Portail:Nazisme/Sélection d'articles

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône pour souligner l'importance du texte
Un modèle est utilisé dans cette page pour changer le texte qui est différent chaque jour. Merci de ne pas modifier cette page à la légère.

Articles labellisés[modifier le code]

Ces articles ont été sélectionnés comme faisant honneur de façon exceptionnelle à Wikipédia, l'encyclopédie libre et gratuite. Ces articles satisfont à des critères stricts, mais vous pouvez encore les améliorer !

Article de qualité Articles de qualité sur le nazisme[modifier le code]

Bon article Bons articles sur le nazisme[modifier le code]


Articles de qualité[modifier le code]

Loi allemande des pleins pouvoirs de 1933

Dernière page de la loi des pleins pouvoirs, portant les signatures de Hindenburg, Hitler, Frick, von Neurath et von Krosigk.

La loi allemande des pleins pouvoirs de 1933, également connue sous le nom de loi d'habilitation ou sous sa dénomination officielle de Gesetz zur Behebung der Not von Volk und Reich vom 24. März 1933 (Loi du 24 mars 1933 de réparation de la détresse du peuple et du Reich), est une loi allemande qui donna à Adolf Hitler le droit de gouverner par décret, c'est-à-dire de promulguer des textes à portée législative sans approbation parlementaire.

La loi des pleins pouvoirs fut adoptée, le 23 mars, par le Reichstag, par 444 votes pour et 94 votes contre. Promulguée le lendemain pour une période renouvelable de quatre ans, elle resta en vigueur jusqu'à la chute du régime nazi, en mai 1945. Après la Reichstagsbrandverordnung (« décret sur l'incendie du Reichstag »), elle constitua la deuxième étape législative de la Gleichschaltung (« mise au pas »), qui déboucha sur l'instauration du système totalitaire nazi.

Reinhard Heydrich

Heydrich en 1940.

Reinhard Heydrich est un SS-Obergruppenführer allemand, criminel de guerre nazi, né le à Halle (Saxe) et mort le à Prague (protectorat de Bohême-Moravie). Au moment de sa mort, il est à la fois le directeur du Reichssicherheitshauptamt (RSHA) et le « vice-gouverneur » du Reich en Bohême-Moravie.

Adjoint direct de Heinrich Himmler dès 1933, il joue un rôle déterminant dans l'organisation de l'appareil répressif nazi et lors de l'élimination de la Sturmabteilung (SA) en tant que force politique, principalement lors de la nuit des Longs Couteaux à l’été 1934.

Il a également un rôle majeur dans l'organisation de la Shoah par la planification et le contrôle entre 1939 et 1942 de l'activité des Einsatzgruppen, dont la mission principale dans l'Est de l'Europe est l'extermination des Juifs par fusillade, et lors de la conférence de Wannsee qu'il préside le .

Ayant imprudemment choisi d’être peu protégé malgré son rang, il tombe dans un guet-apens sommaire organisé par la résistance tchécoslovaque. Il n'est que légèrement atteint par l'explosion d’une bombe artisanale, se remet progressivement mais finit par mourir une semaine plus tard, son état s'étant subitement dégradé à cause d’une surinfection inattendue de ses blessures. Sa disparition prive le régime hitlérien d'un dirigeant particulièrement efficace. En effet, homme très déterminé, il était depuis 1931 un maillon essentiel de la terreur nazie.

Nuit des Longs Couteaux

Emblème de la Sturmabteilung (SA).

La nuit des Longs Couteaux est l'expression généralement utilisée pour faire référence aux assassinats perpétrés par les nazis en Allemagne, au sein même de leur mouvement, entre le vendredi et le lundi , et plus spécifiquement pendant la première nuit, du au .

Depuis son accession au pouvoir, Hitler est confronté à des tensions croissantes qui opposent les milieux conservateurs et la Reichswehr à la Sturmabteilung (SA), dirigée par Ernst Röhm, avec lequel il entretient des relations amicales. La violence et la terreur de rue exercées par la SA, essentiellement entre 1926 et 1933, ont été précieuses dans sa conquête du pouvoir et immédiatement après celle-ci, au prix de plusieurs centaines d'assassinats. Cependant en 1934, elle est de moins en moins acceptable pour Hitler qui veut stabiliser son régime et qui a besoin de l'appui des partis conservateurs et de l'armée, notamment dans la perspective de la succession du président Paul von Hindenburg.

Officiellement destinée à contrer une tentative de coup d'État de Röhm, inventée de toutes pièces par Heinrich Himmler, Reinhard Heydrich et Hermann Göring, cette purge permet à Hitler de briser définitivement toute velléité d'indépendance de la SA, débarrassant ainsi le mouvement nazi de son aile populiste, qui souhaitait que la révolution politique fût suivie par une révolution sociale. Elle frappe aussi les milieux conservateurs, essentiellement de la droite catholique.

Après plusieurs mois d'hésitation et de tergiversations, la purge débute par l'irruption de Hitler, pistolet au poing, à l'hôtel Hanselbauer à Bad Wiessee, où se trouvent Röhm et de nombreux responsables de la SA.

Les assassinats sont perpétrés dans toute l'Allemagne, particulièrement à Munich sous la responsabilité de Sepp Dietrich, et à Berlin sur les ordres de Göring et Himmler. Ils font au moins deux cents victimes, dont Röhm et l'ancien chancelier Kurt von Schleicher. Commis en dehors de tout cadre légal, ces meurtres sont légitimés par une loi rétroactive du , avec l'accord de tous les membres du gouvernement, au sein duquel les nazis sont pourtant minoritaires.

Cette purge est globalement appréciée par les dirigeants et la population allemande, elle fait apparaître Hitler comme le garant de l'ordre public. La nuit des Longs Couteaux assure à Hitler le soutien de la Reichswehr, des milieux conservateurs traditionnels, malgré les victimes issues de leurs rangs, des grands financiers et industriels, hostiles à des réformes sociales de grande ampleur, tout en créant un climat de terreur vis-à-vis de tous les opposants au régime. Après le décès de Hindenburg, le , Hitler cumule les fonctions de chef de l'État, du gouvernement, du parti nazi et de commandant suprême des forces armées.

Léon Degrelle

Léon Degrelle.jpg

Léon Joseph Marie Ignace Degrelle ( à Bouillon, Belgique à Malaga, Espagne) a été un écrivain, journaliste et directeur de presse au sein de la mouvance catholique belge.

Il entama ensuite une carrière politique, en fondant le mouvement Rex, au départ parti nationaliste proche des milieux catholiques, qui devint rapidement un parti fasciste, puis durant la Seconde Guerre mondiale, se rapprocha du national-socialisme, pour finir dans la collaboration avec l'occupant allemand.

Combattant sur le front de l'Est avec la 28e division SS Wallonie, il termina la guerre en tant que SS-Sturmbannführer et Volksführer der Wallonen. Exilé en Espagne en 1945 et naturalisé en 1954, il y vécut près de cinquante années. Construisant sa propre légende et s'érigeant comme défenseur ardent du nazisme et des thèses négationnistes, il s'imposa comme une référence de l'extrême droite.

Massacre de Tulle

Le massacre de Tulle désigne les crimes commis dans la ville de Tulle par la 2e division SS Das Reich en , à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Après une offensive des FTP, le 7 et 8 juin 1944, au cours de laquelle les troupes allemandes assassinent dix-huit gardes-voies, l'arrivée d'éléments de la Das Reich contraint les maquisards à évacuer la ville.

Le , après avoir raflé les hommes de seize à soixante ans, les SS et des membres du Sipo-SD vouent 120 habitants de Tulle à la pendaison, dont 99 sont suppliciés. Dans les jours qui suivent, 149 hommes sont déportés à Dachau, où 101 perdent la vie.

Au total, les crimes de la Wehrmacht, de la Waffen-SS et du Sipo-SD font 213 victimes civiles à Tulle.

Massacre d'Oradour-sur-Glane

Oradour-sur-Glane a été conservé « en l'état »

Le massacre d'Oradour-sur-Glane désigne la destruction, le , de ce village de la Haute-Vienne, situé à environ vingt kilomètres au nord-ouest de Limoges, et le massacre de sa population (642 victimes), par un détachement du 1er bataillon du 4e régiment de Panzergrenadier Der Führer appartenant à la Panzerdivision Das Reich de la Waffen-SS. Il s'agit du plus grand massacre de civils commis en France par les armées allemandes, assez semblable à celui de Marzabotto perpétré en Italie, qui transpose sur le front de l'Ouest des pratiques courantes sur le front de l'Est.

Ces événements marquèrent profondément les consciences ; leurs conséquences judiciaires suscitèrent une vive polémique, notamment à la suite de l'amnistie accordée aux Alsaciens « Malgré-nous » qui avaient participé au massacre. Depuis 1999, le souvenir des victimes est commémoré par le Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane, situé non loin des ruines du village à peu près conservées en l'état.

Massacre de Baugnez

Le mémorial à Baugnez. Chacune des pierres noires rectangulaires insérées dans le mur porte le nom d'une victime.

Le Massacre de Baugnez est un crime de guerre commis le par une unité allemande, le Kampfgruppe Peiper qui, au cours de la bataille des Ardennes, a assassiné des prisonniers de guerre américains désarmés à un carrefour situé à quelques kilomètres au sud de la ville de Malmedy en Belgique.

D'un point de vue historiographique cet événement est généralement connu sous le nom de « massacre de Malmedy », ce bien que la ville n'ait jamais été atteinte au cours de l'offensive. Ce crime de guerre, qui s'inscrit dans une suite de crimes perpétrés par la même unité au cours de la même journée et des jours suivants a fait l’objet d’un jugement rendu par le Tribunal militaire international de Dachau lors d'un procès tenu en 1946.

Bons articles[modifier le code]

Totalitarisme

Le totalitarisme est le système politique des régimes à parti unique, n'admettant aucune opposition organisée, dans lequel l'État tend à confisquer la totalité des activités de la société. Concept forgé au XXe siècle, durant l'entre-deux-guerres, le totalitarisme signifie étymologiquement « système tendant à la totalité, à l'unité ».

L'expression vient du fait qu'il ne s'agit pas seulement de contrôler l'activité des hommes, comme le ferait une dictature classique : un régime totalitaire tente de s'immiscer jusque dans la sphère intime de la pensée, en imposant à tous les citoyens l'adhésion à une idéologie obligatoire, hors de laquelle ils sont considérés comme ennemis de la communauté.

Les caractéristiques habituellement retenues pour caractériser le totalitarisme sont : une idéologie imposée à tous, un parti unique contrôlant l'appareil d'État, dirigé idéalement par un chef charismatique, un appareil policier recourant à la terreur, une direction centrale de l'économie, un monopole des moyens de communication de masse et un monopole des forces armées.

Boycott antisémite de 1933 en Allemagne

Membres de la SA apposant des pancartes sur la vitrine d'un commerce juif.

Le boycott antisémite du 1er avril 1933 fut organisé par les nazis en Allemagne, quelques semaines après l'accession d'Adolf Hitler au poste de chancelier, le 30 janvier 1933. Première manifestation antisémite d'envergure organisée par les nazis après leur arrivée au pouvoir, il fut la prémisse et le prétexte de la mise en place de législations antisémites, comme la loi allemande sur la restauration de la fonction publique du 7 avril 1933. Il constitua également l'une des étapes qui débouchèrent sur la Shoah.

Theodor Eicke

Theodor Eicke

Theodor Eicke ( - ) est un dirigeant nazi notamment connu pour avoir participé à l'assassinat d'Ernst Röhm lors de la Nuit des longs couteaux.

Il fut l’un des principaux responsables de la création et de l’organisation des système concentrationnaire nazi. SS-Obergruppenführer, il commandait la 3e Panzerdivision SS Totenkopf de la Waffen-SS. Theodor Eicke fut tué le au cours d’une reconnaissance aérienne au-dessus de la Russie.

Anschluss

Au 12 mars 1938, le territoire de l'Autriche (en rouge) et le Reich allemand (en rose).

L’Anschluss ou Anschluß (en traduction littérale : « raccordement », « rattachement ») est un terme allemand qui désigne l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie.

Les événements de 1938 marquent le point culminant des pressions de l'Allemagne et des nazis autrichiens pour unifier les populations allemandes et autrichiennes au sein d’une même nation. Dans les années précédant l’Anschluss, l’Allemagne nazie a soutenu le parti nazi autrichien dans sa tentative de conquérir le pouvoir et de doter l’Autriche d’un gouvernement nazi. Totalement attaché à l’indépendance de son pays, mais soumis à des pressions grandissantes, le chancelier autrichien, Kurt Schuschnigg, tente d’organiser un référendum pour demander à la population autrichienne si elle souhaite rester indépendante ou être incorporée à l’Allemagne.

Alors que le chancelier espère un résultat favorable au maintien de l’indépendance de l’Autriche, le parti nazi autrichien organise un coup d'État, planifié de longue date, le , peu avant le référendum, qui est annulé. Les troupes de la Wehrmacht entrent en Autriche le pour mettre en œuvre l’annexion, sans rencontrer la moindre opposition. Au cours du mois suivant, les nazis organisent un plébiscite, demandant au peuple de ratifier le rattachement de l’Autriche au Reich, qui, de facto, a déjà eu lieu : 99 % des votes ont été favorables à l'annexion.

Bien que les Alliés de la Première Guerre mondiale soient, en théorie, responsables du respect des termes du traité de Versailles et du traité de Saint-Germain-en-Laye, qui prohibent une union entre l’Allemagne et l’Autriche, l'Anschluss ne suscite que peu de réactions. Les deux principales puissances, la France et le Royaume-Uni, n'émettent que des protestations diplomatiques qui n'ont aucun effet.

L’Anschluss est une des étapes majeures dans la création, voulue depuis longtemps par Adolf Hitler, d’un Reich regroupant les pays et territoires germanophones. Après l’annexion de l’Autriche, le Troisième Reich s’empare en du territoire des Sudètes, en Tchécoslovaquie (suite aux accords de Munich), le reste du pays étant divisé en mars 1939 entre 2 protectorats allemands : le protectorat de Bohême-Moravie et la République slovaque. En 1939, l’Allemagne annexe également le territoire de Memel, en Lituanie, ce qui constitue le dernier agrandissement territorial du Troisième Reich sans affrontement, avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

L'Anschluss entraîne une profonde « nazification » de la société autrichienne et l’Autriche cesse d’exister en tant qu’État indépendant jusqu’en 1945. Considérée comme « la première victime du nazisme » par les Alliés, l'Autriche est dotée d'un gouvernement provisoire le , lors de sa libération par l'Armée rouge, et est divisée en quatre zones d'occupation chacune administrée par une des forces alliées également présentes en Allemagne. Elle retrouve sa pleine souveraineté en 1955.

Waffen-SS

Emblème de la Waffen-SS.

La Waffen-SS (littéralement « arme de l'escadron de protection ») fut la branche militaire de la Schutzstaffel (SS), dont elle constitua l'une des composantes avec l'Allgemeine SS et le Sicherheitsdienst (SD).

Elle fut conçue à l'origine par Heinrich Himmler comme une armée politique, uniquement constituée de nationaux-socialistes convaincus, soumis à de sévères critères de sélection notamment basés sur les théories raciales nazies. Au fil du temps, et surtout à partir de la fin de l'année 1942, elle intégra des troupes de toutes origines, des Volksdeutsche (personnes d'origine germanique mais hors du Reich) dans une première phase, puis des personnes essentiellement issues des pays occupés, de la Belgique à l'Albanie, du Danemark à l'Ukraine, sans se soucier de leur éventuelle origine germanique. Ces unités non-allemandes furent largement majoritaires à partir de 1944, avec près de 700 000 hommes sur un total de près d'un million de membres de la Waffen-SS pendant toute la durée du conflit. Avec des motivations diverses, allant de l'engagement nazi aux conflits ethniques locaux, les unités étrangères de la Waffen-SS furent un appoint important aux opérations militaires allemandes.

Présentes sur tous les fronts de 1939 à 1945, à l'exception de l'Afrique du Nord, les unités de la Waffen-SS se révélèrent de qualité variable : nombre d'entre elles firent preuve d'une grande combativité, essentiellement sur le front de l'Est, à partir de 1943. Elles se singularisèrent par le nombre de leurs exactions sur tous leurs théâtres d'opérations.

Kurt Gerstein

Kurt Gerstein ( à Munster, Allemagne - à Paris, France), ingénieur des mines allemand, militant chrétien anti-nazi mais cependant membre du parti, a été affecté pendant la Seconde Guerre mondiale à l'Institut d'Hygiène de la SS, département « hygiène de l'eau », à Berlin.

Il a été le témoin, en août 1942, d'un gazage homicide dans le camp d'extermination de Belzec, en Pologne. Il a contacté un diplomate suédois et des personnalités religieuses afin qu'ils alertent les dirigeants politiques et le pape Pie XII sur la destruction des juifs d'Europe, mais sans succès. En 1945, il en a fourni un récit qui forme le cœur de son « rapport » aux Alliés. Le dramaturge Rolf Hochhuth a écrit, dans les années 1960, une pièce de théâtre (Der Stellvertreter. Ein christliches Trauerspiel, en français : Le Vicaire) sur la base du témoignage de Kurt Gerstein, lui faisant une renommée mondiale. En 2002, Costa Gavras s'est inspiré de cette pièce pour son film Amen.

Anne Frank

Statue d'Anne Frank à Utrecht, par Pieter d'Hont, faite en 1959.

Annelies Marie Frank, plus connue sous le nom d’Anne Frank, née le à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, sous la République de Weimar, ayant vécu la majeure partie de sa vie aux Pays-Bas et morte en ou (environ deux mois avant la capitulation allemande) à Bergen-Belsen en Allemagne nazie, fut une adolescente allemande juive ayant écrit un journal intime, rapporté dans le livre Le Journal d'Anne Frank, alors qu'elle se cachait avec sa famille et quatre amis à Amsterdam pendant l'occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale dans le but d'éviter la Shoah.

La famille quitte Francfort pour Amsterdam à la fin de l’année 1933 afin d'échapper aux persécutions nazies à l'encontre des Juifs qui se multiplient depuis l’arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler en janvier. Alors que les dangers s'intensifient à Amsterdam occupé par les Allemands depuis mai 1940, les Frank se cachent en juillet 1942 dans un appartement secret aménagé dans l'Annexe de l'entreprise Opekta d'Otto Frank, le père. Anne a alors treize ans environ. Après deux ans passés dans ce refuge, le groupe est trahi et déporté vers les camps d'extermination nazis. Sept mois après son arrestation, Anne meurt du typhus dans le camp de Bergen-Belsen quelques jours après le décès de sa sœur Margot.

Son père Otto, l'unique survivant du groupe, revient à Amsterdam à la fin de la guerre et apprend que le journal d'Anne dans lequel elle relate sa vision des événements depuis le 12 juin 1942 jusqu'au 1er août 1944 a été préservé. Convaincu du caractère unique de l'œuvre de sa fille, Otto décide de la faire éditer et le texte original en néerlandais est publié en 1947 sous le titre Het Achterhuis : Dagboekbrieven van 12 Juni 1942 – 1 Augustus 1944 (L'arrière-cour : notes du journal du au 1er août 1944).

Décrit comme le travail d'un esprit mûr et perspicace, l'œuvre donne un point de vue intime et particulier sur la vie quotidienne pendant l'occupation par les nazis et ce journal d'une adolescente au destin tragique a fait d'Anne Frank l'une des victimes emblématiques de la Shoah.

En effet ce journal a été traduit du néerlandais en de nombreuses langues ; il est devenu l'un des livres les plus lus dans le monde et plusieurs films, téléfilms, pièces de théâtre et opéras en ont été tirés.

Les Bienveillantes

Les Bienveillantes est un roman en langue française de l’écrivain français d’origine américaine Jonathan Littell, paru en . Il s’agit des mémoires d’un personnage fictif, Maximilien Aue, qui a participé aux massacres de masse nazis comme officier SS.

Le livre est l’un des principaux ouvrages de la rentrée littéraire de 2006 : le , il obtient le grand prix du roman de l'Académie française, suivi du prix Goncourt dix jours plus tard. À la fin 2007, le livre avait été vendu à plus de sept cent mille exemplaires. C'était sans compter la réédition du roman, revu par l'auteur, dans la collection « Folio » (no 4685) en et les éditions en langues étrangères.

Inglourious Basterds

Eli Roth, Mélanie Laurent et Lawrence Bender.

Inglourious Basterds (Le Commando des bâtards au Québec) est un film de guerre uchronique américain écrit et réalisé par Quentin Tarantino, sorti en 2009. L'histoire se déroule en France durant la Seconde Guerre mondiale et narre la vengeance d'une jeune juive (Mélanie Laurent) dont la famille a été assassinée par les nazis ainsi que les plans d'un commando de soldats juifs Alliés mené par le lieutenant Aldo Raine (Brad Pitt) pour éliminer des hauts dignitaires allemands.

Tarantino a commencé à écrire le scénario du film plus de dix ans avant sa sortie mais, ayant des difficultés à le terminer, a réalisé Kill Bill et Boulevard de la mort avant d'achever ce projet de longue date. Le film a été tourné en France et en Allemagne à la fin de l'année 2008. Présenté pour la première fois en compétition officielle au Festival de Cannes 2009, le film a été un succès commercial et critique et a reçu de multiples récompenses, notamment à travers l'acteur Christoph Waltz, qui a été honoré de nombreux prix pour son interprétation d'un officier SS.

Le titre du film est un hommage au titre anglophone d'Une poignée de salopards (The Inglorious Bastards, 1978), un film de guerre italien réalisé par Enzo G. Castellari, qui s'inspirait lui-même en partie des Douze salopards (1967). Si le film de Tarantino a été, par erreur, annoncé comme un remake de celui de Castellari, les deux long-métrages ont des scénarios très dissemblables. Le titre du film de Tarantino se distingue de l'original par deux fautes d'orthographe volontaires (Inglourious Basterds), lesquelles jouent également sur les accents, qui sont un élément de l'œuvre.

Articles non labellisés[modifier le code]

Adolf Hitler

Adolf Hitler en 1937

Adolf Hitler, né le à Braunau am Inn en Autriche (alors en Autriche-Hongrie) et mort par suicide le à Berlin, est un homme politique allemand d’origine autrichienne, fondateur et figure centrale du nazisme, instaurateur de la dictature totalitaire du Troisième Reich.

Porté à la tête de l’Allemagne par le NSDAP dont il prend la direction en 1921, il est nommé chancelier du Reich le 30 janvier 1933, puis se fait plébisciter en 1934 comme président, titre qu’il délaissa pour celui de Führer (« guide »). Sa politique expansionniste fut à l'origine du volet européen de la Seconde Guerre mondiale, pendant lequel il fit perpétrer de très nombreux crimes contre l’humanité, dont le génocide des Juifs d’Europe occupée reste le plus marquant.

L’ampleur sans précédent des destructions, des pillages et des crimes de masse dont il fut le responsable, tout comme le racisme radical singularisant sa doctrine et l'inhumanité exceptionnelle des traitements infligés à ses victimes, lui ont valu d'être considéré de manière particulièrement négative par l'historiographie, par la mémoire collective et par la culture populaire en général. Son nom et sa personne font figure de symboles répulsifs.

Lire cet article

Erwin Rommel

Erwin Johannes Eugen Rommel ( à Heidenheim - à Herrlingen) est un général allemand de la Seconde Guerre mondiale. Il mena une brillante carrière d'officier militaire durant plus de trente ans et servit dans les différentes armées allemandes de son époque. Il est l'un des seuls grands généraux allemands à n'avoir commis aucun crime contre l'humanité, ni de crime de guerre.

Plus de soixante ans après sa mort, il personnifie encore le soldat allemand exemplaire, qui inspire le respect aussi bien pour sa formidable maîtrise de l'art de la guerre que pour s'être montré réservé avec le régime nazi. Rommel a en effet toujours ignoré les ordres qu'il a pu recevoir sur la capture des Juifs. Néanmoins, à la lumière des archives et notamment des correspondances privées de Rommel, comme des rapports officiels, l'ouvrage de Benoît Lemay remet en question cette image apologétique. En réalité, Rommel a été un partisan convaincu du Führer qui lui est resté fidèle jusqu'à la fin et sa gloire est redevable en partie à la propagande nazie qui en a fait un « dieu de la guerre » issu du peuple.

Suite à sa campagne en Afrique du Nord, il fut surnommé, aussi bien par ses compatriotes que ses adversaires, « le Renard du désert » (ou Wüstenfuchs en allemand). Il dirigea de 1941 à 1943 l'armée allemande d'Afrique du Nord, connue sous les noms successifs d'Afrika Korps (DAK, à partir du ), PanzerGruppe Afrika ( suite à la fusion avec les troupes italiennes), PanzerArmee Afrika (), et enfin HeeresGruppe Afrika (du à l'évacuation ou la reddition des troupes de l'Axe d'Afrique du Nord le , Rommel quittant définitivement l'Afrique le 7 mars de la même année).

Soupçonné d'être impliqué dans le Complot du 20 juillet 1944 visant à assassiner Adolf Hitler, dans lequel il n'a en réalité joué aucun rôle, Erwin Rommel est contraint au suicide par empoisonnement le .

Troisième Reich

Le Troisième Reich était l'État allemand dirigé par Adolf Hitler de 1933 à 1945.

Hitler était chef du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) qui monopolisa le pouvoir et mit en place un régime totalitaire.

Ce régime dura douze ans, de la nomination de Hitler comme chancelier le 30 janvier 1933 à la capitulation sans condition du Reich le 8 mai 1945 — suivie de l'arrestation le 23 mai du dernier gouvernement nazi dirigé par Karl Dönitz —. La propagande affirmait que le Troisième Reich devait durer mille ans. Il en dura douze, la République de Weimar n'ayant d'ailleurs jamais été formellement abrogée par les nazis.

État policier et de type totalitaire, reposant avant tout sur le pouvoir charismatique exercé par son Führer Adolf Hitler, le Troisième Reich fut responsable du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en Europe, pendant laquelle il perpétra, entre autres crimes de masse, le génocide des Juifs d'Europe. En 1945, il laisse une Allemagne en ruines et occupée par les forces alliées. Ses principaux dirigeants furent jugés lors du procès de Nuremberg.

Lire cet article

Incendie du Reichstag

La fenêtre par laquelle Marinus van der Lubbe serait entré dans le Reichstag

L’incendie du Reichstag, ou Reichstagsbrand en allemand, est l'incendie criminel du Palais du Reichstag, siège du parlement allemand à Berlin, dans la nuit du 27 au .

Immédiatement exploité par les nazis à des fins politiques, il est suivi par la proclamation de la Reichstagsbrandverordnung qui suspend sine die les libertés individuelles et par une campagne de répression principalement dirigée contre les communistes allemands, que les nazis accusent d'être à l'origine du sinistre, début de la révolte communiste selon Hermann Göring.

L'identité du ou des incendiaires a fait l'objet de nombreux débats. Les historiens sont toujours partagés entre la thèse l'attribuant au seul communiste conseilliste hollandais Marinus van der Lubbe et celle l'imputant aux nazis.

Lire cet article

Parti national-socialiste des travailleurs allemands

Emblème du NSDAP.

Le NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei, Parti national-socialiste des travailleurs allemands), souvent dénommé Parti nazi, était un parti politique allemand d’extrême droite fondé au début des années 1920. Il est arrivé au pouvoir le 30 janvier 1933 avec la nomination de son leader au titre de chancelier de l'Allemagne, Adolf Hitler, par le maréchal Von Hindenburg, Président du Reich. Le terme « nazi » (abréviation péjorative de l'allemand national-sozialistisch) est utilisé en référence aux membres de ce parti ou aux adhérents de l'idéologie politique du nazisme.

Apparu au début de la République de Weimar, le NSDAP demeura la seule force politique autorisée dans l'Allemagne nazie de juillet 1933 jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale en mai 1945. Le parti fut alors déclaré illégal et ses représentants arrêtés et jugés au procès de Nuremberg. Ce dernier condamna le parti nazi en tant que tel et le reconnut comme organisation criminelle. Les vainqueurs procédèrent ensuite à une dénazification de la société allemande.

Lire cet article

Heinrich Himmler

Heinrich Luitpold Himmler (, Munich - 23 mai 1945, Lüneburg), fut l'un des hommes les plus puissants du Troisième Reich. Il était le maître absolu de la SS (Reichsführer-SS) et le chef de toutes les polices allemandes (Chef der Deutschen Polizei), dont la Gestapo. Il est également considéré comme le Jahrhundertmörder (« le meurtrier du Siècle ») par certains auteurs allemands. Il se suicide le 23 mai 1945 pour échapper à un procès.

Himmler porta la responsabilité la plus lourde dans la liquidation de l'opposition en Allemagne nazie et dans le régime de terreur qui régna dans les pays occupés. Les camps de concentration dépendaient directement de son autorité et il fut le principal responsable de la destruction des Juifs d'Europe.

Lire cet article

Horst-Wessel-Lied

Le Horst-Wessel-Lied (Chant de Horst Wessel) était, sous le nazisme, l'hymne officiel des SA puis du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP). Il a été constamment joué et chanté sous le Troisième Reich et son interprétation était obligatoire avant chaque concert de musique classique.

Le texte du Horst-Wessel-Lied avait été écrit par le jeune SA Horst Wessel, abattu en 1930 dans un échange de coups de feu avec des communistes. Depuis 1945 la loi allemande interdit de chanter le Horst-Wessel-Lied ou d'en jouer un enregistrement en public. Cette interdiction, qui découle directement du Procès de Nuremberg, concerne aussi la mélodie. Une interprétation avec d'autres paroles est donc tout aussi illégale.

Lire cet article

Conférence de Wannsee

La conférence de Wannsee est une réunion qui eu lieu le , à Berlin, réunissant quinze hauts responsables du Troisième Reich, représentant les principaux ministères, le parti nazi et la SS. L'objet de la conférence porta sur l'organisation administrative, technique et économique de l'extermination des Juifs d'Europe, voulue par Adolf Hitler. La conférence est organisée et présidée par Reinhard Heydrich suite à une instruction de Hermann Göring.

Au moment où la conférence se tint, la Shoah avait déjà débuté depuis plusieurs mois : les Einsatzgruppen assassinaient les Juifs par dizaines de milliers, les premiers camps d'extermination, dans lesquels le gazage était utilisé, fonctionnaient. Présidée par Reinhard Heydrich, la conférence dura moins de deux heures. Si elle ne fut pas, à proprement parler, décisive, elle marque le ralliement de l'ensemble de l'appareil d'état à la politique d'extermination des Juifs décidée par Hitler. Elle est notamment connue via son compte-rendu, rédigé par Adolf Eichmann.

Lire cet article

Shoah

Le terme Shoah (hébreu : השואה, « catastrophe ») désigne l'extermination par l'Allemagne nazie des trois quarts des Juifs de l'Europe occupée, soit les deux tiers de la population juive européenne totale et environ 40 % des Juifs du monde, pendant la Seconde Guerre mondiale ; ce qui représente entre cinq et six millions de victimes selon les estimations des historiens. Ce génocide des Juifs constituait pour les nazis « la Solution finale à la question juive » (die Endlösung der Judenfrage). Le terme d’Holocauste est également utilisé principalement dans l'historiographie anglo-saxonne. Le terme « judéocide » est également utilisé par certains auteurs pour qualifier la Shoah, vocable qui domine dans l'historiographie francophone depuis le film éponyme de Claude Lanzmann.
Destruction du ghetto de Varsovie, avril 1943.

L'extermination des Juifs fut perpétrée par la faim dans les ghettos de Pologne et d'URSS occupées, par les fusillades massives des unités mobiles de tuerie des Einsatzgruppen sur le front de l'Est, au moyen de l'extermination par le travail forcé dans les camps de concentration, et dans les camps d'extermination.

L'horreur de ce crime de masse a conduit, après-guerre, à l'élaboration des notions juridiques de crime contre l'humanité et de génocide, utilisé postérieurement dans d'autres contextes comme le génocide arménien, ou le génocide des Tutsi au Rwanda.

Lire cet article

Camp de concentration

L'expression « camp de concentration » fut créée à la fin du XIXe siècle. La première utilisation de ce terme se fit à propos de la Seconde Guerre des Boers, comme innovation britannique. Il était inspiré du terme espagnol « re-concentration », utilisé par les Espagnols pendant la guerre avec Cuba (1895-1898).

On nomme camp de concentration un centre de détention de grande taille créé pour des opposants politiques, des résidents d'un pays ennemi, des groupes ethniques ou religieux spécifiques, des civils d'une zone critique de combats, ou d'autres groupes humains, souvent pendant une guerre. Le terme se réfère à une situation où les détenus sont sélectionnés pour leur conformité à des critères généraux, sans procédure juridique, plutôt qu'en raison d'un jugement individuel. Bien que le régime nazi ait mis en place une confusion en utilisant le terme de camp de concentration pour désigner certains de ses camps d'extermination, il convient de les distinguer, même si les conditions de détention dans les camps de concentration peuvent mener à des niveaux de morbidité et de mortalité anormalement élevés.

Le narrateur du Temps retrouvé, Marcel Proust, mentionne l'existence en France de camps de concentration lors de la Première Guerre mondiale, où furent internés les civils allemands présents sur le sol français lors de la déclaration de guerre.

Bien qu'en France la plupart des camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale soient imputables au gouvernement de Vichy, celui de Gurs, destiné à regrouper les personnes de nationalité allemande (dont plusieurs se trouvèrent être des réfugiées du nazisme) fut l'œuvre de la Troisième République.

Lire cet article

Camps d'extermination nazis

Localisation des camps d'extermination nazis.

Un camp d’extermination est un lieu organisé pour l’exécution en masse de personnes. Ce terme désigne généralement les camps d’extermination du régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils se distinguent des camps de concentration par leur unique activité : l'assassinat de masse et prennent la relève des activités des Einsatzgruppen.

Les camps d’extermination nazis réalisent la mise en pratique de méthodes industrielles pour le massacre organisé, essentiellement des juifs. Cette politique d’extermination fut appelée « la solution finale de la question juive » par les fonctionnaires nazis, finalisée lors de la conférence de Wannsee le . Le premier camp d'extermination fut celui de Chełmno qui ouvrit dans le Warthegau en décembre 1941. Il fut suivi par Bełżec, Sobibor, Treblinka, Auschwitz–Birkenau et Majdanek, les deux derniers étant intégrés à des camps de concentration préexistants. Le plus grand camp d'extermination fut celui d'Auschwitz-Birkenau. Au total, près de 3 millions de personnes y furent assassinées.

Lire cet article

Procès de Nuremberg

Procès de Nuremberg. De gauche à droite : premier rang : Göring, Hess, von Ribbentrop, Keitel ; second rang : Dönitz, Raeder, von Schirach, Sauckel.

Le procès de Nuremberg fut intenté contre 24 des principaux responsables du régime nazi, accusés de complot, crime contre la paix, crime de guerre et crime contre l’humanité. Il se tint à Nuremberg du au .

Ce procès se déroula sous la juridiction du Tribunal militaire international de Nuremberg, créé en exécution de l’accord signé le par les gouvernements des États-Unis d’Amérique, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, de l’Union des républiques socialistes soviétiques et par le gouvernement provisoire de la République française, afin de juger pour leurs actes les dirigeants du IIIe Reich

Croix gammée nazie

Nuit et brouillard

Les directives sur la poursuite pour infractions contre le Reich ou contre les forces d’occupation dans les territoires occupés (Richtlinien für die Verfolgung von Straftaten gegen das Reich oder die Besatzungsmacht in den besetzten Gebieten) sont un décret du 7 décembre 1941 signé par le maréchal Wilhelm Keitel et ordonnant la déportation pour tous les ennemis ou opposants du Reich, dans le cadre de dispositions dites « Nuit et brouillard » (en allemand Nacht und Nebel, ou NN).

En application de ce décret, toutes les personnes représentant un danger pour la sécurité de l'armée allemande (saboteurs, résistants) seraient transférées en Allemagne et disparaîtraient dans le secret absolu.

Un film documentaire, éponyme a été réalisé par Alain Resnais, à l'initiative d'Henri Michel.

Lire cet article

Diktat

Diktat est un terme venant d'un mot allemand signifiant « chose dictée ». C'est le terme utilisé pour qualifier le Traité de Versailles, imposé sans négociation, en 1919, à l'Allemagne, par les vainqueurs de la Première Guerre mondiale, dont la France.

Le terme a acquis un sens nettement péjoratif, pour désigner une volonté dictée par un étranger ou une puissance étrangère. Imposer ses valeurs, ou donner des ordres peuvent être synonymes de lancer un diktat.

Dans l'histoire, l'expression trouverait ses origines dans le dictatus papæ, qui tente de résoudre la lutte du sacerdoce et de l'Empire dans le Saint-Empire romain germanique.
Lire cet article

Chambre à gaz

Ancienne chambre à gaz du camp de concentration de Dachau

La chambre à gaz est un dispositif destiné à donner la mort, consistant en une pièce hermétiquement close dans laquelle un gaz toxique ou asphyxiant est introduit. L'agent toxique le plus communément utilisé est le cyanure d'hydrogène. Les chambres à gaz sont une méthode d'exécution de la peine de mort aux États-Unis depuis le début des années 1920. En Allemagne, elles furent utilisées à large échelle par le programme génocidaire des nazis.

Lire cet article

Hermann Göring

Hermann Göring durant le Procès de Nuremberg.

Hermann Wilhelm Göring (, Rosenheim - , Nuremberg) est un aviateur et un homme politique allemand, qui jouait un rôle de premier plan dans le gouvernement de l'Allemagne nazie.

Actif dans les « questions juives », Göring joue un rôle très important dans les persécutions antisémites et en particulier dans l'aryanisation (spoliation) des biens juifs, accélérée en 1938-1939. Après la nuit de Cristal organisée par Goebbels (9 novembre 1938), il s'efforce de ne pas être en reste et inflige cyniquement une amende exorbitante de un milliard de marks aux Juifs pour les « désordres » et les dégâts matériels du pogrom. Il encourage leur émigration forcée. C'est sur son initiative que sont créés les premiers camps de concentration. Il missionne Reinhard Heydrich par un ordre du 31 juillet 1941 de prendre toutes les mesures nécessaires à la mise en place de d'une solution finale de la question juive.

Jugé en 1945, lors du procès de Nuremberg Göring est condamné à mort pour plan concerté ou complot, crimes contre la paix, crimes de guerres et crimes contre l'humanité. Le , pour échapper à l'humiliation de la pendaison, Hermann Göring s'empoisonne dans sa cellule à l’aide d’une capsule de cyanure.
Lire cet article

Aperçu sur la page[modifier le code]

Heydrich en 1940.

Reinhard Heydrich est un SS-Obergruppenführer allemand, criminel de guerre nazi, né le à Halle (Saxe) et mort le à Prague (protectorat de Bohême-Moravie). Au moment de sa mort, il est à la fois le directeur du Reichssicherheitshauptamt (RSHA) et le « vice-gouverneur » du Reich en Bohême-Moravie.

Adjoint direct de Heinrich Himmler dès 1933, il joue un rôle déterminant dans l'organisation de l'appareil répressif nazi et lors de l'élimination de la Sturmabteilung (SA) en tant que force politique, principalement lors de la nuit des Longs Couteaux à l’été 1934.

Il a également un rôle majeur dans l'organisation de la Shoah par la planification et le contrôle entre 1939 et 1942 de l'activité des Einsatzgruppen, dont la mission principale dans l'Est de l'Europe est l'extermination des Juifs par fusillade, et lors de la conférence de Wannsee qu'il préside le .

Ayant imprudemment choisi d’être peu protégé malgré son rang, il tombe dans un guet-apens sommaire organisé par la résistance tchécoslovaque. Il n'est que légèrement atteint par l'explosion d’une bombe artisanale, se remet progressivement mais finit par mourir une semaine plus tard, son état s'étant subitement dégradé à cause d’une surinfection inattendue de ses blessures. Sa disparition prive le régime hitlérien d'un dirigeant particulièrement efficace. En effet, homme très déterminé, il était depuis 1931 un maillon essentiel de la terreur nazie.

Autres articles sélectionnés au sein du portail Nazisme