Course à pied pieds-nus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Barefoot runner sur de l'asphalte.

La course pieds-nus désigne le fait de courir pieds nus.

Cette pratique est populaire chez certains coureurs amateurs, mais aussi chez certains professionnels, plusieurs champions olympiques ayant adopté cette technique. Les coureurs pieds-nus sont également appelés Barefoot runners en anglais.

Il ne faut pas confondre la course pieds nus et la course naturelle. La pratique du « courir naturel » englobe celle de la course pieds-nus et celle de la course à pied minimaliste (coureur équipé de chaussures de course à pied légères et peu structurées dites minimalistes, type sandales, Huaraches, gants de pied)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon une théorie de l'évolution, la course à pied serait issue de la spécialisation du genre Homo dans la course de fond : le passage de la quadrupédie à la bipédie ayant fait perdre la possibilité de courir sur une faible distance à la vitesse la plus rapide possible, le genre Homo a développé la course d'endurance il y a environ deux millions d'années pour pratiquer le charognage puis la chasse à l'épuisement[2].

Plusieurs historiens pensent que les coureurs de la Grèce antique couraient pieds nus. selon la légende, Phidippidès, le premier marathonien, aurait couru la distance séparant le champ de bataille situé à Marathon de la ville d’Athènes pour informer Athènes de la victoire grecque sur la Perse en moins de 36 heures[3].

La technique de course pieds-nus[modifier | modifier le code]

La course à pied pieds-nus consiste à propulser son corps en poussant du sol par la plante du pied plutôt que le talon, le pied touchant à terre directement sur la projection au sol de la ligne des hanches. « La force de propulsion ne doit agir que lorsque le pied a fini de se poser à terre. Heurter le sol du pied, en particulier par le talon, traumatise le corps et rend le coureur susceptible d'être blessé »[4],[5]. Il s'ensuit que les chaussures de course à pied munies d'importantes semelles entravent ce mouvement naturel[6]. Selon le docteur en biomécanique Daniel E. Lieberman, la foulée médio-pied est potentiellement moins traumatisante pour le corps que la foulée talon, le talon recevant un choc équivalent à trois fois le poids du corps tandis que le milieu du pied (la plante) amortit le choc sur une plus grande surface [7].

Influence sur la santé[modifier | modifier le code]

Des études en laboratoire suggèrent que, en raison du manque de poids supplémentaire sur les pieds, le coût énergétique de courir pieds nus est réduit de 4 %, ce qui entraîne une consommation d’oxygène plus faible[8]. Il existe des preuves que le port de chaussures traditionnelles pendant la course entraîne une démarche de frappe du talon qui, à son tour, entraîne un impact plus élevé ainsi qu’un risque accru de blessure[9]. Le fait que le coureur touche le sol avec l’avant-pied peut réduire le risque de lésion du genou[10].

représentation graphique de la pression exercée sur le pied.

La course pieds nus peut être dangereuse, en particulier pour les coureurs qui ne se préparent pas correctement ou ne donnent pas à leurs pieds le temps de s’adapter au nouveau style. De nombreuses blessures sont possibles, telles que des blessures au tendon d’Achille ou au fascia plantaire, ou des fractures de stress dans les os métatarsiens ou la jambe. Les coureurs pieds nus qui ne préparent pas leur corps pourraient fournir « un plan de stimulation pour les podiatres, les orthopédistes et les physiothérapeutes »[11],[12].

La position officielle sur la course pieds nus de l’American Podiatric Medical Association indique qu’il n’y a pas assez de recherches sur les avantages immédiats et à long terme de la pratique et que les individus devraient consulter un podiatre ayant une solide expérience en médecine sportive pour prendre une décision éclairée sur tous les aspects de leurs programmes de course et d’entraînement[13].

En outre, l’american diabetes association a exhorté les diabétiques et les personnes ayant des sensations réduites dans les jambes à ne pas courir pieds nus, en raison des conséquences en cas de blessures[14].

D'après un article paru dans le New York Times, des signes de lésions osseuses précoces ont été aperçus chez les coureurs qui ont commencé à courir pieds nus[15].

Course pieds nus et course naturelle[modifier | modifier le code]

Une alternative à la course pieds nus consiste à porter des chaussures à semelles minces avec un rembourrage minimal, telles que des mocassins, des plimsolls ou des huaraches, qui entraînent une démarche similaire à celle des pieds nus, mais protègent la peau du sol[16],[17]. Certains fabricants de chaussures modernes ont récemment conçu des chaussures pour maintenir une flexibilité optimale tout en offrant un minimum de protection[18]. On peut trouver comme chaussures minimalistes les chaussures FiveFingers Vivobarefoot[19],[20],[21] fabriquées par Vibram par exemple.

Coureurs à pied connus[modifier | modifier le code]

Athlète courant pieds nus lors de l'épreuve féminine de triathlon aux Jeux olympiques d'été du Canada de 2017.


De gauche à droite : Zola Budd, Mary Decker, Maricica Puică à une épreuve de 3000 m au Jeux Olympiques de 1984.








Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christopher McDougall, Born to run (né pour courir), Guérin, 2012
  • Frédéric Brossard et Daniel Dubois, Barefoot et minimalisme, courir au naturel, éditions Amphora, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yannick Cochennec, « Barefoot: les minimalistes de la course à pied tracent leur route », sur Slate,
  2. (en) Dennis M. Bramble & Daniel E. Lieberman, « Endurance running and the evolution of Homo », Nature, no 432,‎ , p. 345-352
  3. Peter Krentz, The Battle of Marathon, Yale University Press, (ISBN 978-0-300-16880-8, 0-300-16880-2 et 1-299-46371-1, OCLC 841170923, lire en ligne)
  4. Gordon Pirie: Running Fast and Injury Free 21
  5. (en) Rebecca Hersher et Harvard University, « Study finds barefoot runners have less foot stress than shod ones (w/ Video) », sur medicalxpress.com (consulté le )
  6. (en) Daniel E. Lieberman, Madhusudhan Venkadesan, William A. Werbel et Adam I. Daoud, « Foot strike patterns and collision forces in habitually barefoot versus shod runners », Nature, vol. 463, no 7280,‎ , p. 531–535 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/nature08723, lire en ligne, consulté le )
  7. (en) Daniel E. Lieberman et col, « Foot strike patterns and collision forces in habitually barefoot versus shod runners », Nature, vol. 463, no 7280,‎ , p. 531-535 (DOI 10.1038/nature08723)
  8. « Barefoot Running », sur sportsci.org (consulté le )
  9. Daniel E. Lieberman, Madhusudhan Venkadesan, William A. Werbel et Adam I. Daoud, « Foot strike patterns and collision forces in habitually barefoot versus shod runners », Nature, vol. 463, no 7280,‎ , p. 531–535 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/nature08723, lire en ligne, consulté le )
  10. (en-US) « Winning the Boston Marathon, With or Without Shoes - Book of Odds » (consulté le )
  11. (en) « Well Being: Running barefoot has not-so-obvious hazards », sur https://www.inquirer.com (consulté le )
  12. (en-US) « 2 Rules For Beginning Barefoot Running (And Avoiding Injury) », sur Breaking Muscle, (consulté le )
  13. « Barefoot Running | APMA », sur www.apma.org (consulté le )
  14. « Foot Care - American Diabetes Association », sur web.archive.org, (consulté le )
  15. « Barefoot Running Can Cause Injuries, Too - NYTimes.com », sur web.archive.org, (consulté le )
  16. (en) Jason Robillard, The Barefoot Running Book Second Edition: A Practical Guide to the Art and Science of Barefoot and Minimalist Shoe Running, Barefoot Running University, (ISBN 978-0-615-37688-2, lire en ligne)
  17. (en) Sarah T. Ridge, A. Wayne Johnson, Ulrike H. Mitchell et Iain Hunter, « Foot Bone Marrow Edema after a 10-wk Transition to Minimalist Running Shoes », Medicine & Science in Sports & Exercise, vol. 45, no 7,‎ , p. 1363–1368 (ISSN 0195-9131, DOI 10.1249/MSS.0b013e3182874769, lire en ligne, consulté le )
  18. (en) Amanda Capritto, « Why you should spend more time barefoot », sur CNET (consulté le )
  19. (en) November 12 et 2007, « Vibram FiveFingers Named A "Best Invention of 2007" By Time Magazine - Trailspace », sur www.trailspace.com (consulté le )
  20. « Review – Vibram FiveFingers KSO Trek | Living Barefoot », sur web.archive.org, (consulté le )
  21. « EVO Shoes Offer A Close-To-The-Earth Experience », sur web.archive.org, (consulté le )
  22. « JO de Rome 1960 : l’Ethiopien Abebe Bikila, premier Africain noir champion olympique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. (en-GB) « Bruce Tulloh, barefoot champion of the 1960s, dies », sur AW, (consulté le )
  24. (en) « Marlborough track star's marathon bid at 75 », sur The Wiltshire Gazette and Herald (consulté le )
  25. « Course à pied pieds-nus : définition de Course à pied pieds-nus et synonymes de Course à pied pieds-nus (français) », sur dictionnaire.sensagent.leparisien.fr (consulté le )
  26. « TEGLA LOROUPE PEACE FOUNDATION - About Tegla Loroupe », sur web.archive.org, (consulté le )
  27. « Zola Budd, la princesse aux pieds nus », sur ladepeche.fr (consulté le )
  28. (en) Margie Orford, Life and Soul: Portraits of Women who Move South Africa, Juta and Company Ltd, (ISBN 978-1-77013-043-2, lire en ligne)
  29. « Athlétisme : courir sans chaussures, c'est rarement le pied », sur Franceinfo, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]