Delco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant l’automobile image illustrant le génie mécanique image illustrant les techniques, les sciences appliquées ou la technologie
image illustrant une entreprise image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant l’automobile, le génie mécanique, les techniques, les sciences appliquées ou la technologie et une entreprise française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tête de distributeur d'un moteur à quatre cylindres;
* au centre l'arrivée de la haute tension,
* en périphérie la sortie des quatre câbles de bougie

Le Delco désigne par abus de langage un dispositif d'allumage (allumeur[1] ou distributeur[2]) des moteurs à explosion. C'est une marque utilisée comme nom qui est le sigle de la société Dayton Engineering Laboratories COmpany[3], cofondée par Charles F. Kettering, l'inventeur du dispositif et introduit pour la première fois sur la Cadillac 1910[4].

Le système regroupe dans un même boitier une grande partie du circuit d'allumage basse et haute tension à l'exception de la bobine d'allumage[5] qui génère la haute tension permettant d'engendrer une étincelle dans les bougies permettant l’inflammation du mélange air/carburant présent dans tous les cylindres tout en guidant ce courant vers les bougies d'allumage dans l'ordre correct d'explosion.

Avec les progrès de l'électronique de puissance et la généralisation de l'électronique dans le monde automobile ce système a, la plupart du temps, été remplacé par l'allumage électronique ne nécessitant plus de contrôle ni de réglage.

Description[modifier | modifier le code]

Ce type de distributeur d'allumage est composé de 3 pièces principales :

Rupteur[modifier | modifier le code]

Un rupteur (ou vis platinées)[6] est nécessaire pour générer l’étincelle pour chaque cylindre au bon moment. Il est constitué des éléments suivants[7] :

Les points de contact sont à gauche. L'axe est sur la droite et la came suit au milieu du rupteur. Les contacts s'ouvrent et se ferment au rythme des bougies à allumer, leur ouverture déclenche la génération d'une haute-tension par la bobine[8].

Rotor[modifier | modifier le code]

Un rotor ou mécanisme d'avance à l'allumage variable en fonction du régime moteur et de la charge qui lui est demandée par le conducteur. Il est constitué comme ceci :

Il tourne à la même vitesse que l'arbre à cames et à la moitié de la vitesse du vilebrequin. Il fait passer le courant de la tete d'allumeur aux bougies.

Tête d'allumeur[modifier | modifier le code]

Une tête d'allumeur, aussi appelée distributeur qui a pour rôle de répartir les étincelles vers les bougies des différents cylindres dans un ordre bien précis. Il est constitué par[7] : Au centre, le charbon monté sur ressort permet de transmettre l'impulsion électrique au rotor. Le nombre de points de distribution (dans ce cas 4) est lié au nombre de cylindres du moteur.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La société Delco a réussi à regrouper ces trois fonctionnalités dans un même boitier. Ce système a été utilisé jusqu’à l'apparition de systèmes électroniques fiables et performants dans le dernier quart du XXe siècle.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Dans une configuration courante de moteur à quatre cylindres en ligne, les étincelles que provoque l'allumeur sont envoyées successivement au premier cylindre, puis au troisième, ensuite au quatrième et enfin au deuxième, à nouveau au premier et ainsi de suite tant que le moteur est en fonctionnement.

Les moteurs modernes utilisent des allumages électroniques mais ont conservé le même ordre d’allumage:

  • Pour un quatre cylindres: l'ordre d'allumage est 1-3-4-2 ;
  • Pour un six cylindres en ligne: l'ordre est 1-5-3-6-2-4 ;
  • Pour un V8 (moteur à huit cylindres en V): l'ordre est 1-8-4-3-6-5-7-2.

L'ordre d'allumage est déterminé par la conception du moteur, en premier lieu, par le nombre de cylindres mais aussi par leur disposition (en ligne, en V, en W ou à plat). L'allumeur est conçu pour chaque type de moteur afin de respecter l'ordre d'allumage requis.

Production de l’étincelle[modifier | modifier le code]

L'étincelle est produite par l'ouverture du rupteur:

  • tant que le rupteur est fermé, un courant élevé est produit, grâce au 12 volts fourni par la batterie, qui circule dans l’enroulement primaire de la bobine;
  • Lorsque le rupteur s'ouvre, la brusque variation de flux qui s'ensuit produit des courants de self-induction captés par un petit condensateur et surtout un courant induit dans le secondaire à haute tension, de l'ordre de 15 000 V qui est conduit de la bobine, à la tête d'allumeur et vers l'une des bougies, où l'étincelle provoque l'explosion du mélange carburé présent dans le cylindre.

Sur les moteurs à quatre temps, il faut une étincelle tous les deux tours de vilebrequin pour chaque cylindre. L'allumeur doit donc faire un tour pendant que le vilebrequin en fait deux. Il n'est pas rare de trouver l'allumeur au bout de l'arbre à came si celui-ci est en tête (directement au-dessus des soupapes) car il tourne aussi deux fois moins vite que le vilebrequin.

Réglage de l'allumeur[modifier | modifier le code]

L'allumeur a également pour rôle de produire l'étincelle à un moment précis, lorsque le mélange d'air et d'essence dans le cylindre est compressé. Pour tenir compte des différents paramètres de fonctionnement du moteur (régime de rotation plus ou moins élevé, pression de compression variable qui influe sur la vitesse de la combustion du mélange, charge du moteur, etc.) et tirer le meilleur parti possible de la force dégagée par l'augmentation de pression due à la combustion, l'étincelle est délivrée juste avant que le piston n'arrive au bout de sa course. C'est l'avance à l'allumage qui a une grande importance pour le bon fonctionnement du moteur, mais en cas de mauvais réglage, le rendement sera faible, la consommation et la pollution seront plus élevées et le moteur délivrera moins de puissance.

Afin de toujours délivrer l'étincelle au meilleur moment l'allumeur comporte un dispositif agissant sur l'« avance à l'allumage » en fonction du régime du moteur à l'aide de masselottes et un autre la modifiant en fonction du taux de remplissage des cylindres, piloté par la dépression dans le collecteur d'admission[9]. Ces deux mécanismes agissent de concert et l'étincelle est toujours produite au bon moment dans toutes les situations de fonctionnement que peut connaitre le moteur.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Dès que le nombre de cylindres d'un moteur à allumage commandé dépasse un, se pose la question de produire des étincelles pour les différents cylindres. Le Delco est l'une des réponses possibles et a été largement utilisé. Il peut y en avoir plusieurs dans le cas de moteurs à grand nombre de cylindres.

Dans le domaine motocycliste, cet allumeur était rarement utilisé. Dans ce domaine, on utilise plutôt le système d'allumage à étincelle perdue (une bobine pour deux cylindres, avec étincelles à chaque tour de moteur, système qu'on trouve également sur le moteur de la 2CV), ou les bobines multiples (une par cylindre), voire une combinaison des deux (deux bobines pour quatre cylindres).

L'allumeur a été supplanté en automobile par les circuits d'allumage électroniques à la fin du XXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « allumeur » (sens TECHNOL.) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « distributeur » (sens B3) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  3. Delco, sur le site cnrtl.fr, consulté le 26 avril 2015
  4. (en)Voir page 32, Cadillac: 100 Years of Innovation.
  5. La bobine d'allumage est un transformateur chargé de produire une haute tension, à partir du 12 volts de la batterie
  6. Appellation datant des débuts de ce type d'allumeur où les grains de contact du rupteur étaient en platine.
  7. a et b Cf. photo ci-dessous.
  8. Allumage, sur le site tract-old-engines.net, consulté le 16 février 2016.
  9. Cette dépression est fonction de la charge moteur et de la position de la pédale d'accélérateur.

Articles connexes[modifier | modifier le code]