Arbre d'hélice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un arbre d'hélice est une pièce mécanique, l'arbre, reliant un moteur à une hélice. On l'appelle également arbre porte hélice ou ligne d'arbre dans le domaine maritime.

Description[modifier | modifier le code]

Sur un bateau, chaque l'arbre d'hélice doit passer à travers la coque. L'étanchéité à cet endroit est assurée par un presse-étoupe[1]. Sur les grands navires, l'alignement de l'arbre d'hélice est un problème majeur posé aux ingénieurs du fait de sa longueur et des efforts qu'il doit supporter. L'arbre est maintenu à plusieurs endroits par des supports reliés à la coque, qui peut subir d'importantes déformations[2]. L'arbre d'hélice est lubrifié afin de minimiser les pertes d'énergie, cette lubrification peut être un simple filet d'eau[3].

Encombrements[modifier | modifier le code]

Les moteurs Diesel des grands navires étant très haut et très lourds, doivent être judicieusement répartis sur la longueur/largeur du navire[4]. Les arbres d’hélice, reliant chaque moteur à une seule hélice, sont de longueur et d'inclinaison différente ce qui rends leur passage au sein du navire compliqué et encombrant. À titre d'exemple le Harmony of the Seas dispose de trois hélices, donc trois arbres d'hélice, alimentées par 6 moteurs Diesel[5].

Évolution[modifier | modifier le code]

Du fait de la nécessité d'utiliser des moteurs, pour les manœuvres d'accostage précis, des moteurs électriques avec des arbres d’hélice très court sont utilisé. Ces moteurs électriques on une plus grande souplesse d’accélération et mème d’inversion que n'ont pas aussi facilement les moteurs Diesel ou les turbines. L'utilisation de pod permet une grande souplesse de manœuvre et la possibilité de supprimer le gouvernail[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Propulsion en ligne d'arbre : la transmission à l'hélice la plus logique, bateaux.com du 18 avril 2019, consulté le
  2. Les paliers de ligne d’arbre, palier-ligne-arbre.com, consulté le
  3. Lignes d’arbres – Lubrification à l’eau – Circuit ouvert, alphaver.com, consulté le
  4. RTA96-C : le plus gros diesel du monde, tout simplement (108 920 chevaux), turbo.fr du 17 janvier 2018, consulté le
  5. Harmony of the seas : le paquebot de tous les records en dix points, la-croix.com du 12 mai 2016, consulté le
  6. Propulsion par pods orientables : la manœuvre au bout des doigts, bateaux.com du , consulté le

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Dominique Paulet et Dominique Presles, Architecture navale, connaissance et pratique [détail des éditions]

Lien externe[modifier | modifier le code]