Moteur à arbre à cames en tête

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vue en coupe d'une culasse 2ACT.

Un moteur à arbre à cames en tête (ACT) est un moteur à piston dans lequel l'arbre à cames est situé dans la culasse au-dessus de la chambre de combustion[1],[2]. Cette conception diffère des moteurs à soupapes en tête (en anglais : overhead valve ou OHV) antérieurs, où l'arbre à cames est situé sous la chambre de combustion dans le bloc-moteur[3].

Les moteurs à arbre à cames en tête simple (single overhead camshaft en anglais ou SOHC) ont un arbre à cames par rangée de cylindres. Les moteurs à double arbre à cames en tête (2ACT, également appelés « twin-cam ») ont deux arbres à cames par rangée de cylindre.

La première voiture de série à utiliser un moteur 2ACT a été construite en 1910. L'utilisation de ce type de moteurs a lentement augmenté à partir des années 1940, ce qui a conduit la plupart des constructeurs automobiles au début des années 2000 à utiliser ce type de distribution.

Conception[modifier | modifier le code]

Honda D15A3 à culasse 2ACT de 1987.

Dans un moteur à arbre à cames en tête, l'arbre à cames est situé en haut du moteur, au-dessus de la chambre de combustion. Cela contraste avec les anciennes configurations des moteurs à soupapes en tête (Overhead Valve Engine ou OHV) et des moteurs à soupapes latérales où l'arbre à cames est situé dans le bas du bloc-moteur. Même si les soupapes des moteurs ACT et OHV sont situées au-dessus de la chambre de combustion, un moteur OHV nécessite des tiges de poussée et des culbuteurs pour transférer le mouvement de l'arbre à cames jusqu'aux soupapes alors que dans un moteur ACT les soupapes sont directement actionnées par l'arbre à cames.

Par rapport aux moteurs OHV avec le même nombre de soupapes, il y a moins de composants en mouvement dans un moteur ACT. Il y a également moins d'inertie du train de soupapes dans un moteur ACT, ce qui réduit le phénomène d'affolement des soupapes à des régimes moteur plus élevés[1]. Un inconvénient est que le système d'entraînement de l'arbre à cames (généralement une chaîne de distribution dans les moteurs modernes) est plus complexe dans un moteur à ACT.

Un avantage des moteurs à ACT est qu'il existe une plus grande flexibilité pour optimiser la taille, l'emplacement et la forme des orifices d'admission et d'échappement, car il n'y a pas de poussoirs à éviter[1]. Cela améliore le flux de gaz à travers le moteur, augmentant la puissance et le rendement énergétique.

Lors des réparations de moteur qui nécessitent le retrait de la culasse, un inconvénient des moteurs à ACT est que le calage de l'arbre à cames doit être de nouveau réglé si la culasse est retirée. Dans les voitures Morris et Wolseley de 1920 à 1940 à moteur à ACT, les fuites d'huile dans les systèmes de lubrification étaient également un problème[4] (pp15-18).

Triumph Dolomite Sprint 1973 à 1ACT (disposition inhabituelle avec quatre soupapes par cylindre).

Simple arbre à cames en tête[modifier | modifier le code]

La configuration la plus ancienne du moteur à arbre à cames en tête (ACT) est la conception à simple ACT (1ACT)[1],[5]. Un moteur 1ACT reçoit un ACT par banc de cylindres. Un moteur 1ACT en ligne a un seul ACT ; un moteur en V ou à plat avec deux ACT au total (un par banc de cylindres) reste un moteur à simple ACT et non pas à double ACT.

Indépendamment du nombre, l'arbre à cames actionne généralement les soupapes indirectement via un culbuteur[1],[5].

La plupart des moteurs 1ACT ont deux soupapes par cylindre. Cependant, quelques moteurs, tels que celui équipant la Triumph Dolomite Sprint de 1973 et le moteur V6 Honda J Series, avaient une configuration 1ACT avec quatre soupapes par cylindre. Ces moteurs recevaient l'arbre à cames au centre de la culasse, avec des culbuteurs de longueur égale actionnant les soupapes d'admission et d'échappement[6]. Cette disposition a été utilisée pour permettre l'utilisation de quatre soupapes par cylindre tout en minimisant la masse du groupe de soupapes et la taille globale du moteur[7],[8],[9].

Double arbre à cames en tête[modifier | modifier le code]

Moteur de moto Suzuki GS550 à 2ACT de 1977 (vue de dessus).

Un moteur à double arbre à cames en tête (2ACT ou twin-cam) a deux ACT par banc de culasse[1],[2],[5], un pour les soupapes d'admission et l'autre pour les soupapes d'échappement. Un moteur 2ACT en ligne a deux ACT ; un moteur en V ou à plat avec quatre ACT au total (deux par banc de cylindres) est un moteur à double ACT. Parfois, un moteur 2ACT en V est commercialisé comme un moteur à quatre arbres à cames, mais les deux arbres à cames « supplémentaires » sont le résultat de la configuration du moteur. Brouillant davantage la terminologie, certains moteurs 1ACT bicylindres à plat et bicylindres en V (tels que Harley-Davidson, Riley Motors, Triumph et Indian) ont été commercialisés par leurs fabricants sous le terme trompeur de « moteur double arbres » (twin-cam engine).

La plupart des moteurs 2ACT ont quatre soupapes par cylindre. Cependant il existe des moteurs 2ACT avec seulement deux soupapes par cylindre comme le moteur Alfa Romeo Twin-Cam, le moteur Jaguar XK6, le premier moteur Ford I4 DOHC et le moteur Lotus-Ford Twin Cam[5].

L'arbre à cames actionne généralement les soupapes via un poussoir. Une conception à 2ACT permet un angle plus large entre les soupapes d'admission et d'échappement que dans les moteurs 1ACT, ce qui améliore le flux de gaz à travers le moteur. Un autre avantage est que la bougie d'allumage peut être placée à l'emplacement optimal, améliorant à son tour l'efficacité de la combustion[5].

Composants[modifier | modifier le code]

Courroie de distribution / chaîne de distribution[modifier | modifier le code]

Courroie de distribution en caoutchouc.

La rotation du ou des arbres à cames est entraînée par le vilebrequin. De nombreux moteurs du 21e siècle utilisent une courroie de distribution dentée en caoutchouc et en kevlar pour entraîner l'arbre à cames[1],[5],[10]. Les courroies de distribution sont peu coûteuses, produisent un bruit minimal et n'ont pas besoin de lubrification[11] (p93). Un inconvénient des courroies de distribution est la nécessité de les remplacer régulièrement (p94). La durée de vie recommandée d'une courroie varie généralement entre 30 000 km (18 641,1 mi) et 100 000 km (62 137,1 mi) (pp94-95)[12] (p250).

La première utilisation connue en automobile des courroies de distribution pour entraîner les arbres à cames en tête était sur les Devin-Panhard spéciales de compétition de 1953 construites pour la série de courses SCCA H-modified aux États-Unis[13] (p62). Ces moteurs étaient basés sur des moteurs bicylindre à plat Panhard OHV convertis en moteurs 1ACT en utilisant des composants de moteurs de motos Norton (p62). La première voiture de série à utiliser une courroie de distribution fut le coupé compact Glas 1004 de 1962[14].

Une autre méthode d'entraînement par arbre à cames couramment utilisée sur les moteurs modernes est une chaîne de distribution, construite à partir d'une ou deux rangées de chaînes à rouleaux métalliques[1],[5],[10]. Au début des années 1960, la plupart des conceptions d'arbres à cames en tête des automobiles de production utilisaient des chaînes pour entraîner le ou les arbres à cames[4] (p17). Contrairement aux courroies les chaînes de distribution ne nécessitent généralement pas de remplacement à intervalles réguliers, l'inconvénient est qu'elles sont plus bruyantes que les courroies de distribution[12] (p253).

Train d'engrenages[modifier | modifier le code]

Un système de train d'engrenages entre le vilebrequin et l'arbre à cames est couramment utilisé dans les moteurs diesel à arbre à cames en tête utilisés dans les poids-lourds[15]. Les trains d'engrenages sont moins couramment utilisés dans les moteurs OHC des camions légers ou des automobiles[1].

Autres systèmes d'entraînement par arbre à cames[modifier | modifier le code]

Moteur de moto Norton avec arbre à cames entraîné par arbre conique.

Jusque dans les années 1950, plusieurs moteurs OHC utilisaient un arbre à couple conique pour entraîner l'arbre à cames. Les exemples incluent la Maudslay 25/30 (1908-1911)[16],[17], la Bentley 3 Litre[18], la MG Midget (1929-1932), la série Velocette K (1925-1948)[19], la Norton International (1931-1957) et la Norton Manx (1947-1962)[20]. Plus récemment, les moteurs de motos Ducati monocylindres (1950-1974)[21], Ducati L-twin (1973-1980), Kawasaki W650 (1999-2007) et Kawasaki W800 (2011-2016) utilisaient des arbres coniques[22],[23]. De 1946 à 1952, le 4-cylindres Crosley fut le dernier moteur automobile à utiliser cette conception pour entraîner l'arbre à cames. Les droits sur la technologie du moteur Crosley furent achetés par des sociétés successives (General Tire en 1952, suivi de Fageol en 1955, Crofton en 1959, Homelite en 1961 et Fisher Pierce en 1966) après que Crosley ait fermé les portes de l'usine automobile. Elles ont continué à produire le même moteur pendant plusieurs années.

Un entraînement d'arbre à cames utilisant trois jeux de cames et de poussoirs en parallèle a été utilisé dans la voiture de luxe Leyland Eight (1920-1923) construite au Royaume-Uni[24],[25]. Un système similaire a été utilisé dans la Bentley Speed Six (1926-1930) et la Bentley 8 Litre (1930-1932)[26]. Un système à deux tiges avec contrepoids aux deux extrémités a été utilisé par de nombreux modèles de la NSU Prinz (1958-1973)[4] (p16-18).

Historique[modifier | modifier le code]

1900 - 1914[modifier | modifier le code]

Parmi les premiers moteurs à arbre à cames en tête figuraient le moteur Maudslay 1ACT (1902) construit au Royaume-Uni[17] (p210)[4] (p906) et le moteur Marr Auto Car 1ACT (1903) construit aux États-Unis[27],[28]. Le premier moteur à 2ACT était un moteur de course Peugeot 4-cylindres en ligne qui propulsait la voiture ayant remporté le Grand Prix de France 1912. Une autre Peugeot équipée d'un moteur à 2ACT a remporté le Grand Prix de France 1913, suivi par la Mercedes-Benz 18/100 GP à moteur 1ACT remportant le Grand Prix de France 1914.

L'Isotta Fraschini Tipo KM, construite en Italie de 1910 à 1914, a été l'une des premières voitures de série à utiliser un moteur 1ACT[29].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Culasse à 2ACT d'un moteur d'avion Napier Lion 1917-1930.

Pendant la Première Guerre mondiale, les forces aériennes alliées et allemandes cherchèrent à appliquer rapidement la technologie des arbres à cames en tête des moteurs de course automobile aux moteurs d'avions militaires. Ainsi le moteur 1ACT de la Mercedes 18/100 GP (vainqueur du Grand Prix de France 1914) devint le point de départ de développement des moteurs d'avion Mercedes et Rolls-Royce. Mercedes créa une série de moteurs 6-cylindres aboutissant au moteur Mercedes D.III. Rolls-Royce inversa la conception de la culasse Mercedes basée sur une voiture de course laissée en Angleterre au début de la guerre, menant au moteur V12 Rolls-Royce Eagle. D'autres conceptions 1ACT virent le jour comme le V8 espagnol Hispano-Suiza 8 (avec une transmission entièrement fermée), le V12 américain Liberty L-12 et le 6-cylindres en ligne allemand BMW IIIa. Le moteur W12 2ACT Napier Lion fut construit en Grande-Bretagne à partir de 1918.

La plupart de ces moteurs utilisaient un arbre pour transférer l'entraînement du vilebrequin à l'arbre à cames en haut du moteur. Les gros moteurs d'aéronefs, en particulier les moteurs refroidis par air, subissaient une dilatation thermique considérable, ce qui faisait varier la hauteur du bloc-cylindres dans les conditions de fonctionnement. Cette expansion causait des difficultés pour les moteurs à tige de poussée, de sorte qu'un moteur à arbre à cames en tête utilisant un entraînement par arbre à cannelures coulissantes était le moyen le plus simple de contrer cette expansion. Ces arbres coniques se trouvaient généralement dans un tube externe à l'extérieur du bloc communément appelés « tower shafts » (« puits de tour »)[30].

1919 - 1944[modifier | modifier le code]

Bugatti Type 59 1933, moteur de Grand Prix à huit cylindres en ligne.

Un des premiers moteurs de série américains à arbres à cames en tête était le moteur huit cylindres en ligne 1ACT de la voiture de luxe Duesenberg Model A (1921-1926)[31].

En 1926, la Sunbeam 3 Litre Super Sports fut la première voiture de série à utiliser un moteur 2ACT[32],[33].

Aux États-Unis, Duesenberg a ajouté des moteurs 2ACT (aux côtés des moteurs 1ACT existants) avec la sortie en 1928 de la Duesenberg Model J propulsée par un moteur à huit cylindres en ligne 2ACT. La Stutz DV32 (1931-1935) fut également une des premières voitures de luxe américaines à utiliser un moteur 2ACT. Toujours aux États-Unis, le moteur 4-cylindres en ligne de course Offenhauser 2ACT apparu en 1933 domina les courses en Amérique du Nord de 1934 jusqu'aux années 1970.

Les autres premières automobiles à moteurs 1ACT étaient la Wolseley Ten (1920-1923), la MG 18/80 (1928-1931), la Singer Junior (1926-1935) et l'Alfa Romeo 6C Sport (1928-1929). Les premières motos à ACT comprenaient la Velocette K Series (1925-1949) et la Norton CS1 (1927-1939).

1945 - Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Moteur Crosley CoBra 1ACT de 1946-1949.

La Crosley CC Four (1946-1948) fut sans doute la première voiture américaine de série à utiliser un moteur 1ACT[34],[35],[36]. Son petit moteur animait la Crosley HotShot, premier vainqueur des 12 Heures de Sebring de 1950 (p121).

L'utilisation d'une configuration 2ACT a progressivement augmentée après la Seconde Guerre mondiale, notamment sur les voitures de sport. Les moteurs 2ACT emblématiques de cette période comprennent les moteurs 6-cylindres en ligne Lagonda (1948-1959) et Jaguar XK6 (1949-1992) ainsi que le moteur 4-cylindres en ligne Alfa Romeo Twin Cam (1954-1994)[37],[38]. Le moteur 4-cylindres en ligne Fiat Twin Cam (1966-2000) fut l'un des premiers moteurs 2ACT à utiliser une courroie de distribution dentée au lieu d'une chaîne[39].

Dans les années 1980, la nécessité d'augmenter les performances tout en réduisant la consommation de carburant et les émissions d'échappement a entraîné une utilisation croissante des moteurs 2ACT dans les véhicules grand public, à commencer par les constructeurs japonais[37]. Au milieu des années 2000, la plupart des moteurs automobiles utilisent une configuration 2ACT.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i V.A.W. Hillier, Fundamentals of Motor Vehicle Technology, vol. Book 1, Nelson Thornes Ltd, (1re éd. 1966) (ISBN 9781408515181), « 2 »
  2. a et b Graham Stoakes, Eric Sykes et Catherine Whittaker, Principles of Light Vehicle maintenance & repair, Babcock International Group and Graham Stoakes, coll. « Heinmann Work-Based Learning », , 208–209 p. (ISBN 9780435048167), « 3 »
  3. (en-US) « What is the difference between OHV, OHC, SOHC and DOHC engines? », sur samarins.com, (consulté le 5 octobre 2020)
  4. a b c et d William Boddy, « Random Thoughts About O.H.C. », Motor Sport, London, UK, Teesdale Publishing, vol. XL, no 1,‎ (lire en ligne)
  5. a b c d e f et g « SOHC vs DOHC Valvetrains: A Comparison », paultan.org, Driven Communications Sdn Bhd, (consulté le 29 août 2012)
  6. Richard Heseltine, « Triumph Dolomite Sprint », Motor Sport, London, UK, vol. 86, no 6,‎ , p. 122 (ISSN 0027-2019, lire en ligne, consulté le 29 mars 2015)
  7. Jimmy Lewis, « New for '02: Honda CR250R CRF450R », Cycle World, Hachette-Filipacchi Magazines, vol. 40, no 11,‎ , p. 62 (ISSN 0011-4286, Cycle World Magazine Jan-Jul 2001 sur Google Livres, consulté le 2 janvier 2015)
  8. « How It Works: Honda Unicam Engines » [archive du ], honda.com, (consulté le 2 janvier 2015)
  9. « 2010 Honda VFR1200A First Ride » [archive du ], moto123.com, (consulté le 2 janvier 2015)
  10. a et b « Dan's motorcycle 'Cam Drives' », dansmc.com (consulté le 29 août 2012)
  11. John Decker, « Saturday Mechanic: Replacing Your Timing Belt », Popular Mechanics, New York, NY US, Hearst, vol. 170, no 6,‎ (ISSN 0032-4558, Popular Mechanics Jun 1993 sur Google Livres, consulté le 1er mars 2015)
  12. a et b Elisabeth H. Dorries, TechOne: Automotive Engine Repair, Clifton Park, NY US, Thompson Delmar Learning, (ISBN 1-4018-5941-0, LCCN 2004057974, TechOne: Automotive Engine Repair sur Google Livres)
  13. Harold W. Pace et Mark R. Brinker, Vintage American Road Racing Cars 1950-1969, St. Paul MN US, MotorBooks International, (ISBN 0-7603-1783-6, Vintage American Road Racing Cars 1950-1969 sur Google Livres), p. 62
  14. Jan P. Norbye, BMW - Bavaria's Driving Machines, Skokie, IL, Publications International, (ISBN 0-517-42464-9, lire en ligne), « Expanding on Excellence: The 5-Series and 3-Series », 191
  15. Sean Bennett, Modern Diesel Technology: Diesel Engines, Stamford, CT US, Cengage Learning, , 88–89, 362 p. (ISBN 978-1-285-44296-9, Modern Diesel Technology: Diesel Engines sur Google Livres) :

    « In most commercial diesels, OHCs are gear-driven. »

  16. William Boddy, « An Edwardian Overhead-Camshaft 25/30 Maudslay », Motor Sport, London, UK, Teesdale Publishing, vol. XLVIII, no 8,‎ , p. 909 (lire en ligne[archive du ], consulté le 6 février 2015)
  17. a et b David Culshaw et Peter Horrobin, The Complete Catalogue of British Cars 1895 - 1975, Poundbury, Dorchester, UK, Veloce Publishing, (1re éd. 1974) (ISBN 978-1-845845-83-4), « Maudslay », p. 210
  18. Jan P. Norbye, The complete handbook of automotive power trains, Tab Books, (ISBN 0-8306-2069-9, LCCN 79026958, The complete handbook of automotive power trains sur Google Livres), p. 318
  19. Kevin Cameron, « TDC: Little things », Cycle World, vol. 43, no 3,‎ , p. 14 (ISSN 0011-4286, Cycle World Magazine Jan 2004 sur Google Livres, consulté le 7 janvier 2015)
  20. Hugo Wilson, The Encyclopedia of the Motorcycle, London, UK, Dorling Kindersley, (ISBN 0-7513-0206-6, lire en ligne), « The A-Z of Motorcycles », 144
  21. Mick Walker, Ducati Singles Restoration, St. Paul, MN US, Motorbooks International, (1re éd. 1991) (ISBN 0-7603-1734-8, Ducati Singles Restoration sur Google Livres), « 4 Engine », p. 48
  22. « 2015 W800 », kawasaki.eu (consulté le 19 décembre 2019)
  23. « Kawasaki W800 review », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  24. (en) Brevet U.S. 1495620
  25. William Boddy, « How Did The Leyland Eight Rate? », Motor Sport, vol. L, no 3,‎ , p. 230 (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2015)
  26. Philip C. Brooks, « The Mighty Sixes », The International Club for Rolls-Royce & Bentley Owners Desk Diary 2010, Tampa, FL USA, Faircount,‎ , p. 27, 32
  27. « Marr Auto Car Company » [archive du ], marrautocar.com
  28. Beverly Rae Kimes, Walter L Marr: Buick's Amazing Engineer, Racemaker Press, (ISBN 978-0976668343), p. 40
  29. « 1913 Isotta Fraschini 100-120 hp Tipo KM 4 Four-Seat Torpedo Tourer - Auction Lot », motorbase.com (consulté le 29 décembre 2019)
  30. Leslie Aaron Thorpe, A text book on aviation: the new cadet system of ground school training, vol. 3, Aviation Press, , 14–15 p. (A text book on aviation: the new cadet system of ground school training, vol. 3 sur Google Livres) :

    « The overhead camshafts are driven by bevel gears and vertical shafts known as tower shafts. »

  31. Mike Mueller, American Horsepower 100 Years of Great Car Engines, St. Paul, MN USA, Motorbooks, , 51 p. (ISBN 978-0-7603-2327-4, LCCN 2006017040, American Horsepower: 100 Years of Great Car Engines sur Google Livres), « Chapter 6 - Chariot of the Gods Duesenberg Straight Eight »
  32. « Talking of sports cars: Sunbeam three-litre », Autocar, vol. 147 (nbr 4221),‎ , Pages 69–71
  33. G.N. Georgano, Cars: Early and Vintage, 1886-1930, London, Grange-Universal,
  34. Dennis Simanaitis, « Tech Tidbits », Road & Track, Newport Beach, CA US, Hachette Filipacchi Magazines, vol. 45, no 6,‎ , p. 121 (ISSN 0035-7189)
  35. « Crosley Engine Family Tree - Taylor Years », crosleyautoclub.com (consulté le 19 décembre 2019)
  36. « Crosley Engine Family Tree - CoBra Years », crosleyautoclub.com (consulté le 19 décembre 2019)
  37. a et b « An Echo of the Past — the history and evolution of twin-cam engines » [archive du ], EuropeanCarWeb.com, European Car Magazine, Source Interlink Media, (consulté le 29 août 2012)
  38. « Technical- Boxer History » [archive du ], alfisti.co.uk
  39. « Old Fiat ad with Aurelio Lampredi », kinja-img.com (consulté le 31 janvier 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]