Christoph Wilhelm Hufeland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Christoph Wilhelm Hufeland
Christoph Wilhelm Hufeland.jpg

Christoph Wilhelm Hufeland.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Le docteur Christoph Wilhelm Hufeland (Langensalza (Thuringe), 12 août 1762 - Berlin, 25 août 1836) est le premier médecin du roi de Prusse Frédéric III et de la reine Louise de Prusse. Il est reconnu comme le précurseur le plus célèbre de la médecine préventive anti-vieillissement. À travers son livre Makrobiotik oder die Kunst, das menschliche Leben zu verlängern (l’Art de prolonger la vie par la macrobiotique), paru en 1796, Hufeland devient très connu à son époque. C'est le père de la chronobiopathologie.

Bien qu'allopathe, il fut le maître et l'ami de Samuel Hahnemann, l'inventeur de l'homéopathie. Il publia des articles de Hahnemann sur l'homéopathie et entretint une correspondance régulière avec lui. En 1826 il écrit un article où il montre les avantages de l'homéopathie et conclut : « Le temps jugera ».

Il était aussi le médecin de Goethe, de Friedrich von Schiller et de Johann Gottfried Herder. En 1793, il est nommé professeur à Iéna. En 1809, il est nommé à la chaire de pathologie de l’université de Berlin. Il était également rédacteur en chef du Journal de médecine pratique.

Professeur de pathologie médicale, il est le père de la météoropathologie.

En 1811, il publie un livre sur le Magnétisme animal, Ueber Sympathie, dans lequel il compare l'union intime entre le magnétiseur et son sujet à la relation qui s'établit entre la femme enceinte et son fœtus.

Il est enterré au cimetière de Dorotheenstadt de Berlin.

Liens externes[modifier | modifier le code]