Élixirs floraux de Bach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bach (homonymie).
Aigremoine

Les Élixirs floraux de Bach, parfois désignés simplement sous les noms de fleurs de Bach ou de remèdes de Bach, sont des macérations alcooliques de plantes, dits "élixirs floraux", réalisés à partir de trente-huit espèces de fleurs. Elles tiennent leur nom de leur concepteur, le Dr Edward Bach (1886-1936), médecin anglais s'intéressant notamment à l'homéopathie, qui mena des recherches sur l'usage des fleurs de 1928 à 1936.

Son classement en sept états psychologiques négatifs, comprenant trente-huit sous-états psychologiques négatifs, relève d’un classement arbitraire, ne reposant sur aucune étude empirique. La correspondance de ces états psychologiques avec des fleurs est tout aussi arbitraire. En ce sens, la démarche thérapeutique de conception de ces élixirs relève de la pseudo-science.

Les essais cliniques systématiques de remèdes à base de fleurs de Bach sur les êtres humains adultes n'ont pas montré d'effet au-delà de l'effet placebo.

Origine[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Edward Bach partait de l'hypothèse que l'équilibre émotionnel de l'individu avait un impact direct, positif ou négatif, sur sa propre santé physique, ce qu'une grande partie de la médecine moderne reconnait. Dans cette démarche, il s'est intéressé davantage à la personne dans sa globalité et à ses états émotionnels du moment qu'au détail des symptômes d'une maladie. Les élixirs floraux ont donc pour objectif principal de stimuler la vitalité et d'harmoniser la vie psychique de la personne, en agissant ainsi sur ses états émotionnels aigus ou de terrain.

Le procédé de fabrication[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Tout comme l'homéopathie, la thérapie florale se présente comme une thérapie globale de l'individu. Il existe deux méthodes de fabrication. L'une, nommée "solaire" où les fleurs sauvages sont cueillies et infusées dans de l'eau de source par l'action du soleil, pendant 3 heures. L'autre méthode est faite par ébullition. Dans ce cas, les fleurs sont recueillies à partir de plantes sauvages puis portées à ébullition durant trente minutes.

Protocole de détermination des caractéristiques des fleurs[modifier | modifier le code]

Bach déterminait les caractéristiques des fleurs par intuition et selon son inspiration. Il déclara qu'il lui suffisait de tenir une fleur ou de goûter un pétale pour connaître intuitivement sa qualité thérapeutique. Étant médecin, il utilisait ensuite les remèdes découverts auprès de ses patients. Néanmoins, aucune de ses fleurs n'a été étayée par expérimentation scientifique sur un échantillon significatif de gens, et le tout se base sur son "intuition"; sans argumentation scientifique[1].

Efficacité et controverses scientifiques[modifier | modifier le code]

Les essais cliniques systématiques de remèdes à base de fleurs de Bach sur les êtres humains adultes n'ont pas montré d'effet au-delà de l'effet placebo[2],[3].

Les recherches menées attribuent l'effet des fleurs de Bach sur les adultes et les enfants à son seul effet placebo. Celui-ci serait renforcé par l'introspection de l'état émotionnel du patient et fait d'être écouté du praticien, l'acte consistant à sélectionner et à prendre le remède agissant, dans cette hypothèse, comme un "rituel relaxant".

Selon une étude publiée en 2001 dans le Journal of Anxiety Disorders, les tests d'efficacité des « Fleurs de Bach » ne montrent pas d'effet supérieur au placebo[4],[5]. Une étude de 2005 a considéré inefficace le traitement par les fleurs de Bach pour l'hyperactivité chez l'enfant[6]. Selon Edzard Ernst, professeur de médecine complémentaire à l'université d'Exeter, « l'hypothèse selon laquelle les fleurs de Bach auraient un effet supérieur à un placebo n'est pas soutenue par les études cliniques rigoureuses réalisées »[7],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Monvoisin, « Fleurs de Bach : une action avérée sur l’esprit critique », sur pseudo-sciences.org,
  2. Thaler K, Kaminski A, Chapman A, Langley T, Gartlehner G, « Bach Flower Remedies for psychological problems and pain: a systematic review », BMC Complement Altern Med, vol. 9,‎ , p. 16 (PMID 19470153, PMCID 2695424, DOI 10.1186/1472-6882-9-16)
  3. Ernst E, « "Flower remedies": a systematic review of the clinical evidence », Wiener Klinische Wochenschrift, vol. 114, no 23–24,‎ , p. 963–966 (PMID 12635462)
  4. (en) H. Walach, C. Rilling, U. Engelke, « Efficacy of Bach-flower remedies in test anxiety: a double-blind, placebo-controlled, randomized trial with partial crossover », in Journal of Anxiety Disorders, volume 15, issue 4, pages 359-366, july 2001, PMID 11474820
  5. (en) Pintov S, Hochman M, Livne A, Heyman E, Lahat E, « Bach flower remedies used for attention deficit hyperactivity disorder in children — a prospective double blind controlled study », in European Journal of Paediatric Neurology, volume 9, issue 6, pages 395-398, 2005, PMID 16257245
  6. (en) Pintov S, Hochman M, Livne A, Heyman E, Lahat E. « Bach flower remedies used for attention deficit hyperactivity disorder in children — a prospective double blind controlled study » European Journal of Paediatric Neurology 2005;9(6):395-398. PMID 16257245
  7. « The hypothesis that flower remedies are associated with effects beyond a placebo response is not supported by data from rigorous clinical trials. » in (en) E. Ernst « “Flower remedies”: a systematic review of the clinical evidence » Wiener Klinische Wochenschrift 2002;114(23-24):963-966. PMID 12635462
  8. Monvoisin R., Fleurs de Bach : une action avérée sur l’esprit critique sur le site www.pseudo-sciences.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Alain Horvilleur, Fleurs de Bach et homéopathie – Le duo gagnant, Testez éditions, 2007
  • Annie Guibert, Fleurs de Bach, fleur de soi, Éditions Médicis, 2008
  • Marie-Dominique Lejosne, Fleurs de Bach, guide simple et pratique, Éditions d'Utovie, 2011
  • Dr Edward Bach, La guérison par les Fleurs, Éditions Le Courrier du Livre, 2010
  • Stefan Ball, Le guide des Fleurs de Bach, Éditions Larousse Poche, 2010
  • Nora Weeks, Les découvertes médicales d'Edward Bach, médecin, Éditions Le Courrier du Livre 2010
  • Dr Pascale Millier, Les Fleurs de Bach, Éditions Eyrolles Pratiques 2010
  • Mechthild Scheffer, Erika Laïs, Manuel complet des quintessences florales du Dr Edward Bach : Initiation, perfectionnement, Éditions Le Courrier du Livre, 2011

Ouvrages critiques[modifier | modifier le code]

  • Richard Monvoisin, Les fleurs de Bach, Enquête au pays des élixirs, Book-e-book.com, 2008 (ISBN 978-2-915312-14-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]