Lithothérapie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bracelet de pierres gemmes auxquelles les tenants de la lithothérapie prêtent des vertus curatives.

La lithothérapie est une pratique pseudoscientifique de médecine non conventionnelle basée sur la croyance en un pouvoir qu'auraient certains cristaux (quartz, améthyste, citrine, aigue-marine, rubis, turquoise, etc.) au contact ou à proximité de l'être humain. La croyance sur laquelle se basent ses promoteurs est que les cristaux émettraient une « résonance » ou une « vibration » singulière qui aurait le pouvoir de guérir les maladies ou d'améliorer le bien-être psychique d'une personne.

Il n'existe aucune preuve scientifique de l'efficacité de cette thérapie ou de l'existence même d'une énergie spécifique aux cristaux. La lithothérapie est donc considérée comme une pseudoscience pour laquelle les études scientifiques[1],[2] ne montrent aucun effet supérieur à l'effet placebo.

Cette croyance dans le pouvoir de guérison de cristaux a été popularisée dans les années 1970 par le mouvement « New Age »[3] et utilise souvent un vocabulaire ésotérique proche comme « centres énergétiques » ou « chakras ». Cette croyance est réfutée par Christian Chopin (directeur de recherche au CNRS, spécialisé en minéralogie : « Le monde minéral est caractérisé par son inertie : à la différence du monde vivant, il ne produit pas spontanément d’énergie (hormis les substances radioactives...). Vouloir parer les minéraux d’« énergies bénéfiques » ou d’une quelconque vertu thérapeutique par l’effet d’ondes spécifiques est du charlatanisme. Il n’y a tout simplement aucune interaction possible entre les cristaux et le corps humain »[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Malgré des allégations récurrentes de ses promoteurs se réclamant de « traditions millénaires », le mot « lithothérapie » n'est attesté que depuis quelques dizaines d'années : il aurait été formé dans la seconde moitié du XXe siècle (en même temps que la phytothérapie). Il s'agit de l'association des termes grecs lithos (λίθος [litʰos]) signifiant pierre (« Pierre par opposition aux matériaux comme le bois, les métaux… ») et therapeia (θεραπεύω [tʰɛrapɛuʷɔ]) signifiant cure (« Prendre soin de … »)[4]. Littéralement parlant, ce mot signifie donc « méthode qui soigne par l'usage des pierres ».

Pratiques de la lithothérapie[modifier | modifier le code]

Selon certains promoteurs de cette pratique, les cristaux émettraient une énergie dite « fine »[note 1], bénéfique quelle qu'en soit la forme : brute, polie, taillée. Comme les autres pseudo-sciences, la lithothérapie ne s'appuie sur aucune démonstration scientifique, et n'a jamais démontré la moindre efficacité clinique. Les pierres peuvent ainsi être portées sur soi sous forme de pendentif, de collier, de bracelet ou être disposées dans la pièce sous sa forme brute, de géode ou d'objet de décoration (animaux, arbre, fontaine, etc). La zone de portée augmenterait avec la taille du cristal.

En lithothérapie, un cristal agirait selon son type sur la « fréquence vibratoire » de certains points du corps, assimilés aux chakras de la tradition indienne ou aux méridiens de l'acupuncture.

Parmi les sources plus anecdotiques, en Haute-Loire on a utilisé des pierres à venin, qui étaient en fait souvent d'anciennes haches polies néolithiques en variolite, qu'on trempait dans de l'eau qui servait pour soigner les morsures de serpent et piqûres d'insecte[6],[7].

Les principes de la lithothérapie[modifier | modifier le code]

Plus le coût de la pierre est élevé, à cause de son mode d'extraction ou du travail du joaillier, plus la pierre aurait de grands « pouvoirs » ou « capacités ». À l'inverse, les pierres peu chères telles que l'agate auraient des capacités moindres. La valeur d'achat de la pierre, du lithothérapeute au joaillier, influencerait directement les pouvoirs de la pierre en question : plus le pratiquant est prêt à dépenser, plus les pouvoirs supposés seraient importants[8].

Point de vue médical[modifier | modifier le code]

La lithothérapie est bien à distinguer de l'usage médical de certains minéraux possédant de fait des propriétés médicamenteuses quand ils sont absorbés par le patient, ce qui va du sel (principalement de composition chimique NaCl, et qui agit sur la tension artérielle) aux différents carbonates actifs sur le système digestif, en passant par les oligo-éléments dont l'importance dans l'équilibre du corps est désormais bien établie. Aucune pratique médicale n'emploie des macrocristaux d'origine minière ou issus de collectes minéralogiques (spécimens extraits de géodes, de placers, bijoux, etc.), et la seule voie d'administration reste l'ingestion de minéraux assimilables par le tube digestif (ce qui n'est pas le cas des pierres utilisées en lithothérapie).

Point de vue scientifique[modifier | modifier le code]

Aucune pierre ou cristal n'émet spontanément la moindre forme d'énergie à l'exception de la radioactivité, potentiellement dangereuse et non employée en lithothérapie)[9].

Les effets positifs proclamés de la lithothérapie sont donc attribués à l'effet placebo[10],[1].

Une étude sur 80 volontaires en aveugle a été menée pour comparer l'effet de quartz par rapport à des placebo, d'apparence identique, en pâte. Bien que beaucoup de participants aient indiqué ressentir l'effet du quartz, il n'y avait aucune corrélation avec la présence effective de quartz ou de placebo. L'expérience a conclu : « Il n'y a pas de preuve que la lithothérapie ait un résultat supérieur à l'effet placebo. »[11],[12],[13].

Risques[modifier | modifier le code]

Les risques sanitaires directs de la lithothérapie sont faibles, étant donné que les pierres, inertes, n'ont généralement aucun effet sur l'organisme, positif ou négatif[3]. Des risques peuvent toutefois apparaître dans certains cas :

  • L'usage cutané de roches non inertes libérant des composés toxiques dans l'organisme (oxydes métalliques, composés volatils, radioactivité)
  • L'ingestion de pierres ou de poudre de pierre, pouvant engendrer des désordres digestifs voire une intoxication.

Il a surtout été signalé des potentielles dérives sectaires chez les personnes qui se revendiquent de la lithotérapie, avec emprise idéologique, abus de faiblesse et endoctrinement anti-médical pouvant aboutir à un arrêt des soins chez des malades[14] et cette croyance peut générer un retard de prise en charge médicale, ce qui a pu conduire à la mort de patients[15].

Ainsi, un rapport du Sénat français intitulé « Dérives thérapeutiques et dérives sectaires : la santé en danger »[16] documente par exemple le cas d'une femme atteinte d'un cancer et abusée par un « lithothérapeute » :

« [Cette femme] atteinte d'un cancer s'était tournée vers les médecines douces. Cette démarche est compréhensible, car le discours médical peut être abrupt et difficile à supporter pour des malades fragilisés par un diagnostic lourd. Si certains praticiens n'ont proposé qu'un accompagnement de son traitement « classique », d'autres, dogmatiques et péremptoires, lui ont offert une promesse de guérison. La victime a été convaincue de s'acheter un lit de cristal, supposé la guérir, pour un coût de 5 000 euros : la lithothérapie est une pratique onéreuse... Elle est morte sans soins. Aujourd'hui, le coach réclame la restitution du lit de cristal, prévue dans le testament... »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Appellation employée par Reynald Georges Boschiero[5] pour parler de « l'énergie » des cristaux, supposée due aux vibrations de la matière au niveau atomique et à un niveau appelé « moléculaire », malgré l'absence générale de molécules au sein d'un cristal.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Brian Regal, Pseudoscience : A Critical Encyclopedia [« Pseudoscience : Une encyclopédie critique »], Greenwood, (ISBN 978-0-313-35507-3), p. 51
  2. (en) Robert Todd Carroll, « Crystal Power », dans The Skeptic's Dictionary (lire en ligne)
  3. a b et c Cécile Thibert, « Lithothérapie: la grande arnaque des pierres «guérisseuses» », sur sante.lefigaro.fr, (consulté le )
  4. Anatole Bailly, Le Grand Bailly : Dictionnaire Grec Français, Hachette,
  5. Reynald Georges Boschiero, Dictionnaire de la Lithothérapie, Ambre, (ISBN 2-84639-061-4)
  6. Roger de Bayle des Hermens, « Médecine empirique et populaire en Haute-Loire », dans Cahiers de la Haute-Loire : Revue d'études locales, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne)
  7. André Crémilleux, « Plantes, pierres et bêtes pour soigner dans le Haut-Velay », dans Cahiers de la Haute-Loire : Revue d'études locales, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne)
  8. La lithothérapie - Le minéral au service du médical ? Jean-François Dufayard, Les dossiers de l'Observatoire Zététique.
  9. Michel Cymes, « La lithothérapie ou l'arnaque des "pierres guérisseuses" », sur RTL.fr,
  10. In Defense of Science: Why Scientific Literacy Matters, Frank R Spellman, Joni Price-Bayer 2010, The Scarecrow Press. p. 81. (ISBN 978-1-60590-735-2) : « Il n'y a pas de preuve scientifique que la lithothérapie ait un quelconque effet. Elle est considérée comme une pseudo-science. Les sensations agréables ou les réussites apparentes de la lithothérapie peuvent être attribuée à l'effet placebo ou aux biais cognitifs - un croyant souhaitant que ce soit vrai »
  11. (en) Crystal Healing: Stone-Cold Facts About Gemstone Treatments, Live Science, 23 juin 2017
  12. (en) Crystal healing all in the mind, Cult Educatio Institure, John Woodcock et Jennifer Hill, 29 mars 2001
  13. (en) French, Christopher C., H. O’Donnell, et L. Williams. Hypnotic susceptibility, paranormal belief and reports of ‘crystal power’, British Psychological Society Centenary Annual Conference, Glasgow, 28-31 mars 2001
  14. « Bienvenue sur le site de la Miviludes | MIVILUDES », sur www.miviludes.interieur.gouv.fr (consulté le )
  15. « Dérives thérapeutiques et dérives sectaires : la santé en danger (Auditions) », sur www.senat.fr (consulté le )
  16. Didier PACHOUD, « Dérives thérapeutiques et dérives sectaires : la santé en danger », sur senat.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]