Saint-Aquilin-de-Corbion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Aquilin-de-Corbion
Saint-Aquilin-de-Corbion
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Mortagne au Perche
Maire
Mandat
Patrick Poisson
2020-2026
Code postal 61380
Code commune 61363
Démographie
Population
municipale
67 hab. (2017 en diminution de 1,47 % par rapport à 2012)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 09″ nord, 0° 30′ 53″ est
Altitude Min. 191 m
Max. 281 m
Superficie 6,10 km2
Élections
Départementales Canton de Mortagne-au-Perche
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Aquilin-de-Corbion
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Aquilin-de-Corbion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aquilin-de-Corbion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aquilin-de-Corbion

Saint-Aquilin-de-Corbion est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 67 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée :

  • au nord par la rivière de l’Iton et à l'est par son affluent, la Neuille Souris, appartenant au bassin de la Seine,
  • au sud par la Sarthe et à l'ouest par son affluent le ruisseau de Quincampoix appartenant au bassin versant de la Loire.

La rivière Sarthe prend sa source à une altitude de 252 mètres, sur la commune limitrophe de Soligny-la-Trappe, au lieu-dit Somsarthe, où elle disparaît après quelques dizaines de mètres pour réapparaître en résurgence à Saint-Aquilin-de-Corbion, en aval de l'église, avant de rejoindre le département éponyme voisin après avoir traversé Alençon.

  • Le point culminant de la commune se situe en son sud, à 281 mètres d'altitude, au Clos Guérot,
  • Le point le plus bas, à l'extrême ouest de la commune, à 191 mètres d'altitude, sous le pont de la route départementale 32 (Moulins-la-Marche > Soligny-la-Trappe), au confluent du ruisseau de Quincampoix et de la Sarthe.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Saint Aquileium en 1220[2], Acquilain en 1793, Saint-Aquilain en 1801[3].

Saint Aquilin était originaire de Bayeux et avait servi dans l’armée de Clovis II. Il se fixa à Évreux où il fut évêque et mourut en 690.

Corbion, la racine du mot est le latin corvus (corbeau)[4], corbiau est une forme ancienne encore utilisée dans les parlers de l'ouest de la France. Le toponyme peut être un lieu où il y a beaucoup de corbeaux, le surnom d'un braillard, ou en référence à la couleur des plumes du corbeau[5].
Le Corbion est, aussi, un mode d’arpentage employé dans les vieux textes latins. Il désignait un amas de pierres formé et pris pour limiter un territoire. Ce tas de pierres, servant de borne, était appelé aussi « scorofio » dans le patois des paysans[6].
Une autre hypothèse est cependant envisageable, la forme contractée de corbillon (petite corbeille), surnom métonymique donné à un fabricant de corbeilles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1985[7] mars 2008 Michel Gobey SE  
mars 2008 mars 2014 Benoît Debon SE Consultant en communication
mars 2014[8] décembre 2018[9] Éric Verhalle SE Exploitant agricole
avril 2019[10] En cours Patrick Poisson[11] SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2017, la commune comptait 67 habitants[Note 1], en diminution de 1,47 % par rapport à 2012 (Orne : -2,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
330329294304334307286280291
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
288287273277233225211231190
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
186205173156167128145148181
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017
13011895885873657067
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église possède des fenêtres romanes murées. Statue de saint Aquilin du XVIe siècle, chaire avec escalier à balustres du XVIIe siècle.
église d'origine romane

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Abbé Jean Aubert, Les églises de l'Orne et leurs objets d'art, J. Aubert, , p. 202.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Définitions lexicographiques et étymologiques de « corbeau » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  5. « Corbeau », dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur Centre national de ressources textuelles et lexicales
  6. Revue internationale d'onomastique, vol. 6, Éditions d'Artrey, , p. 282.
  7. « Journal de campagne », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 décembre 2015)
  8. « Éric Verhalle est élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 décembre 2015)
  9. « Saint-Aquilin-de-Corbion. Le maire Éric Verhalle est décédé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 août 2020)
  10. « Saint-Aquilin-de-Corbion. Le maire dans les pas de son prédécesseur », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 août 2020)
  11. Réélection 2020 : « Municipales à Saint-Aquilin-de-Corbion. Patrick Poisson réélu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 28 août 2020)
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :