Rothau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rothau
Rothau
Mairie de Rothau.
Blason de Rothau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Molsheim
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Bruche
Maire
Mandat
Marc Scheer
2020-2026
Code postal 67570
Code commune 67414
Démographie
Gentilé Rothauquois, Rothauquoises [1]
Population
municipale
1 570 hab. (2018 en diminution de 0,32 % par rapport à 2013)
Densité 405 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 20″ nord, 7° 12′ 33″ est
Altitude Min. 319 m
Max. 690 m
Superficie 3,88 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine La Broque
(ville-centre)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Mutzig
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Rothau
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Rothau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rothau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rothau

Rothau est une commune française du département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Située dans la vallée de la Bruche, à proximité de Schirmeck, dans l'ancien comté du Ban de la Roche, c'est une petite ville qui a connu une forte activité industrielle, d'abord centrée sur les mines de fer et les forges, puis sur le tissage et les filatures[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans la vallée de la Bruche, Rothau forme avec les communes de La Broque et de Schirmeck une agglomération d'environ 7 000 habitants. Rothau étant une ancienne commune du comté du Ban de la Roche, son territoire initial s'étendait à la rive sud de la Rothaine jusqu'au jour où les communes de la rive nord de la Rothaine limitrophes avec Rothau, à savoir Barembach et Natzwiller, ont cédé chacune une partie de leurs territoires, du fait que de nombreuses habitations étaient en construction, pour éviter les découpages d'une agglomération en plusieurs communes. D'ailleurs c'est pour cela que la forêt communale de Rothau, d'une surface de 175 hectares, ne s'étend que sur la rive sud de la Rothaine. Le massif comprend les lieux-dits Petit-Donon (au-dessus de l'agglomération: parcelles 9, 10, 11, 12), Saint-Nicolas (à proximité du chemin de la folie: parcelles 5, 6, 7, 8), Briqui (au Sud du Petit-Donon, en partant vers le col de la Perheux: parcelles 1, 2, 3, 4) et une partie du Chenot (grosse montagne résineuse entre Rothau et Wildersbach: parcelle 13 de 30 hectares acquérie par la commune en 2004).

Rothau se situe exactement au centre de la vallée de la Bruche.

Rothau est reliée à Fouday par le chemin de la Folie, qui se trouve sur les bans communaux de ces deux dernières communes ainsi que le ban communal de Solbach.

Rothau est l'unique des anciennes annexes du Ban de la Roche à avoir aujourd'hui une population supérieure à 1 000 habitants. Des localités incluses dans les anciens cantons de canton de Saales et de Schirmeck réunis, ce qui fait ainsi 23 communes, Rothau est la quatrième plus grande commune en nombre d'habitants, derrière La Broque, Schirmeck et Wisches.

Rothau subit aujourd'hui une légère baisse de sa population. La fermeture de l'usine textile Steinheil, en 2005, en est la principale cause. Cette structure, implantée dans la commune durant plus d'un siècle, était une source d'emploi importante dans la vallée de la Bruche.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rothau est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Broque, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[6] et 13 210 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8]. La commune est en outre hors attraction des villes[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (80,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (85,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (78,5 %), zones urbanisées (19,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,1 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de Rothau est de 1398 (Roto). La localité faisait partie de l'ancienne seigneurie du Ban de la Roche dont elle était la capitale administrative au XVIe siècle (après la destruction du château médiéval en 1469 - le château de la Roche à Bellefosse) et siège des paroisses du Ban de la Roche.

La localité a également été du XVIe siècle (sous l'administration des comtes de Veldenz[13]) au début du XIXe siècle (de Dietrich puis Champy) un centre sidérurgique concurrent à celui de Framont-Grandfontaine.

La guerre de Trente ans (1618-1648) ne touchât le Ban de la Roche que très tardivement, vers 1633. Elle a cependant causé beaucoup de dégâts, s'agissant de pillages, dans ce secteur. Les exploitations agricoles et minières ont été bien endommagées.

Rothau fut une localité de confession protestante puisqu'elle avait été autrefois annexée par le Ban de la Roche. Étant toutefois située au plein centre de la vallée de la Bruche, à la croisée de celle-ci avec la vallée de la Rothaine comprenant trois localités en amont ; Rothau a vu très vite augmenter sa population avec, notamment, les installations de forges et plus tard de filatures. Ainsi Rothau est depuis longtemps une commune protestante et catholique à la fois.

De 1725 à 1863, Rothau a eu la particularité d'être une commune ayant eu un simultaneum, c'est-à-dire une église pour les deux confessions catholiques et protestantes. Pour cela des horaires ont été établis afin que les habitants puissent y aller pratiquer leur culte. Après la révolution, la commune, comme la plupart de celles du haut de la vallée de la Bruche - exception faite de Fouday, Solbach, Belmont, Bellefosse et Blancherupt, faisait partie du département des Vosges et du diocèse de Saint-Dié où la confession catholique était plus repandue. Cela faisait de Rothau une exception pour ce territoire quant au simultaneum. Il fallait attendre l'arrivée du curé Charles Lamy en 1837 pour faire bouger les choses: il demandait l'avis aux habitants de ce qu'ils pensaient du simultaneum: contrairement à d'autres cas, ceux-ci ne revendiquaient pas pour chaque confession l'appartenance de leur église mais pensaient cependant que le simultaneum ne peut pas durer. En effet, des situations conflictuelles ont déjà eu lieu lorsque les horaires d'église, changeantes, n'étaient pas toujours précisées. Les décennies suivantes se passaient dans la négociation, du côté des protestants notamment, dans l'objectif de construire un temple. Pour cela il fallait demander au préfet ou à l'empire des subventions. Elles ont fini par être accordées. Le temple luthérien fut construit entre 1861 et 1862, son inauguration eut lieu le . Ainsi la fin du simultaneum fut proclamée le suivant, le préfet préférant attendre la fin de la construction. Le curé Lamy ne fut toujours pas satisfait, l'église du simultaneum, devenue catholique, est en piteux état. Le maire, Gustave Steinheil, redigea alors une lettre aux ministres pour expliquer la situation. Par la suite les architectes ont proposé le plan de la nouvelle église. Par la suite des négociations du même genre que pour les protestants ont eu lieu. Finalement, l'église fut érigée en 1868. Elle a été consacrée en 1874, non pas par l'évêque de Strasbourg dont elle était désormais annexée, à la suite de la guerre franco-allemande de 1870, mais par l'évêque de Saint-Dié, qui reconnut l'immense dévotion du curé Lamy. Ce dernier décède peu de temps après.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c'était l'apogée de la manufacture d'armes blanches de Klingenthal, seule de ce cas de tout le royaume de France. Cette fabrique « vallée des lames » pour ainsi dire son nom s'approvisionnait beaucoup aux forges de Rothau car les armes qu'elles donnaient valaient plus cher et étaient très estimées. Il est probable que les armées napoléoniennes sillonnaient l'Europe avec un attirail dont les matières premières provenaient de Rothau. Ces dernières, qui fournissaient les forges dudit village, laissent encore aujourd'hui des traces en forêt évoquant d'anciennes carrières. Elles se localisent notamment au Bambois (forêts communales de Natzwiller et de Grendelbruch). A ces endroits se trouve la grotte des partisans, qui fait partie de ces vestiges d'exploitation. Elle est racontée par Nicolas Wolff, maire sous Napoléon.

En 1940, lieu d'accueil des habitants évacués de Schirrhein.

À la fin du XIXe siècle, un pionnier de l'industrie nommé Gustave Steinheil y fit construire une grande usine qui employa de nombreuses personnes issues de toute la vallée. L'usine Steinheil a été définitivement été fermée en 2005 et démantelée à partir de 2013.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Rothau

Les armes de Rothau se blasonnent ainsi :
« De gueules aux trois tours d'argent, ajourées de sable. »[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Roto en 1371.
En welche, on dit Rôte ou Ronte et en alsacien, Rodöü ou Ruudöi.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1971 Paul Horter socialiste  
         
1989 2001 Pierre Maire   électricien
2001 En cours
(au 31 mai 2020)
Marc Scheer[15],[16]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  médecin
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2018, la commune comptait 1 570 habitants[Note 2], en diminution de 0,32 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5405545877028199149591 0091 132
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 3611 5001 4951 5021 4091 4541 4401 5741 586
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7261 7801 7861 6241 6271 5751 5781 6071 713
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 8971 8861 7801 5961 5831 5571 5811 5891 554
2018 - - - - - - - -
1 570--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Économie et transports[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La défense du cimetière de Rothau par Nicolas Wolff et les partisans vosgiens, le 6 janvier 1814.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelage avec Woolstock.

Comme sept autres communes du Ban de la Roche (Bellefosse, Belmont, Fouday, Neuviller-la-Roche, Solbach, Wildersbach et Waldersbach), Rothau est jumelée depuis le avec Woolstock, une petite localité américaine de l'Iowa qui a accueilli au XIXe siècle des immigrants en provenance du Ban de la Roche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/bas-rhin-67
  2. Léon Daul, Bernadette Algret-Specklin, Paul-André Befort et Marion Ley, 's Elsàssbüech. Le livre de l'Alsace, Éditions du Donon, 2010, p. 368 (ISBN 978-2-914856-65-2).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de La Broque », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Maurice Falleix : L'Alsace, la Lorraine et les trois évêchés du début du XVIIe siècle à 1789, Delagrave (Paris), 1921, p. 7 Texte intégral
  14. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009).
  15. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  16. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Françoise Vigneron: «Nicolas Wolff et la défense des Vosges», in: L'essor, 73,1969
  22. La Bataille de Rothau par Pierre Juillot
  23. Jean-Marie Thiébaud, Gérard Tissot-Robbe: Nicolas Wolff in:Les Corps Francs de 1814 et 1815, La double agonie de l'Empire, L'Harmattan, 2011, p. 189-198 Extraits en ligne
  24. Stèle Nicolas Wolff à Rothau

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Karl Boch, Der Buergereid von Jonas Boeckel, Pfarrer in Rothau, 1910
  • (de) Friedrich Theodor Müller, Die Eisenerzlagerstätten von Rothau und Framont im Breuschtal (Vogesen), Strassburger Druckerei und Verlagsanstalt, Strasbourg, 1905, 56 p. (thèse de sciences naturelles)
  • La Paroisse protestante de Rothau : centenaire de la construction du temple 1863-1963, Bertrand, Bischwiller, 1964, 30 p.
  • Émile Dietz, Climat de Rothau en 1879, Fischbach G., 1880?
  • Émile Dietz, Le climat de Rothau et de la vallée supérieure de la Bruche, (1881-1885), 1887, (Congrès de Nancy, 1886)
  • Anne-Cécile Freyburger, Olivier Munoz et Fabienne Peyron, Le devenir du site industriel de Steinheil : une opportunité pour mieux vivre à Rothau, École nationale supérieure du paysage, Versailles, 2007, 183 p.
  • Denis Leypold, Le Ban de la Roche au temps des seigneurs de Rathsamhausen et de Veldenz (1489-1630), Oberlin, Strasbourg, 1989, 119 p.
  • Denis Leypold, « Les châteaux méconnus de Rothau et de St Blaise-la-Roche, données historiques », L'Essor, no 145
  • Claude Muller, « L'exercice du Simultaneum de Rothau (1802-1842) », L'Essor, no 121-122-149
  • Gaston Save, Nicolas Wolff et la défense de Rothau en 1814, Humbert L., 1887?
  • « Rothau », in La Haute vallée de la Bruche, Patrimoine d’Alsace, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Éditions Lieux Dits, Lyon, 2005, p. 49-52 (ISBN 978-2-914528-13-9)
  • Charles Théodore Kuntz: Sermon prononcé à l'église de Rothau, au Ban de la Roche, le , à l'occasion du service solennel d'actions de grâces pour l'avènement de S. M. Louis-Philippe 1er, impr. de F.-C. Heitz (Strasbourg), 1830,lire en ligne sur Gallica.
  • Annales de l'Est, Université de Nancy (Faculté des lettres et sciences humaines et Fédération historique lorraine, Berger-Levrault (Paris), 1910, lire en ligne sur Gallica.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :