Massothérapie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La massothérapie englobe un ensemble de techniques de massage qui, malgré leurs différences de philosophie et de manipulations, partagent un certain nombre de principes et de méthodes qui auraient pour objectif de favoriser la détente (musculaire et nerveuse), la circulation sanguine et lymphatique, l'assimilation et la digestion des aliments, le fonctionnement des organes vitaux et l'éveil à une conscience psychocorporelle.

Elle est généralement considérée comme une pseudo-médecine par la communauté scientifique.

Buts de la massothérapie[modifier | modifier le code]

  • Détente et relaxation du sujet
  • stimuler la circulation sanguine et lymphatique ( ainsi que drainer les œdèmes, mais attention aux contre-indications cardiaques notamment)
  • calmer la douleur
  • régulariser les fonctions circulatoire, respiratoire et digestive
  • briser ou prévenir les adhérences cutanées (type cicatrices d'opération, "corde" fibreuse après mastectomie...)
  • diminuer les douleurs musculaires
  • diminuer le stress
  • diminuer les tensions musculaires

Historique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Circle-icons-check.svg
Le fond de cette section est à vérifier (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le mot « massage » apparaît dans le vocabulaire français au XIXe siècle. Le terme vient du grec massein (en hébreu mashesh et en arabe mass) et signifie presser légèrement, palper, pétrir. Des textes et des illustrations démontrent que le massage faisait partie de la médecine traditionnelle chinoise, vieille de quatre mille ans, ainsi que de la médecine ayurvédique de l'Inde. En Occident, la pratique date de l'époque gréco-romaine. Chez les Grecs, passionnés par la beauté et l'éducation physique, le massage s'inscrivait dans la culture populaire. Il était de coutume dans les gymnases et les palestres de faire suivre un bain d'une bonne friction avec des huiles. Hippocrate (460-377 av. J.-C.), le médecin grec qui a marqué la médecine occidentale jusqu'au XVIIIe siècle, l'utilisait comme méthode de traitement. Chez les Romains, le massage n'avait aucune connotation scientifique. Il se pratiquait dans les endroits publics (salles de repos, gymnases, ateliers de massage), mais ces lieux mal fréquentés se transformèrent en lieux de débauche, ce qui contribua à la mauvaise renommée. Au Moyen Âge et durant une bonne partie de la Renaissance, le massage fut proscrit par le clergé. Ce n'est que vers la fin de la Renaissance que des médecins mirent de côté ces histoires anciennes et réintroduisirent la pratique.

Depuis la découverte de la circulation sanguine par William Harvey, au XVIIe siècle, jusqu'à Piorry, qui fut le premier en 1818 à entreprendre des recherches sur les effets du massage, la massothérapie n'a cessé d'évoluer, de faire sa place dans la société et de s'intégrer dans les soins de santé. De 1960 à 1970, alors que la médecine moderne prend un grand virage technologique et pharmacologique, on assiste à une véritable renaissance de la médecine holistique et des techniques de massage et de travail corporel.

Règlementation[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, la reconnaissance de la profession remonte à 1943, au moment où une classe de finissants du College of Swedish Massage à Chicago décident de former une association qui s'appelle aujourd'hui l’American Massage Therapy Association (AMTA). Actuellement, la massothérapie est réglementée dans 19 états américains, dans quatre provinces canadiennes, dont l'Ontario (depuis 1919), la Colombie-Britannique, Terre-Neuve-et-Labrador et plus récemment le Nouveau-Brunswick. Tandis qu'en Europe, ce sont les professions de kinésithérapeute et de masseur-kinésithérapeute qui sont reconnues. En Allemagne, la pratique est couverte par le régime d'assurance maladie et, en Chine, elle est complètement intégrée au système de soins de santé si bien que l'on trouve un service de massothérapie occupant deux étages de l'un des hôpitaux de Shanghai.

Au Québec

Au Québec, l'autorégulation par les associations professionnelles est en vigueur. La plus ancienne d'entre elles, La Fédération québécoise des massothérapeutes (FQM) est la seule à effectuer des démarches en faveur de la création d'un ordre professionnel afin d'encadrer la pratique de la massothérapie. Elle a ainsi réussi à obtenir l'appui du Collège des médecins en faveur de l'encadrement de la massothérapie. L'Association professionnelle des massothérapeutes spécialisés du Québec regroupe en 2016 plus de 6 500 membres ce qui en fait une des plus grandes associations au Québec. Une autre association, l'AQTN se propose de faciliter l'autonomie des thérapeutes dans leur pratique[1],[2].

Types de massage[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Acupression[modifier | modifier le code]

L'acupression dérive de la médecine traditionnelle chinoise. Cette méthode consiste à masser les points d'acuponcture à l'aide de doigt ou de main. Cette technique s'adresse au maux spécifiques dans le but de soulager rapidement et quelquefois temporairement.

Suédois[modifier | modifier le code]

C'est le plus connu des massages à l'huile avec le californien en Occident. Le suédois à trois techniques qui lui sont propre l'effleurage, le foulage et le pétrissage. C'est Pehr Henrik Ling, qui au XIXe siècle à l'aide de son ami Ming, mit en place la « gymnastique suédoise » maintenant connue sous le nom de massage suédois. Tous deux étaient des passionnés d'art martiaux et du Tuina. Le Tuina étant un massage chinois.[réf. nécessaire]

Californien[modifier | modifier le code]

Créé par Margareth Elke, ce type de massage est un mariage entre le massage suédois et Esaelen. Le massage californien aide à un meilleur équilibre intérieur et active la circulation sanguine et énergétique. Il procure une grande détente en débloquant les nœuds et tensions.[réf. nécessaire]

Lomi Lomi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lomilomi.

Massage venant tout droit de Hawaï, pratiqué à l'origine par les guérisseurs traditionnels appelés Kahuna (Kahu =« qui prend soin de », Na=« celui »). Ce massage est principalement effectué avec de l’huile de coco ou de monoï, sur fond de musique hawaïenne.[réf. nécessaire]

Le thérapeute exerce le massage sur le corps entier, principalement avec les avant-bras, et qui aurait pour but de favoriser l’équilibre et la bonne circulation des humeurs en invoquant les quatre éléments.

Drainage lymphatique[modifier | modifier le code]

Il aurait été créé par un certain Dr Vodder et son épouse en Allemagne[réf. nécessaire].

Massage thaïlandais ou yoga thaï[modifier | modifier le code]

Le massage thaïlandais ou yoga thaï (en thaï : nuad boran) est une technique de massage globale dans laquelle on trouve des étirements passifs, des points de pressions sur les méridiens thaï appelés : lignes SEN et également des compressions sur la musculature. Venu de l'Inde, influencé par le bouddhisme, l'ayurveda et la médecine traditionnelle chinoise, et basé sur une vision holistique et énergétique de la santé, le massage thaïlandais s’'inspire de diverses techniques dont le yoga. Le massage thaï aide aussi à libérer les tensions musculaires et les blocages énergétiques, et redonne au corps souplesse et mobilité. L'’effet relaxant du massage thaïlandais apaise le mental et induit un état de bien-être général, autant physique que spirituel. Il se pratique la plupart du temps sur un futon au sol et le massage se donne par-dessus les vêtements.

Polarité[modifier | modifier le code]

Créé par le Dr Randolphe Stone[réf. nécessaire]. La polarité viserait à harmoniser l’énergie vitale dans l’organisme pour préserver ou améliorer la santé. En renforçant l’énergie du corps et le lien corps-esprit, cette thérapie prétend tirer profit des forces naturelles d’autoguérison présentes dans tout être humain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alliance Québécoise des Thérapeutes Naturels, AQTN », sur www.aqtn.ca
  2. « Compilation de littératures scientifiques sur la massothérapie » [PDF], sur www.association.quebec.aqtn.ca, (consulté le 17 juillet 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]