Reiki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Reiki (apposition des mains))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ère Reiki et Reiki (homonymie).
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Reiki-2.svg

Le reiki (靈氣, 霊氣 ou 霊気?, [ˌreɪki]) est une méthode de soins non conventionnelle d'origine japonaise, fondée sur des soins dits « énergétiques » par imposition des mains. Elle a été fondée par le japonais Mikao Usui à la suite d’une révélation mystique qui l’aurait conduit à la fin du XIXe siècle à recevoir les « clefs de la guérison »[1].

L'efficacité du reiki[2],[3],[4]et l'existence du ki sont étudiés par les institutions médicalisées[5] et la science moderne[6]. Le bilan fait par une revue de la littérature de 2015 sur le reiki et les techniques énergétiques stipule: "il existe des preuves prometteuses mais limitées basées sur relativement peu d'études avec des tailles d'échantillon insuffisantes ainsi que des problèmes méthodologiques qui pourraient être améliorés pour mieux comprendre les effets des thérapies énergétiques dans un contexte clinique"[7].

Face à un risque avéré de dérive sectaire, la nébuleuse du reiki est placée sous observation par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires[1].

Description et historique[modifier | modifier le code]

Mikao Usui 臼井甕男 (1865–1926)
Chujiro Hayashi 林 忠次郎 (1880 - 1940)

Le terme « reiki » existe dans le shingon où on évoque lors des méditations le fait d'absorber le ki de l'univers ainsi que dans le shinto où le terme désigne les initiations [citation nécessaire]. La première publication sur le sujet date de 1919 au Japon, sous la plume d'un naturopathe nommé Mataji Kawakami[réf. nécessaire], et dans son ouvrage « Reiki Ryoho to sono Koka » (« Reiki Ryoho et ses effets ») [citation nécessaire]. Le terme ne sera utilisé par Mikao Usui qu'à partir de 1924 [citation nécessaire]. Selon Chrish Marsh et Dave King [citation nécessaire], préalablement, la méthode de soin porte les noms d'Usui-Do (voie de M. Usui) ou Usui Téaté (guérison par le toucher de M. Usui). Selon Hiroshi Doï et la Usui Reiki Ryoho Gakkai de Kyoto (la Fondation originelle de reiki), cela est inexact [citation nécessaire]. Sur la tombe de Mikao Usui, ce sont les termes « reiki » et « reihô » (voie spirituelle) qui apparaissent exclusivement[citation nécessaire]. La syllabe « rei » désigne l'esprit. La syllabe « ki » est issue du chinois « qi » (prononcer « tchi »), qui désigne l'énergie universelle. Celle-ci est aussi appelée prâna dans les langues indiennes [citation nécessaire]. Le reiki est donc étymologiquement : la force universelle de l'esprit.

La méthode de soin appelée reiki fut mise au point au Japon par son fondateur, l'homme d'affaires japonais Mikao Usui (1865-1926) à partir de 1922, peut-être même avant 1918 [citation nécessaire]. Selon Idriss Lahore, c'est au cours d'une « expérience de mort imminente »[8] qu'il aurait pris conscience de ses dons de guérisseur.

L'expansion du reiki en Occident est due d'un côté, à la branche nippo-américaine de Mme Hawayo Takata et de sa petite-fille Phyllis Lei Furumoto qui transmirent les principes élémentaires du reiki et des techniques très simplifiées et formèrent des maîtres occidentaux à partir des années 1970 (principalement dans le courant New Age et les spiritualités contemporaines), et de l'autre côté, à la branche japonaise directement liée à l'un des élèves de Mikao Usui, Chujiro Hayashi, introduite directement depuis le Japon en Europe au début des années 2000.

La méthode[modifier | modifier le code]

Séance de reiki

Bien qu'il existe aujourd'hui différentes manières d'appréhender et de présenter le reiki, selon la plupart de ses praticiens, l'un des buts du reiki est de soulager les souffrances, d'apporter un calme mental, une paix intérieure et un bien-être en général. Il se fonderait sur le concept du taoïsme chinois Ch'i ainsi que celui du Zen et des Arts martiaux japonais ki, « énergie universelle de vie » (l'équivalent du Ch'i chinois et du Ki japonais est le prâna dans la philosophie indienne), le « souffle vital » qui circule partout dans la Nature, notamment dans le corps, permettant son fonctionnement et reliant les êtres entre eux.

La caractéristique principale du Reiki reste le concept de canalisation, c'est-à-dire la capacité du praticien reiki à servir de canal à une circulation de l'énergie vers une personne.

Certains praticiens associent le reiki à l'activation des 7 chakras qui est une conception issue du tantrayana et du yoga traditionnel indien. Ce système de l'Inde est connu au Japon à travers le système bouddhiste, lequel s'appuie sur 5 centres subtils correspondant aux 5 éléments, et le Shintô/Taoïsme, comme l'acupuncture et le shiatsu, sur un système de 3 centres subtils[réf. nécessaire].

Le système de progression dans le reiki serait aussi inspiré du shintoïsme japonais, dont il reprend en partie le système d'initiation lequel est dénommé « reikiki » ou « reiki-kanjō » dans le Shintô traditionnel[9]. Il se réfère aussi en partie au système bouddhiste, notamment à la psychologie bouddhique tantrique (vacuité de l'ego) : ainsi l'un des symboles reiki est la représentation picturale du mantra de la compassion, la syllabe (bija) « hrih » qui symbolise le bouddha Amitabha[réf. nécessaire]. Le symbole utilisé par le maître pour conférer l'initiation (dai-komyo) renvoie au mantra shingon Komyo (lumière brillante) en relation avec la doctrine bouddhique de la claire lumière fondamentale[10] lequel est représenté dans cette tradition par un mandala dans lequel le bouddha Vairocana est entouré des couleurs de l'arc-en-ciel avec en périphérie 23 lunes blanches comprenant des lettres sanscrites.

Les principaux symboles du reiki transmis dans les enseignements des deuxième et troisième degrés sont : le Cho Ku Rei, le Sei He Ki, le Hon Sha Ze Sho Nen, le Dai Ko Myo. Ils sont tracés ou visualisés durant la séance de reiki[11]. Dans la pratique, l'imposition des mains est censée transmettre « de l'énergie », c'est-à-dire « une force en mouvement ».

Les différentes écoles et courants reiki[modifier | modifier le code]

Le reiki peut être pratiqué de différentes manières selon les croyances ou convictions des différentes écoles et de leurs représentants. Au sein d'une même école, on peut même observer diverses manières d'aborder le reiki.

Les écoles traditionnelles :

  • La méthode originelle de Mikao Usui : le Usui-do en 1922 et le Usui-Téaté en 1925 (reconnue par la Diète, le Parlement du Japon, comme non-attentatoire à l'exercice légal de la médecine en 1924) ;
  • Depuis la mort de Mikao Usui et dans sa succession : la Usui Reiki Ryoho Gakkaï (Fondation Usui au Japon). Cette fondation est très fermée et il est très difficile d'y entrer sans invitation préalable d'un membre et approbation de l'ensemble des membres. Ses membres n'ont pas le droit d'enseigner ni de pratiquer le reiki à l'extérieur de la fondation.
  • Depuis 1932, par scission de la Usui Reiki Ryoho Gakkaï : Hayashi Reiki de Chujiro Hayashi.

Les écoles modernes :

  • Depuis 1938, par scission de la Hayashi Reiki : le Usui Shiki Ryoho de Mme Hawayo Takata ;
  • Par scission de la Hayashi Reiki : le Komyo Reiki
  • Dans la succession du Hayashi Reiki Kenkyukai (institut) et en liaison avec Yamaguchi Chiyoko : le Jikiden Reiki ;
  • Par scission de la Usui Reiki Ryoho Gakkaï et liaisons par Suzuki San, nonne Bouddhiste, et de Chris Marsh : Usui Teate ;
  • Par scission de la Usui Reiki Ryoho Gakkaï et de The Radiance Technique : le Gendai Reiki.

Les écoles n'étant pas associées au reiki usui et intégrant d'autres techniques spiritualistes :

  • Plusieurs dizaines (au moins 72)[citation nécessaire] écoles commerciales de reiki autre et/ou new-age : dont le Reiki Shamballah et le Reiki Karuna.
  • En France, la Fédération de Reiki Usui ( site internet: www.lafederationdereiki.org ) a pour objectif de faire connaître au grand public le Reiki Usui, de fédérer enseignants et praticiens dans une déontologie partagée, et d' harmoniser les contenus d'enseignement des différentes écoles.

Reiki usui[modifier | modifier le code]

Initiation des différents degrés au reiki[modifier | modifier le code]

Pour devenir praticien, il est nécessaire de recevoir une initiation ou harmonisation par un « maître enseignant de reiki usui ».

Le passage des niveaux est généralement payant, le « maître reiki » exécute un « rituel initiatique » ou « harmonisation » au cours duquel certains symboles seront appris à l'élève en fonction de son niveau, et un processus d'« équilibrage énergétique » sera « éveillé » et « stimulé ». Nita Mocanu explique que le maître doit « ramoner le canal » de l'élève, afin qu'il puisse diffuser cette « énergie cosmique »[12].

Un maître reiki doit pouvoir fournir la liste des Maîtres qui lui ont transmis leurs enseignements.

  • le premier degré (shoden) est censé reconnecter à la « source universelle », l'initié devant acquérir la capacité consciente de canaliser le reiki par imposition des mains. L'origine du reiki usui, les bases, ainsi que des techniques de soins pour soi-même et pour les autres sont enseignées ;
  • le deuxième degré (okuden) aurait pour rôle de renforcer la connexion, des symboles favorisant la concentration de l’esprit pour canaliser l’émission du reiki à distance seraient transmis au praticien. Il aide à travailler sur une « guérison intérieure » ;
  • le troisième degré (shinpiden) donnerait accès à la transmission des enseignements et des initiations en tant que « maître reiki ». Ce degré peut être divisé en deux, selon les écoles : maître pratiquant et maître enseignant.

L'intervalle entre les différentes initiations peut varier selon les différents enseignants. Certains initient leurs élèves aux différents degrés dans un intervalle court, tandis que d'autres initient après un intervalle plus long pour des raisons d'assimilation, le travail sur soi et la pratique sur autrui.

Gokai : les cinq préceptes ou principes (kyogi) du reiki usui[modifier | modifier le code]

Ils ont été énoncés par Mikao Usui.

Juste aujourd’hui (aujourd'hui même)今日だけは (Kyō dake wa?) :

  1. Ne te mets pas en colère (怒るな, Okoru, ou Ikaru, na?)
  2. Ne te fais pas de souci (心配すな, Shinpai suna?)
  3. Sois rempli de gratitude (感謝して, Kansha shite?)
  4. Accomplis ton devoir avec diligence (行を励め, (Gyōwo hage me - Gō hage me?)
  5. Sois bienveillant avec les autres, et avec toi-même (人に親切に, Hito ni shinsetsu ni?)

Symboles secrets du reiki[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Selon Pascal Treffainguy dans "Reiki, médecine mystique de Mikao Usui" (ISBN 978-1980971337 et 978-1980972396), les symboles du reiki seraient liés à quatre lignes de sons (13) et quatre figures (idéogrammes chinois-japonais et signes visiblement tirés du siddham et du culte Shintô), utilisés pour transmettre l’initiation (“reiju”) de reiki, opérer les soins à distance et traiter des troubles psychophysiologiques par leur visualisation :

  • Chokurei est une sorte de spirale, utilisée dans le rite impérial ;
  • Seiheki est une sorte de déformation de la lettre du sanscrit tibétain “Ah” ;
  • Honshazeshonen et Daikomyô sont des idéogrammes courants désignant littéralement le retour à l’origine pour le premier et l’étoile polaire, entre Soleil et Lune, et également l'Empereur pour le second.

Origines des symboles[modifier | modifier le code]

L’origine des symboles fait l’objet de controverses entre les écoles de reiki. Depuis 1997, Pascal Treffainguy a livré les tableaux suivants, qu'il a offert à Wikipedia et l'ouvrage à la communauté. Ils sont extraits de la série "Reiki, médecine mystique de Mikao Usui" (ISBN 978-1980966425).

Source dans le shintoïsme[modifier | modifier le code]

On peut remarquer qu’au Japon, comme en Chine, l'Empereur est désigné par l'idéogramme Dai Komyô (à rapprocher de Daikomyo), « grand luminaire céleste ». Les Trois Trésors Sacrés du culte impériaux (三種の神器, Sanshu no Jingi?), appelés aussi « insignes impériaux », sont trois objets légendaires :

  • le miroir, Yata no kagami (八咫鏡), conservé au grand temple d'Ise (伊勢神宮, Ise jingû) dans la préfecture de Mie, symbolise la sagesse originelle, à rapprocher de Honshazeshonen ;
  • l'épée, Kusanagi (草薙剣), conservée au temple Atsuta (熱田神宮, Atsuta Jingû) à Nagoya, représente la valeur et la capacité de discernement du bien et du mal, à rapprocher de Seiheki ;
  • le magatama (曲玉), Yasakani no magatama (八尺瓊曲玉), situé au Kôkyo (皇居) à Tôkyô, illustre la bienveillance. C'est tantôt un croc ou un coccyx humain, tantôt un joyau en pierre ou en ambre censés maintenir en équilibre les deux forces cosmiques de catabolisme et d’anabolisme, à rapprocher de Chokurei.

Source dans le bouddhisme[modifier | modifier le code]

Selon Pascal Treffainguy dans les tomes 5 et 8 de "Reiki, médecine mystique de Mikao Usui" (ISBN 978-1980971184 et 978-1980972129), les symboles, comme les Principes, seraient en écho avec la métaphysique bouddhiste des cinq Bouddhas transcendants :

Bouddha Signification du nom Nom japonais Syllabe Mantra
Vairochana radieux Dainichi Nyorai BAM OM à rapprocher de Chokurei
Amoghasiddhi conquérant Fukujoju Nyorai HAH AH à rapprocher de Seiheki
Akshobhya inébranlable Ashuku Nyorai HUM HUM à rapprocher de Honshazeshonen
Amitabha lumière-vie Amida Nyorai HRIH HRI à rapprocher de Daikomyo
Ratnasambhava né du joyau Hosho Nyorai TRAH TRAM à rapprocher de Raku (dans le johrei reiki)

Source dans le culte bouddhiste Shingon des treize bouddhas[modifier | modifier le code]

Fugen Samanthabadhra maître de l’espace à rapprocher de Chokurei
Kokuzo Akashagarbha maître de l’air à rapprocher de Seiheki
Ashuku Akkshobbhya maître du feu à rapprocher de Honshazeshonen
Amida Amitabha maître de l’eau à rapprocher de Daikomyo

Dans le shingon, le terme "reiki" est employé dans le cadre de la méditation sur la Lune (gatchirin kan) ou l'on parle lors de la visualisation de la couleur blanche d'absorber le reiki (l'énergie spirituelle) de l'univers. Le terme Daïkomyo qui est le symbole maître en reiki que l'on peut traduire par "grande lumière" étant une autre dénomination du bouddha principal du Shingon Mahavairocana

Le reiki dans le monde[modifier | modifier le code]

En Grande-Bretagne, le Middlesex Hospital a recruté un praticien reiki en 2005[13].

En Suisse certaines complémentaires santé remboursent les consultations de reiki comme une trentaine d'autres médecines non-conventionnelles après une reconnaissance des praticiens par des organismes indépendants comme le « Registre de Médecine Empirique (RME) » et la « Fondation pour la reconnaissance et le développement des thérapies alternatives et complémentaires (ASCA) ».

Évaluation scientifique[modifier | modifier le code]

Le ministère de la Santé indique sur son site Internet que « dans la très grande majorité des cas, ces pratiques de soins non conventionnelles (PSNC) n’ont pas fait l’objet d’études scientifiques ou cliniques montrant leurs modalités d’action, leurs effets, leur efficacité, ainsi que leur non dangerosité. Lorsqu’elles sont utilisées pour traiter des maladies graves ou en urgence à la place des traitements conventionnels reconnus, elles peuvent donc faire perdre des chances d’amélioration ou de guérison aux personnes malades »[1]. La MIVILUDES considère ces techniques de soin comme « porteuses de risques et non éprouvées »[1].

Voici les derniers résultats scientifiques sur le Reiki et les techniques énergétiques :[non neutre]

  • En 2015, une revue de la littérature suggère que le reiki et certaines autres techniques énergétiques réduiraient significativement la douleur, la fatigue, la dépression, l'anxiété, la démence et l'arthrite. L'article donne son point de vue sur les techniques énergétiques et l'effet placebo : « Les données actuelles suggèrent qu'il est peu probable que les thérapies énergétiques soient réductibles à l'effet placebo, mais comme d'autres formes d'interventions de médecine du corps et de la biomédecine en général, les thérapies énergétiques peuvent intentionnellement mobiliser les attentes et les désirs conscients et inconscients du patient ». Les études montrent une influence positive de ces techniques sur la variabilité du rythme cardiaque et une diminution du cortisol (l'hormone du stress) et de la cytotoxicité[14].
  • En 2017, dans une revue à faible facteur d'impact[15] une analyse des revues scientifiques publiées entre 2014 et 2016 sur le reiki et les techniques énergétiques, publiée dans une revue de psychologie suggère que ces thérapies « sont sans risque physiologique et prometteuses pour réduire l'anxiété, améliorer l'humeur et cultiver la santé mentale et le bien-être »[16].

Le facteur d'impact ne s'intéressant qu'à la visibilité de l'article auprès de lecteurs, les deux points importants en science sont la validité scientifique des résultats et leurs répétabilités[17].

Critiques[modifier | modifier le code]

Risque de dérive sectaire[modifier | modifier le code]

Des questions sur le risque d'emprise mentale ont été soulevées : certaines critiques craignent l'exploitation de l'espoir et de la peur des malades pour de l'argent, pouvant éventuellement mettre en danger la vie de certains patients nécessitant des soins sérieux et qui ne pratiqueraient que le reiki au détriment de la médecine[18].

En France, en raison de « faits inquiétants », l'UNADFI (Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l'Individu victimes de sectes), dans un texte de 2002 intitulé « le Reiki et ses dérives », demande aux personnes souhaitant pratiquer le reiki de « distinguer les pratiques sérieuses et enrichissantes des pratiques manipulatoires »[19]. La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) cite le reiki dans son rapport de 2005 dans le chapitre L’Irrationnel et pratiques thérapeutiques[20]. Elle note un grand retour de la pensée magique et la croyance que les miracles pourraient être une alternative possible à des méthodes thérapeutiques conventionnelles[21]. Désignant entre autres le reiki, elle remarque également que des « groupes, souvent d’inspiration orientaliste et revendiquant parfois le titre de thérapies énergétiques entretiennent ainsi l’idée d’apparence plus pragmatique selon laquelle chacun pourrait devenir son propre guérisseur, après initiation. Mais la croyance selon laquelle il serait donné à chacun, après formation accélérée, de transmettre ou de recevoir ce pouvoir de canalisation d’une "énergie vitale universelle" promue force de guérison, compose elle aussi une vision bien peu rationnelle de la médecine ; parce qu’elle repose sur un fondement dénué de toute objectivité scientifique, elle peut d’autant plus facilement déboucher sur des dérapages éventuels, ainsi qu’en attestent certains témoignages de pratiques de guérison à distance, voire par téléphone, actuellement, développées par certains adeptes du reiki. »[20] A nouveau, dans son rapport de 2016-2017, la MIVILUDES note:" l’absence de reconnaissance par l’État des formations et des diplômes délivrés (…) pour le reiki (…) peut induire un amateurisme de la part de certains pseudo-thérapeutes. D’autant que n’importe qui peut se déclarer (…) « maître reiki » et enseigner ces techniques". Elle ajoute:" Ces techniques font d'ailleurs leur apparition dans quelques établissements de santé avec tous les risques que cela peut représenter pour les patients (déstabilisation, perte de chance de guérison)." [22].

Selon le docteur Jarvis, du National Council Against Health Fraud (en), la littérature sur le reiki présente des informations et des faits inexacts ou faux, et explique aux praticiens comment contourner la loi afin de se protéger de la réglementation et dégager leur responsabilité[23]. Il indique également que la pratique du reiki pourrait être incompatible avec d'autres croyances religieuses[24]. Pour les « catholiques unis dans la foi », par exemple, « le reiki n'est pas une pratique médicale crédible, ni compatible avec le christianisme », car dans le christianisme paulinien, « Jésus-Christ, le guérisseur divin, est la vraie source de guérison spirituelle et de liberté »[25].

Pour le médecin criminologue et spécialiste des sectes Jean-Marie Abgrall, « Dans le champ des médecines énergétiques qui posent question, d’autres méthodes de soins [comme le reiki], appellent à la plus grande prudence. [...] Face à l’augmentation des demandes d’information et des témoignages à charge recueillis par les associations de terrain sur cette mouvance en particulier, celles-ci appellent les pouvoirs publics à se montrer particulièrement vigilants à l’égard des dérives que la pratique du reiki pourrait engendrer[26] ».

En 2017, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires a consacré un chapitre entier de son rapport annuel au reiki[1]. La mission signale notamment l'usage de méthodes d'emprise psychologique classiques : « valoriser la victime pour mieux asseoir l’emprise du gourou thérapeute. Il s’agira de convaincre l’adepte qu’il est exceptionnel et que pour aller mieux et retrouver son énergie, sa joie de vivre et tout son potentiel, il devra se séparer de son conjoint, se couper de ses amis, et surtout suivre des stages, généralement coûteux, mais nécessaires pour accéder au bien-être. [...] Petit à petit la relation va se baser sur l’admiration du patient envers son thérapeute, qui pourra imposer toutes ses exigences, allant jusqu’à la soumission totale de l’adepte qui aura subi des pressions réitérées afin d’altérer son jugement »[1].

Absence de formation médicale des « soignants »[modifier | modifier le code]

L'absence de formation et de régulation des praticiens dans le domaine du reiki pose également des problèmes : cette discipline n'est encadrée par aucune autorité, et n'importe qui peut se proclamer « praticien en reiki » sans la moindre formation (« accessible sans diplôme particulier » selon la fiche Rome K1103 de Pôle Emploi[27]). Certains instituts privés proposent toutefois des formations, mais leur diplôme n'a aucune valeur institutionnelle. Ainsi, « il est possible de devenir maître reiki en trois ou quatre stages de formation accélérée pendant les week-end, aux tarifs progressifs de 120 à 1500 euros, suivant le degré d’initiation »[26]. Ainsi, « Pour les promoteurs du reiki, il serait possible après une formation accélérée de transmettre ou de recevoir le pouvoir de canalisation d’une « énergie vitale universelle ». [...] Il est possible de devenir maître reiki en trois ou quatre stages de formation accélérée les week-ends. Certains témoignages font état de séances de guérison à distance et dans certains cas par téléphone ou visioconférence »[1]. Cette facilité à monter en grade fait partie pour la MIVILUDES de la stratégie sectaire de nombreuses mouvances de cette technique : « On fait également miroiter à l’adepte la possibilité de devenir lui-même « praticien » voire formateur, ce qui est en soi très valorisant et réconfortant pour une personne en perte de repères »[1].

En quête de respectabilité, la nébuleuse du reiki a inventé « un environnement institutionnel avec des fédérations destinées à faire oublier que ces pratiques ne sont pas reconnues par les Autorités sanitaires et qu’ils interviennent en dehors de tout cadre légal. Ils éditent des chartes ou des codes de déontologie, non contraignants dès lors qu’il n’existe pas d’ordre professionnel reconnu par l’État »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, « Rapport d’activité 2016 et premier semestre 2017 », sur www.derives-sectes.gouv.fr, .
  2. (en) Shamini Jain et Paul J. Mills, « Biofield Therapies: Helpful or Full of Hype? A Best Evidence Synthesis », International Journal of Behavioral Medicine, vol. 17, no 1,‎ , p. 1–16 (ISSN 1070-5503 et 1532-7558, DOI 10.1007/s12529-009-9062-4, lire en ligne)
  3. Chris A. Roe, Charmaine Sonnex et Elizabeth C. Roxburgh, « Two meta-analyses of noncontact healing studies », Explore (New York, N.Y.), vol. 11, no 1,‎ , p. 11–23 (ISSN 1878-7541, PMID 25457442, DOI 10.1016/j.explore.2014.10.001, lire en ligne)
  4. (en) Lucrezia Mangione, « Mental Health Wellness and Biofield Therapies: An Integrative Review », Issues in Mental Health Nursing vol 38,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Miles, P., « Reiki, review of the biofield therapy history, theory, practice, and research », Alternative therapies,‎ mar/apr 2003 (lire en ligne)
  6. (en) James L. Oschman, Energy Medicine - E-Book: The Scientific Basis, Elsevier Health Sciences, (ISBN 9780702065552, lire en ligne)
  7. (en-GB) Shamini Jain, Richard Hammerschlag, Paul Mills et Lorenzo Cohen, « Clinical Studies of Biofield Therapies: Summary, Methodological Challenges, and Recommendations », Global Advances in Health and Medicine, vol. 4, no suppl,‎ , p. 58–66 (ISSN 2164-957X et 2164-9561, DOI 10.7453/gahmj.2015.034.suppl, lire en ligne)
  8. (en) Reiki tö qi, les origines ancestrales du reiki de Idris Lahore, Editions Ecce (page 50) 2008
  9. (en) The Ritual World of Buddhist “Shinto”, Fabio Rambelli, Japanese Journal of Religious Studies, 2002
  10. The Komyo Shingon - The Mantra of Light, All Energy-Therapies Web
  11. Unveiling The Secrets Of Reiki, par Harish Agrawal, p.84 Diamond Pocket Books, 1996
  12. Enquête exclusive du 10/05/09, "Chamans, gourous : nouveaux sorciers, nouveaux dangers", M6 ; extrait @9min40
  13. (en) Brits Endorse Flakey Reiki, article du Time, 28 mars 2005, auteur Leon Jaroff
  14. Shamini Jain, Richard Hammerschlag, Paul Mills et Lorenzo Cohen, « Clinical Studies of Biofield Therapies: Summary, Methodological Challenges, and Recommendations », Global Advances in Health and Medicine, vol. 4, no Suppl,‎ , p. 58–66 (ISSN 2164-957X, PMID 26665043, PMCID PMC4654788, DOI 10.7453/gahmj.2015.034.suppl, lire en ligne)
  15. (en) « Issues in Mental Health Nursing », sur www.tandfonline.com, .
  16. Lucrezia Mangione, Diane Swengros et Joel G. Anderson, « Mental Health Wellness and Biofield Therapies: An Integrative Review », Issues in Mental Health Nursing, vol. 38, no 11,‎ , p. 930–944 (ISSN 1096-4673, PMID 28968143, DOI 10.1080/01612840.2017.1364808, lire en ligne)
  17. « Validité et fiabilité » (consulté le 13 juin 2018)
  18. (en) Some Thoughts about "CAM" Beliefs
  19. Le reiki et ses dérives, UNADFI
  20. a et b Rapport 2005 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES), page 51.
  21. Elle note ainsi qu'une « tendance s’affirme autour de la pensée magique et de la quête de spiritualité accompagnée de la foi dans le miracle apte à guérir et à sauver des vies. »Les pratiques de santé basées sur l'irrationnel,Miviludes
  22. http://www.derives-sectes.gouv.fr/publications-de-la-miviludes/rapports-annuels/rapport-annuel-dactivit%C3%A9-2016-2017 page 37 et 39
  23. Reiki, William T. Jarvis, Ph.D., National Council Against Health Fraud
  24. Sur Medic8 « Some people feel reiki is incompatible with their religious or spiritual beliefs. »
  25. Sur le site de CUF
  26. a et b Jean-Marie Abgrall, « Sectes et pseudo-médecines - 2ème partie », sur pseudo-medecines.org.
  27. « Fiche Rome K1103 - Développement personnel et bien-être de la personne », sur www.chambre-syndicale-sophrologie.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]