Chaussette à neige

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chaussette à neige

Les chaussettes à neige sont des dispositifs antidérapants amovibles destinés à équiper les pneumatiques automobiles sur des sols enneigés. Elles sont en Europe une alternative aux chaînes à neige lorsqu'elles répondent aux normes TUV et ont reçu l'homologation correspondante, connue en France sous le terme de « dispositif antidérapant amovible garantissant le démarrage, le guidage et le freinage du véhicule »[1]. Leur utilisation sur un sol qui n'est pas enneigé les dégrade très rapidement. Avec la grande diversité des types de neiges, structure microscopique, quantité d'eau en suspens, c'est comme en ski, les adhérences sont variables. Il est des situations où ces chaussettes à neige complètent passagèrement des pneus d'hiver (leur gomme tendre s'use assez vite, des neiges très fraiches bien poudreuse obstrue la structure)[réf. nécessaire].

Montage et sécurité[modifier | modifier le code]

Comme les chaines, les chaussettes à neige doivent être installé au bon moment :

  • L'opération de montage doit-être anticipée ;
  • Les installer avant d'arriver dans une côte dangereuse ou étroite ;
  • Après une dizaine de kilomètres des quantités de neige se sont introduites dans la chaussette et l'adhérence s'altère alors de manière conséquente. Elle perdent ainsi de l'efficacité, elles sont moins souples, plus lourdes; le risque d'en perdre une (qu'elle se défasse seule malgré la taille correcte) devient alors assez vite conséquent. Il faut donc les retirer les secouer et vider le volume interne (intrados) ;
  • Ne laisser pas les chaussettes montées plus de deux heures statiques car la glace se forme dans les fibres et les fragilises. Prévoir un grand sac plastiques pour les transporter avant d'avoir eu le temps de les reconfigurer pour un rangement soigné.

Sécurité: tenir compte des risques liés à l'altitude[modifier | modifier le code]

L'altitude augmente vite les nombreux problèmes et risques :

  • le vent: il décuple le froid, refroidissement éolien qui augment avec l'altitude (exposition) ;
  • le froid: Communément on admet une baisse de °C tous les 300 m d'altitude ;
  • la quantité, densité de chute de neige augmente avec l'altitude (l'élévation des nuages par leur franchissement des sommets provoque leur déclenchement plus fortement);
  • les Congères sont des amas de neige (par reptation) formées par le vent. Des facteurs particuliers les aggraves:
    • l'intensité du vent augmente beaucoup avec l’altitude et y concours conjointement les dégagement/exposition (pas d'obstacles), l'effet vent de couloir (il est un effet venturi que l'on retrouve aussi en crêtes) ;
    • autre élément mécanique aggravant, avec l'altitude, les flocons sont plus poudreux (froid, petit et sec) reptation, saltation, diffusion/suspension sont donc augmentés.
    • il faut avoir conscience que le danger peu apparaître en quelques minutes dans des épaisseurs très surprenantes.
  • Une autre situation météorologique de neige forte peut créer un cercle-vicieux: la neige mouillée, de gros flocons collants, augmente la surface de contacte des molécules d'eau en fusion (flocons et amas latéraux) sur un pare-brise réchauffée par la ventilation. Cela augmente le flux thermique endothermique qui grève l'équilibre thermique de l'habitacle en l'abaissant. De la buée se forme et les amas tassés de neige mouillée forme des glaçons importants:
    • la visibilité externe se réduite: elle peut être radicalement réduite et entrainer l'absence de possibilité de distinguer les obstacles.
    • la visibilité interne est réduite: par de la buée intérieure.
    • la perte d'efficacité des essuies-glace survient quand des amas collants s’agglutinent et supprime leur souplesse. Le changement de la courbure en fonction de l'angle du balayage finit par stopper leur efficacité très soudainement.
  • l'incidence de la pente: Il peut être très délicat de faire un montage des chaussettes à neige en pente (exemple: mauvaise efficacité du frein à main).
  • l'isolement: éloignement de toute possibilité d'être aidé.
  • Le froid: transi et peu-vêtu le conducteur peut être incapable d'effectuer ce montage.
  • Risque de ne pas être vu d'un autre automobiliste dans les conditions de visibilité réduite.
  • etc.

Mesures de prudence[modifier | modifier le code]

Anticipation:

  • Avant d'aborder un col, il existe souvent des espaces latéraux spécialement aménagés. Par temps de neige, des "zones de chainage" sont dégagées par le chasse-neige sur les accotements et plus on monte plus il pourrait être délicat de chainer.
  • Malgré une très bonne connaissance de la montagne, la décision de s'arrêter pour mettre ces accessoires d'adhérence est très souvent prise tard. Si la place le permet, faites un demi-tour avec une très grande prudence pour rejoindre l'endroit adapté.

Pour éviter toute situation catastrophique il faut réagir promptement en pensant à :

  • vous couvrir si le temps est froid ou venteux,
  • installer rapidement votre triangle de présignalisation,
  • Vous équiper d'un gilet jaune,
  • demandez à vos passagers et passagères de se mettre en amont (le plus important!), l'autre en aval éventuellement pour signaler de ralentir et le danger,
  • ne vous lancez pas dans des manœuvres périlleuses, si elles mettent nettement en danger d'autres qui seraient surpris.

Généralités[modifier | modifier le code]

  • La vitesse maximum doit rester très basse à cause de l'absence d'adhérence du train (essieu) opposé. Il faut adopter une vitesse maximum de 50 km/h pour les plus résistantes[2].
  • Pour des raisons de logistique les fabricants étendent légèrement les compatibilités de taille. cela fait que certains montage sont un peu plus difficiles et d'autre plus souple.
  • Les flancs ont une élasticité qui assurent parfaitement l'auto-centrage.
  • Il faut être attentif à la dimension (adaptation sur plusieurs références).
  • Une partie des marques ont un sens préférentiel de rotation.
  • Dans les vidéos publicitaires, le montage est rarement montré dans ses difficultés réelles, mais elle n'est malgré tout pas si difficile.
  • Le démontage, surtout avec l'encombrement du tissus de petites quantités de glace, est un peu difficile:
    • le textile a alors une souplesse diminuée ;
    • les fibres souples latérale ont plus de rigidité ;
    • les doigts sont plus facilement gelé par contact avec un tissu humide ou gelé par rapport à la pose.
    • Il faut souvent profiter d'un costaud aux doigts musclés (contrairement aux vidéo publicitaires)!

Il existe à l’heure actuelle deux types de chaussettes à neige :

  • l'un uniquement composé de matériaux textiles (naturels ou artificiels) et
  • l'autre en matériaux composites.

Seule une partie des chaussettes à neige proposées dans le commerce bénéficie de l'homologation « équipements spéciaux pour l’hiver »[3].

Homologuées, leur utilisation peut se substituer à celle des chaines à neige . Elles sont donc obligatoire, sur au moins deux roues motrices, lorsque le panneau B26 et leur fin de prescription par le panneau B44.France road sign B26.svg France road sign B44.svg[réf. nécessaire].

Entretien, durée de vie, remarques[modifier | modifier le code]

Sel de déneigement[modifier | modifier le code]

  • Le sel de déneigement augmente énormément le vieillissement ; il doit être éliminé par rinçage
  • la bonne pratique est un rinçage systématique avant séchage. Il permet de garder leur souplesse et facilite leur remontage suivant.

Sols, terrains sans neige, éléments abrasifs[modifier | modifier le code]

  • La conduite sur tronçon sans neige est à proscrire, l'usure des chaussettes étant alors très rapide ;
  • Les voies enneigées sont très souvent traitées (salées) par un mélange gravier-sel (graviers concassés 3-6mm très abrasifs). Ces petits cailloux, aux arêtes acérées, s'accumulent dans la chaussette à neige. Ils ont un effet d'abrasion très rapide et redoutable.
  • Ces chaussettes à neige ne doivent pas être laissées montées sur les pneus, en place, pour de longues pauses d'arrêt! En effet, la glace se forme, fige, les soude au sol, aux surfaces de contact. Cela les use très prématurément.
  • Au démontage, elles sont volumineuses, étant encombrées de glaçons, il faut donc prévoir un grand sac plastique de stockage provisoire dans le coffre en attendant de les dégeler et nettoyer.
  • Une fois démontées, retournez-les à l'envers puis secouez-les pour éliminer tous petits cailloux et glaces.
  • Si vous avez à les remonter rapidement il faut les avoir dégelées pour quelles s'égouttent.
  • Avant rangement long il faut un rinçage et un séchage.
  • Par les météos douces, proches de °C, la pression des roues écrasant la neige augmente la fusion de la surface enneigée (léger phénomène de micro-surfusion) qui augmente l'entrée des cristaux de glace dans la partie interne et augmente la masse des chaussettes.
  • Les neiges mouillées réagissent comme des éponges, écrasées par roulage et arrêt, elles cristallisent en bloc de glace-vive qui au redémarrage, soudés aux fibres, par la pression de roulage ont tendance à les briser.

Textile[modifier | modifier le code]

Les chaussettes à neige en textile se présentent sous la forme d’une housse en tissu qui recouvre le pneu et l’isole de la neige. Lorsqu'elles sont adaptées aux véhicules actuels, elles ne gênent pas les systèmes de sécurité (ABS, ESP) et n’endommagent pas les jantes en aluminium. Le polyester est le composant principal des chaussettes à neige, sa fibre permet d’absorber l’eau, d’augmenter l’adhérence et de rouler jusqu’à 50 km/h[4].

Matériaux composites[modifier | modifier le code]

Il existe depuis 2010 des modèles de chaussettes à neige en matéraux composites. L'innovation vient du manufacturier Michelin avec la première chaussette à neige de type composite : Easy Grip[5]. Ce modèle possède un filet couplé à une bande élastique intérieure qui facilite son installation. Les 150 anneaux en acier présents viennent également maximiser la tenue sur route. Ce modèle a reçu l'homologation en tant qu'équipement hiver pour une vitesse maximum de 40 km/h[6].

Depuis d'autres marques proposent des produits similaires, eux aussi homologués[Lesquelles ?].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]