Barembach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barembach
La mairie-école de Barembach.
La mairie-école de Barembach.
Blason de Barembach
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin (Strasbourg)
Arrondissement Molsheim
Canton Mutzig
Intercommunalité C.C. de la Vallée de la Bruche
Maire
Mandat
Gérard Douvier
2014-2020
Code postal 67130
Code commune 67020
Démographie
Gentilé Barembachois(es)
Population
municipale
882 hab. (2014)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 37″ nord, 7° 13′ 51″ est
Altitude Min. 289 m – Max. 910 m
Superficie 9,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Barembach

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Barembach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barembach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barembach
Liens
Site web http://www.barembach.fr

Barembach est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Barembach est située dans une vallée perpendiculaire à celle de la Bruche. Le village fait partie du canton de Schirmeck et de l'arrondissement de Molsheim. Il se situe à la frontière est du territoire communal de Schirmeck. Le village est situé à 350 mètres d'altitude. La superficie du village atteint 9,9 km2. Ses habitants sont appelés les Barembachois. La forêt de Barembach recouvre plusieurs sommets tels que la Pépinière (666 mètres d'altitude), la Baraque des Bœufs (781 mètres d'altitude), l'Ordon Saxe (690 mètres d'altitude) et le Haut de la Brûlée (715 mètres d'altitude).

Barembach a pour communes limitrophes Natzwiller au sud et au sud-est, Grendelbruch à l'est, Russ au nord-est puis au nord, Schirmeck au nord-ouest et à l'ouest, Rothau au sud-ouest.

Histoire[modifier | modifier le code]

Barembach a été entièrement détruite en 1875 par un violent incendie. Après la reconstruction du village presque immédiatement après la catastrophe, son économie repart d'abord à partir de l'élevage, la sylviculture et l'agriculture. Des moulins et des scieries voient le jour ainsi qu'un atelier de fabrication de galoches, qui est transformé plus tard en atelier de tissage. Une entreprise est créée par Camille Glaszmann, qui se spécialise dans les accessoires. L'entreprise est vendue en 1964 puis reprise par Mecatherm, qui agrandit les bâtiments. Peu avant la Libération, le village abrite le quartier général du maréchal de Lattre de Tassigny, qui lui sert de tremplin pour libérer la région. À compter que Barembach possédait initialement toute une partie de la commune de Rothau se situant sur la rive nord de la Rothaine.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

De l'allemand Bach, ruisseau et Bär, ours.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Barembach

Les armes de Barembach se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier de gueules à la bande d'argent, au second d'argent plain. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Gérard Douvier[2] PS  
2001 2008 Gérard Douvier PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 882 habitants, en augmentation de 1,15 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532 571 768 744 945 1 011 1 040 1 030 1 086
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 029 1 070 1 035 944 832 765 751 738 751
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
829 899 862 756 775 788 812 794 853
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
846 842 852 849 872 873 891 872 882
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Georges.

Église (1879)[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le maréchal de Lattre de Tassigny, qui eut possession d'un quartier général dans le village. La rue menant du cimetière à l'église porte son nom. Au bord de cette rue a été érigé un monument lui rendant hommage, se situant à proximité de l'église.

Théo Meunier a réalisé et tourné plusieurs films dans le village. Grâce à ses réalisations, de nombreux prix ont été décernés à la commune pour son respect de la nature, mis en avant par les longs-métrages réalisés en son sein.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Barembach », in La Haute vallée de la Bruche, Patrimoine d’Alsace, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Éditions Lieux Dits, Lyon, 2005, p. 38-39 (ISBN 978-2-914528-13-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]