Shiatsu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le shiatsu (指圧, shiatsu?, littéralement « pression des doigts ») est une thérapie manuelle, énergétique et holistique originaire du Japon, distincte du massage.

Comme l'acupuncture et l'anma, le shiatsu est issu des connaissances de la médecine traditionnelle chinoise et notamment celles des méridiens. Il consiste en des pressions exercées à l'aide des mains (parfois les coudes ou les genoux) sur l'ensemble du corps. Traditionnellement, le shiatsu se pratique au sol sur un futon (sorte de matelas japonais) mais il peut être effectué sur table si besoin.

Origines[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, au Japon, de nombreuses techniques manuelles coexistaient sous différentes appellations. Le terme shiatsu a été utilisé pour la première fois en 1919 par Tenpeki Tamai dans son livre Thérapie par pression des doigts (Shiatsu Ho)[1]. En formalisant le shiatsu, l'auteur avait à cœur de développer la thérapie manuelle et de la différencier de l'anma davantage orientée vers le bien-être.

La pratique du shiatsu s'est ensuite diffusée à travers différents enseignants qui ont perfectionné le shiatsu en fonction de leur propre expérience. C'est ainsi que plusieurs styles sont nés avec des orientations différentes (traditionnelles, énergétiques, intégration de techniques d'ostéopathie ou de chiropractie importées de l'Occident, etc.)

La première clinique utilisant des protocoles de shiatsu fut ouverte à Muroran (Hokkaido) dès 1925 par Tokujirō Namikoshi (浪越 徳治郎, Namikoshi Tokujirō?)', l'un des précurseurs du shiatsu. Mais l'avenir de ces techniques s'est trouvé bouleversé par la Seconde Guerre mondiale et l'occupation américaine importe le système médical occidental au Japon en créant un pont commercial entre le Japon et l'Occident, notamment pour isoler le Japon de l'influence chinoise.

En 1955, Tokujirō Namikoshi et son fils Tōru Namikoshi (浪越 徹, Namikoshi Tōru?) obtinrent pour leur école la licence officielle du ministère de la Santé et du Bien-être japonais. Le shiatsu bénéficie alors d'une grande notoriété grâce à des receveurs célèbres tels que Marilyn Monroe et Mohamed Ali[2].

En 1964, le ministère de la Santé et du Bien-être japonais distingue le shiatsu du massage[3].

En Europe, le Parlement européen reconnaît le shiatsu comme une médecine complémentaire digne d'intérêt et invite les États membres à les intégrer[4]. Le shiatsu est ainsi reconnu en Autriche et en Suisse, notamment. En France, l'État reconnaît le titre professionnel de « spécialiste en shiatsu » depuis 2015[5] et charge le Syndicat Professionnel de Shiatsu (SPS) de gérer la certification des professionnels[6],[7].

Les différents styles de shiatsu[modifier | modifier le code]

Le terme shiatsu était à l'origine réservé aux écoles d'État japonaises et formalisé par Tōru Namikoshi sur la base de l'anma traditionnel et de techniques issues de la chiropraxie.

De très nombreuses écoles existant encore à la fin des années 1970 ont aujourd'hui disparu avec leurs chefs de file. Les différentes écoles sont :

  • Le shiatsu Namikoshi, largement répandu au Japon et enseigné dans les écoles d'État japonaises, est le shiatsu des origines ;
  • Le shiatsu médical Koho (皇方, Kōhō?) du professeur Ryūhō Okuyama (奥山 龍峰, Okuyama Ryūhō?) dont la réputation fut grande au Japon jusqu'aux années 1990 ;
  • Le shiatsu Masunaga. Shizuto Masunaga (増永 静人, Masunaga Shizuto?), philosophe, fut un élève de Namikoshi. Il estima qu'en apportant la théorie de la médecine traditionnelle chinoise au shiatsu, on gagnerait en efficacité dans le soin. Ce shiatsu-là fut l'un de ceux qui se fit connaître en Europe, parmi bien d'autres, au milieu des années 1970 ;
  • En France, le shiatsu myo-énergétique a été développé par Hiroshi Iwaoka, acupuncteur, praticien en shiatsu et en sōtai, diplômé d'État du Japon ;
  • Le shiatsu macrobiotique développé par Shizuko Yamamoto, qui se caractérise par l'alimentation macrobiotique ;
  • L'Ohashiatsu de Wataru Ohashi, dans le prolongement de l'enseignement de Namikoshi, axé sur le bien être ;
  • Le Shiatsu Yoseido, dit aussi Shiatsu Essentiel, école fondée par Yuchi Kawada qui étudia sous la direction de Namikoshi et de Masunaga ;
  • Le shiatsu Yin, shiatsu thérapeutique développé par Maître Takeuchi Nobuyuki à la clinique AKAHIGEDO à Tokyo ;
  • Le shiatsu de Ryotan Tokuda s’inscrit dans une lignée de docteurs en médecine chinoise traditionnelle et shiatsu. Tokuda a dispensé ses enseignements au Brésil depuis 1968 et en Europe depuis 1988 et fondé les Instituts Nonindo dans différents pays ;
  • Le Sei Shiatsu développé par Bernard Bouheret, kinésithérapeute et praticien en shiatsu diplômé de Koho Shiatsu (école Hakko de Maître Okuyama) et enseigné à l'École de shiatsu thérapeutique (Paris) ;
  • Le shiatsu holistique ;
  • Le shiatsu du visage est un soin de bien-être, dont l'action se concentre sur les zones d'acupuncture du visage. On l'appelle parfois lifting japonais.

Le shiatsu Namikoshi[modifier | modifier le code]

Tokujiro Namikoshi crée sa propre école de shiatsu, parmi bien d'autres courants, en 1940. Il demande à son fils Toru de se former à la chiropraxie aux États-Unis et l'intègre à sa pratique. Ce shiatsu est pratiqué uniquement avec les doigts et les paumes des mains[8]. Il est accessible avec une relative aisance car il se passe aisément de références à la Chine, et se concentre sur la technique du soin[9]. Il est certainement, de ce fait, le shiatsu le plus répandu dans le monde, et se veut avant tout une technique de toucher.

Le shiatsu médical Koho[modifier | modifier le code]

Le professeur Ryūhō Okuyama, décédé en 1987, est contemporain de Tōru Namikoshi et ces deux praticiens-enseignants se fréquentaient régulièrement. Namikoshi père et fils étaient d'ailleurs présents aux funérailles du professeur, à Omiya. Mais leurs sources d'apprentissage ont été différentes et Ryūhō Okuyama fut notamment, d'une part pratiquant de jujitsu, un art martial japonais, d'autre part disciple du professeur Hirata, médecin de médecine traditionnelle chinoise. L'orientation du Kōhō shiatsu, fondé sous cette appellation en 1941[10], reflète ce cursus et repose sur des pressions des pouces sur les points (ou tsubo) situés le long des méridiens[11].

Le shiatsu Koho a été, dès 1975, la forme de shiatsu enseignée de façon organisée au sein de la première école et première fédération française de shiatsu (FFSTJ), par un kinésithérapeute diplômé d'État, Thierry Riesser (décédé en 2010), ayant également exercé et enseigné à Kyoto, au Japon. À plusieurs reprises, et dès 1977, ce praticien et enseignant français fit venir en France et en Europe, tant le professeur Okuyama que son fils, ou d'autres praticiens japonais afin de diffuser le shiatsu thérapeutique et médical, notamment, et essentiellement auprès des praticiens de santé.

Le shiatsu Masunaga[modifier | modifier le code]

Shizuto Masunaga (1925-1981) a développé une forme de shiatsu en s'intéressant particulièrement à la psychologie et à l'énergétique. Praticien de shiatsu puis enseignant à l’école Namikoshi, il s'en est éloigné pour fonder sa propre école. Ce style de shiatsu utilise un système spécifique de méridiens avec 24 méridiens réguliers au lieu de 12 dans la médecine traditionnelle chinoise.

Son apprentissage nécessite une bonne compréhension de la médecine traditionnelle chinoise et des tableaux pathologiques élaborés par Masunaga. Le shiatsu Masunaga peut répondre à une demande de bien-être ou d'accompagnement thérapeutique selon le niveau de compétence et l'orientation du praticien.

Le shiatsu myo- énergétique[modifier | modifier le code]

C'est un style de shiatsu développé par Hiroshi Iwaoka. Il considère que "la déformation posturale est la cause des maux et des maladies"[12].

L'innovation majeure se trouve dans la correspondance établie entre « médecine énergétique » et « médecine mécaniste ». Ainsi la myo- énergétique estime que la cause première du déséquilibre de la santé de l'individu dépasse le déséquilibre organique ou viscéral, et réside dans le déséquilibre postural. Le travail du praticien consiste en une préservation et un renforcement des équilibres posturaux. Il incite le receveur à prendre conscience de ses déséquilibres à mesure que les équilibres existants sont préservés et/ou consolidés. La pratique de ce shiatsu se concentre sur les lignes tendino-musculaires.

Le shiatsu macrobiotique[modifier | modifier le code]

Le shiatsu macrobiotique développé par Shizuko Yamamoto se caractérise par deux principaux points : l'alimentation macrobiotique comme complément de traitement et l'utilisation des pieds, lors de manœuvres spécifiques, pour exercer des pressions sur certaines masses musculaires du receveur, comme les fesses.

L'Ohashi shiatsu[modifier | modifier le code]

L'Ohashi shiatsu de Maître Wataru Ohashi est le prolongement de l'enseignement de Shizuto Masunaga. Le travail énergétique, la détente et le bien-être du praticien et du receveur est au cœur de l'Ohashi shiatsu.

C'est une pratique qui comprend des techniques, des exercices, des méditations et aussi la philosophie orientale du soin. Une séance d'Ohashi shiatsu implique le corps, le mental et l'esprit. Les composantes psychologiques et spirituelles sont intégrées de ce style de shiatsu. Le praticien travaille avec le flux général de l'énergie de la personne dans tout le corps[pas clair], pas spécifiquement avec des points. La qualité d'une séance va dépendre de l'habilité technique du praticien mais aussi de l'empathie de ce dernier et de la relation qui s'établit entre le praticien et le receveur. L'empathie, la compassion et le respect sont des qualités fondamentales de ce style de shiatsu.

C'est la pratique la plus adaptée aux Occidentaux et est dispensée dans nombre de pays, aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

Le shiatsu Yoseido[modifier | modifier le code]

Fondé par Yuichi Kawada qui fut élève de Namikoshi et Masunaga, le Yoseido tient compte de la philosophie et de l'ésotérisme chinois (yin-yang, carré magique, livre des mutations). Fondé sur les mouvements appris de ses maîtres, Yuichi Kawada y a ajouté le fruit d'une vie dédiée au massage à travers le monde (au Japon, aux Philippines, aux États-Unis, en France et enfin en Belgique où il enseigne aujourd'hui). Sa connaissance du corps et de la psychologie humaine font de lui un praticien et un maitre étonnant et respecté. Il est l'un des maitres qui a introduit le shiatsu en France et la FFST (Fédération française de shiatsu traditionnel) fait toujours référence à son nom.

Le Shiatsu-Yin : Maître Takeuchi et l'Akahigedo[modifier | modifier le code]

Le Shiatsu-Yin a été créé par Takeuchi Nobuyuki, médecin, acupuncteur et fondateur de la clinique Akahigedo à Tokyo. Akahigedo signifie "le cercle de Barbe Rousse" nom inspiré par le Robin des Bois de la médecine de la période d'Edo qui soignait les pauvres en surtaxant les riches (voir le film Barberousse de Kurosawa).

L'Akahigedo est un centre de médecine orientale créé au cœur de Tokyo, dans le quartier de Yoyogi, il y a presque 40 ans. Il est un des centres les plus connus du Japon pour son originalité et son approche. Maître dans l'art du sabre et docteur en médecine chinoise, la grande curiosité de Takeuchi Nobuyuki l'a amené à faire de sa clinique un lieu d'études où sont enseignées et pratiquées des approches thérapeutiques dans les domaines du shiatsu, de la pharmacopée chinoise, de la diététique, des examens sanguins approfondis, le "counceling", les chi-kong thérapeutique et prophylactique. Il est l'un des premiers au Japon, vers le milieu des années 80, à accueillir de Chine des maîtres de chi-kong, des pharmacologues et des acupuncteurs afin de favoriser la recherche et la rencontre entre praticiens japonais et chinois.

Le shiatsu-yin se distingue d'autres styles par la profondeur de son travail : les pressions sont progressives mais aussi plus profondes. À l'approche énergétique s'ajoutent des techniques ostéo-articulaires et des correspondances exclusives identifiées d'après l'observation de la biomécanique humaine. Chaque séance est différente. La recherche de mobilité et l'attention portée à la respiration sont au cœur de la pratique du shiatsu-yin.

La clinique Akahigedo a formé de nombreux praticiens, orientaux et occidentaux, offrant alors l'expérience d'une sorte de communauté de pratique. Elle prépare ses thérapeutes à une rigueur morale inspirée de la vie des samouraïs et à un chemin de vie plus exigeant et plus conscient par le biais du shiatsu.

L'approche thérapeutique de Maître Takeuchi est aujourd'hui représentée à Hawaï, dans quelques villes des États-Unis, et en Europe. Takeuchi Nobuyuki est l'auteur de nombreux ouvrages en japonais sur l'expérience de la médecine, la psychologie et le bouddhisme.

Le shiatsu de Ryotan Tokuda[modifier | modifier le code]

Maître Ryotan Tokuda, né à Hokkaido au Japon en 1938, est diplômé de philosophie bouddhiste de l’université de Komasawa et maître Zen (école Sōtō). Il apprit le shiatsu et la médecine traditionnelle chinoise auprès de maître Ryosui Wakita, (également moine zen de l'école Sōtō et maître de kendo). Maître Ryosui Wakita fut disciple de maître Sorei Yanagiya, lui-même disciple de l’un des fondateurs du shiatsu : maître Shinsai Ota.

Le shiatsu de Ryotan Tokuda demeure en lien direct avec la médecine traditionnelle chinoise. Il s’agit d’un shiatsu appliqué systématiquement sur les 12 méridiens principaux avec un toucher-shiatsu spécifique, au fil de la séance, sur différentes portions de méridiens et points d’acupuncture. Ryotan Tokuda enseigne que la qualité du soin dépend en grande partie de l’attitude du praticien, de sa posture et qualité de présence. À cette fin, son enseignement met l’accent sur l’entraînement du praticien afin qu’il chemine vers le geste juste. Théories fondamentales de la MTC, diététique orientale et exercices de santé font partie de la transmission[13].

Le shiatsu holistique[modifier | modifier le code]

Le shiatsu holistique est une médecine complémentaire mariant le shiatsu japonais, à la médecine traditionnelle chinoise ainsi qu’indo-tibétaine. Le shiatsu holistique - comme les autres styles de shiatsu - prend en compte l’être humain dans sa globalité : physique, psychique et émotionnel. L’enseignement est basé sur les Sept Corps subtils de l’être humain et considère que l’Esprit agit sur la matière. Le processus thérapeutique a pour but d’agir sur les quatre corps inférieurs : mental, astral, éthérique et physique.

Lorsque cela s’avère nécessaire, le praticien en shiatsu holistique agit sur l’un des neuf centres psychiques (chakras, (influence Indienne) afin d’harmoniser les trois corps supérieurs. Un diagnostic est posé selon les 5 dynamiques (ou 5 éléments) selon la tradition tibétaine. Une consultation de shiatsu holistique se décompose comme suit :

  1. Accueil de la personne, anamnèse complète, lecture énergétique
  2. Bilan énergétique : définition de la cause des symptômes ressentis (Terrain) et établissement d’un processus de traitement complet et justifié
  3. Traitement : le traitement débute toujours par un massage des douze méridiens et se poursuit par un traitement spécifique à chaque personne sous la forme d’actions spécifiques sur des points d’énergie précis ainsi que des manœuvres thérapeutiques visant à réguler et harmoniser globalement la personne.
  4. Vérification du traitement et conseils : vérification de l’efficacité du traitement par lecture énergétique, explication complète du traitement à la personne et conseils d’hygiène de vie vital (diététique, exercices de tai-chi, méditation ou yoga) afin de stabiliser le traitement dans le temps.

Le Sei Shiatsu[modifier | modifier le code]

Le Sei Shiatsu (Shiatsu Sincère), enseigné à l'École de shiatsu thérapeutique de Paris, est un shiatsu thérapeutique créé par Bernard Bouheret après 25 ans de pratique en cabinet[14]. Il prend sa source dans le shiatsu Koho de Maître Okuyama. Son enseignement et sa pratique s'appuient très fortement sur la médecine traditionnelle chinoise et ses racines taoïstes, et son exécution est codifié (kata)

Au début de la séance, un bilan énergétique (notamment par la prise de pouls) est effectué pour identifier la cause des symptômes ressentis et l'élaboration du processus de traitement, lequel s'effectue majoritairement sur le trajet des méridiens ainsi que sur certains points d'acupuncture.

Reconnaissance professionnelle[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, la France reconnaît le titre professionnel de "Spécialiste en shiatsu" - titre inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP[15]).

D'après le référentiel, le "Spécialiste en shiatsu" a démontré les principales capacités suivantes :

  • Accueillir la clientèle
  • Établir un bilan énergétique
  • Choisir une stratégie d'intervention appropriée
  • Mettre en pratique les techniques du Shiatsu
  • Assurer un suivi.

Applications et contre-indications du shiatsu[modifier | modifier le code]

Le shiatsu est reconnu pour s'inscrire "dans le domaine de la prévention et de la détente"[15]. D'après la définition du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), il a pour but de garder ou de retrouver un "équilibre sur les plans physique, émotionnel et psychique par un travail de rétablissement de la circulation énergétique à l'aide de pressions et par une relation d'aide".

En dehors des cabinets où il se pratique le plus souvent, le shiatsu trouve de nombreuses applications[16], par exemple, dans le bien-être au travail, la préparation et la récupération du sportif, l'accompagnement des patients à l'hôpital en complément des traitements classiques. Le shiatsu est utilisé pour lutter contre les effets du stress, diminuer les tensions, compléter un traitement médical, favoriser la récupération après un trauma.

Il reste contre-indiqué en cas de maladie aiguë, de fracture ou de médication lourde (liste non exhaustive)[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hélène Campan, Le Shiatsu, Grancher (lire en ligne), page 17
  2. « Namikoshi », sur shiatsu-london.net (consulté le 23 février 2017)
  3. « Médecines complémentaires et shiatsu - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 10 avril 2017)
  4. Rapport sur le statut des médecines non conventionnelles.
  5. Arrêté du 17 juillet 2015 portant enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles (lire en ligne)
  6. « Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) (Résumé descriptif de la certification) - Commission nationale de la certification professionnelle », sur www.rncp.cncp.gouv.fr (consulté le 10 avril 2017)
  7. « Actualités - SPS », sur www.syndicat-shiatsu.fr (consulté le 10 avril 2017)
  8. « La méthode de pression du Namikoshi Shiats », sur www.ecole-de-shiatsu.com (consulté le 23 février 2017)
  9. « Shiatsu Namikoshi », sur www.shiatsu-namikoshi.com (consulté le 23 février 2017)
  10. « Interview de Nidaï soke, acturel directeur de l'Hakko ryu », sur www.ecole-de-shiatsu.com (consulté le 23 février 2017)
  11. (en) « Hakkoryu Koho Shiatsu », Hakkoryu Jujutsu,‎ (lire en ligne)
  12. (ja) « MYO-ENERGETIQUE », sur www.myo-energetique.com (consulté le 10 avril 2017)
  13. I. Laading, Shiatsu, Voie d'équilibre, éditions Desiris, Méolans-Revel, 1999, ch. 2 et 3.
  14. « Le Sei Shiatsu Dô - Ecole de Shiatsu Thérapeutique - Bernard Bouheret », sur www.shiatsu-est.org (consulté le 23 février 2017)
  15. a et b « Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) (Résumé descriptif de la certification) - Commission nationale de la certification professionnelle », sur www.rncp.cncp.gouv.fr (consulté le 8 octobre 2015).
  16. Psychologies.com, « Shiatsu - Massage Shiatsu », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  17. « Le shiatsu : quelles contre-indications ? », Santé Magazine,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tokujiro Namikoshi, Shiatsu : Méthode de thérapeutique manuelle japonaise, Guy Le Prat, , 81 p. (ISBN 978-2852050358)
  • Tokujiro Namikoshi, Shiatsu : Thérapie japonaise de pression avec les doigts, Le Courrier du Livre, , 91 p. (ISBN 978-2702904084)
  • Japan Shiatsu College, Techniques fondamentales du shiatsu Namikoshi, Chariot d'or, , 90 p. (ISBN 978-2911806858)
  • Toru Namikoshi, Théorie et pratique du shiatsu, Guy Le Prat, 1979, 1983, 90 p.
  • Toru Namikoshi, Le livre complet de la Thérapie Shiatsu, Guy Trédaniel, , 378 p. (ISBN 978-2844455314)
  • Shizuto Masunaga, Zen, exercices visualisés : Travail des méridiens pour le bien-être, Guy Trédaniel, 1991, 2005, 340 p. (ISBN 978-2844456090)
  • Shizuto Masunaga, Zen shiatsu : Comment équilibrer le yin et le yang pour une meilleure santé, Guy Trédaniel, 1993, 2014, 270 p. (ISBN 978-2813207142)
  • Shizuto Masunaga, Shiatsu et médecine orientale, Le Courrier du Livre, 1999, 2010, 448 p. (ISBN 978-2-7029-0801-3)
  • Shizuto Masunaga, Les 100 récits du traitement, Le Courrier du Livre, , 438 p. (ISBN 978-2702907627)
  • Shizuko Yamamoto, Le shiatsu aux pieds nus, Guy Trédaniel, coll. « Médecines Naturelles », 1981, 1990, 1994, 175 p. (ISBN 978-2857070733)
  • Shizuko Yamamoto, Shiatsu de santé complète : Santé et vitalité pour tous, Guy Trédaniel, coll. « Médecines Naturelles », , 431 p. (ISBN 978-2857070733)
  • Ohashi Wataru, Le Livre du shiatsu : L'art de l'acupuncture sans aiguilles par le massage japonais, l'Étincelle, 1978, 1986, 1990, 155 p. (ISBN 978-0885150793)
  • Carola Beresford-Cooke, Shiatsu : Théorie et pratique, Maloine, 2e édition (3 décembre 2012), 412 p (ISBN 978-2224033347)
  • Hiroshi Iwaoka, Myo-énergétique, Guy Trédaniel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]