Commerce des esclaves en Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’esclavage image illustrant la Suède
Cet article est une ébauche concernant l’esclavage et la Suède.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le commerce des esclaves en Suède a commencé au début de l'histoire de la Suède et a prospéré aux XVIIe et XVIIIe siècles au moment de la mise en place de l'empire colonial suédois en Amérique du Nord (1638) et en Afrique (1650). Il a été interdit en 1813.

La Suède a signé des traités avec la Grande-Bretagne et la France au sujet du commerce d'esclaves, et des navires suédois ont été impliqués dans le commerce triangulaire. Entre 1784 et 1878, le pays a possédé quelques petites colonies dans les Caraïbes. L'île suédoise de Saint-Barthélemy a été un port franc et une plaque tournante du commerce des esclaves dans les Caraïbes[1]. Les esclaves étaient amenés sans payer de taxes par des navires suédois et étrangers, et les autorités suédoises récupéraient ensuite une taxe quand les esclaves étaient « exportés » hors de l'île.

La Suède a été un important fournisseur de chaînes en fer utilisées pour le commerce d'esclaves[1].

La Suède a aussi signé des traités avec les États de la côte des Barbaresques, principalement pour vendre des domestiques femmes ou des esclaves sexuels à Constantinople ainsi que dans d'autres possessions ottomanes.

L'esclavage a été mis hors-la-loi en 1335 par Magnus IV de Suède dans le cas de thralls « nés de parents chrétiens » dans le Västergötland et le Värend. En 1847, l'esclavage a été aboli partout en Suède et dans ses colonies, à la suite d'une décision prise en 1846. Les derniers esclaves légalement possédés à Saint-Barthélemy ont été achetés puis libérés par l'État suédois, le 9 octobre 1847.

De la protohistoire à l'ère viking[modifier | modifier le code]

Sous l'empire colonial suédois[modifier | modifier le code]

Abolition[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sv) « Tilläggsdirektiv till Delegationen för mänskliga rättigheter i Sverige », sur manskligarattigheter.se, Integrations- och jämställdhetsdepartementet,‎ (consulté le 30 juin 2013) : « genom att bojor och kedjor för slavhandeln under en period utgjorde en betydande svensk exportprodukt. », p. 2