Terreur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

« La cruauté impressionne. La cruauté et la force brutale. L'homme de la rue n'est impressionné que par la force et la brutalité. La terreur est la méthode la plus efficace en politique. »

— Adolf Hitler[1]

Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
Appel des dernières victimes de la Terreur.
Appication de la terreur : des familles juives sont « poussées hors de leurs trous » par la police allemande et la Waffen-SS au plus fort de l'insurrection du Ghetto de Varsovie.

Le mot « terreur », dans le sens de « peur collective qu'on fait régner dans une population pour briser sa résistance : régime politique fondé sur cette peur, sur l'emploi des mesures d'exception »[2], apparaît en 1789. Le mot « terrorisme » (apparu en 1794) est fixé pour la première fois dans le supplément de 1798 au Dictionnaire de l'Académie française pour désigner une réalité nouvelle créée par la Révolution, de même que ses dérivés « terroriser » (apparu en 1796 dans le sens premier de « frapper de mesures d'exception ») ; « terroristes » (apparu en 1794). La terreur peut être utilisée comme mode de gouvernement, « permettant au pouvoir en place de briser, à force de mesures extrêmes et d'effroi collectif, ceux qui lui résistent[3]. » Le sens du mot « terrorisme » évolue ensuite, dès le début du XIXe siècle, pour désigner désormais une stratégie de contestation violente de l'État (par exemple, l'attentat de la rue Saint-Nicaise). De méthode de conservation et de protection de l'État, il devient alors l'outil de sa remise en cause.

Cadavre d'un citoyen tué par l'armée nationaliste pendant la Terreur blanche faisant suite à l'incident 228 à Taiwan.

Le terme « terreur » renvoie à :

Arts[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hermann Rauschning, Gespräche mit Hitler, Zurich, 1940.
  2. Le Petit Robert, 1993.
  3. Gérard Chaliand, Pierre Dabezies, Sylvia Preuss-Laussinotte, Jean Servier, « Terrorisme », Encyclopædia Universalis (lire en ligne), consulté le 9 février 2013.
  4. Jean-Clément Martin, La Terreur, Perrin, , 234 p., p10-11
  5. Denis Woronoff, La République bourgeoise de Thermidor à Brumaire, 1794-1799, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire, Nouvelle histoire de la France contemporaine », , 246 p. (ISBN 2-02-000654-5), p. 195

Voir aussi[modifier | modifier le code]