Sungazing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un homme pratiquant le sungazing au lever du soleil.

Le sungazing (fixer le soleil, en anglais) est une pratique qui consiste à fixer le soleil (au lever et au coucher du soleil, au moment où l'intensité lumineuse est moindre) dans un but spirituel ou pour se « nourrir de lumière » selon certaines croyances liées aux pratiques énergétiques et diffusée depuis 1992 par l'hindou Hira Ratan Manek. La pratique trouve probablement son origine dans une des ramifications de l'ancienne médecine ayurvédique indienne [1].

Il est reconnu par la médecine scientifique que le fait de fixer le soleil peut causer des dommages importants aux yeux, en particulier la rétinopathie solaire aiguë[2]. C'est pourquoi le Sungazing n'est pratiqué que durant la première heure suivant le lever du soleil ou la dernière heure juste avant son coucher.

Les adeptes de cette pratique prétendent qu'il serait possible de stocker physiologiquement de l'énergie (en convertissant l'énergie solaire en nutriment) et de diminuer sa consommation de nourriture ainsi que de guérir toutes sortes de maladies.

La méthode Bates (de William Horatio Bates), au début du XXe siècle, préconisait déjà cette pratique, qu'elle nommait Sunning, reconnaissant que regarder le soleil directement pouvait causer des dommages, mais justifiant qu'ils seraient temporaires. Pourtant, à la fin de sa vie, il déclara qu'il fallait regarder le soleil les paupières fermées.

Le phosphénisme du docteur Francis Lefébure (1916 -1988) avait également pour objectif de convertir la lumière du soleil en « énergie mentale »[3].

Le sungazing est souvent associé au concept de nourritures praniques par lequel les pratiquants prétendent pouvoir se nourrir directement d'énergie.

Un documentaire intitulé Lumière est sorti en 2010 au sujet des personnes prétendant se nourrir exclusivement de lumière[4]. La MIVILUDES, dès l'annonce de sa diffusion, a publié un communiqué mettant en garde contre le respirianisme[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A. L. Bhagwat, Mohini Vidyā Sādhanā and Siddhi: Hindu way to Hidden Powers, Shree Gajanan Book Depot Prakashan,-, (présentation en ligne).
  2. (en) Amar Agarwal, Fundus Fluorescein and Indocyanine Green Angiography (rétinopathie solaire suite à rituels religieux), SLACK, (présentation en ligne), p. 150.
  3. Site du phosphénisme, biographie de Lefébure.
  4. Sur Sciences et Avenir.
  5. Dépêche AFP.

Voir aussi[modifier | modifier le code]