Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis UNADFI)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu

Cadre
Forme juridique Association loi 1901
But Aide aux victimes des sectes Information sur le phénomène sectaire et la prévention
Zone d’influence Monde
Fondation
Fondation 1982
Identité
Siège Buchelay (78)
Présidente Catherine Picard
Affiliation Conseil consultatif de MIVILUDES (Premier ministre), Membre associé de l'UNAF
Affiliation européenne FECRIS
Fonds de dotation Fonds de dotation de l'UNADFI
Publication Revue Bulles, Actualité de l'UNADFI
Site web www.unadfi.org

Notes

twitter @unadfi - facebook https://www.facebook.com/unadfi/

L'Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu victimes de sectes (UNADFI) est une association française fondée en 1982, reconnue d'utilité publique en 1996. Elle a pour but de prévenir les agissements des groupes, mouvements et organisations à caractère sectaire ainsi que de défendre et d’assister les familles et l’individu victimes de groupes, mouvements ou organisations à caractère sectaire, quelles que soient leur appellation, leur forme et leurs modalités d’action, portant atteinte aux Droits de l’Homme et aux libertés fondamentales définis par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Elle regroupe et coordonne les Associations de défense des familles et de l'individu (ADFI).

Objectifs[modifier | modifier le code]

L'UNADFI et les ADFI sont des associations apolitiques et aconfesionnelles. L'UNADFI n'a pas pour objet de porter un jugement sur les doctrines et croyances mais axe son travail sur les pratiques abusives exercées par des organisations de type sectaire, entraînant l'altération de l'intégrité de la personne (physique, psychologique, sociale), et portant atteinte aux droits de l'homme, à la dignité humaine et aux libertés individuelles.

Ses domaines d'actions sont :

  • l'accueil et l'aide aux familles et personnes victimes de ces organisations ;
  • l'étude des principes et des méthodes des organisations de type sectaire ;
  • l'information auprès d'un large public ;
  • le regroupement des personnes touchées par ce problème ;
  • l'aide à la réinsertion de personnes sorties d'un groupe sectaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première association est créée sous le nom de Association pour la défense des valeurs familiales et de l'individu (ADFI) le à Rennes. Elle est fondée par le docteur Guy Champollion et son épouse Claire, dont le fils était entré dans l'Église de l'Unification (Moon). Très vite, à la suite de la publication d'un article dans Ouest-France, l'association devient le terrain privilégié de rencontre pour des familles dont un membre est sous l'emprise d'un groupe sectaire[1]. L'association essaime rapidement : Paris (), Lyon, Lille, Bordeaux...

Les témoignages qui affluent concernent d'autres organisations, dont l'Église de Scientologie, la Famille (ex-Enfants de Dieu), l'Association pour la conscience de Krishna, la Méditation transcendantale. Ainsi l'action des ADFI contre les sectes ne se limitent pas au champ chrétien, ni même religieux.

En , à l'initiative de l'ADFI de Paris, des correspondants de 14 pays se réunissent pour mettre en commun leurs informations sur le phénomène des organisations sectaires alors en pleine expansion.

Le 18 mars 1982 se crée l'UNADFI regroupant l'ensemble du réseau des ADFI.

En , l'UNADFI crée le Bulletin de liaison pour l'étude des sectes BulleS (ISSN 0758-3370) rédigé par un comité pluridisciplinaire (universitaires, médecins, psychologues, juristes, etc.). Ce bulletin trimestriel contient des articles de fonds sur le phénomène sectaire, des témoignages, des études des organisations et des dérives des mouvements sectaires, de l'actualité.

De 1992 à 2001, la présidence de l'association est exercée par Janine Tavernier qui contribue à lui donner une grande visibilité médiatique. À cette époque, l'opinion publique prend conscience des problèmes de sectes avec les drames successifs de Waco au Texas (secte des Davidiens, 88 morts le ), Tokyo (secte Aum, attentat dans le métro 11 morts, 5 000 blessés le ), et en Suisse, Canada et France (Ordre du Temple solaire en 1994 et 1995).

Le premier rapport parlementaire sur "les sectes en France" en 1995[2] contribue à rendre plus lisible le phénomène.

L'UNADFI est reconnue d'utilité publique par un décret du [3].

En 1998, la MILS est créée auprès du Premier ministre.

Une nouvelle commission d’enquête parlementaire portant sur Les sectes et l'argent est constituée en 1999[4].

Janine Tavernier démissionne en 2001 sur un désaccord concernant les dérives des écoles Steiner dénoncées par le rapport de 2000 de la MILS[5], sa fille y travaillant comme éducatrice spécialisée et ses petits-enfants y étaient scolarisés.

Bernard Le Heritte lui succède. À la même époque, l'association obtient par la loi About-Picard le droit de se porter partie civile dans les procès concernant des dérives sectaires.

En 2004, Catherine Picard, ancienne députée [6] co-auteure de la loi About-Picard, devient présidente de l'association.

En 2018, l'UNADFI coordonne 29 ADFI et 11 antennes.

Membre associé de l'Union nationale des associations familiales (UNAF), l'UNADFI est agréée par les ministères chargés de l'Education nationale et de la Jeunesse et des Sports pour des actions de prévention en direction de la jeunesse, de l’Éducation populaire, de l’enseignement scolaire et de la vie associative.

Sur le plan international, l'UNADFI est membre de la Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur le sectarisme (FECRIS), qui est reconnue depuis 2004 comme organisation non gouvernementale internationale (ONGI) participative auprès du Conseil de l'Europe[7], et participe à ce titre à des recherches et des actions dans de nombreux pays concernés par le phénomène sectaire.

Actions[modifier | modifier le code]

Information sur les sectes[modifier | modifier le code]

L'UNADFI définit les sectes comme une emprise exercée sur une personne vulnérable pouvant lui porter préjudices. Les conséquences en sont des ruptures familiales, sociales et sociétales. Il en résulte une escroquerie intellectuelle, morale et financière.

Pour informer le public des risques des sectes, l'UNADFI des informations sur les mouvements s'étant fait remarquer par ces critères.

Pour Catherine Picard : « Les grands sectes nées surtout aux États-Unis dans les années soixante ont été suffisamment dénoncées pour leurs exactions, souvent condamnées pour leurs délits ; l'opinion publique française les connaît et ne s'y trompe pas. ». L'UNADFI s'inquiète davantage de groupes s'identifiant « autour d'une pratique pseudo thérapeutique ou d'une spiritualité New Age »[8].

Aide aux victimes[modifier | modifier le code]

L'UNADFI, depuis sa création, accompagne et informe les individus et les familles dont un membre adhère à un mouvement sectaire, en particulier lorsqu'un mineur est concerné.

Depuis l'édiction d'une législation antisectes en 2001 par la loi About-Picard, les associations reconnues d'utilité publique sont autorisées à se porter partie civile dans les procès.

Critiques de l'UNADFI[modifier | modifier le code]

L'UNADFI, ainsi que les autres associations de même engagement comme le Centre contre les manipulations mentales, fait régulièrement l'objet de critiques de sociologues ou de spécialistes des religions, ainsi que d'attaques en justice de la part de groupes qui estiment en dénoncer les dérives. Ces groupes, comme le CAP LC et le CICNS, sont eux-mêmes très sujets à caution.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Lecerf, « La mutation des sectes (1970-1980) : actualisation d'une communication faite au Séminaire de l'Abbaye sur le thème "violences et danger" en 1980 (Association de l'Abbaye) », Bulletin de liaison pour l'étude des Sectes BulleS, Paris, Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu,‎ , p. 3-8 (ISSN 0758-3370, notice BnF no FRBNF34389466, lire en ligne)
  • Bulletin de liaison pour l'étude des Sectes BulleS, Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu,‎ incluant des études thématiques, les faits et nouvelles sur les sectes, une revue de presse et les nouvelles des ADFI, (ISSN 0758-3370, notice BnF no FRBNF34389466, lire en ligne [archive])
  • Assemblée nationale, Rapport n° 2468, commission d'enquête sur les sectes, Alain Gest et Jacques Guyard, 22 décembre 1995.
  • Assemblée nationale, Rapport n° 1687, commission d'enquête sur la situation financière, patrimoniale et fiscale des sectes, ainsi que sur leurs activités économiques et leurs relations avec les milieux économiques et financiers, Jacques Guyard et Jean-Pierre Brard, 10 juin 1999.
  • Bruno Fougereau, La mafia des sectes, du rapport de l'Assemblée nationale, aux implications des multinationales, pages 12 à 14 et 218 à 220, éditions Filipacchi, 1996 (ISBN 2-85018-648-1) ;
  • Hayat El Mountacir, Les enfants des sectes, Fayard, 1994 (ISBN 2-213-59358-2) ;
  • Steven Hassan, Protégez vous contre les sectes, éditions du Rocher, 1995, préfacé par le Dr Jacques Richard, président de la FECRIS (ISBN 2-268-01916-0) ;
  • Anne Fournier, Catherine Picard, Sectes, démocratie et mondialisation, PUF, 2002 (ISBN 2130525695) ;
  • Thomas Lardeur avec la collaboration de l'UNADFI, Les sectes, savoir les reconnaître, comprendre leurs mécanismes, les combattre efficacement, aider les victimes, Presses de la Renaissance, 2004 (ISBN 2-7509-0008-5) ;
  • Assemblée nationale, Rapport n° 3507 commission d'enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs, Georges Fenech, Philippe Vuilque, 12 décembre 2006.
  • Sénat, Rapport n° 480 commission d'enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé, Alain Milon, Jacques Mezard, 3 avril 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilbert Lebrun, « La lutte contre les sectes a démarré à Rennes », dans Le Rennais, no 357, octobre 2004, reproduit sur le site Prévensectes.
  2. Alain Gest (président) et Jacques Guyard (rapporteur), Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur les sectes, rapport no 2468, enregistré le 22 décembre 1995, sur le site de l'Assemblée nationale.
  3. Décrets du 30 avril 1996 portant reconnaissance d'associations comme établissement d'utilité publique, JORF no 107 du 7 mai 1996, p. 6857, NOR INTA9600094D, sur Légifrance.
  4. Jacques Guyard (président) et Jean-Pierre Brard (rapporteur), Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur la situation financière, patrimoniale et fiscale des sectes, ainsi que sur leurs activités économiques et leurs relations avec les milieux économiques et financiers, rapport no 1687, enregistré le 10 juin 1999, sur le site de l'Assemblée nationale.
  5. « Rapport 2000 de la MILS »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) qui fait de l'anthroposophie son étude de cas
  6. François Koch, « Catherine Picard : Une militante contre les sectes », dans L'Express, 29 mars 2004.
  7. Demande du statut consultatif auprès du Conseil de l'Europe, document no 10184, 17 mai 2004, sur le site de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.
  8. Catherine Picard, Secte, État et laïcité.