage des meules et installé des cylindres vers cette année pour fabriquer de la farine de blé.

Le dernier de ces deux moulins fut la minoterie Marot qui a été construite en 1906 à la place d'un ancien moulin à blé. Elle a été agrandie en 1946 et a fermé en juin 1971.

Administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Saint-Simeux.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Joël Trény SE Maître d'œuvre retraité
2014 En cours Pierre Berton LR Ostéopathe-kinésithérapeute

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2016, la commune comptait 610 habitants[Note 2], en augmentation de 7,02 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
555583584579633529561582619
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
620643568543518485453438436
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
441419425401419369412411411
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
374345366456452476565598610
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,3 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 23,7 %, 45 à 59 ans = 23 %, plus de 60 ans = 21,5 %) ;
  • 49,9 % de femmes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 18,1 %, plus de 60 ans = 19,1 %).

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,1 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Saint-Simeux en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ans ou +
0,0 
6,7 
75 à 89 ans
7,8 
14,1 
60 à 74 ans
11,3 
23,0 
45 à 59 ans
18,1 
23,7 
30 à 44 ans
24,1 
15,5 
15 à 29 ans
15,6 
16,3 
0 à 14 ans
23,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est essentiellement rurale, et la viticulture occupe une partie de l'activité agricole. Saint-Simeux est classé dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[22].

Commerces[modifier | modifier le code]

En 2016, les artisans de Saint-Simeux sont un maçon et deux menuisiers ainsi qu'un électricien-plombier-chauffagiste.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Mosnac et Saint-Simeux, qui accueillent chacune une école élémentaire. L'école de Saint-Simeux, située au bourg, comprend deux classes. Le secteur du collège est Châteauneuf[23],[24].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Siméon date du XIIe siècle, et a été remaniée au XIVe siècle. Elle a été reconstruite en 1867-1868 car en 1844, le chœur, le clocher et le goutterot gauche de la nef s'étaient effondrés. Les voûtes en briques datent de 1893 et la charpente a été refaite et le clocher consolidé de 1964 à 1969.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le logis de Tourteron porte sur une petite porte la date de 1592 et sur le portail celle de 1636; il aurait été reconstruit sous François Ier. Il comporte autour d'une cour carrée des communs, un four banal, une pièce à bugée (buanderie), une chapelle et une échauguette. Les communs et les dépendances sud-est ont été remaniés au XIXe siècle. Au logis est accolé un pigeonnier[15].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le GR 4 qui va de Royan à Grasse traverse la commune et franchit le fleuve.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Cognasse (1914-1993) : artiste peintre, sculpteur et verrier, inhumé au cimetière communal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le document de 1331 cite : « Le mardi après la fête de Saint Georges de l'année 1331, Geoffroy de Vaux, seigneur de Mosnac, a arrenté à Hélie du Breuil, prieur de Mosnac, les moulins avec essacs et pêcheries qui existent dans l'écluse du Corbeau, paroisse de Saint-Simeux. » (réf.: Martin-Buchey).
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 23 mai 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le 20 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 284
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 629.
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. Carte de Cassini sous Géoportail
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Jacques Baudet et Jacques Chauveaud, Bulletins et mémoires, Société archéologique et historique de la Charente, , « Toponymie révolutionnaire en Charente », p. 272-278 [lire sur le site d'André J.Balout (page consultée le 19 juillet 2012)] [PDF]
  13. « Tour de Montmedou », notice no IA00041839, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 350-351
  15. a et b Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias, , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 196
  16. Base Mérimée
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. « Évolution et structure de la population à Saint-Simeux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  22. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes », (consulté le 6 décembre 2015)
  23. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 20 juillet 2012)
  24. Site de l'école de Saint-Simeux

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]