Zinder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Zinder
Damagaram
Zinder
Route principale de Zinder
Administration
Pays Drapeau du Niger Niger
Région Zinder
Département Mirriah
Maire Dr Ali président
Gouverneur Issa Moussa
Démographie
Population 321 809 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 13° 48′ 19″ nord, 8° 59′ 18″ est
Altitude 460 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Niger
Voir sur la carte administrative du Niger
City locator 12.svg
Zinder

Zinder, également connue sous le nom de Damagaram, est une ville du sud du Niger, chef-lieu de la région de Zinder. Elle est la deuxième ville du pays par sa population estimée au dernier recensement 2012 à 321 809 habitants[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bien que le nom officiel de la ville soit Zinder, elle conserve pour ses habitants, le nom de Damagaram, nom qui appartenait et appartient encore au village originel de la région et qui identifie aussi l'ensemble du territoire du Sultanat homonyme (du même nom). La ville repose sur un substrat granitique avec des affleurements (boules granitiques) visibles dans la ville et alentour.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé au sud-est du pays, la région de Zinder est limité à l'est par la région de Diffa, à l'ouest par la région de Maradi, au sud par la République Fédérale du Nigeria et au nord par la région d'Agadez.

Administration[modifier | modifier le code]

La ville de Zinder se trouve à environ 900 km de Niamey, la capitale du Niger. Elle est le chef-lieu de la région de Zinder. Elle fut la première capitale du Niger jusqu'en 1926, lorsque la capitale a été transférée à Niamey. La ville constitue une communauté urbaine qui est découpée en 5 communes urbaines : Zinder I, Zinder II, Zinder III[2], Zinder IV et Zinder V.

Relief et environnement[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Située au sud du pays, la région de Zinder connait un climat tropical humide avec un hiver sans précipitations, des pluies en été et une courbe des températures caractéristique en dos de chameau.

Le climat à Zinder
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 14,7 17,1 21,4 25 26,6 25,6 23,7 23,2 23,7 22,9 18,6 15,4 21,5
Température maximale moyenne (°C) 29,3 32,5 36,3 39,7 40,6 38,1 34,9 32,7 35,5 37,1 33,7 30,4 35,1
Précipitations (mm) 0 0 1 1 15 39 129 168 54 5 0 0 411,2
Source : Météo-France
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
29,3
14,7
0
 
 
 
32,5
17,1
0
 
 
 
36,3
21,4
1
 
 
 
39,7
25
1
 
 
 
40,6
26,6
15
 
 
 
38,1
25,6
39
 
 
 
34,9
23,7
129
 
 
 
32,7
23,2
168
 
 
 
35,5
23,7
54
 
 
 
37,1
22,9
5
 
 
 
33,7
18,6
0
 
 
 
30,4
15,4
0
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Population[modifier | modifier le code]

La ville comptait 321 809 habitants en 2011. Les habitants de Zinder sont majoritairement Hausa et Kanuri et plusieurs groupements peuls et touaregs qui depuis sa fondation, sont venus s'installer dans la ville et ses environs. Selon une étude des Nations-Unis, la ville de Zinder est la métropole avec la croissance démographique la deuxième plus rapide au monde[3].

La région de Zinder est composée de 3 000 000 d'habitants.

Religions[modifier | modifier le code]

La population de Zinder est à l'image du Niger, majoritairement musulmane. La pénétration de l'Islam dans cette région a été possible grâce aux marchands arabes et berbères entre le 13e et le 14e siècles. La religion islamique a été acceptée par la cour du sultanat de Damagaram de manière pacifique car aucune guerre n'a été signalée[4]. Des éléments de la culture musulmane étaient présents à Zinder depuis sa fondation en 1812. Cependant, dans la pratique, l'islam semblait n’être que superficiellement pratiqué[5]. Il a fallu attendre 1840 pour que le Damagaram soit proclamé officiellement État islamique sous le contrôle de Sarki Tanimoune. L'islam a amené dans son sillage l'enseignement coranique qui est très développé actuellement dans le Damagaram. Des centaines d'écoles coraniques, drainant un nombre important d'enfants en âge scolaire, sont implantées un peu partout dans les différents quartiers de la ville.

La deuxième religion à Zinder est le christianisme. Elle commença officiellement en 1930, lorsque l'imam du sultanat, Abba Moussa, décida de se convertir après avoir étudié la Bible durant six ans. Il devint par la suite un des fondateurs de l'EERN (Église Evangélique de la République du Niger), qui fut la première association officiellement enregistrée au Niger. Le catholicisme s'y établit peu après le protestantisme[6], et aujourd'hui la ville de Zinder compte plus d'une douzaine d'églises de différentes dénominations, majoritairement composées d'autochtones.

Actions sociales confessionnelles[modifier | modifier le code]

La mission catholique a créé plusieurs écoles à Zinder. Le collège Fatima, fut repris par l'État nigérien à l'été 1974, à la suite du coup d'État militaire contre le président Diori Hamani d'avril 1974. L'école Assomption au centre-ville fut détruite par les émeutes extrémistes islamiques en 2015. Le complexe Saint-Joseph qui couvre le primaire jusqu'au lycée est une école populaire se trouvant au quartier Jaguindi. Côté santé, la mission catholique a créé et opère plusieurs cliniques, dont une dans le quartier dit des lépreux, Karakara. Elle a aussi effectué un travail de fond pour déstigmatiser la communauté des lépreux, et pour sécuriser leurs droits fonciers.

Cohabitation et tensions inter-religieuses[modifier | modifier le code]

Intérieur d'une maison complètement détruite par une incendie provoquée.
Domicile d'une famille autochtone de confession chrétienne brûlé lors des manifestations "anti-charlie".

Bien que la vie confessionnelle à Zinder fut longtemps caractérisée par la cohabitation harmonieuse entre les religions, le début du 21ème siècle fut marqué par l’essor de tensions démagogiques allant par occasion jusqu'à des persécutions. L'église catholique a été saccagée deux fois et la Chapelle des Vainqueurs de même. Un pogrom fut effectué le 15 janvier 2015, lorsque la majorité des églises de la ville, une école confessionnelle, ainsi qu'un important nombre de domiciles et de lieux de commerce des familles de confession chrétienne, furent saccagés[7]. Certains chrétiens furent demandés de renier leur foi, couteau à la gorge. L’agression eut lieu en connexion avec une manifestation islamique contre la participation qu'avait fait le président de la République du Niger, Mahamadou Issoufou, à Paris, dans une marche de sympathie aux victimes de l'assaut terroriste contre le magazine français Charlie Hebdo[8]. Ces exactions amenèrent le président de la République du Niger à déclarer, le 17 janvier 2015, « Ce qui s’est passé chez nous hier à Zinder et aujourd’hui à Niamey nous interpelle. Ces églises qui sont brûlées, pouvons-nous accepter qu’elles le soient au nom de notre religion ? De quel tort sont coupables les églises et les chrétiens du Niger ? Ceux qui pillent ces lieux de culte, qui les profanent, qui persécutent et tuent leurs compatriotes chrétiens ou les étrangers qui vivent sur le sol de notre pays, n’ont rien compris à l’Islam. Ils donnent de notre pays si chaleureux et de nos populations si hospitalières, une très mauvaise image. »[9]

Économie[modifier | modifier le code]

Zinder Sonitel

L'économie de la région réside principalement dans le secteur primaire, notamment l'agriculture, l'élevage et la cueillette. À ceci s'ajoutent les commerces, les transports, et un modeste secteur industriel. Zinder possède l'unique raffinerie de pétrole du Niger, et diverses PMI dans les domaines de la peau et la transformation alimentaire. Ce dernier compte des transformateurs de produits de cueillette ou produits forestiers non ligneux (hanza, dattier du désert, jujube, marula, etc), de céréales locales (mil, sorgo, niébé, arachides), et de céréales importées (blé).

L'agriculture occupe plus de 80 % des populations qui exploitent près de 40 % des terres mises en valeur, lesquelles totalisent 2 937 616 ha. Le potentiel irrigable représente quelque 18 000 ha. Quant à l’élevage, il est extensif dans un domaine pastoral qui occupe la moitié du territoire régional, les effectifs du cheptel de la région en 2012 sont notamment : 2 114 587 bovins ; 2 551 487 ovins ; 3 806 241 caprins ; 247 380 camelins ; 243 034 asins et 185 154 d’équins. Selon les données de (DRE/Zinder 2012). La ville a aussi un petit secteur de transformation alimentaire, avec une particularité

Transport[modifier | modifier le code]

Aéroport international de Zinder

La ville de Zinder possède un aéroport international, l'Aéroport international de Zinder, code IATA ZND.

La ville se trouve sur la route N1, le grand axe ouest-est Niamey-Dosso-Maradi-Zinder-Diffa-N'Guigmi et sur la route transsaharienne Alger-Lagos .

Histoire[modifier | modifier le code]

Zinder en 1906

Zinder est située sur une route commerciale de caravanes transsahariennes qui relie dès le XIe siècle le Maghreb à l'Afrique Noire. Entre le XVIe et le XIXe siècle, le quartier muré de la ville est déjà la capitale d'un État musulman.

Le sultanat de Damagaram est créé au XIXe siècle avec Zinder comme capitale, et acquiert rapidement une suprématie dans la région, notamment grâce à la constructions de grands murs d'enceinte dans le Birni, le quartier féodal[10].

La ville est le théâtre de l'épisode de l'assassinat de Cazemajou par le Sultan en 1898, qui subit les représailles françaises, se faisant tuer à son tour l'année suivante. Cela mène à la conquête de la ville par les Français en 1899, par la colonne Voulet Chanoine reprise par un officier subalterne après la mort des deux officiers[10], et ce, malgré la résistance du sultan Ahmadou Kourandaga. Elle devient la capitale du territoire du Niger créé en 1900. Elle fait l'objet d'une vaine tentative de capture par les Touaregs durant la Première Guerre mondiale. Le sultanat est aboli en 1906 par la France et n'est rétabli qu'en 1926, sans retrouver un réel pouvoir. La capitale du territoire, qui est devenu la colonie du Niger en 1922, est alors transférée à Niamey. La population croît pendant la première moitié du XXe siècle avec l'installation progressive des nomades de la région.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Zinder présente un riche patrimoine fait d'histoire, de traditions, d'architecture et d'objets.

Musique[modifier | modifier le code]

Zinder présente une scène musicale vibrante. À part la musique traditionnelle, jouée généralement par les griots, et faite à l'aide du kalango et de la flûte, la ville a aussi vu un nombre important d'artistes développer des musique à base d'instruments modernes. Ces derniers peuvent être classés en trois styles dominants, le gangara, le rap et le gospel. Ils portent tous leurs caractéristiques nigéro-zindéroises.

Gangara[modifier | modifier le code]

Etant le style le plus original, le gangara trouve son épicentre entre les métropoles de Zinder et de Maradi. À Zinder, il a pris son départ dans le groupe Haské du feu Sani Abussa des années 1990. Il se joue avec des larges orchestres, souvent sept ou huit personnes, qui fusionnent les instruments traditionnels avec les modernes. Un nombre important d'orchestres évoluant dans ce style existent aujourd'hui. Parmi les plus célèbres, on retrouve Dan Gana, Super Haské et le groupe Haské Stars de Ali Atchibili. Ce dernier fait fréquemment des concerts à l'international, entre autres sur le continent européen.

Rap[modifier | modifier le code]

Le groupe Black Power se fit distinguer à Zinder durant les années 2000, et se vit suivre d'une pléthore d'artistes de rap doués. Parmi ces-ci, on trouve SC43G, DNR, Bach One, BHO et plusieurs autres.

Gospel[modifier | modifier le code]

Le groupe Joyeux en Christ chante un numéro de gospel.
Performance du groupe Joyeux en Christ lors du concert-bénéfice Spécial Noël 2019.

Nés des chorales des églises locales de la ville, le premier groupe à commencer à composer sa propre musique et faire des enregistrements fut Les Séraphims organisé par Moussa Sanoussi, dans les années 2000. Il fut suivi par Sainte Nation, une chorale dirigée par Vincent Djimadoum, qui produisit plusieurs albums. Dans les années 2010, la Chorale Saint-Michel Archange fit son premier album, Louons le roi des rois. Actuellement, les chorales de Zinder qui composent des musiques originales sont nombreuses, et comptées parmi les meilleures du pays. Un concert spécial s'organise chaque Noël regroupant les groupes les plus illustres.

Éducation[modifier | modifier le code]

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Université de Zinder.

La ville compte une université, l'Université de Zinder, fondée en 2008. Elle propose les filières de la médecine, de l'urbanisme et de la gestion des ressources naturelles. À part les étudiants venant de toutes les contrées du Niger, elle attire aussi un nombre important d'étudiants des pays voisins tels que le Tchad.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'homme politique et ambassadeur Elhadji Abdou-Saleye y est né en 1928;
  • L'ancien président de la république du Niger et président du parti CDS RAHAMA Mahamane Ousmane;
  • Pr Andre Salifou (en), homme politique, historien et diplomate
  • Hamid Algabid (Balbaje-Tanout) ancien Premier Ministre du Niger 1983-1988;
  • Mohamed Bazoum, (Tesker-Goure) Ministre des Affaires Étrangères depuis avril 2011-2015
  • Mansour Haji Daddo, Ambassadeur du Niger au Nigeria;
  • Moussa Moutari, Président de l'Assemblée 1993
  • Ben Omar, Ministre de la communication 2005-2010
  • Mansour Elh Amani[11], President du Front Patriotique pour la Justice et le Developpement FPJD - Ihsani.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.stat-niger.org/statistique/file/rgph2012.pdf
  2. site: www.zinder3.com
  3. Madison Hoff, « The 15 fastest-growing cities in the world », sur Business Insider (consulté le 16 février 2020)
  4. Maikoréma Zakari,l'Islam dans l'espace nigérien.
  5. Salifou, André., Le Damagaram ou sultanat de Zinder au XIX siècle, Centre Nigérien de Recherches en Sciences Humaines, (OCLC 1026220519, lire en ligne)
  6. « "Lève-toi que je puisse t'aider !" « Allà ya ce, Tashi in taimàke ka ! » », sur http://peres-blancs.cef.fr/
  7. « Charlie Hebdo : au Niger, les manifestations dégénèrent », sur https://www.lesechos.fr/, (consulté le 17 janvier 2015)
  8. « Niger : manifestation contre "Charlie Hebdo" à Zinder, plusieurs morts », sur http://www.france24.com/,
  9. « MESSAGE A LA NATION DE S.E.M. MAHAMADOU ISSOUFOU, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT, Le 17 janvier 2015 - », sur http://www.presidence.ne/, (consulté le 21 janvier 2015)
  10. a et b André Salifou, Le Niger, Paris, l'Harmattan, , 428 p. (ISBN 2-7475-2639-9)
  11. « Front Patriotique FPJD – IHSANI – FRONT PATRIOTIQUE POUR LA JUSTICE ET LE DEVELOPPEMENT – FPJD – IHSANI » (consulté le 6 décembre 2019)