Marché aux esclaves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un marché aux esclaves est un marché sur lequel sont vendus des esclaves.

L'esclavage a, dans toutes les époques, entraîné la création de marchés où l'on vendait les esclaves, de l'Antiquité à l'époque contemporaine.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans le monde grec antique, les plus grands marchés d'esclaves furent ceux de Thasos, d'Ephèse, de Délos et d'Athènes[1]. Selon le témoignage, tardif, du géographe grec Strabon, l'île de Délos pouvait chaque jour recevoir et exporter des dizaines de milliers d'esclaves[2],[3]. Les esclaves provenaient principalement de Thrace, de Scythie et d'Asie Mineure.

L'un des premiers marchands d'esclaves connus est un certain Panionios de Chios qui, au VIe siècle av. J.-C., achetait des jeunes esclaves pour les castrer et les revendre comme eunuques en Asie mineure[4].

À l'époque romaine, l'île de Délos dans les Cyclades resta un centre important de la traite des esclaves. Les ports de Rhodes, de Pergame, d'Éphèse, de Byzance, d'Antioche, de Tyr et de Pouzzoles abritaient également d'importants marchés aux esclaves[5].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le voyageur arabe Al-Yaqubi mentionne au IXe siècle un marché à Zawila, en actuelle Libye, qui « exportait des esclaves noirs » vers le monde arabo-musulman[6]. Les esclaves venaient des régions bordant le lac Tchad.

En France, on trouve au IXe siècle des marchés d'esclaves à Verdun, Metz et Valenciennes[7], où l'on vendait notamment des Slaves. Un marché aux esclaves est attesté à Arles au Xe siècle : des prisonniers de guerre hongrois et sarrasins y furent vendus vers 950[8]. Vers l'an mille, Rouen, capitale du duché de Normandie, possédait son marché aux esclaves où l'on vendait principalement des Irlandais et des Flamands[9].

Au XIe siècle, Dublin, capitale d'un petit royaume viking, fut probablement le plus grand marché aux esclaves d'Europe occidentale[10],[11].

En Scandinavie, des marchés aux esclaves sont attestés à l'époque viking, notamment dans les comptoirs commerciaux d'Hedeby et de Birka[12].

Au XIe siècle, l'historien arabe Al-Bakri indique que l'on trouve à Awdaghust (en actuelle Mauritanie) « des négresses qui sont d’excellentes cuisinières, dont chacune vaut au marché, au moins cent mithqal. C'est qu'elles savent préparer d'exquises pâtisseries : nougats aux noix, gâteaux au miel et autres sucreries » ; il ajoute : « On y rencontre (aussi) des jeunes filles au beau visage, au teint clair, au corps souple, aux seins bien droits, à la taille fine, aux épaules larges, à la croupe abondante, au sexe étroit : celui qui a le bonheur d'en posséder une y prend autant de plaisir qu'avec une vierge. »[13].

Aux XIVe et XVe siècles, Venise est l'un des marchés d'êtres humains les plus actifs du monde méditerranéen[14]. Les esclaves provenaient surtout des rives septentrionales de la mer Noire et du Caucase[15]. On trouve à la même époque des marchés aux esclaves à Gênes, et à Raguse, où l'on vendait notamment des Bosniens[16], adeptes du bogomilisme et considérés comme hérétiques par l'Église catholique : le fait que les bogomiles de Bosnie étaient considérés comme « schismatiques » représentait pour les marchands catholiques une bonne excuse pour les réduire en esclavage[17].

Au XVe siècle, l'historien portugais Gomes Eanes de Zurara nous a laissé la description du marché d'esclaves de Lagos au Portugal[18] ; ce « Mercado de Escravos », ouvert en 1444 après l'expédition en Afrique du navigateur Lançarote de Lagos, fut le premier grand marché d'esclaves noirs en Europe[19].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

  • Pour la traite des Blancs : le port de Caffa en Crimée, fut un important centre de traite des esclaves (russes, polonais, lituaniens, caucasiens, etc.) ; ces esclaves, capturés par les Tatars au cours de leurs razzias, étaient principalement destinés aux marchés de l'Empire ottoman. Les Tatars pratiquèrent ce commerce jusqu'à l'annexion de la Crimée par les Russes en 1783.

Au XVe siècle, le diplomate et explorateur marocain Hassan al-Wazzan écrit lors d'un voyage au Sahel : « Il existe une place [à Gao] où l'on vend les jours de marché une infinité d'esclaves, tant mâles que femelles »[20] : une jeune fille de 15 ans se vendait 6 dinars, un jeune homme le même prix ; un enfant ou un esclave âgé, 3 dinars. Ces prix baissaient s'il y avait surabondance de l'offre[21].

Lisbonne était aux XVe et XVIe siècles un grand marché d'esclaves africains ; ils étaient notamment mis en vente sur la « Praça dos Escravos », qui se trouvait près de l'actuel Campo das Cebolas[22]. Vers 1550, les Noirs constituaient 10 % de la population lisboète[23].

Du XVIe siècle à 1830[24], la « côte des Barbaresques » en Afrique du Nord était le lieu d'un marché aux esclaves où étaient vendus les Européens capturés par les Pirates et corsaires barbaresques lors de leurs razzias en Méditerranée, et les Africains amenés captifs dans des caravanes transsahariennes.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1838, le peintre écossais David Roberts fait brièvement référence au marché aux esclaves d'Alexandrie lors d'un voyage en Égypte : « Nous visitâmes le marché aux esclaves, particulièrement répugnant. La plupart des esclaves étaient des jeunes filles : certaines, Circassiennes, étaient bien habillées ; d'autres, des Négresses, étaient accroupies sur le sol, couvertes par de rares lambeaux d'étoffe, sous un soleil qui aurait tué un Européen. C'était un spectacle vraiment révoltant que je quittai, fier d'appartenir à un pays qui avait aboli l'esclavage. »[25]

Le Market Square d'Alexandria en Virginie, fut dans les années 1830 le plus grand marché aux esclaves des États-Unis.

Selon le journaliste William Duckett, Rio de Janeiro était au milieu du XIXe siècle le plus important marché à esclaves du monde[26].

Dans l'Empire ottoman, le marché aux esclaves de Constantinople, ouvert sous le règne de Mehmed II (1451–1481), est fermé en 1847 sur ordre du sultan Abdülmecid Ier[27],[28].

Khiva, capitale du khanat éponyme, en actuel Ouzbékistan, fut jusque dans les années 1870 l'un des principaux marchés d'esclaves de l'Asie centrale : c'est là que les Turkmènes vendaient leurs bandes de captifs pris ou achetés sur les bords de la mer Caspienne, en Iran et en Afghanistan. Les esclaves les plus appréciés pour leur force de travail étaient les Russes : chacun valait quatre chameaux[29]. Selon l'écrivain turc Ali Suavi, on dénombrait en 1873 dans le Khanat de Khiva 60 000 esclaves, principalement des Persans, des Kurdes et des Russes[30]. Le marché aux esclaves de Khiva sera fermé après la prise de la ville par les Russes en mai 1873.

Au XIXe siècle, Mourzouq en actuelle Libye était un grand marché d'esclaves pour l'Égypte et le Levant ; les captifs venaient notamment des royaumes africains de Kanem-Bornou et de Baguirmi, au Tchad actuel. À la même période, des marchés aux esclaves sont encore attestés dans les ports d'Égypte, du Hedjaz (Arabie), et de l'actuelle Libye (Tripoli et Benghazi), où les Ottomans s'approvisionnaient en esclaves noirs[31].

Djeddah en Arabie fut, durant tout le XIXe siècle, le plus important marché aux esclaves du Hedjaz[32]. Le diplomate Laurent Depui, consul français à Djeddah, raconte qu'en 1923, « on pouvait voir sur les marchés de La Mecque et de Djeddah, promener à la criée les petits esclaves, mâles et femelles, blancs ou noirs, destinés à satisfaire la lubricité des Hedjaziens, la prostitution atteignant dans ce pays des formes insoupçonnées. »[33].

Kano, capitale de l'émirat éponyme (en), au nord de l'actuel Nigeria, possédait jusque vers 1900 un marché aux esclaves qui sera fermé par les Britanniques. De Kano, les esclaves noirs étaient acheminés vers l'Afrique du Nord et l'Orient par Zinder, Agadès, et Ghat dans le Fezzan, point de convergence des caravanes qui recevaient également des Noirs du Darfour. Pris en charge par les Touaregs, les esclaves étaient acheminés vers la Tripolitaine par Mourzouq, et vers Ghadamès par Ghat. À Ghadamès, nouveau centre de distribution d'esclaves, les caravanes se séparaient en direction du Maroc, d'une part, de la Tunisie d'autre part. De Kano à Tunis, changeant de maître à chaque grande étape, les esclaves franchissaient 3 000 km à pied sous une chaleur accablante. Pour certains, le voyage n'était pas terminé : de Tunis ou de Tripoli, ils étaient envoyés au Proche-Orient et vendus pour la quatrième ou la cinquième fois[34].

À la fin du XIXe siècle, des marchés aux esclaves sont encore mentionnés dans les grandes places commerciales du Sahel, notamment à Tombouctou et à Djenné[35]. Sur les marchés de Ouarkoye et de Bobo, on échangeait du sel de Tombouctou contre des esclaves[35].

Au Maroc, un important marché d'esclaves se tenait à Marrakech jusqu'au début du XXe siècle ; on y vendait beaucoup de Bambaras amenés de Tombouctou par les caravanes[36]. En 1905, le makhzen interdira la vente publique des esclaves à Fès, sur les instances des représentants des puissances occidentales à Tanger[37]. Vers 1910, un marché aux esclaves se tenait encore régulièrement à Rabat[38]. Le dernier marché aux esclaves au Maroc fermera en 1920[39].

Depuis le XIXe siècle en Occident, et depuis le XXe siècle dans le reste du monde, l'esclavage contemporain est un marché illégal impliquant une existence souterraine, d'où l’absence de bâtiment ou lieu spécifique.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Orrieux, Pauline Schmitt Pantel, Histoire grecque, Presses universitaires de France, 1995, p. 246. (ISBN 2130465080)
  2. Strabon, Géographie,XIV, 5 – "La Cilicie".
  3. Yvon Garlan, L'esclavage dans le monde grec : Recueil de textes grecs et latins, Presses Universitaires de Franche-Comté, 1984, p. 27. (ISBN 2251603050)
  4. Hérodote, Histoires, VIII, 105–106.
  5. Yannick Clavé, Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C., Dunod, 2014, p. 249. (ISBN 2100722018)
  6. Bernard Lewis, Race and Slavery in the Middle East : An Historical Enquiry, Oxford University Press, 1992, p. 51. (ISBN 0195053265)
  7. Robert Fossier, Histoire sociale de l'Occident médiéval, A. Colin, 1970, p. 65.
  8. Louis Dussieux, Essai historique sur les invasions des Hongrois en Europe et spécialement en France, Paris, imprimerie de Ducessois, 1839, pp. 52–53.
  9. Lucien Musset, Les Invasions : le second assaut contre l’Europe chrétienne (VIIe – XIe siècles), Presses universitaires de France, Paris, 1965, p. 230.
  10. Régis Boyer, Les Vikings : histoire, mythes, dictionnaire, R. Laffont, 2008, p. 565. (ISBN 2221106318)
  11. Phillip Pulsiano, Medieval Scandinavia : An Encyclopedia, Taylor & Francis, 1993, p. 324. (ISBN 0824047877)
  12. Pierre Bouet, Rollon : Le chef viking qui fonda la Normandie, "Du commerce au pillage", Éditions Tallandier, 2016. (ISBN 9791021017559)
  13. Roger Botte, « Les réseaux transsahariens de la traite de l'or et des esclaves au haut Moyen Âge : VIIIe–XIe siècle », L'Année du Maghreb (revue), 2011, p. 52.
  14. Roger Botte et Alessandro Stella, Couleurs de l'esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge – XXe siècle), Éditions Karthala, 2012, p. 85 ("Être esclave à Venise à la fin du Moyen Âge"). (ISBN 2811108017)
  15. Patrick Boucheron et Olivier Mattéoni, Les espaces sociaux de l'Italie urbaine (XIIe–XVe siècles) : recueil d'articles, Publications de la Sorbonne, 2005, pp. 65–67. (ISBN 2859445269)
  16. Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, La circulation des nouvelles au Moyen Âge : XXIVe congrès de la S.H.M.E.S., Avignon, juin 1993, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 113. (ISBN 2859442502).
  17. Paule Pagès, Damien Coulon, Dominique Valérian, Catherine Otten-Froux, Chemins d'outre-mer : Études d'histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, Publications de la Sorbonne, 2016, pp. 616–617. (ISBN 2859448276)
  18. Malyn Newitt, The Portuguese in West Africa, 1415–1670 : A Documentary History, Cambridge University Press, 2010, p. 148. (ISBN 1139491296)
  19. Petit Futé Portugal, de Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette. Nouvelles Éditions de l'Université, 2010, p. 263. (ISBN 2746927195)
  20. Malek Chebel, Encyclopédie de l'amour en Islam, Payot, 1995, p. 231. (ISBN 2228888966)
  21. Jacques Giri, Histoire économique du Sahel : des empires à la colonisation, Éditions Karthala, 1994, pp. 101–105. (ISBN 2865375072)
  22. Fabienne P. Guillén, Les esclavages en Méditerranée : Espaces et dynamiques économiques, Casa de Velázquez, 2017, p. 167. (ISBN 8490961395)
  23. Catherine Coquery-Vidrovitch et Éric Mesnard, Être esclave : Afrique–Amériques, XVe–XIXe siècle, "L'importance de l'or", La Découverte, 2013. (ISBN 2707178527)
  24. Début de la conquête française de l'Algérie.
  25. Gerald M. Ackerman, Les orientalistes de l'école britannique, ACR Édition, 1991, p. 242. (ISBN 2867700493)
  26. William Duckett, Dictionnaire de la conversation et de la lecture inventaire raisonné des notions générale les plus indispensable à tous, Tome 15, Aux comptoirs de la direction et chez Michel Lévy frères, 1857, p. 454.
  27. Joan DelPlato, Multiple Wives, Multiple Pleasures : Representing the Harem, 1800–1875, Fairleigh Dickinson Univ Press, 2002, p. 80. (ISBN 0838638805)
  28. Victor Schoelcher, Histoire de l'esclavage pendant les deux dernières années, Volume 1, Paris, Pagnerre, 1847, p. 437.
  29. Hervé Beaumont, Asie centrale : Le guide des civilisations de la route de la soie, Éditions Marcus, 2008, p. 344. (ISBN 2713102286)
  30. Le Khiva en mars 1873, par Ali Suavi. Paris, 1873, p. 31 (lire en ligne).
  31. Mustafa Olpak (en), Biographie d'une famille d'esclaves : Kenya, Crete, Istanbul, Éditions Menaibuc, 2006, p. 11. (ISBN 2910901025)
  32. Revue européenne des migrations internationales, Volume 13, Département de géographie, Université de Poitiers, 1997, p. 129.
  33. Traites et esclavages en Afrique orientale et dans l'océan Indien, par Henri Médard, Marie-Laure Derat, Thomas Vernet et Marie-Pierre Ballarin. Éditions Karthala, 2013, p. 210. (ISBN 2811109145)
  34. Lucette Valensi, "Esclaves chrétiens et esclaves noirs à Tunis au XVIIIe siècle", In : Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 22e année, no 6, 1967, pp. 1273–1274.
  35. a et b Routes et marchés d'esclaves : 26e colloque du GIREA, Besançon, 27–29 septembre 2001. M. Garrido-Hory, Groupe international de recherches sur l'esclavage dans l'antiquité, Presses universitaires de Franche-Comté, 2002, pp. 177–178. (ISBN 2846270813)
  36. Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Leroux, 1904, p. 237.
  37. Roger Le Tourneau, La vie quotidienne à Fès en 1900, Hachette, 1965, p. 35.
  38. Malek Chebel, L'Esclavage en Terre d'Islam, Fayard, 2007. (ISBN 221364120X)
  39. David Bensoussan, Il était une fois le Maroc : Témoignages du passé judéo-marocain, iUniverse, 2012, p. 63. (ISBN 147592609X)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Kessel, Marchés d'esclaves, Les Éditions de France, 1933 (nombreuses rééditions).
  • Marché aux esclaves et harem : épisode inédit de la piraterie barbaresque au XVIIIe siècle, Paris, E. Leroux, 1875. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]