Philippe l'Arabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe l'Arabe
Philippus Arabs
Empereur romain
Image illustrative de l'article Philippe l'Arabe
Buste de Philippe l'Arabe.
Règne
– automne 249 (~6 ans)
Période « Anarchie militaire »
Précédé par Gordien III
Co-empereur Philippe II (247-249)
Usurpé par Pacatianus (248)
Jotapianus (248-249)
Dèce (249)
Suivi de Dèce
Biographie
Nom de naissance Marcus Julius Philippus
Naissance v. 204 - Shahba (Arabie)
Décès automne 249 (45 ans)
Vérone (Italie)
Père Julius Marinus (en)
Épouse Otacilie (av. 244-249)
Descendance (1) Philippe II
(2) Julia Severina
Empereur romain

Marcus Julius Philippus (latin: Marcus Iulius Philippus Augustus) (v. 204 - 249), plus communément connu sous son surnom Philippe l'Arabe (latin: Philippus Arabs) est empereur romain de 244 à 249. Il est né en Arabie pétrée, la province romaine d'Arabie, en actuelle Syrie. Il est devenu une figure majeure dans l'Empire romain. Il est parvenu au pouvoir après la mort de Gordien III, négociant rapidement la paix avec l'Empire sassanide. Pendant son règne, Rome a célébré son millénaire.

Parmi les premiers écrivains chrétiens, Philippe était réputé pour ses sympathies envers la foi chrétienne. Il a même été prétendu qu'il s'était converti au christianisme, faisant de lui le premier empereur romain chrétien.

Le qualificatif d'« Arabe » lui vient d'un ouvrage anonyme du IVe siècle, l'Épitomé sur les Césars. Issu d'une famille arabe syrienne, il est né dans un district rattaché depuis Septime Sévère à la province d'Arabie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Né au début du IIIe siècle dans la province d'Arabie, dans un district nommé Trachon (aujourd'hui le Leja (en), en Syrie, au sud de Damas), il est issu d'une famille de notables. Son père porte le nom syrien de Marinus (en), et son gentilice Iulius (comme Julia Domna) suggère qu'il a reçu la citoyenneté romaine en 212, en vertu de l'édit de Caracalla.

On ne sait rien de précis sur Philippe avant 243, sinon que son frère Priscus est nommé préfet du prétoire et associé à Timésithée, beau-père de l'empereur Gordien III, lors de la campagne contre les Perses en Mésopotamie. Philippe a épousé une certaine Otacilia Severa, et ils ont eu au moins un fils, nommé Philippe comme son père : Marcus Iulius Philippus ou Philippe II.

Accession au pouvoir[modifier | modifier le code]

Antoninien de Philippe l'Arabe
Légende : Imp[erator] M[arcus] Iul[ius] Philippus Aug[ustus]

Philippe devait faire partie de l'entourage proche de Timésithée puisqu'il est nommé pour lui succéder dans l'urgence à la préfecture du prétoire en 243, devenant ainsi le collègue de son frère. Gordien III, ayant été battu par les Perses à Misikhè (en) (Falloujah, Irak) en 244, meurt au cours de sa retraite et Philippe est acclamé empereur par l'armée pour lui succéder. Il négocie aussitôt avec le roi des Perses Shapur Ier la libération des prisonniers romains et conclut la paix, contre une forte rançon mentionnée dans les Res Gestæ Divi Saporis (en) : 500 000 pièces d'or. Ce traité a priori déshonorant conserve cependant ses conquêtes de l'année précédente, et s'engage officieusement à laisser aux Perses les mains libres contre l'Arménie, dont le contrôle est traditionnellement une source de conflit entre Rome et les ensembles politiques orientaux successifs (Parthes et Sassanides au premier chef). Philippe se fait décerner par la suite les titres de Parthicus AdiabenicusPersicus Maximus et Parthicus Maximus, comme signes de sa victoire sur les Perses.

Règne[modifier | modifier le code]

Philippe l'Arabe commémorant la victoire sur les Carpes, en 247. Au droit : tête de Philippe portant la couronne radiée. Au revers : victoire portant une palme et une couronne laurée et la légende VICTORIA CARPIA. (atelier de Rome)

Installé à Antioche à la suite de sa retraite de 244, Philippe réorganise les forces romaines d'Orient, les plaçant sous le commandement unique de son frère Priscus nommé rector Orientis. Il congédie les auxiliaires goths qui ont été recrutés pour l'expédition de Gordien III, lors de son passage en Mésie et place les forces romaines du Danube sous le commandement de Sévérianus, sans doute son beau-frère. Il comble l'Arabie, sa province natale, de sa générosité en faisant embellir Bostra (Bosra, Syrie), la capitale, et en bâtissant de toutes pièces la nouvelle cité de Philippopolis (Shahba, Syrie), peut-être à l'origine son village natal. Il fait aussi construire les propylées monumentaux du temple de Jupiter à Héliopolis (Baalbek, Liban).

Philippe l'Arabe commémorant les jeux séculaires.

Philippe revient ensuite en Italie, afin de se faire confirmer son titre par le Sénat, qui accepte. Le nouvel empereur, malgré son extraction équestre, semble avoir eu de bonnes relations avec l'ordre sénatorial romain. Les troubles aux frontières reprennent cependant rapidement : il part guerroyer sur le Danube contre les Carpes dès 245. En effet, la mort de Timésithée, celle de Gordien III, et la décision de Philippe de cesser de payer le tribut dû aux tribus germaniques, provoquent une nouvelle tentative d'incursion de la part de ces dernières. Il s'établit en Thrace, repousse les Carpes au-delà du Danube, et ce-faisant obtient un triomphe sur eux ainsi que le titre de Carpicus Maximus. Dans le même temps, en 245, la dynastie arménienne des Arsacides refuse le traité établi sans son accord entre Rome et les Sassanides, et l'agitation reprend de plus belle en Orient. il réussit à rentrer à Rome en août 247, à temps pour organiser et célébrer avec faste les Jeux séculaires, qui correspondent au millénaire de la fondation de Rome, en avril 248. Les sources de l'époque décrivent la munificence et la pompe déployée pour cet anniversaire symbolique. Il profite d'un climat favorable pour élever son fils, Philippe II, au titre d'Auguste, faisant de lui son co-empereur et son héritier désigné.

Chute[modifier | modifier le code]

Mais à cette date, de nombreux mécontentements, notamment dans les armées des provinces, ont éclaté. D'abord, fin 248, les légions de Pannonie et de Mésie proclament empereur Pacatianus. Les Goths envahissent la Mésie, portent le siège contre Marcianopolis, de même que les Quades fondent sur la Pannonie. En Orient, le frère de Philippe est confronté à l'usurpation de Jotapien (Jotapianus), acclamé par ses armées pour contester le commandent tyrannique du frère de l'empereur, Priscus. D'autres usurpateurs, très mal documentés en dehors de quelques monnaies, semblent avoir tenté l'aventure impériale dans la foulée : Silbannacus et Sponsianus, sans que l'entreprise ne soit réellement couronnée de succès, puisque les sources antiques n'en parlent pas.

Dépassé par le nombre grandissant d'usurpations, Philippe offre publiquement de rendre le pouvoir, mais le Sénat refuse et soutient l'empereur. Le meneur de ce soutien inattendu est le préfet de la Ville Decius, à qui Philippe confie un commandement militaire exceptionnel sur la Pannonie et la Mésie, afin de combattre Pacatianus et les différentes tribus barbares en mouvement autour du Danube. Ce choix se retourne malheureusement contre Philippe puisque Dèce est acclamé empereur par des légions mécontentes, au printemps 249, et fait volte-face pour marcher sur Rome. À la crise militaire et politique s'ajoute la crise économique, puisque Philippe opère une nouvelle dévaluation de l'antoninien, monnaie introduite par Caracalla quelques décennies plus tôt : des révoltes éclatent en Égypte, interrompant l'approvisionnement — vital — en blé de Rome.

Philippe doit marcher contre son ancien subordonné, dès la fin de l'été 249, à la tête d'une armée composée de deux ou trois légions italiques et de la garde prétorienne. En automne 249, ils s'affrontent à la bataille de Vérone (en). Decius l'emporte grâce à ses six légions danubiennes, expérimentées et rompues à la guerre, épaulées de nombreuses cohortes de cavalerie. Philippe qui se bat contre une armée deux fois plus nombreuse que la sienne est contraint de fuir, et finit assassiné en septembre 249, probablement par ses soldats. Son fils est aussi rapidement éliminé, de même qu'on perd toute trace de son frère Priscus chargé de l'Orient.

Convictions religieuses[modifier | modifier le code]

Eusèbe de Césarée[1] laisse entendre qu'il était chrétien, et qu'il se comporte toujours « dans la crainte de Dieu ». Plus tard, Jordanès reprend cette affirmation[2]. En réalité, si Philippe a laissé, à titre privé ou à quelque fin politique, l'évêque de Rome Fabien honorer les restes de son prédécesseur Pontien[3], ce que l'on sait des évènements survenus sous son règne le présente comme pratiquant la religion civique traditionnelle (tauroboles propitiatoires, fêtes du Millénaire de Rome). De plus, il accorde sa protection au philosophe néoplatonicien Plotin[4]. Pour les historiens modernes, et malgré la conviction de Marta Sordi[5], la conversion de Philippe est une légende pour Loriot et Nony[6], ou pour Paul Petit, une chose improbable, ou du moins indémontrable[3].

Noms successifs[modifier | modifier le code]

  • Vers 204, naît Marcus Julius Philippus
  • 244, accède à l'Empire : Imperator Cæsar Marcus Julius Philippus Pius Felix Invictus Augustus
  • à la suite de ses victoires contre les Germains et les Carpes : Imperator Cæsar Marcus Julius Philippus Pius Felix Invictus Augustus Germanicus Maximus Carpicus Maximus
  • 249, titulature à sa mort : Imperator Cæsar Marcus Julius Philippus Pius Felix Invictus Augustus Germanicus Maximus Carpicus Maximus, Pontifex Maximus, Tribuniciæ Potestatis VI, Imperator VI, Consul III.

Postérité[modifier | modifier le code]

Philippe l'Arabe est représenté sur les billets de banque syriens de 100 livres.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, VI, 34.
  2. Jordanès, Getica, XVI, 89.
  3. a et b Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, Seuil, 1974, (ISBN 2020026775), p. 449.
  4. Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, ouvrage précité, p. 512.
  5. (it) Marta Sordi, Il cristianismo e Roma, Bologne, 1965, 253-259
  6. Xavier Loriot et Daniel Nony, La crise de l'Empire romain, 235–285, Paris, Armand Colin, 1997, (ISBN 2-200-21677-7), p. 41.

Bibliographie[modifier | modifier le code]