Aromathérapie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Diffuseur utilisé en aromathérapie.

L’aromathérapie consiste en l'utilisation de composés aromatiques extraits de plantes, les huiles essentielles, à des fins médicales.

L'aromathérapie est tantôt utilisée comme pseudo-médecine, tantôt comme l'une des médecines complémentaires préconisées, en France, par différents plans nationaux de santé thématiques[1] (ex. : contre la nosocomialité à l'hôpital, ou contre les effets indésirables de la chimiothérapie anticancéreuse), ou comme médecine alternative.

Originellement pratiquée selon une approche traditionnelle, cette branche de la phytothérapie s'apparentait à la naturopathie, classée parmi les médecines non conventionnelles. Dans certains domaines (ex. : hypertension, dépression, anxiété, soulagement de la douleur, démence), elle reste considérée comme une pseudoscience, faute de preuve d'efficacité[2] ; la Cochrane décrit des résultats contradictoires ou équivoques dans la démence[3], similaires au placebo en traitement post-opératoire[4], et pas de preuve dans le traitement du cancer[5] ou dans le cadre des douleurs de l'accouchement[6].

L'aromathérapie est par exemple efficace contre certaines infections (les effets antibactériens et anti-infectieux des huiles essentielles sont aujourd'hui scientifiquement démontrés), de même contre les maux de tête et certaines arthralgies, mais elles ne semble pas soulager les douleurs menstruelles ou liées au travail lors de l'accouchement. Il reste cependant difficile d'étudier ses effets car une même plante ou variété, cultivée dans des contextes différents (sol, saison, variété, nutriments, altitude...), présente des teneurs et types d'huile différents et les fréquences, dosages et périodes d'utilisation peuvent varier pour traiter un même symptôme[7]. Les huiles peuvent en outre interagir entre elles et/ou avec d'autre produits ou médicaments. Dans le cadre de la pharmacognosie, les recherches sur les huiles essentielles se poursuivent donc.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme a été utilisé pour la première fois par le chimiste René-Maurice Gattefossé en 1935. Il vient du latin « aroma », grec « ἄρωμα - arôma » pour « arôme » et du grec « θεραπεία - therapeia » pour « soin, cure ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines de l'aromathérapie[modifier | modifier le code]

Dans l'histoire de la médecine, au moins jusqu'au XVIe siècle, l'histoire de l'aromathérapie se confond en grande partie avec celle de la phytothérapie. Les plantes, dans leur ensemble, constituaient la base de la pharmacopée des civilisations antiques.

Si l'on retrouve les traces de méthodes de distillation ou d'extraction, en Chine ou en Inde, datant de plusieurs millénaires, c'est en Égypte que leur utilisation a été avérée. En Grèce, les écrits de Dioscoride (Ier siècle) font référence à l'utilisation d'extraits aromatiques. Les Romains les utilisèrent aussi sous forme d'onguents gras. Dioscoride décrit aussi les croyances de l'époque concernant leurs propriétés curatives, dans son De Materia Medica[8].

Les huiles essentielles distillées ont été employées comme médicaments au moins depuis le XIe siècle[9], après qu'Avicenne ait isolé certaines huiles essentielles grâce à la distillation à la vapeur[10].

On attribue au médecin alchimiste persan Jabir ibn Hayyan l'invention, au Xe siècle, de l'alambic. Les procédés d'extractions s'améliorèrent par la suite, les pharmacopées les utilisant surtout après le XVIe siècle.

À partir du XIXe siècle, on commença à isoler et classifier les principes actifs des molécules odoriférantes, ce qui permit leur utilisation spécifique.

En 1910, René-Maurice Gattefossé découvre certaines propriétés de l'huile essentielle de lavande vraie ; en 1928 il crée le mot « aromathérapie » (antérieurement incluse dans la phytothérapie), et en 1931 il publie un livre décrivant ce sujet[11]. Entre temps, de 1929 à 1931, le pharmacien Sevelinge étudie également les rapports entre structure chimique et l'activité thérapeutique des huiles essentielles[11].

Dans certains pays (Royaume-Uni par exemple), l'aromathérapie s'inscrit dans l'aromachologie (science des phénomènes liés aux odeurs, plus particulièrement l’influence des odeurs sur le comportement. L’École anglaise, initiée par Marguerite Maury (1960), procède de l’Aromachologie.

École française du XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1910, le pharmacien lyonnais, chimiste et parfumeur René-Maurice Gattefossé (1881-1950) en faisant des recherches en parfumerie, se brûla accidentellement grièvement les mains. Une version de l'histoire dit que, très gravement brûlé et soigné selon les moyens de la médecine contemporaine, il fut rapidement atteint de gangrène gazeuse. En dernier recours, retirant ses bandages, il appliqua sur ses plaies infectées de l'huile essentielle de lavande. Une autre version dit que lors de l'accident, par réflexe, il plongea sa main dans un contenant rempli d'huile essentielle de lavande vraie, découvrant ainsi ses propriétés calmantes, antiseptiques et cicatrisantes. Selon lui, les résultats furent stupéfiants : l'essence de lavande possédait de réelles propriétés antiseptiques et cicatrisantes[12]. Dès lors, il consacra une partie de ses recherches aux propriétés des huiles essentielles.

Gattefossé est à l'origine du néologisme « aromathérapie », devenu peu après un mot courant[13].

Dans les années 1960, le docteur Jean Valnet (1920-1995) reprit les travaux de Gattefossé et publia des ouvrages de référence (Aromathérapie, Traitement des maladies par les essences des plantes, 1964). Ils sont tous les deux considérés comme les pères de l'aromathérapie moderne.

Par la suite, le Dr Pierre Franchomme, développant la notion de chémotype, contribua à améliorer l'identification des principes actifs dans les extraits utilisés. Lui et le Dr Daniel Pénoël introduisirent les notions d'aromathérapie scientifique et de chémotype qui éclairèrent les effets thérapeutiques des huiles essentielles[14].

À la fin du XXe siècle, au même titre que l'ensemble de la pharmacognosie, l'aromathérapie bénéficia de l'avancée des méthodes d'analyses, en particulier de la chromatographie. La distinction précise des composés aromatiques permit à la médecine de mieux appréhender leurs mécanismes d'action et d'affiner leur prescription.

En France, en 2015, le site internet aromaofficine.fr est créé pour aider les pharmaciens d'officines et les étudiants en pharmacie à trouver rapidement des informations de qualité sur le sujet de l'aromathérapie, notamment lorsqu'ils ont besoin de donner des conseils au comptoir (site non ouvert au grand-public). C'est aussi un outil de formation pour les étudiants[15]. On y trouve des généralités sur l'aromathérapie (définitions, modes d'extraction, voies d'administration, classes chimiques, toxicité, critères de qualité d'une huile essentielle, précautions d'emploi...), des monographies sur les huiles essentielles (84 huiles essentielles sélectionnées pour leur pertinence a l'officine), ainsi que des accès thématiques et les spécificités à connaître pour les cas particulier de la femme enceinte ou allaitante et de l'enfant.

Généralités[modifier | modifier le code]

L'aromathérapie est pratiquement toujours associée à la phytothérapie, dans l'arsenal thérapeutique, le terme « phyto-aromathérapie » est d'ailleurs employé par les spécialistes[16].

Le terme aromathérapie recouvre des pratiques médicales très variées utilisant les huiles essentielles par exemple sous forme d'onction (dissolution dans une huile), de crème ou de lotion (émulsion huile dans l'eau) pour l'usage externe. La dispersion dans du miel ou dans de l'huile alimentaire ou simplement sur un sucre est habituelle pour l'administration par la voie orale. La mise en gélules se pratique aussi. Les aérosols obtenus par nébulisation des huiles essentielles sont plus rarement utilisés, mais la dispersion dans l'atmosphère d'une pièce obtenue grâce à l'utilisation de diffuseurs spéciaux est très répandue. L'emploi en suppositoires est utile pour certaines applications thérapeutiques, mais est généralement réservée au corps médical.

Usages[modifier | modifier le code]

Les huiles essentielles servent surtout :

  • à l'automédication, parfois dite « de confort », usage qui a toujours existé et qui persiste en France (selon une enquête menée en 2015 par 60 millions de consommateurs, 80 % des Français ont recours à l'automédication, généralement pour les petites pathologies courantes[17] ;
  • comme ingrédient/composant de médecines traditionnelles et de la naturopathie : ayurvedaetc. ;
  • comme ingrédients de cosmétiques dermatologiques ;
  • à induire le calme et la relaxation (bains, massages, cosmétiques), la préparation à l'endormissement, utilisation aromatique en psychologie.

Parmi les utilisations en médecine conventionnelle ou non, figurent :

  • la désinfection et la cicatrisation des plaies, ou le traitement de traumatismes : brûlures, etc.,
  • la complémentation d'un traitement médical chronique ;
  • des applications dermatologiques.

Indications thérapeutiques[modifier | modifier le code]

Les propriétés des huiles essentielles sont multiples[18] :

  • anti-infectieuses : antibactériennes (dues au carvacrol, au thymol, à l'eugénol, à l'aldéhyde cinnamique, aux monoterpénols, etc.), antimycotiques (dues aux alcools et aux lactones sesquiterpéniques), antivirales (dues aux monoterpénols, monoterpénals, etc.), antiparasitaires (dues aux phénols, à l'ascaridole, etc.), insectifuges et insecticides (citronnelle de Ceylan, camphre du camphrier du Japon, etc.)
  • anti-inflammatoires (dues aux aldéhydes, au chamazulène, etc.)
  • anticatarrhales : expectorantes (dues au 1,8-cinéol), mucolytiques (dues aux molécules cétoniques et aux lactones)
  • anti-histaminiques
  • antispasmodiques (dues aux éthers et aux esters)
  • antalgiques, analgésiques et anesthésiques
  • calmantes, hypnotiques et anxiolytiques
  • propriétés endocrinorégulatrices : comme les œstrogènes, comme la cortisone, etc.
  • propriétés vasculotropes et hémotropes : hyperémiantes, phlébotoniques, lymphotoniques, anticoagulantes (dues aux coumarines) et fibrinolytiques, antihématomes (HE d'hélichryse italienne), hémostatiques, hypotensives
  • propriétés digestives : eupeptiques, carminatives, cholagogues et cholérétiques (dues à la menthone, la carvone et la verbénone)
  • antitoxiques
  • antivenimeuses
  • antirhumatismales
  • stimulantes ou apaisantes
  • aphrodisiaques
  • etc.

L'aromathérapie est notamment efficace contre certaines infections (les effets antibactériens et anti-infectieux des huiles essentielles sont aujourd'hui scientifiquement démontrés[19],[20],[21]), ou contre les maux de tête et certaines arthralgies, mais elles ne semble pas soulager les douleurs menstruelles ou liées au travail lors de l'accouchement[7]. Son efficacité a en outre été démontrée comme aide à la prise en charge d'effets indésirables de la chimiothérapie anticancéreuse)[11],[22].

Cependant, seul un petit nombre de ces usages sont soutenus par des données scientifiques fiables, et les vendeurs prêtent facilement à leurs produits toutes sortes de propriétés imaginaires. La principale efficacité clinique reconnue de certaines huiles essentielle est une activité antibactérienne[23] (cependant beaucoup plus faible que celle des antibiotiques et antiseptiques modernes). Certaines ont également un effet répulsif sur les animaux, en particulier les insectes[23]. Selon l'EHESP, « Les huiles essentielles présentent des propriétés intéressantes qui pourraient être utilisées dans la vie courante, sous réserve d'études supplémentaires. Les données concernant une application à l'homme restent ponctuelles, il serait donc intéressant de pousser les recherches dans ce sens »[23].

La composition chimique (chémotype) des huiles essentielles varie aussi en fonction du pays de récolte, de l'altitude, de l'ensoleillement, des conditions de récolte, de la qualité de la distillation, de l'entreposage : ces facteurs peuvent modifier leurs propriétés.

Risques et effets indésirables des huiles essentielles[modifier | modifier le code]

Discipline non-réglementée, l'aromathérapie fait l'objet d'un grand nombre d'abus, de nombreux thérapeutes auto-proclamés inventant des propriétés aux produits qu'ils vendent ou utilisent. Certaines huiles essentielles ont des propriétés médicalement reconnues, mais leur usage doit être contrôlé (posologie, durée du traitement, interactions...) car, comme pour toute molécule active ayant un effet sur le métabolisme, des effets indésirables graves sont possibles. Ainsi, le millepertuis, le ginkgo ou le pamplemousse peuvent provoquer une diminution ou une augmentation de l'effet thérapeutique d'autres médicaments par interaction médicamenteuse[24]. De même, l'absinthe ou le thuya peuvent être neurotoxiques. Dans certains pays (dont la France), certaines huiles essentielles ne peuvent être fournies que par un pharmacien[25]. Selon l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) : « Les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées de façon prolongée (au-delà de quelques jours) sans avis médical[23]. » Elles ne doivent jamais être ingérées pures, car présentant un risque important pour les muqueuses (ainsi que pour le foie)[23]. Selon le pharmacien Jacques Fleurentin, « Une cuillère à café d'huiles essentielles, c'est directement les urgences. C'est tout le temps par gouttes. Toujours[23]. »

Citons notamment[26] :

  • les propriétés vésicantes et nécrosantes de certaines HE;
  • des propriétés allergisantes ou hypersensibilisantes de certaines HE ;
  • des propriétés photosensibilisantes (par exemple dues aux furocoumarines), présentes dans toutes les essences extraites du zeste des citrus : citron, mandarine, bergamote, etc. Toutefois, à cause du poids moléculaire des furocoumarines responsables des effets phototoxiques et photosensibilisants, les essences distillées n'en contiennent pas et ne comportent pas ce risque. Bien que la plupart de ces essences soient extraites par expression à froid, et contiennent des furocoumarines (bergaptèneetc.), il est donc possible d'obtenir ces mêmes essences distillées, et donc sans danger pour la peau ;
  • les propriétés neurotoxiques de certaines HE (par exemple dues aux cétones) ;
  • des propriétés néphrotoxiques de certaines HE (par exemple dues aux terpènes majoritaires dans l'essence de térébenthine, rameaux de genévriers, etc.) ;
  • des propriétés hépatotoxiques (par exemple dues aux phénols pris pendant un temps trop long, ou à doses massives). L'huile essentielle de cannelle écorce en fait partie et est toxique pour le foie[27][source insuffisante].

Les accidents, plus ou moins graves, se sont multipliés avec la vulgarisation grandissante des huiles essentielles. Ils posent la question de la formation du public, qui peut se procurer la plupart de ces substances en vente libre et directe. Si certaines huiles comme la lavande ou l'arbre à thé (tea tree) présentent un seuil de toxicité relativement élevé, d'autres peuvent contenir des substances neurotoxiques ou abortives dès les premiers niveaux de surdosage.

Les huiles essentielles suivantes sont toxiques. Le non-spécialiste ne devrait pas les utiliser[28]. Les huiles essentielles d'estragon, de gaulthérie et d'origan sont cependant d'usage autorisé sous l'avis d'un spécialiste ou l'accompagnement d'un professionnel de la santé[29] :

Les huiles essentielles traversent le placenta et sont transmises par le lait maternel[réf. souhaitée].

Les produits aromatiques mis sur le marché : huile essentielle (HE) ou essence (ESS), huile végétale (HV), hydrolat aromatique (HA) et spécialités commerciales sont souvent de qualité inégale pour les causes suivantes :

  • qualité inégale des matières premières végétales (mélange, variété végétale, origines mixtes, modes de cultures...)[22] ;
  • pratiques de distillation (taille des alambics, température, pression, temps de distillation...),
  • étiquetage parfois inadéquat (nom latin, provenance, organe producteur, spécificité biochimique, culture biologique ou non...) défini nature exacte de l’HE[22] ;
  • manque de fiches d'analyses chromatographiques (chemotype aléatoire ou inexistant)[22] ;
  • manque de traçabilité de nombreuses filières de producteurs/revendeurs, vente en ligne de produits possiblement frelatés [22] ; Les huiles essentielles sont des transformations de plantes cultivées ou sauvages nécessitant beaucoup de main d'œuvre agricole pour les récoltes et les cueillettes. Elles sont donc coûteuses et recherchées. Elles sont donc aussi souvent frelatées par adjonction d'huiles de mauvaise qualité ou de produits de synthèse bien moins onéreux. Ex. : l'huile essentielle d'eucalyptus contient des dizaines de substances ; on vend donc de l'eucalyptol de synthèse (1,8 cinéol) qui coûte dix fois moins cher[23] ;
  • mauvaise conservation (au chaud, à la lumière, à l'air) ; dans ces conditions les huiles et essences peuvent se dégrader rapidement, parfois en formant des substances toxiques[23].

Se procurer des huiles essentielles et s'assurer de leur qualité est un métier complexe demandant de l'expérience. En France et dans la plupart des pays européens, la production d'huiles essentielles et la pratique de l'aromathérapie ne sont que peu réglementées. Il convient donc de se procurer des huiles essentielles de qualité garantie voire de s'adresser à des personnes qualifiées[23].

Précautions d'emploi[modifier | modifier le code]

Les huiles essentielles étant bien plus concentrées en principes actifs que les plantes autrefois utilisées, elles exposent « selon le niveau d’information reçue et le degré de vulnérabilité sous-jacent, à d’autres risques pour la santé (...) l'auto-administration pouvant présenter des risques d’interactions potentielles avec les autres thérapeutiques prescrites lors du séjour hospitalier voire après la sortie »[17].

L'aromathérapie évite toujours les huiles essentielles chez les très jeunes enfants (en raison de l'immaturité enzymatique du nourrisson, de sa peau et de ses muqueuses plus fines et perméables, du risque de contact indirect avec les yeux...), ainsi que chez les femmes enceintes (surtout au cours des trois premiers mois, lorsque les tissus sont en formation) ou encore chez les personnes allergiques (asthmatiques, etc.).

Pour les animaux de production et les animaux de compagnie, l'aromathérapie doit être adaptée, car certaines espèces ne possèdent pas certains systèmes enzymatiques de métabolisation. La pratique de l'aromathérapie nécessite toujours l'avis d'un professionnel averti.

Quelques huiles essentielles sont très bien tolérées pures sur la peau, mais elles sont l'exception. Certaines sont dermocaustiques (irritent ou altèrent la peau).

La plupart doivent être diluées au 1/5 (concentration importante, réservée à la pratique médicale) le plus souvent au 1/10 voire au 1/20 ou au 1/100 (concentration faible, courante pour l'utilisation des huiles essentielles en cosmétologie[30]) c'est-à-dire de 20 %, 10 %, 5 % ou 1 % V/V ou W/W dans une huile végétale (d'amande douce, d'avocat, d'argan, de macadamia, etc.) ou dans un excipient lipophile (crème, lait).

Certaines huiles essentielles se potentialisent mutuellement et sont donc plus efficaces en association.

Cadre réglementaire[modifier | modifier le code]

Le cadre réglementaire qui régule la vente d'huiles essentielles dépend de l'utilisation prévue, et demande de distinguer rigoureusement un usage thérapeutique d'un usage cosmétique : ainsi, des huiles à destination cosmétique ou de parfumerie ne sont pas soumises aux contrôles sanitaires propres aux produits de consommation, et a fortiori aux médicaments. Une huile achetée en parfumerie ou dans un magasin de cosmétique ne doit donc en aucun cas être utilisée en cuisine ou en auto-médication, car son dosage et ses effets peuvent être dangereux dans cet usage détourné[25].

Pour le médecin aromathérapeute Jean-Pierre Willem, « Ce n'est pas une médecine douce. Il n'est pas possible de faire de l'automédication ». Une seule cuillère à café d'huile essentielle de thuya, par exemple, peut suffire à provoquer la mort[23].

En France, certaines entreprises contrevenantes ont fait l'objet de poursuites de la part de l'Agence nationale de sécurité du médicament, notamment pour avoir fait la promotion de l'huile de karanja comme filtre solaire alors que ce produit est un simple parfum et ne bloque aucun rayonnement UV[25].

Enseignement, formations[modifier | modifier le code]

En 2018, les diplômes universitaires qualifiants, spécialisés ou pas en aromathérapie sont rares et hétérogènes. Et les autres formations sont encore plus hétérogènes, souvent dispensés par des organismes privés et/ou à but commercial potentiellement à risque de conflit d'intérêts susceptible d'influer sur le respect des bonnes pratiques (décrites pour la cosmétologie par l'AFSSAPS en 2008[31] ou pour un usage domestique (recommandations DGCCRF en France)[32], mais « peu connues des professionnels de santé et/ou nécessitant un travail de transposition pour la pratique clinique », hospitalière notamment) ; il existe de très nombreux ouvrages de vulgarisation grand-public, presque toujours à visée commerciale et souvent « d'un niveau de fiabilité aléatoire voire discutable »[22].

Impact économique[modifier | modifier le code]

Le marché de l'aromathérapie ne représente que 2% environ du commerce mondial des huiles essentielles, dominé par l'industrie agro-alimentaire et par l'industrie cosmétique[33].

Uniquement pour les officines, le marché de l'aromathérapie était estimé en France à 174 500 000 euros en 2016. Les ventes d'huiles essentielles complexes y étaient de 119 millions €, contre 73 millions € en 2012, soit une progression de 63,1 % en 4 ans. Celles d'huiles essentielles unitaires augmentaient quant à elles de 57,3 % entre 2012 et 2016, passant de 35 300 000 à 55 500 000 euros[34].

Controverses[modifier | modifier le code]

Si l'efficacité anti-bactérienne de certaines huiles essentielles est reconnue[19],[20],[21], les controverses portent surtout sur leurs indications thérapeutiques, leur champ de compétence, leur efficacité et sur les méthodes d'administration[35].

Lorsqu'elle est utilisée dans une approche holistique, l'aromathérapie en partage les controverses[36],[35].

Par rapport à d'autres médecines non conventionnelles, le fait que ses constituants de base puissent provoquer des troubles graves, pose le problème de la formation des prescripteurs.

En France, la pratique de l'aromathérapie est peu encadrée par la loi ; en 2012, n'importe qui peut se proclamer « aromathérapeute » sans aucune formation (« accessible sans diplôme particulier » selon la fiche Rome K1103 de Pôle emploi[37]).

Recherche[modifier | modifier le code]

La recherche dans ce domaine est très active : PubMed montre une croissance exponentielle du nombre d'études sur les huiles essentielles publiées depuis les années 1880 à nos jours (106 études publiées entre 1880 et 1950, à comparer à 10 520 études publiées entre 2001 et 2016)[38]. Les HE semblent offrir des perspectives intéressantes, mais encore à confirmer par des études plus larges et sur la durée. À titre d'exemple, en contexte nosocomial d'antibiorésistance, contre certaines infections multirésistantes que l'on ne sait plus traiter par des antibiotiques (certaines souches de Candida ou de Staphylococcus aureus par exemple) ; l'activité antimicrobienne des OE a été démontrée sur un large éventail de microbes pathogènes et une meilleure compréhension du mode d'action des HE contre ces pathogènes ouvre de nouvelles perspectives de lutte contre l'antibiorésistante[39],[22],[40],[41], mais il n'est pas exclu que les bactéries puissent aussi un jour développer des résistances aux HE si elles sont trop utilisées.

D'autre part, les HE de Melissa officinalis et Lavandula officinalis[42],[43],[44] semblent avoir une certaine efficacité contre deux symptômes psychocomportementaux associés à la démence (BPSD) de la maladie d’Alzheimer (MA, maladie amenée à se développer avec le vieillissement de la population), généralement associés à une perception de la douleur accrue, par le malade, et pour lesquels les antipsychotiques dédiés (rispéridone, olanzapine, aripiprazole et quétiapine) perdent souvent rapidement de leur effet (accoutumance, dépendance) tout en ayant des effets secondaires importants. Chez l'animal de laboratoire, l'extrait hydroalcoolique de Melissa officinalis semble en outre atténuer la nociception [45]. Des preuves cliniques montrent que l'aromathérapie peut aider contrôler l'agitation, l'agressivité et certains symptômes psychotiques. Les mécanismes d'action dont encore à découvrir, mais des explications moléculaires (basées sur l'ensemble du phytocomplexe ou des composants uniques) semblent émerger dans les années 2010 ; la recherche fondamentale doit cependant pouvoir s'appuyer sur des études précliniques plus rigoureuses[38]. Il est possible que d'autres huiles essentielles soient également efficaces dans cette pratique pharmacothérapeutique[38].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple : plans Douleur 2002-2005, 2006-2010 et 2013-2017, plan Cancer 2014-2019, plan Maladies neuro-dégénératives dont plan Alzheimer rebaptisé « Plan Maladies neurodégénératives » pour la période 2014-2019.
  2. (en) Edzard Ernst, « Aromatherapy for health care: An overview of systematic reviews », sur Maturitas, (consulté le 13 juin 2019).
  3. (en) « Aromatherapy for promotion of relaxation and sleep, relief of pain, and reduction of depressive symptoms in dementia », sur www.cochrane.org (consulté le 13 juin 2019).
  4. (en) « Aromatherapy for treating postoperative nausea and vomiting », sur www.cochrane.org (consulté le 13 juin 2019).
  5. (en) « Aromatherapy and massage for symptom relief in people with cancer », sur www.cochrane.org (consulté le 13 juin 2019).
  6. (en) « Aromatherapy for pain management in labour », sur www.cochrane.org (consulté le 13 juin 2019).
  7. a et b Jeong-Sook Park, Jeong-Eon Park, Jang-Soon Yang et Hye-Weon Kwak, « Analysis of Experimental Researches in Korea on the Effects of Aromatherapy to Relieve Pain », The Korean Journal of Hospice and Palliative Care, vol. 14, no 1,‎ , p. 8–19 (ISSN 1229-1285, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020).
  8. Dioscorides, Pedanius ; Goodyer, John (trad.) (1959). Gunther, R.T. (ed.). The Greek Herbal of Dioscorides. New York: Hafner Publishing. OCLC 3570794
  9. Forbes R.J (1970) A short history of the art of distillation. Leiden: E.J. Brill. OCLC 2559231.[page needed]
  10. Ericksen, Marlene (2000). Healing With Aromatherapy. New York: McGraw-Hill. p. 9. (ISBN 0-658-00382-8).
  11. a b et c Marlène Carol, Prise en charge des effets indésirables de la chimiothérapie anticancéreuse à l'officine par homéopathie, aromathérapie et phythothérapie, thèse de doctorat en pharmacie, université de Toulouse III, 30 juin 2017, p. 112-122.
  12. Cette anecdote (1re version) est relatée, entre autres, dans Jean Valnet, L'aromathérapie, Paris, éd. Le Livre de Poche no 7885, , 640 p. (ISBN 978-2-253-03564-0, notice BnF no FRBNF34771362).
    À l'époque, la notion de « chémotype » (voir plus loin) d'une huile essentielle n'était pas encore connue. En conséquence de quoi, même si les méthodes et l'exactitude des recherches de Jean Valnet et de René Maurice Gattefossé étaient hors de tout soupçon et ont permis l'avènement de l'aromathérapie, aujourd'hui, leurs découvertes réclament d'être plus détaillées. Ainsi, il est possible de distinguer plusieurs sortes de plantes du même type donnant plusieurs sortes d'huiles essentielles. Dans cet exemple, lorsque l'on parle « d'huile essentielle de lavande » il est, de nos jours, possible et utile de préciser qu'il s'agit d'« huile essentielle de lavande vraie » (Lavanda augustfolia aussi appelée « officinale », « anglaise » ou « commune ») ou d'« huile essentielle de lavandin » dit « super » ceci afin de les différencier de l'« huile essentielle de lavande aspic » ou encore de l'« huile essentielle de lavande stœchade » qui sont nettement moins ou guère appropriées aux soins des brûlures — voir Monika Werner et Ruth von Braunschweig, L'aromathérapie. Principes, indications, utilisations, Paris, éd. Vigot, , 640 p. (ISBN 978-2-253-03564-0, notice BnF no FRBNF34771362)).
  13. On date généralement la création de ce néologisme à la parution de l'ouvrage Aromathérapie - Les Huiles essentielles - hormones végétales, en 1937. En réalité, la trouvaille est légèrement antérieure. Une étude dans le fonds d'archives Gattefossé a permis de préciser cette question. En effet, dans le premier manuscrit préparatoire, daté février 1935, le terme n'apparaissait pas encore. Sa première occurrence « publique » date du numéro de décembre 1935 de la « Parfumerie Moderne ». « Aromathérapie » nomma alors une rubrique dans laquelle R.-M. G. publia, tout au long de l'année 1936, des extraits remaniés de ce manuscrit encore inédit. « Aromathérapie » donna ensuite logiquement son nom à l'ouvrage de synthèse paru l'année suivante.
  14. Dominique Baudoux in L'aromathérapie scientifique, disponible sur: http://www.college-aromatherapie.com/aromatherapie-et- publications/aromatherapie-scientifique-preserver-la-sante, cité par Marlène CAROL (2017) dans sa thèse, note 69.
  15. (en) Maëlle Rullière et Alexia Porraz, « Conseils en aromathérapie à l'officine : création d'un site internet destiné aux pharmaciens d'officine », Université Grenoble-Alpes (mémoire),‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020)
  16. Valnet, Aromathérapie, 1964.
  17. a et b AFEDI, Aromathérapie scientifique : préconisations pour la pratique clinique, l'enseignement et la recherche Consensus d'experts, destiné aux professionnels de santé et aux décideurs exerçant en milieux de soins (hospitalier ou médico-social), version longue, avril 2018, Annexe n° 3.
  18. Voir Belaiche, Lys-Balchin, Jollois et al.
  19. a et b (en) Solórzano-Santos F, Miranda-Novales MG, « Essential oils from aromatic herbs as antimicrobial agents », Curr Opin Biotechnol, vol. 23, no 2,‎ , p. 136-41. (PMID 21903378, DOI 10.1016/j.copbio.2011.08.005) modifier
  20. a et b (en) Bassolé IH, Juliani HR, « Essential oils in combination and their antimicrobial properties », Molecules, vol. 17, no 4,‎ , p. 3989-4006. (PMID 22469594, DOI 10.3390/molecules17043989, lire en ligne [html]) modifier
  21. a et b (en) Silva N, Alves S, Gonçalves A, Amaral JS, Poeta P, « Antimicrobial activity of essential oils from Mediterranean aromatic plants against several foodborne and spoilage bacteria », Food Sci Technol Int, vol. 19, no 6,‎ , p. 503-10. (PMID 23444311, DOI 10.1177/1082013212442198) modifier
  22. a b c d e f et g AFEDI (2018) Aromathérapie scientifique : préconisations pour la pratique clinique, l'enseignement et la recherche Consensus d'experts, destiné aux professionnels de santé et aux décideurs exerçant en milieux de soins (hospitalier ou médico-social), version longue, avril 2018
  23. a b c d e f g h i et j Camille Adaoust, « L'article à lire pour ne pas s'empoisonner avec les huiles essentielles », sur francetvinfo.fr, .
  24. Laurence VALDÉS, « Sans les bonnes précautions, les plantes médicinales et huiles essentielles peuvent vous empoisonner », sur lci.fr, .
  25. a b et c Mathilde Damgé et Adrien Sénécat, « « Menaces sur les huiles essentielles »… les intox d'une pétition à succès », sur Le Monde.fr, .
  26. Roger Jollois, Pierre Franchomme, Daniel Pénoël, L'Aromathérapie exactement, éd. Roger Jollois, 2001, p. 103-105
  27. « Cannelle Écorce - RevelEssence », sur RevelEssence, (consulté le 28 juillet 2020).
  28. Nerys Purchon, La Bible de l'Aromathérapie, éd. Marabout, 2001, (ISBN 2501035380) p. 121
  29. Dominique Baudoux, L'Aromathérapie, se soigner par les huiles essentielles, éd. Amyris, 1997, (ISBN 9782930353616) p. 34, 140, 202.
  30. Julien Kaibeck, Adoptez la Slow Cosmétique, éd. Leduc.s, 2012, p. 151
  31. AFSSAPS, Recommandations relatives aux critères de qualité des huiles essentielles, contribution pour l’évaluation de la sécurité des produits cosmétiques contenant des huiles essentielles, mai 2008, 17 p.
  32. DGCCRF, Huiles essentielles, les conseils de la DGCCRF pour les utiliser en toute sécurité, juillet 2016, 10 p.
  33. Michel Krausz, « Huiles essentielles : un marché mondial en croissance », sur Jardins de France
  34. France Agri Mer, Le marché de l'aromathérapie en pharmacie, coll. « Les études de France Agri Mer », (lire en ligne)
  35. a et b Jean-Marie Abgrall, Les Charlatans de la santé, éd. Documents Payot, Paris, 1998 (ISBN 2228891940)
  36. Norbert Bensaïd, Le Sommeil de la raison, Éd. Seuil, 1988 (ISBN 2020100894)
  37. « Fiche Rome K1103 - Développement personnel et bien-être de la personne », sur www.chambre-syndicale-sophrologie.fr.
  38. a b et c (en) Damiana Scuteri, Luigi Antonio Morrone, Laura Rombolà et Pina Rosa Avato, « Aromatherapy and Aromatic Plants for the Treatment of Behavioural and Psychological Symptoms of Dementia in Patients with Alzheimer’s Disease: Clinical Evidence and Possible Mechanisms », Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine (voir notamment la figure 1), vol. 2017,‎ , p. 1–8 (ISSN 1741-427X et 1741-4288, PMID 28465709, PMCID PMC5390566, DOI 10.1155/2017/9416305, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020).
  39. Blanchard J-M. Cinnamomum camphora à cinéole (ravintsara), une plante au service de la prévention des infections nosocomiales en milieu hospitalier ? Phytothérapie. 1 févr 2007;5(1):15‐20.
  40. Warnke PH, Becker ST, Podschun R, Sivananthan S, Springer N, Russo PAJ, Wiltfang J, Fickenscher H, Sherry E. The battle against multi-resistant strains: Renaissance of antimicrobial essential oils as a promising force to fight hospital-acquired infections. Journal of Cranio-Maxillofacial Surgery. 2009; 37, 392-397
  41. Mulyaningsih S, Sporer F, Zimmermann S, Reichling J, Wink M. Synergistic properties of the terpenoids aromadendrene and 1,8-cineole from the essential oil of Eucalyptus globulus against antibiotic-susceptible and antibiotic-resistant pathogens. Phytomedicine. 2010; 17:1061-1066.
  42. C. G. Ballard, J. T. O'Brien, K. Reichelt, and E. K. Perry, “Aromatherapy as a safe and effective treatment for the management of agitation in severe dementia: the results of a double-blind, placebo-controlled trial with Melissa”, Journal of Clinical Psychiatry, vol. 63, no. 7, p. 553–558, 2002 (résumé)
  43. (en) Clive Holmes, Vivienne Hopkins, Christine Hensford et Vanessa MacLaughlin, « Lavender oil as a treatment for agitated behaviour in severe dementia: a placebo controlled study », International Journal of Geriatric Psychiatry, vol. 17, no 4,‎ , p. 305–308 (ISSN 0885-6230 et 1099-1166, DOI 10.1002/gps.593, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020)
  44. A. Burns, « Sensory stimulation in dementia », BMJ, vol. 325, no 7376,‎ , p. 1312–1313 (PMID 12468458, PMCID PMC1124787, DOI 10.1136/bmj.325.7376.1312, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020).
  45. (en) Giselle Guginski, Ana Paula Luiz, Morgana Duarte Silva et Murilo Massaro, « Mechanisms involved in the antinociception caused by ethanolic extract obtained from the leaves of Melissa officinalis (lemon balm) in mice », Pharmacology Biochemistry and Behavior, vol. 93, no 1,‎ , p. 10–16 (DOI 10.1016/j.pbb.2009.03.014, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020)