Caius Julius Priscus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caius Julius Priscus
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Fonctionnaire impérial
Préfet du prétoire
Gouverneur romain
Biographie
Naissance
Époque
Père
Julius Marinus (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie

Caius Julius Priscus est un chevalier, préfet du prétoire dans l'Empire romain au IIIe siècle. Il est le frère de l'empereur Philippe l'Arabe (244-249).

Biographie[modifier | modifier le code]

Julius Priscus est préfet du prétoire en même temps que Timésithée sous Gordien III, et prend part à la campagne de 242 contre les Perses. Après l'avènement de son frère Philippe l'Arabe, il est préfet de Mésopotamie et recteur d'Orient. Selon Zosime, ses levées d'impôts le rendent très impopulaire, et provoquent la révolte de Jotapien[1].

Le nom de Julius Priscus apparaît sur plusieurs documents épigraphiques, avec des titres qui varient d'un document à l'autre : « préfet de Mésopotamie » [2], « préfet de Mésopotamie faisant fonction de gouverneur consulaire » en 245[3], « préfet du prétoire, recteur de l'Orient » [4].

Une inscription découverte à Palmyre datée de 242/243 porte son nom, qui a été martelé, ce qui témoigne d'une impopularité posthume[5],[6]. Toutefois, en 1922, Édouard Cuq a émis le doute de l'identification du préfet du prétoire Priscus sous Gordien comme étant le frère de Philippe et considère qu'il y a deux personnages homonymes[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zosime, Histoire nouvelle, I, 20
  2. René Cagnat, IGR, III, 1201-1202
  3. Papyrus Euphr. 1
  4. CIL, III, 141493 = DESSAU, ILS, 9005
  5. René Cagnat, IGR, III, 1033
  6. Xavier Loriot et Daniel Nony, La crise de l'empire romain, 235–285, Paris, Armand Colin, 1997, 304 p., (ISBN 2-200-21677-7), p. 201-202
  7. Édouard Cuq, Note sur Julius Priscus préfet du prétoire de Gordien, In: Comptes-rendus des séances de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, 66e année, N. 3, 1922. pp. 184-189, [1].

.