Côte Sainte-Catherine (Rouen)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Côte Sainte-Catherine
Image illustrative de l’article Côte Sainte-Catherine (Rouen)
Côte Sainte-Catherine et la Seine, depuis le pont Pierre-Corneille.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Normandie
Commune Rouen
Altitude 139 m
Caractéristiques
Lieux d'intérêts Panorama urbain et espace naturel protégé
Gestion
Propriétaire Villes de Rouen et Bonsecours
Ouverture au public Entrée libre
Protection Logo des sites naturels français Site classé (2002)
Lien Internet https://www.rouentourisme.com/la-colline-sainte-catherine-a-rouen/
Localisation
Coordonnées 49° 26′ 02″ nord, 1° 06′ 36″ est
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Côte Sainte-Catherine
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Côte Sainte-Catherine
Géolocalisation sur la carte : Rouen
(Voir situation sur carte : Rouen)
Côte Sainte-Catherine

La côte Sainte-Catherine est une colline qui domine Rouen et la Seine, autrefois appelé Mont de Rouen[1]. C'est depuis ce point haut que s'offre un panorama remarquable sur Rouen et son agglomération[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois parcourue par les pèlerins se rendant à la chapelle Saint-Michel, la partie de la colline où elle était située fut bientôt désignée par le même patronyme mais également sous celui de «Mont-Gargan», cette dernière désignation étant une déformation du mot «archange» (nions archangelus), qui lui est restée[1].

La configuration de la colline Sainte-Catherine fut modifiée au XVIIe siècle, lorsque l'autorité municipale de Rouen décida d'établir un chemin voisin de l'église Saint-Paul. Dans l'Histoire de la ville de Rouen de Farin que ces travaux furent entrepris «pour aider à faire vivre de pauvres artisans et aussi de pauvres maîtres sans ouvrages, par suite de la cherté du blé, tout travail ayant cessé. Quand on fut parvenu au rocher, on y fit des sapes taillées au ciseau, on y attacha de la mine et on fit sauter la côte en différents endroits. »[1] À cette époque, seule une chaussée étroite conduisait de la porte Martainville de la cité de Rouen à la côte Sainte-Catherine, l'espace compris entre les deux n'étant qu'un marais formé par le Robec et l'Aubette, nommé «vivier Martainville » ou encore Malam paludem[3] signifiant mauvais marais.

Au XIXe siècle, la côte fut encore entaillée pour le passage de la route de Paris, le percement de la rue Henri-Rivière, et du côté du mont Gargan par une carrière. Ces différents travaux ont modifié l'aspect primitif de la colline Sainte-Catherine et diminué ses proportions[1].

Accès[modifier | modifier le code]

Le belvédère de la côte Sainte-Catherine est accessible par la route de la Corniche (D95) ainsi que par un sentier en escalier de 525 marches partant de la rue Henri-Rivière, à côté de l’entrée du cimetière du Mont-Gargan, et dont le tracé remonte à 1312 [réf. nécessaire].

Activités[modifier | modifier le code]

Une course de 10 et 20 km y fut organisée en 2018 par l’association de course à pied Traverse aventure[4].

En parallèle, vingt coureurs ont réalisé une Ultra montée de 50 allers-retours du sentier en escalier, soit 5 000 mètres de dénivelé positif. Le premier, Xavier Marchand, a conclu sa course en 8 heures et 30 minutes[4].

Représentation artistique[modifier | modifier le code]

Claude Monet s'est servi de ce lieu pour illustrer la ville de Rouen dans sa Vue générale de Rouen en 1892.

Claude Monet, Vue générale de Rouen, 1892. i. Huile sur toile • 65 × 100 cm • Coll. Musée des Beaux-Arts, Rouen
Claude Monet, Vue générale de Rouen, 1892. i. Huile sur toile • 65 × 100 cm • Coll. Musée des Beaux-Arts, Rouen

Protections[modifier | modifier le code]

La côte Sainte-Catherine est un site naturel Logo des sites naturels français Site classé (2002)[5] de 32,71 ha.

La colline est classée au titre des ZNIEFF[6].

Images[modifier | modifier le code]

Panorama sur Rouen depuis la côte Sainte-Catherine.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Louis Prévost, « Historique des anciens monuments de la colline Sainte-Catherine de Rouen », Études Normandes, vol. 89, no 269,‎ , p. 1–16 (DOI 10.3406/etnor.1973.2995, lire en ligne, consulté le )
  2. « La colline Sainte-Catherine à Rouen », sur Rouen Tourisme, (consulté le )
  3. François de Beaurepaire, « Aux origines de la toponymie urbaine : les anciens noms de rues de Rouen », Nouvelle revue d'onomastique, vol. 27, no 1,‎ , p. 55–66 (DOI 10.3406/onoma.1996.1251, lire en ligne, consulté le ).
  4. a et b « VIDÉO. Ultra montée de Rouen : 9 heures de course pour gravir 50 fois la côte Sainte-Catherine ! », sur actu.fr (consulté le ).
  5. « La côte Sainte-Catherine à Bonsecours, Rouen », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le )
  6. ZNIEFF 230000316 - Côte Sainte-Catherine sur le site de l’INPN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon de Duranville, Essai sur l'histoire de la côte Ste Catherine et des fortifications de la ville de Rouen, Rouen, Lebrument, (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]