Esclavage au Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Deux esclaves sur trois[1],[2],[3] ayant vécu dans l'actuel Canada français étaient des Amérindiens, et ces Amérindiens étaient eux-mêmes très souvent Pawnees.
Les descendants des esclaves noirs qui ont vécu dans l'actuel Canada français sont des Canadiens français passant pour Blancs[4],[5],[6]. Ils portent des noms comme Carbonneau, Charest, Johnson, Lafleur, Lemire, Lepage, Marois et Paradis[7].

L'esclavage dans ce qui est maintenant le Canada a une longue histoire. Il comprend à la fois celui pratiqué par les Premières Nations depuis des temps immémoriaux et celui qui s'est pratiqué à l'arrivée des premiers européens.

Alors que la Grande-Bretagne n'a pas interdit l'institution de l'esclavage au Canada actuel (et dans le reste des colonies britanniques) jusqu'en 1833, la pratique de l'esclavage au Canada a pris fin par la jurisprudence ; et il s'est éteint au début du 19e siècle à la suite d'actions en justice intentées au nom d'esclaves demandant la manumission (la Grande-Bretagne a été le premier pays au monde à abolir la traite négrière internationale en 1807. La traite internationale des esclaves a également été abolie aux États-Unis en 1807, mais n'est entrée en vigueur qu'en 1808 en vertu de l'article premier, section 9 de la Constitution des États-Unis). Les tribunaux ont rendu l'esclavage inapplicable tant au Bas-Canada qu'en Nouvelle-Écosse. Dans le Bas-Canada, par exemple, après des décisions juridiques de la fin des années 1790, « l'esclave ne peut pas être contraint de servir plus longtemps qu'il ne le veut... pourrait quitter son maître à sa guise »[8]. Un nombre important de Noirs (libres et esclaves) sont venus au Canada en provenance des États-Unis après la Révolution américaine et après la Guerre de 1812.

Certains esclaves étaient d'origine africaine, mais beaucoup étaient autochtones. En Nouvelle-France, les esclaves étaient généralement appelés panis, nom dérivé de la nation Pawnee[9]. L'esclavage dans ce qui est maintenant le Canada était pratiqué par des groupes autochtones et des colons européens.

Des personnes d'ascendance africaine ont été amenées de force en tant qu'esclaves dans les colonies Européennes d'Amérique au cours du XVIIe siècle. Ceux du Canada provenaient généralement d'autres colonies, car aucune cargaison de biens humains n'a été envoyée au Canada directement par l'Afrique[10]. Le nombre d'esclaves en Nouvelle-France aurait été de plusieurs centaines. Ils étaient surtout des domestiques et des ouvriers agricoles. Il n'y avait pas de grandes plantations au Canada, et donc l'économie de la colonie ne dépendait pas de l'esclavage comme c'était le cas dans la plupart des colonies européennes en Amérique (comme en Virginie, aux Antilles ou au Brésil).

Étant donné que le rôle du Canada au début dans la traite transatlantique des esclaves était mineur, l'histoire de l'esclavage au Canada est souvent éclipsée par l'esclavage plus tumultueux pratiqué ailleurs dans les Amériques, en particulier dans le sud des États-Unis et dans les Caraïbes coloniales. Aujourd'hui, certains Noirs canadiens et Canadiens s'identifiant comme Blancs[11] sont des descendants de ces esclaves noirs. Les descendants des esclaves noirs qui ont vécu en Nouvelle-France et au Bas-Canada sont exclusivement des personnes qui s'identifient comme blanches ou qui en ont l'apparence[11].

Esclavage chez les autochtones[modifier | modifier le code]

Les nations esclavagistes étaient les Yurok, qui vivaient le long de la côte du Pacifique de l'Alaska à la Californie[12] sur ce que l'on appelle parfois la côte du Nord-Ouest. Certains des peuples autochtones de la côte nord-ouest du Pacifique, tels que les Haïdas et les Tlingit, étaient traditionnellement connus comme des guerriers redoutables et des marchands d'esclaves, faisant des raids jusqu'en Californie. L'esclavage était héréditaire: les esclaves étaient prisonniers de guerre et leurs descendants étaient aussi des esclaves[13]. Certaines nations en Colombie-Britannique ont continué d'isoler et d'ostraciser les descendants d'esclaves jusque dans les années 1870[14].

Environ le quart des Amérindiens du Pacifique Nord-Ouest étaient esclaves. Le récit d'esclave de l'Anglais John R. Jewitt (en), capturé vivant lorsque son navire a été pris d'assaut en 1802, donne un aperçu détaillé de la vie d'esclave et évoque un grand nombre d'esclaves.

En Nouvelle-France[modifier | modifier le code]

Selon Afua Cooper (en), auteur de « The Hanging of Angélique: The Untold Story of Canadian Slavery and the Burning of Old Montréal », beaucoup plus d'autochtones ont été réduits à l'esclavage par rapport aux individus d'ascendance africaine en Nouvelle-France. Elle attribue cela à la facilité avec laquelle la Nouvelle-France pouvait acquérir des esclaves des Premières Nations. Elle a noté que le taux de mortalité des esclaves était élevé, l'âge moyen des esclaves des Premières Nations n'étant que de 17 ans et l'âge moyen des esclaves d'ascendance africaine, 25 ans.

En 1628, le premier esclave noir enregistré au Canada a été amené par un convoi britannique en Nouvelle-France. Olivier Le Jeune était le nom donné au garçon originaire de Madagascar. Son prénom est typique des noms d'esclaves sous le Code noir, bien que le Code n'ait été établi qu'en 1685. Le Code noir a forcé les baptêmes et a décrété la conversion de tous les esclaves au catholicisme.

En 1688, la Nouvelle-France comptait 11 562 habitants, composés principalement de commerçants de fourrures, de missionnaires et d'agriculteurs installés le long de la vallée du Saint-Laurent. Pour les aider à surmonter une grave pénurie de domestiques et d'ouvriers, le roi Louis XIV a accepté de mettre en œuvre une pétition de la Nouvelle-France qui les permettrait d'importer des esclaves noirs d'Afrique de l'Ouest. Alors que l'esclavage était interdit en France, il était autorisé dans ses colonies comme moyen de fournir la main-d'œuvre massive nécessaire pour défricher les terres, construire des bâtiments et (dans les colonies des Caraïbes) travailler dans les plantations de canne à sucre.

La Nouvelle-France a rapidement établi son propre Code noir, définissant le contrôle et la gestion des esclaves. Le Code noir de 1685 a jeté les bases de la réglementation de l'esclavage. Il fallait que tous les esclaves soient instruits en tant que catholiques et non en tant que protestants. Il s'est concentré sur la définition de la condition de l'esclavage et a mis en place des contrôles sévères. Les esclaves n'avaient pratiquement aucun droit, bien que le Code enjoint aux maîtres de prendre soin des malades et des vieux. Les Noirs étaient généralement appelés « domestiques ». Les taux de mortalité parmi les esclaves étaient élevés[15].

Marie-Joseph Angélique était l'esclave noire d'une riche veuve de Montréal. Elle est accusée d'avoir provoqué l'incendie de Montréal et fut exécutée en place publique le [16]. Son histoire a attiré l'attention des historiens dans les années 2000, et fut l'objet de plusieurs œuvres artistiques.

L'historien Marcel Trudel a recensé environ 4 000 esclaves à la fin de la Nouvelle-France en 1759, dont 2 472 étaient des Autochtones et 1 132 Noirs. Après la conquête de la Nouvelle-France par les Britanniques, la propriété des esclaves est restée dominée par les Français. Marcel Trudel a identifié 1 509 propriétaires d'esclaves, dont seulement 181 étaient anglais[17]. Trudel a également noté que 31 mariages ont eu lieu entre des colons français et des esclaves autochtones[18].

Sous la domination britannique[modifier | modifier le code]

Les Premières Nations possédaient ou faisaient déjà du commerce d'esclaves, une institution qui avait existé depuis des siècles ou plus parmi certains groupes. Shawnee, Potawatomi et d'autres tribus occidentales ont importé des esclaves de l'Ohio et du Kentucky et les ont vendus ou offerts en cadeau à des alliés[19] et à des colons canadiens. Thayendenaga (le chef Joseph Brant) a utilisé des Noirs qu'il avait capturés pendant la révolution américaine pour construire la Brant House à Burlington Beach et une résidence secondaire près de Brantford. Au total, Brant possédait une quarantaine d'esclaves noirs[20].

Les esclaves noirs vivaient dans les colonies britanniques du Canada aux 17e et 18e siècles - 104 ont été répertoriés dans un recensement de 1767 de la Nouvelle-Écosse, mais leur nombre était petit jusqu'à l'arrivée massive des réfugiés loyalistes après 1783. Alors que les Loyalistes blancs fuyaient la nouvelle république américaine, ils ont emporté avec eux environ 2 000 esclaves noirs: 1 200 dans les Maritimes (Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard), 300 dans le Bas-Canada (Québec) et 500 dans le Haut-Canada (Ontario). En Ontario, la Loi impériale de 1790 a assuré aux immigrants potentiels que leurs esclaves resteraient leur propriété[21]. Comme sous la domination française, les esclaves loyalistes étaient détenus en petit nombre et employés comme domestiques, ouvriers agricoles et artisans qualifiés.

Le sujet de l'esclavage au Canada n'est pas mentionné - ni interdit ni autorisé - dans le Traité de Paris de 1763, l'Acte de Québec de 1774 ou le Traité de Paris de 1783.

Le système de « gang labor » et ses institutions de contrôle et de brutalité qui en ont résulté ne se sont pas développés au Canada comme aux États-Unis. Parce qu'ils ne semblaient pas représenter une menace pour leurs maîtres, les esclaves étaient autorisés à apprendre à lire et à écrire, la conversion chrétienne était encouragée et leurs mariages reconnus par la loi.

Mouvement d'abolition[modifier | modifier le code]

Bas-Canada (Québec)[modifier | modifier le code]

Au Bas-Canada, Sir James Monk, le juge en chef, a rendu une série de décisions judiciaires à la fin des années 1790 qui ont miné la capacité de contraindre les esclaves à servir leurs maîtres; tout en "n'abolissant pas techniquement l'esclavage, [ils] l'ont rendu inoffensif". En conséquence, les esclaves ont commencé à fuir leurs maîtres au sein de la province, mais aussi d'autres provinces et des États-Unis. Cela s'est produit plusieurs années avant que l'Assemblée législative n'agisse dans le Haut-Canada pour limiter l'esclavage[8]. Alors que la décision était fondée sur une technicité (la loi existante autorisant le placement des esclaves non pas en prison, mais uniquement dans des maisons de correction, dont il n'y en avait pas dans la province), Monk a ajouté que "l'esclavage n'existait pas dans les provinces et d'avertir les propriétaires qu'il appliquerait cette interprétation de la loi à tous les cas ultérieurs. " Dans des décisions ultérieures et en l'absence de législation spécifique, l'interprétation de Monk a été retenue (même après que des maisons de correction aient été mises en place). Dans un test ultérieur de cette interprétation, l'administrateur du Bas-Canada, Sir James Kempt, a refusé une demande du gouvernement américain de renvoyer un esclave évadé, informant que les fugitifs ne pourraient être abandonnés que lorsque le crime en question était également un crime au Bas-Canada: «L'état d'esclavage n'est pas reconnu par la loi du Canada. . . . Chaque esclave qui vient donc dans la province est immédiatement libre, qu'il ait été amené par la violence ou qu'il y soit entré de son propre gré. "

Nouvelle-Écosse[modifier | modifier le code]

Monument à l'abolitionniste James Drummond MacGregor qui a aidé à libérer des esclaves noirs de la Nouvelle-Écosse

Alors que de nombreux Noirs arrivés en Nouvelle-Écosse pendant la révolution américaine étaient libres, d'autres non[22]. Certains Noirs sont arrivés en Nouvelle-Écosse en tant que propriété de Loyalistes américains blancs. En 1772, avant la révolution américaine, la Grande-Bretagne a interdit la traite des esclaves dans les îles britanniques. Cette décision, à son tour, a influencé la colonie de la Nouvelle-Écosse. En 1788, l'abolitionniste James Drummond MacGregor (en) de Pictou a publié le premier texte anti-esclavagiste au Canada. Il a par la suite commencé à acheter la liberté des esclaves et à réprimander ses collègues de l'église presbytérienne qui possédait des esclaves[23]. L'historien Alan Wilson décrit le document comme "un jalon sur la voie de la liberté personnelle dans la province et le pays"[24]. L'historien Robin Winks (en) écrit que c'est "l'attaque la plus violente à avoir été commise par un stylo canadien jusque dans les années 1840; il avait également provoqué un débat public qui a rapidement atteint les tribunaux"[25]. (L'avocat abolitionniste Benjamin Kent (en) a été enterré à Halifax en 1788). En 1790, John Burbidge (en) a libéré ses esclaves. Dirigée par Richard John Uniacke (en), en 1787, 1789 et de nouveau le 11 janvier 1808, la législature de la Nouvelle-Écosse refusa de légaliser l'esclavage[26],[27]. Deux juges en chef, Thomas Andrew Lumisden Strange (en) (1790–1796) et Sampson Salter Blowers (en) (1797–1832), ont contribué à libérer les esclaves de leurs propriétaires en Nouvelle-Écosse[28],[29],[30]. Ils étaient tenus en haute estime dans la colonie. Le juge Alexander Croke (en) (1801-1815) a également mis en fourrière des navires négriers américains au cours de cette période (le plus célèbre étant le Liverpool Packet (en)). Pendant la guerre, le Néo-Écossais Sir William Winniett (en) a servi d'équipage à bord du HMS Tonnant dans le but de libérer des esclaves d'Amérique. (En tant que gouverneur de la Gold Coast, Winniett travaillera également plus tard pour mettre fin à la traite des esclaves en Afrique de l'Ouest.) À la fin de la guerre de 1812 et à l'arrivée des réfugiés noirs, il restait peu d'esclaves en Nouvelle-Écosse[31]. Le Slave Trade Act interdit la traite des esclaves dans l'Empire britannique en 1807 et le Slavery Abolition Act de 1833 interdit complètement l'esclavage.

La Sierra Leone Company a été créée pour relocaliser des groupes d'Africains anciennement réduits en esclavage, dont près de 1 200 Néo-Écossais noirs, la plupart ayant échappé à l'esclavage aux États-Unis. Compte tenu de l'environnement côtier de la Nouvelle-Écosse, plusieurs sont morts des hivers rigoureux. Ils ont créé une colonie dans la colonie existante en Sierra Leone (déjà établie pour faire une maison pour les "pauvres noirs" de Londres) à Freetown en 1792. Beaucoup de «pauvres noirs» comprenaient d'autres habitants africains et asiatiques de Londres. La colonie de Freetown fut rejoint, en particulier après 1834, par d'autres groupes d'Africains libérés et est devenue le premier refuge afro-américain en Afrique pour les Africains autrefois asservis.

Haut-Canada (Ontario)[modifier | modifier le code]

En 1790, le mouvement abolitionniste gagnait en crédibilité au Canada et la mauvaise intention de l'esclavage était mise en évidence par un incident impliquant une femme esclave violemment maltraitée par son propriétaire d'esclaves en route vers la vente aux États-Unis. En 1793, l'esclave Chloe Cooley (en) a crié des cris de résistance lors d'un acte de défiance envers son maitre. Les violences commises par son propriétaire et sa résistance violente ont été vus par Peter Martin et William Grisely. Peter Martin, un ancien esclave, a porté l'incident à l'attention du lieutenant-gouverneur John Graves Simcoe. Sous les auspices de Simcoe, la loi contre l'esclavage de 1793 a été légiférée. Les membres élus du conseil exécutif, dont beaucoup étaient des commerçants ou des agriculteurs qui dépendaient du travail des esclaves, ne voyaient aucun besoin d'émancipation. Le procureur général John White (en) a écrit plus tard qu'il y avait "beaucoup d'opposition mais peu d'arguments" à sa mesure. Enfin, l'Assemblée a adopté la loi contre l'esclavage qui a légiféré l'abolition progressive de l'esclavage: aucun esclave ne pouvait être importé; les esclaves déjà dans la province resteraient réduits en esclavage jusqu'à leur mort, aucun nouvel esclave ne pourrait être amené dans le Haut-Canada et les enfants nés de femmes esclaves seraient esclaves, mais doivent être libérés à l'âge de 25 ans. Pour décourager la manumission, la loi obligeait les maîtres à garantir que les anciens esclaves ne deviendraient pas une charge publique. La loi de compromis contre l'esclavage fut la seule tentative d'une législature ontarienne pour lutter contre l'esclavage[32]. Cette règle juridique a assuré la fin définitive de l'esclavage dans le Haut-Canada. Même si elle a diminué la valeur de vente des esclaves dans la province, elle a également entraîné la vente d'esclaves aux États-Unis. En 1798, des groupes de pression tentèrent de rectifier la législation et d'importer plus d'esclaves[33]. Les esclaves ont découvert qu'ils pouvaient gagner la liberté en s'échappant vers l'Ohio et le Michigan aux États-Unis[34].

En 1800, les autres provinces de l'Amérique du Nord britannique avaient effectivement limité l'esclavage par des décisions de justice exigeant la preuve de propriété la plus stricte, qui était rarement disponible. En 1819, John Robinson (en), procureur général du Haut-Canada, a déclaré qu'en résidant au Canada, les résidents noirs étaient libérés et que les tribunaux canadiens protégeraient leur liberté[35]. Cependant, l'esclavage est demeuré légal jusqu'à ce que la loi sur l'abolition de l'esclavage du Parlement britannique abolisse définitivement l'esclavage dans la plupart des régions de l'Empire britannique à compter du .

Chemin de fer clandestin[modifier | modifier le code]

À l'époque de l'émancipation, un réseau de chemin de fer clandestin a été établi aux États-Unis, en particulier en Ohio, où les esclaves traversaient les États du Nord au-dessus de la rivière Ohio et au Canada à travers le lac Érié et le lac Ontario, en route vers divers villages et villes dans le Haut-Canada (connu sous le nom de Canada-Ouest de 1841 à 1867, aujourd'hui Ontario). Il s'agit de la seule relation du Canada avec l'esclavage généralement connue du public ou reconnue par le gouvernement canadien.

En Nouvelle-Écosse, l'ancien esclave Richard Preston (en) a créé l'« African Abolition Society », qui luttait pour mettre fin à l'esclavage en Amérique. Preston a rencontré plusieurs des principales voix du mouvement abolitionniste qui ont aidé à faire adopter la loi sur l'abolition de l'esclavage par le Parlement britannique en 1833. À son retour en Nouvelle-Écosse, Preston est devenu président du mouvement abolitionniste à Halifax.

Historiographie et historiens[modifier | modifier le code]

On affirme parfois que Marcel Trudel a été pionnier quant à l'histoire des esclaves dans ce qu'on appelle Canada français[36], ce qui n'est pas tout à fait exact ni entièrement faux. En effet, d'autres, bien des années avant lui, avaient défriché une partie du terrain en abordant cette question, et c'est ce qu'il rappelle dans l'avant-propos de L’Esclavage au Canada français[37]:

Ce n’est pas la première fois que l’on traite de l’esclavage au Canada français. Il y a cent ans, Jacques Viger et Louis-Hippolyte LaFontaine démontraient que l’esclavage avait été formellement reconnu au Canada par les lois; de brefs travaux, comme cet article de Benjamin Sulte en 1911, sont venus de temps en temps rappeler aux Canadiens l’existence de cette institution. Jusqu’ici cependant, personne encore n’avait tenté d’écrire une histoire exhaustive de cet esclavage: nous avons voulu braver les difficultés, et c’est cette histoire que nous présentons dans ce premier volume.

En effet, en 1859, Jacques Viger et Louis-Hippolyte LaFontaine publiaient De l'esclavage en Canada à la Société historique de Montréal[38], un recueil de documents d'époque prouvant qu'il avait bel et bien existé et qui devait servir dans un procès au Missouri concernant l'esclavage[39] (aboli en 1865 dans cet État).

Quant à Benjamin Sulte, auquel Marcel Trudel fait également référence, il a publié son article de 1911 dans la Revue canadienne.

Représentation médiatique et conception populaire de l'esclavage au Canada[modifier | modifier le code]

Au Canada, l'idée reçue selon laquelle l'esclavage était exclusivement subi par les Noirs est fréquente. À titre d'exemple, à l'occasion du premier Jour de l’émancipation, dans un communiqué du 1er août 2021, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, fait de nombreuses fois référence aux esclaves noirs en sous-entendant qu'ils ont été seuls dans leur asservissement[40], et pas une seule fois aux esclaves amérindiens (pourtant deux fois plus nombreux).

La Presse[41], Radio-Canada[42] et La Fondation canadienne des femmes[43] publient également des articles pour souligner le Jour de l'émancipation, articles dans lequels on ne fait pas même mention d'esclaves Amérindiens (majoritaires dans cet état d'asservissement).

L'Encyclopédie canadienne souligne que la « très grande majorité des esclaves ont été des Autochtones »[44] et indique qu'une influence américaine expliquerait le fait que la question de la traite des Noirs éclipse maintenant celle de la traite des Autochtones au Canada[45].

Selon une autre idée reçue, les Canadiens français ne seraient ni afro-descendants ni servo-descendants. C'est ce qui expliquerait (au moins en partie) la perception d'appropriation culturelle et les manifestations entourant la pièce SLĀV (spectacle musical sur le thème de l'esclavage) de Robert Lepage (Canadien français) et de Béatrice Bonifassi (française) dont les médias ont parlé au cours des années 2018 et 2019[46],[47],[48],[49]. Des historiens comme Marcel Trudel et Frank Mackey affirment pourtant que les Canadiens français ont de nombreux esclaves panis et noirs dans leurs arbres généalogiques[50],[51],[52]. L'historien Frank Mackey affirme même que les seuls descendants des Noirs ayant servi d'esclaves dans ce qu'on appelle maintenant le Québec sont les Canadiens francais[53].

L'esclavage moderne[modifier | modifier le code]

Le premier Ministre du Canada, Justin Trudeau, lors d'un discours sur les disparitions et les meurtres de femmes autochtones, face du parlement, à Ottawa en octobre 2016.

L'esclavage n'a pas pris fin avec la ratification de la Convention sur l'esclavage en 1927. La traite des êtres humains au Canada est devenue un problème juridique et politique important, et les législateurs canadiens ont été critiqués pour ne pas avoir traité le problème de manière plus systématique[54]. Le Bureau de lutte contre la traite des personnes de la Colombie-Britannique s'est formé en 2007, faisant de la Colombie-Britannique la première province du Canada à lutter de façon officielle contre la traite des êtres humains[55]. Le plus grand cas de traite de personnes de l'histoire du Canada a été le démantèlement de l'organisation criminelle Domotor-Kolompar[56]. Le , le gouvernement du Canada a établi le Plan d'action national de lutte contre la traite des êtres humains afin de s'opposer à la traite des êtres humains[57]. Le Groupe de travail sur la traite des êtres humains a été créé en pour remplacer le Groupe de travail interministériel sur la traite des personnes[58] en tant qu'organisme responsable de l'élaboration des politiques publiques relatives à la traite des personnes au Canada[59].

Des exemples actuels et très médiatisés sont les vastes «disparitions» de femmes autochtones qui ont été liées à la traite des êtres humains par certaines sources[60]. L'ancien premier ministre Stephen Harper avait hésité à s'attaquer à ce problème parce qu'il ne s'agissait pas d'un "problème sociologique"[61] et a refusé de créer une enquête nationale sur le problème à l'opposé des Nations Unies et de la Commission interaméricaine des droits de l'homme qui estiment que la question est importante et nécessite une enquête plus approfondie[62].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Trudel, Mythes et réalités dans l'histoire du Québec, t. 1, Hurtubise HMH, coll. « Cahiers du Québec » (no 126), , 325 p. (ISBN 2-89428-527-2), chap. IX (« Quand les Québécois pratiquaient l'esclavage »), p. 183-184.
  2. « L’histoire du Québec métissée méconnue », sur www.vice.com, .
  3. « Esclavage des Autochtones au Canada », sur www.thecanadianencyclopedia.ca, version du 8 mai 2020
  4. « Des traces de l'esclavage se retrouvent également au Canada », Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne)
  5. « L’histoire du Québec métissée méconnue », sur www.vice.com, .
  6. « Histoire 101 de l'esclavage au Québec », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne).
  7. Daniel Gay, « Portrait d’une communauté: Les Noirs du Québec, 1629-1900 », Cap-aux-Diamants,‎ (lire en ligne).
  8. a et b « Full text of "The slave in Canada" », archive.org
  9. « Slavery », Virtual Museum of New France, Canadian Museum of History (consulté le )
  10. Allan Greer, The people of New France, Toronto [u.a.], Repr., (ISBN 08020-7816-8), p. 86
  11. a et b « Des traces de l'esclavage se retrouvent également au Canada », Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne).
  12. « Slavery in the New World », Britannica.com (consulté le )
  13. Kenneth M. Ames, "Slaves, Chiefs and Labour on the Northern Northwest Coast," World Archaeology, Vol. 33, No. 1, The Archaeology of Slavery (June, 2001), pp. 1–17 in JSTOR
  14. Leland Donald, « Aboriginal Slavery on the Northwest Coast of North America », University of California Press,‎ (ISBN 9780520918115, lire en ligne, consulté le )
  15. Trudel (2004)
  16. « Report on the execution, 3 in the afternoon, 21 June 1734 », Canadianmysteries.ca (consulté le )
  17. Robin W. Winks et Robin William Winks, The Blacks in Canada: A History, McGill-Queen's University Press, (ISBN 9780773516328, lire en ligne)
  18. Afua Cooper, The Hanging Of Angelique: The Untold Story of Canadian Slavery and the Burning of Old Montreal, HarperCollins Canada, (ISBN 9780820329406, lire en ligne), p. 74-76
  19. Henry, « Black Enslavement in Canada », The Canadian Encyclopedia, Histoirca Canada (consulté le )
  20. Derreck (2003)
  21. « An Act To Prevent The Further Introduction Of Slaves », Uppercanadahistory.ca (consulté le )
  22. « Slavery in the Maritime Provinces », archive.org
  23. « Biography – MacGREGOR, JAMES DRUMMOND – Volume VI (1821–1835) – Dictionary of Canadian Biography »
  24. Alan Wilson. Highland Shepherd: James MacGregor, Father of the Scottish Enlightenment in Nova Scotia. University of Toronto Press, 2015, p. 75
  25. Robin Winks cité par Alan Wilson. Highland Shepherd: James MacGregor, Father of the Scottish Enlightenment in Nova Scotia. University of Toronto Press, 2015, p. 79
  26. Bridglal Pachai & Henry Bishop. Historic Black Nova Scotia. 2006. p. 8
  27. John Grant. Black Refugees. p. 31
  28. Biography at the Dictionary of Canadian Biography Online
  29. « Celebrating the 250th Anniversary of the Supreme Court of Nova Scotia. », courts.ns.ca
  30. Barry Cahill. Slavery and the Judges of Loyalist Nova Scotia. UNB Law Journal, 43 (1994) pp. 73–135
  31. Opinions of several gentlemen of the law, on the subject of negro servitude, in the province of Nova-Scotia. 1802.
  32. Patrick Bode, "Upper Canada, 1793: Simcoe and the Slaves". Beaver 1993 73(3): 17–19
  33. Patrick Bode, "Simcoe and the Slaves", The Beaver 73. 3 (June–July 1993)
  34. Afua Cooper, "Acts of Resistance: Black Men and Women Engage Slavery in Upper Canada, 1793-1803" Ontario History (Spring 2007) 99#1 pp 5-17.
  35. « Black History-From Slavery to Settlement » [archive du ], www.archives.gov.on.ca
  36. « Marcel Trudel, savant et conteur », sur www.ledevoir.com,
  37. « L'Esclavage au Canada français », sur numerique.banq.qc.ca,
  38. « De l'esclavage en Canada », sur numerique.banq.qc.ca,
  39. « De l'esclavage en Canada », sur numerique.banq.qc.ca,
  40. « Déclaration du premier ministre sur le Jour de l’émancipation », sur canada.ca,
  41. « Le Canada marque officiellement le « Jour de l’émancipation » », sur www.lapresse.ca,
  42. « La Colombie-Britannique marque le Jour de l’émancipation », sur https://ici.radio-canada.ca,
  43. « Le premier Jour de l’émancipation officiellement célébré au Canada », sur canadianwomen.org,
  44. « Esclavage des Autochtones au Canada », sur www.thecanadianencyclopedia.ca,
  45. « Esclavage des Autochtones au Canada », sur www.thecanadianencyclopedia.ca,
  46. « Pourquoi le spectacle SLĀV heurte-t-il des membres de la communauté noire? », sur ici.radio-canada.ca,
  47. « L’appropriation culturelle, entre deux miroirs », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  48. « La pièce de Robert Lepage continue de diviser », Le Devoir,‎ (lire en ligne).
  49. « SLAV : après les cris, le dialogue », Le Soleil,‎ (lire en ligne).
  50. Marcel Trudel, L'esclavage au Canada français, Québec, Les Presses Universitaires Laval, , 432 p., p. 6
  51. « Des traces de l'esclavage se retrouvent également au Canada », Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne).
  52. « Histoire 101 de l'esclavage au Québec », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne).
  53. « Des traces de l'esclavage se retrouvent également au Canada », Radio-Canada.ca,‎ (lire en ligne).
  54. « Falling Short of the Mark: An International Study on the Treatment of Human Trafficking Victims. Future Group March 2006 » [archive du ]
  55. Benjamin Perrin, Invisible Chains, Penguin Books, (ISBN 0143178970)
  56. Public Safety Canada, « The Harper Government Launches Canada's National Action Plan to Combat Human Trafficking », sur gcnws, (consulté le )
  57. « The Harper Government Launches Canada's National Action Plan to Combat Human Trafficking » [archive du ], Public Safety Canada, (consulté le )
  58. « Optional Protocol to the Convention on the Rights of the Child on the Sale of Children, Child Prostitution, and Child Pornography » [archive du ], Canadian Coalition for the Rights of Children, (consulté le ), p. 2
  59. Country Reports on Human Rights Practices for 2008, Diane Publishing, (ISBN 1437905226), p. 2610
  60. « First Nations Women Are Being Sold into the Sex Trade On Ships Along Lake Superior », Vice News, (consulté le )
  61. (en-US) « International group supports inquiry into missing, murdered indigenous women | CBC News », CBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  62. (en-US) « UN aboriginal envoy to publish final report Monday | CBC News », CBC,‎ (lire en ligne, consulté le )

Lectures additionnelles[modifier | modifier le code]

  • Marcel Trudel, L'esclavage au Canada français, Québec, Les Presses Universitaires Laval, , 432 p.
  • Marcel Trudel, Dictionnaire des esclaves et de leurs propriétaires au Canada français, LaSalle, Hurtubise, , 490 p.